Tag Archive for stockage

Location d’espaces de stockage entre particuliers

Pile de pièce décroissante avec des maisons du jeu monopoly posées dessus

Je viens de découvrir un site qui semble très intéressant à première vue, sauf pour les tarifs.
12 à 20 % de commission, à la charge du locataire.
A priori je serais tenté de dire que c’est deux fois trop cher, sauf que dans le contexte actuel… c’est carrément malin.

http://jestocke.com/faq#combien-ca-coute

Avec le prix délirant de la bulle immobilière, beaucoup de gens n’arrivent plus à se loger, ou vivent en colocation, ou squattent la famille ou les amis…
Donc, la location d’un espace de stockage pour ses meubles, son électroménager, son vélo, ses archives, est une solution de plus en plus utilisée.
Et d’ailleurs, en vérité, on sent que les gens vont de plus en plus mal, parce que la solution qui était prévue au départ pour quelques semaines ou quelques mois, peut durer des années, faute d’un habitat d’une taille suffisante.

Je comptais justement faire un article sur ça, pour donner une solution aux propriétaires pour éviter de tout perdre, en convertissant les logements vides en box surveillés.

J’ai une amie qui gère une quarantaine d’appartements. Elle n’avait encore jamais vu des appartement vides aussi longtemps. Normalement sitôt libérés, ils se remplissaient. Maintenant elle en a plusieurs qui ne trouvent plus preneurs.
Ces mots ont été : « C’est curieux. Je ne comprend pas. On est pourtant toujours aussi nombreux. La population n’a pas baissé. Au contraire ».

Tout ça était très prévisible. Il suffit de voir ce qu’il se passe dans les autres pays européens victimes d’une crise totalement destructrice quelques années avant nous.

En Espagne, quand tout le monde vivait très largement au-dessus de ses moyens, utilisait le crédit pour tout, énormément de gens se sont endettés pour des années, juste par inconscience. Le crédit était utilisé pour toutes les choses courantes. Une télé, hop ! un crédit.
Un ordinateur, un crédit.
Un caprice, un crédit…

L’argent coulait à flot (semblait couler à flot).
Tout était prometteur.
Des villes nouvelles poussaient comme des champignons.
Les banquiers et les promoteurs immobiliers vendaient comme des petits pains des logements à construire,

L’exemple le plus connu (loin d’être le seul, juste le plus connu) est la ville fantôme de Seseña Nuevo.
40 000 logements prévus. Mais quand la crise économique a mis un quart des gens au chômage, l’argent n’est plus rentré.
Les propriétaires, ceux qui avaient acheté les logements sur plan n’ont pas trouvé de locataires. Mais il fallait rembourser les crédits. Tout en payant son propre loyer, en étant éventuellement tombé au chômage.

Et comme un tiers seulement de la ville a été construite, il manquait encore tous les bâtiments publics, officiels, centres médicaux, commerces, loisirs,…
donc forcément, personne (de ceux qui pouvaient encore payer, même les étrangers) ne voulait vivre dans un presque désert, loin de toutes les commodités, loin des emplois,
la ville est restée fantôme, avec seulement 3500 personnes coincées là-bas l’année dernière. 3000 cette année.

Donc, toujours toujours toujours plus de gens qui finissent de tout perdre. Surendettement. Propriétés saisies.
Les banques elles-mêmes se sont retrouvées avec des milliers de logements totalement invendables, des actifs toxiques en très grande quantité. Et c’est l’effondrement du système.
L’enfer…

En Grèce avant le krach immobilier, 71% des clients des agences étaient grecs.

Devinez combien ils étaient l’année dernière ?

50 % ?
45 % ?

A 30 % ça serait un désastre à votre avis ?

et 20 % ?

 

alors, à zéro % de clients grecs sur toute l’année, vous voyez l’état réel du pays.

0 % de clients grecs dans les agences immobilières grecques.

Pièce de jeux de société en plastique, en gros tas

 

La Grèce est vendue en petit morceaux à ceux qui pourront en profiter plus tard.
Maintenant c’est surtout des russes qui achètent des maisons, des terres, des commerces, pour des clopinettes.

En Grèce, en Espagne, au Portugal, en Italie,… à la fermetures des commerces, des usines, des agences immobilières, des cabinets médicaux, des associations,… des dizaines de milliers d’affiches sont apparues sur les bâtiments vides. A LOUER.

Tout est resté vide depuis. Ou presque tout.
Puis d’autres affiches sont apparues.

 

Depuis l’année dernière je remarque justement que ce genre d’affiche est apparu aussi ici, dans tout Marseille, et même juste à côté de chez moi, au bas de ma rue. Une ancienne agence de voyage, dont les vitres commencent à devenir très sales.

Le magnifique terrain constructible trop bien placé au début du chemin où j’habite, est à vendre depuis quatre fois trois longtemps pour le bien que c’est.

Après l’effondrement complet du pays, dans pas longtemps vu comme les socialistes détruisent tout à une vitesse inimaginable, peut être deux ans, je le verrai peut être au quart de son prix actuel.

Pile de pièce décroissante avec des maisons du jeu monopoly posées dessus

Et je suis bien placé pour savoir à quel point le site est exceptionnel, puisque je vis à 70 mètres.
Loin de la faune de Marseille, mais à côté de la ville pour les commodités.
Des voisins très corrects.
Du calme, une relative sécurité, plutôt largement au-dessus de la moyenne de la région, même si on est cerné par les nuisibles.

300 mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui est plus que suffisant en cas de tsunami.
Non non, je ne déconne pas. La fonte des glaces fait que des milliards de tonnes d’eau pèsent d’un coup sur les plaques tectoniques. On sait que quand le climat était identique il y a quelques milliers d’années, les raz de marée de 50 mètres de haut on laissé des traces.

Pas de risque industriel.

Pas de centrales nucléaires.

Pas de voie ferrée ou de voie maritime très proche, ni d’autoroute, entrainant des dangers dû aux accidents de transports de produits toxiques. Pas d’aéroport.

Deux autoroutes à 20 minutes si besoin.

Pas de risque d’inondation, de feux de forêt, de tremblement de terre. J’ai eu l’occasion de voir par hasard les cartes de mon quartier quand je travaillais chez un photographe qui dupliquait des plans pour la sécurité civile et de la DDE.

Pas inondable c’est bien vu ce que devient le climat partout dans le monde. Pas de dégât des eaux à craindre. Donc la possibilité de creuser une cave. Vous avez vu la taille des cyclones depuis un an. Les présentateurs météo parlent de toutes les catastrophes en disant :
du jamais vu !, exceptionnel !, unique, la période la plus froide depuis la petite aire glacière au temps des croisades,
puis deux semaines plus tard, 12 degrés au-dessus de la température normale de saison, et patati et patata…

L’année dernière, un centre commercial à peine à 60 kilomètre a été détruit par une tornade. Du jamais vu, encore.
Donc, une cave, c’est aussi ce qu’il faut avoir pour résister à ce climat devenu dingue.

A 300 kilomètres il y a trois mois, il est tombé des grêlons gros comme des balles de tennis.
Une cave, sur une parcelle non-inondable, c’est vraiment très bien.

Beaucoup de soleil, souvent un peu trop, même. Donc un endroit parfait pour des panneaux solaires électriques et thermiques.
Du vent, souvent, pour une éolienne.

Le seul problème est le manque d’eau de la région. La végétation est triste, comparée à 80 kilomètres tout autour, dans toutes les directions.
Sinon, ça serait le paradis parfait, pour y vivre dans un monde paisible et idéal. Ou pour y installer une base autonome durable pour les pires situations de survie possible.

Et … même un terrain comme celui-là ne trouve pas preneur.

 

L’époque est au désastre, et ça s’accélère maintenant presque de jour en jour.

 

Si vous êtes propriétaire, il commence à être presque trop tard pour encore vendre un bien immobilier avant qu’il ne devienne plus qu’une charge à entretenir sans rentrée d’argent.

Vous avez encore peu de temps pour faire une transaction à un prix convenable pour vous.

La bulle commence déjà à dégonfler.

 

Donc si vous êtes coincé avec un bien immobilier, je pensais vous conseiller de le transformer en box de stockage temporaire, justement pour les gens qui n’ont plus les moyens de louer quelque chose d’assez grand pour vivre.

C’est pas comme avec des putains de lois qui permettent à des gens qui ne paient plus depuis 6 ans de rester toujours dans les mûrs, pendant que vous payez toutes les charges et les impôts fonciers. J’exagère même pas. C’est arrivé à quelqu’un que je connais personnellement.

Puis la locataire indélicate à assassiné sa fille à coup de couteaux, dans l’appart. Donc maintenant, et pour encore longtemps, il est sous scellés de police, comme lieu d’un crime.

Des fois la réalité est encore mille fois pire que dans les films.

Même en se préparant à tout, on ne peut prévoir des situations aussi catastrophiques.

 

Peut être que le bon plan est justement d’éviter les secteurs à risques de très mauvais plans.

Ne pas avoir des logements locatifs, actuellement.

Les assurances anti-défauts de paiement sont en réalité une vaste fumisterie où le propriétaire est presque toujours très largement perdant.

Avec quelqu’un d’inexpulsable, la procédure dure souvent deux ans et demi. Sauf que si la personne vous donne des miettes de temps en temps, hop, la procédure repart à chaque fois presque à zéro.

Pendant ce temps là, vous payez la façade qui s’écroule, l’ascenseur, l’éclairage des parties communes, le nettoyage, les impôts locaux, les crédits, les agios, les frais bancaires,…
et aussi les frais de justice et le salaire de votre putain d’avocat surpayé qui ne sert à rien.

Louer à des gens maintenant, c’est la merde.

 

Payez ! payez payez ! toujours payez !

 

Donc, transformer vos apparts, bureaux, garages, en espaces de stockage, est une assurance contre les procédures interminables.
Un problème ?

Trois mois sans payer ?

Vous jetez tout à la poubelle et que le mauvais payeur aille se faire foutre !

La place est dégagée pour quelqu’un qui respectera le contrat que vous aviez conclu :

De la place contre de l’argent.

 

… et ce qu’il y a de bien en ayant découvert le site jestocke.com, c’est que je m’aperçois que vous n’avez même pas besoin de faire des frais pour transformer vos locaux d’habitation ou de bureaux en simples espaces de stockages.

Vous pouvez louer des pièces telles quelles. Une chambre pour y ranger 8 mètres cubes de meubles et de cartons, un séjour pour que deux autres personnes se partagent 12 mètres carrés,
un garage pour deux motards et un vélo électrique…

En fragmentant, en louant par petites parties, par petites sommes, à plusieurs personnes, vous vous protégez contre les incidents de paiement. Vous ne mettez pas imprudemment tous vos oeufs dans le même panier.

Repensez-y.

L’idée me semble vraiment très bonne.

Pas forcément avec ce site. Vous pouvez aussi passer des annonces gratuites sur d’autres sites internet, déposer à l’ancienne des affiches chez le boulanger du coin, ou la coller directement sur la vitre de votre appartement…

 

La crise empire.

Le chômage s’aggrave.

Les défauts de paiement augmentent.

On voit ce qu’il est arrivé à nos voisins. Les mêmes causes donnent les mêmes effets.

Ca n’ira pas mieux, vu que vous avez élu des incompétents, des nuisibles et des parasites du système.

La pire erreur à faire et de ne pas anticiper ce que vous savez qu’il va se passer.

 

Mais pas seulement juste pour vous mettre à l’abri du désastre.
Si vous jouez bien votre jeu, même avec de mauvaises cartes, vous allez pouvoir profiter du crash qui vient.

Regardez comme je fais. Je sais que ça va empirer. J’ai pas mes yeux dans ma poche et j’ai des programmes qui me permettent d’être mieux informé que presque tout le monde. Pas seulement en allant chercher automatiquement des infos planquées sur internet, par mots clés.
Je vois aussi ce que cherchaient les gens dans les moteurs de recherche pour arriver sur mon propre site. C’est affiché en clair dans la colonne, là =>

 

Je sais ce qui vous fait flipper, tous.
Je connais vos pires cauchemars, vos angoisses, vos doutes, vos besoins du moment. Et je commence à y répondre au mieux.
En apportant vos réponses, je construis mon propre bizness anti-crise pour m’acheter une petite terre cultivable, justement comme le terrain dont je vous ai parlé plus haut, pour me mettre moi aussi à l’abri de l’effondrement.

Plus je suis cynique, moins je prends sur moi pour ménager la susceptibilité des plus cons, et plus je réponds parfaitement à vos besoins.
On entre dans une période de survie.
Il est temps de durcir le ton.

 

Pouvoir jeter les cartons à la poubelle en cas de 5 mois sans paiement, sans rester 6 ans en procédure, pour pouvoir relouer, c’est une chose dure qui vous placera dans la catégorie des survivants.
Ou peut être même des gagnants.

Plein de mauvais choix risquent de vous faire tomber dans des statistiques anonymes des cas de suicident, qui doublent tous les ans dans tous les pays en faillite.

Le gouvernement s’en fout.

Il se sert de vous. Il est responsable de tout ça. (Sauf de la météo, et encore, je n’en mettrais pas ma main à couper).
Plus vous êtes dans la merde et plus ça va dans le sens des « élites ». Vous acceptez un salaire plus bas, des heures supplémentaires non payées, une mutation à pétaouchnok ou au plouckistan juste pour pouvoir continuer à travailler comme un esclave.

Le temps des rires et des chants, le temps de l’île aux enfants, le temps des monstres gentils où c’est le paradis,
c’est terminé.

Il est temps de grandir,
de vous durcir,

et d’agir.

 


Au gré des vents sur mon tricycle jaune,
dans les couloirs du métro je tourne
et le vent peut souffler lui et moi nous sommes comme une flamme indestructible.

Autour du monde j’irai avec toi, si tu veux derrière moi en amazone,
moi j’ai pas besoin de Harley Davidson sur mon tricycle jaune.

Quand la nuit tombe sur les autoroutes,
que tous les gens sans poésie se marrent
de me voir pédaler comme un galérien sur mon tricycle jaune,
Moi je pense aux gens dans le fond des métros,
qui s’enterrent dans leur propre tombe.
Quand au-dessus des villes nous, nous volons sur les ailes du tricycle jaune.

Quand l’apocalypse sonnera la fin,
que le trafic sera bloqué au péage,
il y en aura un que tu verras passer,
ce sera le tricycle jaune.

Sur mon tricycle jaune,
sur mon tricycle jaune,
viens je t’emmène,
viens je t’emmène,
viens je t’emmène sur mon tricycle jaune…

 

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Comment avoir une sauvegarde informatique fiable

Grâce aux ordinateurs, une catastrophe peut arriver instantanément, même sans votre intervention.

Vous avez vu ce qui s’est passé à Chypre ces deux dernières semaines ?
Instantanément les banques ont informatiquement bloqué tous les comptes, tous les avoirs de tous les clients, sans prévenir.
Ce n’était pas l’argent des banques, et pourtant elles l’ont confisqué et ont interdit aux propriétaires de s’en servir.

Vous voyez le problème de confier vos vies à un système qui peut trahir la confiance de millions de gens en un clic.

L’argent n’est pas la seule chose que l’on puisse mettre « à l’abri » ailleurs. On peut aussi bêtement faire confiance à une des plus grandes marques du monde pour héberger ses données. Des fois ça se passe aussi mal qu’avec des banques.

Voici quelques conseils utiles pour votre sécurité.

Rien n’est fiable.

Avoir vos données sur une clé usb n’est pas une bonne idée.

Les clés sont petites, elles se perdent facilement.
Elles s’oublient quelque part. Elles se volent.
Elles tombent en panne d’un coup.
Des ordinateurs les effacent sans prévenir, si si, ça arrive. J’ai eu un ordinateur HP sous windows vista qui formatait systématiquement et immédiatement mes dvd de sauvegarde au moment où je les insérais, sans remède possible, pourtant j’ai tout essayé et je suis très bon en informatique. Certains systèmes, certains ordinateurs ont des défauts qui les rendent imprévisibles ou inutilisables professionnellement.
(… comme la pire erreur est de ne rien retenir d’une erreur, il faut en tenir compte pour ne plus jamais acheter les marques à problèmes. Et vu qu’en plus c’est un des ordinateurs portables dont le vice de fabrication des cartes graphiques NVidia GeForce 8600M GS a été frauduleusement dissimulé par HP, je profite de l’occasion pour leur faire une publicité bien méritée, et toc).

Mais une simple rayure, on un coup de chaleur derrière une vitre au soleil peuvent définitivement détruire vos données.

… donc, une sauvegarde sur un dvd non plus, n’est pas une bonne idée.

D’une manière générale, avoir vos données sur un petit support (clé usb, carte mémoire, cd, dvd, disque dur externe), n’est pas sûr.

J’ai cassé un disque dur en le faisant tomber sur une table d’une hauteur de moins de 20 centimètres. Les disques durs sont extrêmement fragiles.
Et les prises usb peuvent finir par avoir du jeu et se dessouder à force de servir.

Si vous n’avez qu’un exemplaire, sur un petit support, en cas de problème vous perdez tout.

 

Epave d'ordinateur rouillé, brulé, cassé, éventré

Mais sans être nomade, si vous n’avez qu’un seul exemplaire, sur votre ordinateur à la maison ou au bureau, vous pouvez tout perdre instantanément en cas de vol, incendie, inondation, panne de disque dur, virus méchant avec un antivirus périmé, piratage, bug informatique, éruption solaire anormalement puissante, simple coup de foudre,…

Quelque soit le support, le problème est toujours le même :

Ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Toujours avoir une sauvegarde, sur un autre support. Et surtout pas dans la même pièce, ou dans le même sac.

 

Pour contourner tous les cas possibles liés aux supports matériels, vous pouvez utiliser le « cloud ».
C’est le mot à la mode pour parler d’un dossier hébergé quelque part sur internet, protégé par un mot de passe.

Avec n’importe quel ordinateur ou un smartphone, vous avez accès à vos données, partout, tout le temps.
Même si vous êtes à l’étranger et qu’on vous a volé votre sac, avec votre clé usb, votre portefeuille,… vous avez encore accès à une copie scannée de votre carte d’identité, de votre permis de conduire, de vos contrats d’assurance, etc… tout ce que vous avez stocké dans les dossiers.

logo WWW dans des mains ouvertes

Il y a en plus un avantage très intéressant par rapports aux sauvegardes sur différents supports : tout ce qui est enregistré dans le dossier est toujours à jour, quelque soit l’appareil utilisé pour consulter les données.

Par contre, il ne faut surtout pas oublier la règle précédente : NE JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS, METTRE TOUS SES OEUFS DANS LE MEME PANIER.

Considérez dès le départ qu’un dossier virtuel, dans le cloud, est aussi peu fiable qu’une clé usb et tout se passera bien.
Comme une clé, vous pouvez perdre ce qui est dedans.

Imaginez que du jour au lendemain, sans aucune des raisons précédentes, vos données soient d’un coup inaccessibles.
Pas parce qu’il y a eu un piratage, mais par exemple juste parce que le fournisseur de service met simplement à jour son logiciel, et casse tout.

Si si, c’est possible.

C’est justement pourquoi je me décide enfin à rédiger un dossier sur la sécurisation des données.

Tenez, regardez cette copie d’écran, faite ce soir :

 

Blocage imédiat, sans prévenir du compte hotmail skydrive msnMSN est devenu SKYPE récemment. Il a fallu mettre à jour les programmes… et ça s’est mal passé.

Sur deux ordinateurs et un smartphone qui utilisaient le même mot de passe, après la mise à jour obligatoire, un n’avait plus accès au dossier de partage SKYDRIVE, inclus dans le compte HOTMAIL.

… et d’un coup, plus aucun n’a eu accès à mon dossier partagé entre tous mes ordinateurs.

 

Considérez qu’un stockage en ligne est aussi peu fiable qu’une clé usb et tout se passera bien.

 

Dans mon cas, je ne perds rien, puisque le dossier Skydrive hébergé chez microsoft est une COPIE du dossier qui est sur mes disques durs. Heureusement pas la seule version existante, qui peut devenir inaccessible pour un problème de connexion internet ou de mot de passe.

Par contre, je viens immédiatement de désinstaller skydrive et skype.
Une entreprise qui se plante à ce point, je ne peux pas lui faire confiance professionnellement. Donc, l’adresse email ne sera jamais débloquée, le compte plus jamais utilisé, je m’en fous.
Il me faut un prestataire de service sur lequel je puisse compter.

Et justement, les sociétés qui offrent des espaces de stockage en ligne ne manquent pas : dropbox, sugarsynch, ubuntu one,…

 

Considérez qu’un hébergeur n’est pas plus sûr qu’une simple clé usb.
Donc, ce n’est qu’une copie de sécurité.

Personnellement, j’ai donc, 2 ordinateurs qui ont pratiquement les mêmes données, des sauvegardes sur disque dur usb facilement mises à jour grâce à un logiciel de synchronisation comme groobax, et quelques comptes de dossiers partagés en ligne.

La perte d’un ou deux support ou compte ne posera aucun problème.

 

Trousse à outil de sécurité en ligne, chez un hébergeur de service indépendant de votre matériel

En cas de travail en équipe, avoir un dossier partagé synchronisé et à jour pour tout le monde peut à priori sembler une excellente idée.
A priori.

Dans la pratique, c’est une catastrophe.

Ce qui est parfaitement sécurisé chez vous, peut ne pas du tout l’être sur l’ordinateur de quelqu’un d’autre, infesté de virus, programmes espions, malwares en tous genres.

Vous n’êtes pas à l’abri non plus des erreurs de manipulation, des effacement accidentels, ou volontaires.
Quelqu’un peut effacer définitivement VOS fichiers parce qu’il ne comprend pas leur intérêt et veut libérer de la place dans le dossier partagé, sans vous en avoir parlé avant.

Le compte commun peut être piraté.

Un bug chez l’hébergeur peut vous faire perdre des documents…

Vos fichiers, vos documents, votre travail, vos données, ne doivent pas être partagés avec une possibilité de modification ou de destruction par d’autres.

L’original ou la seule copie ne doit JAMAIS être dans le dossier en ligne (ni sur un support amovible, clé usb, dvd, disque dur externe…)

Vous devez toujours avoir un autre exemplaire sur un disque dur (ou un dvd, une clé usb…).

Que quelqu’un ait le mot de passe de votre dossier partagé en ligne est une mauvaise idée.
Mais si vous le faites, utilisez ces deux précautions :
– Chacun crée son propre sous-dossier à son nom,
– Et dans votre dossier ne mettez pas les originaux, mais une copie. (Ou si vous travaillez bêtement directement dans ce dossiers, faites souvent une copie de sauvegarde).

 

Le stockage en ligne est très pratique, mais aussi peu fiable que les supports physiques.

Le moyen le plus sûr de ne rien perdre est de faire souvent une copie sur les trois systèmes :
– Sur votre disque dur,
– Sur un support externe, pas conservé dans la même pièce ni le même sac,
– Et dans un dossier dans le « cloud ».

En cumulant les précautions, en diversifiant pour ne pas tout mettre dans le même panier, vous ne devriez rien perdre, ou quasiment rien, quoi qu’il puisse arriver.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Continuer de stocker du froid pendant la saison froide

Quelle drôle d’idée !

Non ?…

Tout le monde sait que les accumulateurs de froid posés dans le congélateur ne servent qu’en été, pour avoir des bières fraîches sur la plage lors des pique-niques plein de nanas bronzées.

Bon éventuellement aussi, de temps en temps, ça sert pour ramener les courses, pour que les glaces rhum-raisins ne décongèlent pas dans les embouteillages, mais c’est tout.

Dès que l’été est fini on peut faire comme tout le monde, on les vire du congélateur pour faire plus de place pour le bourrer à fond à fond à fond.

Jusqu’au jour où on pleure, parce qu’en pleine crise économique, c’est pas du tout le moment de jeter 300 euros de nourriture congelée à cause d’une longue coupure de courant, pour une petite tempête de rien du tout. Pouf ! 300 euros…
Un petit vent jusqu’à 150 km/h pendant trois jours (comme au début du mois), et plus de 50.000 personnes sont en permanence sans courant électrique. Pendant le temps des réparations sur les lignes, d’autres sont arrachées par le vent, et des dizaines de milliers d’autres foyers se retrouvent sans électricité.

Ou bien il tombe à peine un mois de pluie en quelques minutes et c’est le même cirque.
30 centimètres de neige dans la nuit, et hop ! encore.

C’est à croire qu’on ne peut pas compter sur le réseau de distribution de courant électrique.

Continuer de stocker du froid aussi pendant l’hiver n’est peut être pas une idée aussi farfelue finalement…

Si la chaine du froid s’interrompt un peu trop longtemps, ce qui était congelé devient impropre à la consommation.

Il ne faut jamais recongeler un produit décongelé.

En cas de rupture du froid, vous n’avez que quelques jours pour consommer vos stocks.

Donc, la première des précautions est de ne plus entasser de grandes quantités d’aliments dans votre réfrigérateur, congélateur.

Pas plus de quatre jours de nourriture surgelée

Moins de 4 jours de nourriture dans le congélateur

Mon congélateur familial est clairement représentatif de la confiance que j’ai en ces appareils : Absolument aucune.

Il ne contient que de la nourriture pour 4 jours maximum. En cas de panne de courant, presque rien ne devrait être gaspillé.

Par contre les placards sont pleins d’aliments qui peuvent être stockés très longtemps sans frais, ni dépenses énergétiques : du riz, des pâtes, du blé, des lentilles, des haricots, des boites de thon, de corned-beaf, du sucre, de la farine,…

Regardez l’état de la Grèce après 5 ans de récession. Toutes les classes sociales souffrent maintenant de la faim. Des aliments qui se conservent un grand nombre d’années et qui sont encore abordables ici, vous serez contents de les trouver bientôt dans vos placards.
Pensez-y en faisant vos courses.
Les congélateurs ne sont pas un système de survie fiable.

Les blocs pour glacière conservent le froid plus longtemps que la simple glace

Avoir différentes tailles pour s’adapter à tous les besoins

Les blocs d’accumulateurs de froid sont un très bon investissement. Ils se conservent un très grand nombre d’années et ne coûtent presque rien.

En posséder de plusieurs taille permet de toujours avoir le bon format pour conserver des aliments, des médicaments, pour s’adapter à toutes les boites, tous les sacs…

Stockage du froid grâce à des bouteilles de plastique vides

Stockage de froid gratuit

Mais on peut aussi en fabriquer sans rien dépenser. Des bouteilles en plastiques remplies d’eau suffisent largement.

Congélation de bouteilles d'eau dans les places libres du congélateur

Puisque le congélateur fonctionne en permanence, qu’il soit vide ou plein, autant profiter des casiers vides pour stocker du froid, au cas où.

Les bouteilles d’eau ont un autre avantage. En cas de coupure de l’alimentation du réseau d’eau, vous aurez plusieurs litres d’eau potable. Il suffit de les laisser se décongeler.

Attention : ne recongelez JAMAIS une bouteille d’eau décongelée. Videz là, par exemple sur vos plantes. Rincez la bouteille avant de la re-remplir pour la recongeler.

En été j’utilise ces bouteilles d’eau pour les poser derrière un simple ventilateur. En quelques minutes ont sent déjà une nette différence dans la pièce.
De toutes façons, le congélateur consomme de l’électricité 24h/24, vide ou plein. Autant en profiter pour avoir une petite climatisation portable pratiquement gratuite.

Glaçons colorés à laisser dans les bacs du congélateur

Des témoins de décongélation qui ne coûtent rien

Si le congélateur est dans la maison où vous vivez, vous remarquez presque certainement les coupures de courant de plusieurs heures. Donc vous savez que vous n’avez que quelques jours pour manger les aliments, après il faudra les jeter.

Si le congélateur est dans un autre bâtiment, mettre un témoin de décongélation est une excellente idée. Sans ça, vous risquez de manger des plats qui risquent de vous faire beaucoup de mal.

Il n’y a pas besoin de dépenser beaucoup. Par exemple, de simples bacs à glaçons de forme sympa, ou des petits moules à gâteaux, avec trois gouttes de colorant alimentaire, et hop! c’est tout.

Un petit coeur rose posé bien en évidence dans chaque bac.
S’il saute aux yeux, c’est que tout est bon.
S’il est fondu… il faut jeter les steacks.

Si vous avez suivi les informations sur les conséquences du petit ouragan de rien du tout qui vient de frapper les états unis, vous avez vous aussi constaté que 6 jour après son passage, 500.000 new-yorkais étaient toujours sans électricité.

La mer monte à peine de 4 minuscules mètres (alors que les autorités s’étaient préparées pour 1 seul mètre) et c’est encore un carnage.
Des réseaux électriques, des transformateurs, une grosse centrale sous les eaux.
Pareil pour toute la distribution de carburant. Donc plus non plus de groupes électrogènes qui fonctionnent.

Dépendre totalement des réseaux de distribution est une mauvaise chose.

A chaque gros problème, des dizaines de milliers de personnes doivent être secourues.

Pour tout ce qui est essentiel, c’est bon d’avoir un minimum d’autonomie, une bonne marge de sécurité pour ne pas souffrir autant que les autres.

J’adore cette règle survivaliste, je la répète souvent :

  • Un moyen de se procurer l’essentiel, c’est rien ;
  • Deux, c’est mieux ;
  • Au moins trois moyens de se procurer l’indispensable, c’est bon.

Puis comme c’est dans un contexte de crise économique et qu’on ne roule pas sur l’or, les solutions qui ne coûtent presque rien et qui peuvent s’utiliser en dehors des catastrophes sont de très bonnes solutions.

Le froid stocké pour la fin du monde peut aussi servir pour les pique-niques sur une plage pleine de nanas.

L’été prochain (si on ne meurt pas tous le 21 décembre 2012) je leur montrerai mes gros coeurs en glaçons roses.
Je suis sûr que ça va en faire fondre…

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr