Tag Archive for stock

Un monde sans essence

Vous croyez que la fin du pétrole est pour dans 60 ans ? 50 ans ? 35 ans ?
17 ans ?
… beaucoup moins ?

Et si ça arrivait subitement, seriez vous prêt ?

Voici concrètement comment les choses se passent à New York, quelques jours après le passage de l’ouragan Sandy :

6 heures d’attente avec un jerrican à la main pour obtenir quelques litres d’essence. Des kilomètres de queue en voiture devant les seulement cinq points de distribution.
Beaucoup de gens ne peuvent plus se rendre à leur travail…

Sandy : pénurie d’essence à New York et dans le New Jersey

 

Pour vous préparer à tous les risques (catastrophe météo, grève des distributeurs, évacuation urgente,…) vous pouvez déjà faire deux choses simples :

– Ne jamais descendre en dessous de la moitié du réservoir de votre véhicule ;

– Toujours avoir un jerrican d’avance.

Un jerrican ce n’est vraiment pas beaucoup. Pendant la crise il faudra essayer de rouler le moins possible, tout en évitant les embouteillages où le moteur consomme sans avancer.
La climatisation entraine une surconsommation. Si le temps vous permet de vous en passer, votre réservoir se videra très légèrement moins vite.

Le carburant dans les jerricans ne se conservera pas très longtemps. C’est pour cette raison qu’il ne faut raisonnablement stocker qu’une petite quantité.
Environ tous les trois mois, remplissez le réservoir de votre véhicule avec le contenu des jerricans et re-remplissez les bidons à la pompe.

Ces conseils sont aussi valables pour tous les appareils à moteur thermique, même sans être des véhicules : groupe électrogène, tronçonneuse,…
Stockez juste un peu pour ne rien perdre, et renouvelez souvent.

Si vous avez impérativement besoin d’avoir du 220 volts 24h/24 alors il vous faut un groupe électrogène. Ceux des années 80 consomment comme un camion, ce qui veut dire très peu d’autonomie. Les récents intègrent les nouvelles technologies des constructeurs automobiles pour réduire la consommation.
Remplacer un vieux groupe peut être une opération rapidement rentable, si vous l’utilisez souvent.
Ces appareils ne servent pas qu’à faire fonctionner un congélateur ou un lave-linge, un chauffage électrique quand la ligne est coupée. Ils permettent aussi de très nombreuses utilisations en nomade : se servir d’outils puissants loin d’une ligne électrique, avoir du 220 volts en camping, mais aussi brancher une chaine hifi sur la plage pour 80 personnes les soirs d’été,…

Pour les véhicules, d’une manière générale, il vaut mieux que vous commenciez à organiser vos vies pour faire très peu de route.
80 kilomètres par jour pour aller travailler, ou aller souvent voir votre maman à 300 kilomètres, ce n’est plus du tout une bonne idée avec le prix du pétrole qui augment constamment, en même temps que le pouvoir d’achat fond.

Une autre solution pour faire des économies est de vous demander si vous avez réellement besoin de déplacer un véhicule de 1800 kilos à chaque petit trajet. Un deux roues beaucoup plus léger consommerait énormément moins.
Surtout si vous vivez dans une ville où plusieurs jours par an, votre moteur tourne dans les bouchons sans avancer d’un centimètre.
Le fabriquant de GPS TomTom nous fait profiter de son analyse de la situation. Voir là.
A ce propos, pour ceux qui passent énormément d’heures dans leur voiture, il semble intéressant d’investir dans un GPS avec la fonction info trafic. Le petit surcoût permet d’économiser du carburant et du temps. Tout cumulé, ça semble être une opération rentable dès la première année.

  Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Par où commencer pour devenir autonome ?

Avant de penser à l’idéal, la « Base Autonome durable », qui implique un profond changement de vie, plutôt couteux, et un investissement total de soi, il est bon de commencer tout petit.
Apprendre déjà à gérer les urgences ordinaires, c’est mieux que de se préparer à survivre deux ans à la chute d’un gros météore.

Soyons lucide. Dans ce monde, ce qui est le plus probable, c’est de très bientôt perdre son pouvoir d’achat. Ou le voir diminuer de moitié, comme dans les pays de la zone euro qui sont déjà en faillite.
Déjà que les gens s’en sortent mal avec un salaire complet, imaginez comme ça va être dur avec 50% de revenus en moins, comme les fonctionnaires grecs.
Ou pire, 100% de salaire en moins.
Même une entreprise qui vous engageait depuis 25 ans peut s’effondrer, maintenant que la concurrence est mondiale. Des pays qui paient 200 euros leurs salariés ont de bonnes chances de fournir les français à votre place.

Je vous recommande très vivement de faire pour tout ce qui vous est essentiel, un stock d’au moins deux mois.
C’est vraiment un minimum, et en réalité c’est très largement en-dessous de ce dont vous aurez besoin en cas de problème, mais ça permet de gérer l’urgence.

Gérer l’urgence

Vous avez vu ce qu’il se passe partout quand une grève des professionnels du pétrole est annoncée ?

En 4 heures et demie, il n’y a plus d’essence dans toutes les pompes autours de chez vous.

Pour les stocks des magasins, c’est encore pire. Si les gens se ruent sur certains produits, tout va être épuisé instantanément, parce que les magasins ne stockent pas pour économiser de l’argent. Ils ne possèdent que ce qui sera vendu jusqu’à la prochaine livraison.

Si vous n’avez pas de quoi gérer l’urgence, vous risquez de dépenser très cher.

Par exemple, si vous tombez en panne d’essence sur l’autoroute.
Vous devrez payez le remorquage, avec probablement une belle amende. Le dépannage peut vous immobiliser longtemps.
Si vous tombez en panne en dehors de l’autoroute, sur une route très isolée, un matin de jour férié, vous voulez parier que le dépannage viendra 5 à 12 heures plus tard ?

Lors de la guerre en ex-Yougoslavie, une boite de conserve se négociait 46 dollars au marché noir. Lorsque les gens meurent de faim, que l’on ne peut plus s’approvisionner en choses vitales, ça n’est plus le prix des choses banales que l’on trouve facilement partout en temps normal, pour quelques piécettes.

Pour commencer à stocker, voici quelques conseils :

– Quoiqu’on vous dise, quoi que puissent prétendre les gens sur internet, les forums survivalistes, les gourous de fin du monde, les journalistes de la presse à scandales, regardez vos besoins à vous, ce que votre famille utilise, ce qui vous est essentiel.

Si vous ne fumez pas, stocker 100 paquets de clopes pour troquer, ça n’est pas prioritaire. Le tabac se périme vite. Avant l’effondrement de la réalité qu’on connait, tant que ce n’est pas le crash total, revendre ou troquer du tabac pour survivre est illégal et sévèrement réprimé.

– Par contre si vous adorez les pâtes ou le corned-beaf, le parmesan, le miel de lavande, le beurrrk! nutella malsain plein d’huile de palme, si vous en rachetez tous les mois, voilà ce qu’il est très judicieux de stocker :
Ce que vous utilisez réellement, vous.

Une manière simple de commencer tout doucement son stock est, lorsque vous le pouvez financièrement, d’acheter deux ou trois produits au lieu d’un seul.
Vous apprécierez vraiment d’avoir de l’avance en cas de mauvaise passe avec manque d’argent, des grèves nationales, de pénuries,…
Vous pourrez puiser sans manque dans vos réserves le temps que la situation se stabilise.

Imaginez qu’une panne de courant paralyse la ville pendant plusieurs heures (jours, semaines, mois). Si vous n’avez qu’une carte bancaire pour payer, vous n’avez Rien pour payer ce dont vous avez besoin.

Avoir un chéquier d’avance est une bonne solution de dépannage (si vous ne faites pas partie des 21% de français déjà dans le rouge avec leur banque tous les mois).
Avoir quelques centaines d’euros de côté en liquidité est une très bonne précaution.

Un jerrican de votre carburant, essence ou diesel, dans le coffre. Ne jamais laisser la jauge descendre en dessous de la moitié du réservoir.
Si vous avez eu la très bonne idée d’avoir un jerrican de stock, remettez tous les trois mois le carburant dans votre voiture, puis re-remplissez le jerrican en passant à la pompe. Le carburant a une date de péremption plutôt courte.

Comme pour tous vos stocks, il faut savoir clairement ce que vous avez d’avance. Tout rassembler ce qui est de même nature au même endroit vous évitera des doublons inutiles, des gaspillages.
Vous pourrez voir immédiatement quels produits ont une date limite d’utilisation presque atteinte, pour les utiliser en premier.

Nourriture, piles, trousse à pharmacie,…

Pour bien se préparer aux problèmes gênants les plus courants et même si vous n’y avez encore jamais été confronté, il est bon d’investir quelques euros dans certains produits. Ca n’est pas du tout de l’argent perdu :

Bougies, allumettes, petit stock de savonnettes, des pansements de toutes les tailles (réellement totalement indispensable même en temps de paix), désinfectant, deux bidons de javel, plusieurs lampes avec leurs piles, des petits tampax, des gros tampax, des moyens tampax…
… TOUT ce qui est très gênant quand on en a pas lorsqu’il en faut impérativement.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr