Tag Archive for production

Les légumes racines ne semblent pas convenir dans un mini-potager d’auto-suffisance

Avec maintenant 5 ans de pratique intensive du jardinage et des centaines et des centaines de variétés plantées, je pense arrêter presque tous les légumes racines et les bulbes : carottes, panais, pommes de terre..

Non pas tous, presque tous. Certains n’ont pas besoin d’être en grand nombre pour être utiles. Par exemple au pied d’un prunier malade, 4 gousses d’ails ont réglé le problème. Les substances antibiotiques de l’ail sont passées dans la terre, puis dans les racines, puis jusqu’au bout des feuilles. Les plantes peuvent influencer ou protéger les autres espèces autour. Quelques pieds d’ail ça ne prend pas de place.

Par contre, et c’est justement ça le problème, pour presque tous les légumes racines et les bulbes il faut beaucoup de place, pour plein de raisons.

On ne peut pas les faire pousser serrés pour en avoir plus. Si ça n’a pas plein de place autour ça ne donne que de la tige, la racine ne grossit pas. Et comme justement c’est la partie qui nous intéresse, autant dire que c’est un ratage total.

Pour savoir si c’est mûr il faut en sortir de terre. Ce n’est pas comme les fruits et légumes qu’on a clairement déjà sous les yeux.
Quand on n’a pas beaucoup de place et que le rendement est donc limité, ça déçoit vraiment d’en gaspiller pour voir l’état de maturité. En plus on ne voit pas vraiment où on enfonce la fourche et des fois ça traverse de part en part le seul beau bulbe de la récolte, ou bien la tige de la plante se casse alors que les patates ne sont pas encore prêtes…
Le problème est qu’on ne voit pas à travers la terre. Pour pouvoir se permettre de casser ou rater une petite partie, il faut en avoir beaucoup.

Toutes les choses mises en pleine terre restent à la même place quelques mois. Ce n’est pas comme des pots que l’on peut déplacer quand les plantes ne semblent pas aimer la luminosité de l’endroit.
Et on ne peut même pas profiter de la place au sol tant que rien n’est sorti de terre pour poser des pots, comme on peut le faire entre des pieds de tomates par exemple. La loi de l’emmerdement maximum veut que les graines, bulbes, racines, trucs qui daignent sortir de terre se cognent la tête justement sous le seul petit pot qu’on met sans rien d’autre à des mètres autour, et donc ça ne peut pas grandir et ça meurt, rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!…

Non, franchement, les légumes racines, ça n’en vaut vraiment pas la peine sur une très petite surface.

Et puis la récolte est fatigante. Ce n’est pas de la cueillette tranquillou, il faut creuser. Retourner presque l’équivalent de l’Himalaya pour quelques patates criblées de trous de fourche, tssss….

Donc, je nuance un peu les choses pour les potagers d’autosuffisance.
Les carottes, pommes de terre, betteraves, bulbes… sont de très bons légumes, nourrissants, plein de qualités, qui se conservent longtemps, mais il faut de la place pour faire pousser ces légumes.

Personnellement j’arrête.

Je préfère optimiser mon peu de place presque rien qu’avec des plantes dont la partie qui m’intéresse est au-dessus de la surface du sol.
Si besoin les tiges en pleine terre peuvent se déplacer d’un coup de petite pelle. Pour les pots c’est aussi facile, on les met où on a de la place. Si la lumière (donc la chaleur et l’humidité) ne leur plait pas, on peut simplement déplacer les pots.

On peut cultiver sur plusieurs hauteurs. Par exemple des salades, de 15 à 30 centimètres, entre des pieds de tomates de 1 à 2 mètres, sous des arbres de 3 à 6 mètres…
Alors que pour les légumes dont la partie qui nous intéresse est sous terre, grosso-modo on n’a que les 25 centimètres sous la surface qui sont utilisables.
On ne peut pas avoir du rendement sur une petite surface.

Je ne conseille plus de cultiver des légumes racines dans un mini-potager anti-crise.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Le moyen le plus facile et rapide pour suspendre des pots

Ce petit article peut intéresser énormément de monde autour de vous. Pas seulement ceux qui manquent de pouvoir d’achat maintenant que la crise s’est considérablement aggravée.
Les personnes aisées peuvent s’en inspirer comme base facile pour faire de la décoration, en intérieur ou en extérieur.
Dans des pots on peut planter autre chose que des légumes, comme par exemple des fleurs, mais aussi vos aromates préférés, ou des remèdes traditionnels…
Donc, cet article peut aussi intéresser ceux qui veulent se préparer à la faillite de la France après l’escroquerie des 70 milliards volés grâce à la Grèce, ou à la guerre contre les musulmans qui devient de plus en plus inévitable.

Dans une guerre il ne faut pas espérer continuer simplement à aller faire vos courses dans des magasins toujours plein, comme maintenant.
Ne pas sortir de chez soi, c’est une manière de ne pas se faire tirer dessus par les snipers, ou se prendre un obus de mortier sur une place de marché, comme à Sarajevo, une ville assiégée dans un pays qui n’existe même plus sur les cartes, détruit par l’invasion très massive de musulmans tueurs qui ont remplacé la population de souche.

Après des tas d’essais (dont beaucoup trop plutôt stupides pour faire pousser des plantes « à l’envers ») j’en reviens aux choses les plus simples, qui fonctionnent tout simplement.
Des plantes qui poussent normalement du bas vers le haut,
avec des racines dans de la terre,
dans un pot avec un fond plat, facile à déplacer et à poser n’importe où, pour toutes les manipulations et le transport.

Donc, des pots tout bêtes.
Ca marche.

On peut les suspendre de façon magnifique juste en attachant joliment des cordes colorées, en glissant des perles et tout le tralala. Pour ça je vous laisse chercher vous-mêmes sur le web.
Il faut des dizaines de mètres de ficelle par pot et des journées entières à sacrifier si vous voulez couvrir seulement un mur.

Pot suspendu deco d interieur en macrame de cordelette rose bonbon, barre

Ce que je vais vous montrer se fait à la chaine en trois grosses minutes par pot, avec moins de deux mètres de corde. C’est très économique en plus d’être super rapide.
… mais vous pouvez vous inspirer de la base pour ajouter de la fantaisie.
Juste alterner différentes couleurs et formes de pots avec quelques couleurs de ficelles, c’est joli aussi, surtout quand il y a des fruits et des fleurs.

Les pots ne doivent pas être trop lourds. Evitez la terre cuite pour cet usage.

La terre pèse déjà très lourd, encore plus quand elle est gorgée d’eau.
Donc pour ne pas abimer le mur ou le plafond, ne prenez que des pots en matériaux légers et ne contenant que quelques litres de terre.

…  mais pas trop petits pour ne pas être obligé d’arroser tous les jours, tout en ayant assez de nutriments dans le pot pour la plante.

Si vous avez de grands pots lourds, même en plastique mais gros, gardez-les bien posés au sol, pour cultiver de grandes plantes.

Mur de tomate

Sur mes photos les pots contiennent de jeunes plants de tomates.
Malgré la taille des plantes adultes, en petit pot suspendu, ça marche, mais la production est seulement environ du tiers de la production normale des mêmes plantes en pleine terre.
En cas de pénurie, c’est toujours ça de gagné.

Il n’y a pas besoin de tuteurs (en bambou c’est de 2 à 4,50 euros pièce à la jardinerie du coin de la rue). Pour les protéger des vents violents il suffit de replier les plantes et de les attacher aux ficelles.

Pots de tomates suspendus au dessus d une etagere remplie de pots de fraisiers

Sur 24 petits pots suspendus sur environ 5 mètres, j’ai 9 variétés différentes de tomates, de tailles différentes, couleurs différentes, saveurs différentes, ne donnant pas des fruits à la même époque, pour avoir une petite production permanente sur trois mois minimum.
Sous l’étagère au-dessous, 6 variétés de fraisiers et quelques fleurs de différentes couleurs, tailles et parfums pour attirer le plus possible de pollinisateurs.

Dans quelques mois, quand ces plants de tomates mourront, je planterai définitivement des fraisiers dans les pots. La taille est parfaite pour ces plantes.
En plus ça permet de cultiver et tailler sans avoir à se baisser ou se casser le dos.
Tout est à portée de main.
Il n’y a aucun effort à faire pour faire tourner les pots pour aller derrière.

Percer 4 trous facilement avec une perceuseIl vous faut de quoi faire 4 trous bien nets par pot.
Pas besoin de plus, c’est très stable. Les pots ne peuvent pas se renverser. En plus le vent ne fait pas beaucoup tourner les pots attachés de cette manière, donc les tiges sont raisonnablement protégées de la casse.

Si vous utilisez des pots en plastique, vous pouvez par exemple utiliser une perceuse avec un foret ordinaire à bois, ou un fer à souder, ou même une simple pointe en métal bien piquante. Il ne faut pas forcer pour ne pas risquer de casser ou fragiliser le pot.

L’eau d’arrosage sortira immédiatement par ces trous et sera perdue pour la plante, alors ne percez surtout pas trop bas.

Au-dessus il faut assez de plastique pour ne pas casser ou se déchirer avec le poids de la terre et de l’eau d’arrosage.
S’il y a beaucoup plus de plastique que nécessaire, que c’est solide, vous pourrez même superposer deux hauteurs de pots sur un seul clou ou crochet, donc encore doubler votre surface cultivable.
… surtout que les murs et le plafond sont normalement stériles, donc tout ce qui sort de ces pots ne devrait pas exister normalement. C’est que du bonheur.

Comment passer la ficelle correctement

Donc, 4 trous, à peu près à la même distance les uns des autres, autour du pot, comme un carré.

Une seule ficelle passe dans les 4 trous. Ca permet de pouvoir régler les niveaux instantanément sans batailler pour remettre les pots droits. Il suffit de faire coulisser la ficelle et les deux boucles auront toujours la bonne longueur des deux côtés du pot.

Un seul noeud ne suffit pasUn seul noeud ne suffira pas.

A chaque arrosage ou chaque pluie, les cordes naturelles vont gonfler puis se relâcher, et les cordes en fibres artificielles vont être lubrifiées par l’eau.
Le vent va faire bouger les pots et ça va être un carnage, pour le pot et ce qui peut se trouver en-dessous.

Donc, deux noeuds.

Au moins deux noeuds sont necessaires

Si la corde est un peu plus longue que le minimum nécessaire, vous pouvez régler facilement la hauteur avec juste un autre noeud.

Si la corde est coupée trop courte, c’est mort. Donc autant laisser un peu de marge par prudence, ce qui permettra aussi éventuellement par la suite d’accrocher les pots ailleurs, si les plantes ne se plaisent pas, ou que vous déménagez.

Un troisieme noeud pour le reglage precis de la longueur des boucles_GF

Avec cette manière de faire, la plus simple possible, où tous les pots sont indépendants des autres, vous pouvez changer la place des pots très facilement sans vous compliquer la vie.

Pour en superposer deux, il suffit de faire passer chaque boucle du pot du dessus dans la boucle juste au dessous.
Juste deux boucles à emboiter. Même valls devrait pouvoir le faire, et pourtant il a l’air totalement bon à rien.

Emboiter deux pots facilement en un clin d oeilEt c’est tout.

A vous les récoltes qui normalement ne devraient pas exister, sur des murs ou au plafond, sans avoir besoin de sortir de chez vous, sans produits chimiques, sans conservateurs, sans pesticides, sans OGM, sans emballages inutiles, gratuitement ou presque…

Mur de tomates, de fraisiers, de fleurs

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr