Tag Archive for policier

L’attentat musulman quotidien…

Aujourd’hui encore, un musulman a tiré sur des policiers, en tuant une jeune femme et blessant son collègue.

Il portait un gilet pare-balle, un fusil mitrailleur et un pistolet.

Une fusillade a éclaté à Montrouge (Hauts-de-Seine), au sud de Paris, touchant grièvement deux policiers municipaux. Un des deux officiers, une femme, est décédé.

Les témoignages restent pour le moment contradictoires. Des policiers, qui intervenaient sur un accident de la circulation, ont été pris pour cible par un ou deux agresseurs. « Un véhicule s’est arrêté, on a tiré sur les policiers municipaux »

 

Il est où l’islam de paix dont les médias et les politiciens nous parlent ?

Je ne l’ai pas vu une seule fois en plusieurs années.

 

7 ans de prison et 100 000 euros d’amende pour chaque pourri des troupes politiques de la dictature socialiste

Chaque pourriture de la police politique de valls qui a arrêté des manifestants pour le port de tee-shirts de la manif pour tous, risque 7 ans de prison et 100.000 euros d’amende…

 

Code pénal
Partie législative
LIVRE IV : Des crimes et délits contre la nation, l’Etat et la paix publique
TITRE III : Des atteintes à l’autorité de l’Etat
CHAPITRE II : Des atteintes à l’administration publique commises par des personnes exerçant une fonction publique.
Section 2 : Des abus d’autorité commis contre les particuliers.
Paragraphe 1 : Des atteintes à la liberté individuelle.
Article 432-4
Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 – art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002
Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, agissant dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, d’ordonner ou d’accomplir arbitrairement un acte attentatoire à la liberté individuelle est puni de sept ans d’emprisonnement et de 100000 euros d’amende.
Lorsque l’acte attentatoire consiste en une détention ou une rétention d’une durée de plus de sept jours, la peine est portée à trente ans de réclusion criminelle et à 450000 euros d’amende.
Article 432-5
Modifié par Ordonnance n°2000-916 du 19 septembre 2000 – art. 3 (V) JORF 22 septembre 2000 en vigueur le 1er janvier 2002
Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ayant eu connaissance, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, d’une privation de liberté illégale, de s’abstenir volontairement soit d’y mettre fin si elle en a le pouvoir, soit, dans le cas contraire, de provoquer l’intervention d’une autorité compétente, est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45000 euros d’amende.
Le fait, par une personne visée à l’alinéa précédent ayant eu connaissance, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, d’une privation de liberté dont l’illégalité est alléguée, de s’abstenir volontairement soit de procéder aux vérifications nécessaires si elle en a le pouvoir, soit, dans le cas contraire, de transmettre la réclamation à une autorité compétente, est puni d’un an d’emprisonnement et de 15000 euros d’amende lorsque la privation de liberté, reconnue illégale, s’est poursuivie.
Manif pour tous, acharnement policier sur ceux qui ne se défendent pas