Tag Archive for fiable

Les distributeurs automatiques de nourriture, du cash pendant l’effondrement

C’est curieux comme les choses peuvent changer d’aspect en fonction du niveau de vie général :
Dans une société économiquement pas encore trop sinistrée, les distributeurs automatiques étaient un bon plan, du cash 24H/24, sans contrainte d’heures d’ouvertures, de charges salariales, de majorations pour jours fériés ou de travail de nuit…

Dans une société infestée comme Marseille par les « chances » pour la France, en plus du prix de la machine, au minimum 3000 euros, plutôt 4000, il fallait prévoir un blindage fait sur mesure par un artisan, environ 3000 euros. Malgré ça, il fallait prévoir plusieurs dégradations ou incendies tous les ans. Donc ce n’était plus un bon plan.
En plus il fallait compter sur un véhicule, réfrigéré, l’essence, hors de prix, les assurances pour le véhicule, la société, les machines, le vandalisme…

Par contre, bizarrement, alors que le pays est maintenant totalement sinistré, les distributeurs automatiques peuvent redevenir un bon plan.

L’europe bancaire est devenue un enfer : dans plusieurs pays les comptes ont été bloqués une semaine sans prévenir, les gens n’avaient plus accès à leur argent.
A Chypre une grande partie à même été volée par les politiciens et cela a débouché sur une « loi » permettant de faire la même chose « légalement » dans tous les pays d’europe.

… donc avoir un compte bancaire hors d’europe pour les paiements par carte, sans contact ou par téléphone portable, l’argent est protégé sur un compte qui continuera de fonctionner à l’étranger pendant que tout le pays sera bloqué. Non saisissable par bruxelles, en plus.

L’état et les institutions sont devenus les ennemis du peuple.

Robinet ouvert laissant couler des pieces de monnaie

Et pas seulement pour empêcher le blocage bancaire. Un distributeur c’est aussi et surtout du cash, en petites sommes.

Du cash.

Des pièces dans les mains. Du concret. Qui s’échange, qui fonctionne. Pas saisissable d’un clic par des voleurs en cols blancs dans un pays étranger.

Curieusement, ce n’est pas parce que la situation s’est améliorée qu’un distributeur automatique semble redevenir un bon plan,
mais parce qu’au contraire la situation s’est considérablement dégradée dans tous les domaines.

Vous savez que les gens ont besoin de manger, tous les jours, plusieurs fois par jour, ou de boire, énoooooooormément, pendant la canicule.

L’alimentation est un secteur moins sensible à la crise.
C’est un peu comme le dentifrice. Malgré la baisse du pouvoir d’achat généralisée, les ventes de dentifrice ne baissent pas.

Certaines niches d’activité valent la peine.

Billets sortant d un distributeur automatique

Même en cas de blocage des banques, c’est l’assurance d’avoir son propre distributeur qui fonctionne, grâce au cash sur place, et au compte à l’étranger pour les paiements électroniques.

Donc, dans ce contexte, c’est un choix à nouveau sensé.

 

Pour ce qui concerne les problèmes qui avaient entrainé l’abandon de mon projet de création d’une chaine distributeurs automatiques « bio », voici comment je vais les contourner :

– Pas besoin de véhicule, à plusieurs milliers d’euros, réfrigérés, puisque je suis intéressé par un emplacement à 100 mètres de chez moi, à 50 mètres d’un tout nouveau centre commercial.
Donc pas non plus besoin d’assurance, ni du colossal budget d’essence.
Il me suffit d’un chariot à main.

– Je peux utiliser la centrale d’achat de la superette voisine pour les boissons, les barres chocolatées, les chewings gums, les salades en boite de conserve métalliques…

– Le nouveau centre commercial est totalement vide. A part la superette, tous les locaux sont vides. Forcément, les gens ne sont pas fadas. Avec un tel taux de prélèvement, c’est maintenant presque impossible de créer en France.
Donc, c’est le moment pour négocier une bonne remise sur le plus petit local du centre, pour y déposer les stocks de roulement.

– Pas besoin de locaux réfrigérés si c’est juste pour déposer des cartons de malbouffe coca à température ambiante. J’abandonne l’idée de vendre du bio de grande qualité, ultra frais.
Pas de frais de frigo, de maintenance, de contrôle de froid tous les deux ans, de dizaines de règlements. Une sorte de bureau suffit pour des boissons et des conserves de salades, des biscuits, des bonbons…

– L’emplacement choisi est extrêmement passant, donc ça réduit un peu le risque de casse par des voleurs, des vandales.

– Il y a un commissariat à moins d’un kilomètre.
Donner aux 48 policiers une carte électronique de remise de 20% c’est m’assurer d’une présence ultra-fréquente de policiers autour du distributeurs, de jour comme de nuit, férié ou pas.

– … un distributeur qui de toutes façons va être blindé, pour s’adapter à l’époque.

– Les sociétés de vente de distributeurs sont tellement prises à la gorge que les conditions de ventes sont très avantageuses. Un étalement très doux du crédit, autofinancé par la machine. Avec maintenance, ligne de téléphone pour que les clients puissent joindre une centrale en cas de panne au lieu de casser le distributeur…
C’est énormément plus intéressant d’acheter du neuf que de l’occasion, sans aucun service.

– L’argent en cash est de la trésorerie immédiate, en fond de roulement.
Les paiements, même électroniques, sont faits avant même de prendre la nourriture.
… qui par contre elle peut être payée à trois mois à la centrale d’achat.
Ce qui laisse une très bonne marge pour tout.

Honnêtement, je crois qu’un distributeur automatique redevient un vraiment bon plan.

 

Tenez, avant de finir, un cadeau. Finalement je ne me servirai pas pour moi-même de cette idée, ma santé ne me permet plus de longues sorties.

Vous avez vu les files d’attentes hallucinantes dans les fêtes, les concerts, les évènements en plein air de tout l’été ?
C’est insupportable.
Des fois un quart d’heure dans la foule sous le soleil pour arriver jusqu’à la serveuse et avoir un verre.

De l’argent qui coule à flot, mais le personnel ne suit pas. Compter la monnaie prend mille ans, parler aux gens, tout ça.
Avec des distributeurs automatiques, tout est fait très vite. Pas de blabla. Les gens comptent eux-mêmes. Ca distribue et encaisse à la chaine.

Donc voilà, l’idée en or est de mettre deux ou quatre distributeurs automatiques de boissons et de nourriture sur une remorque de voiture, et profiter des concerts partout dans la région pendant que les clients payent d’eux-mêmes et travaillent d’eux-mêmes, font tout d’eux-mêmes, sans leur verser de charges salariales :
Ils comptent la monnaie, se servent, se font engueuler eux-mêmes par les gens derrière si ils trainent trop, tout ça.
Le bonheur…

Remorque de voiture tres stable avec 4 roues

Imaginez. Deux distributeurs réfrigérés. Un groupe électrogène, une énorme glacière pour re-remplir pendant toute la fête.

Avec un coffrage blindé et une puce GPS si en dehors des évènements, vous laissez la remorque sur un rond-point, ou tout le reste de l’année en dehors de la belle saison.

Pour les fêtes, un détail important à savoir, est qu’un distributeur automatique ne peut pas contenir d’alcool, pour ne pas vendre sans contrôle à des mineurs.
Mais toutes les autres boissons, c’est le jackpot.

Voilà, c’est cadeau.

Repassez de temps en temps. Vous n’aurez même pas à voler les idées, ici on les partage gratuitement avec tout le monde.
Nous sommes tous liés.
Si tout le monde est au chômage et que toutes les activités s’arrêtent, on est tous plus mal.
Si plein de choses redémarrent, tout ira de mieux en mieux pour toutes nos familles.
Servez-vous.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Derniers électrochocs avant la mort de l’euro

Derniers électrochocs aujourd’hui avant l’annonce prochaine de la mort de l’euro.

L’euro doit encore être sauvé. Pourtant c’était annoncé comme une monnaie viable et forte, de confiance. C’est pour ça qu’on l’a eu, non ?

Tous les sauvetages précédents ayant échoué, la banque centrale européenne (BCE) sort la dernière carte :
Alors qu’elle n’a pas été crée pour ça, que ce n’est pas sa fonction, elle improvise le rachat de dettes publiques des pays européens entrainés dans la mort par celle de l’euro.

Une somme complètement délirante de 60 MILLIARDS D’EUROS va être investie CHAQUE MOIS.
(Je vous dis un secret mais ne le répétez pas :
Ca ne va pas lui coûter grand chose en vérité, puisqu’il s’agit de rien. De monnaie vide. Du vent. Une simple décision de « fabriquer » fictivement l’argent nécessaire. Pas d’effort, pas de travail, juste dire Abracadabra ! Ayez Confiance ! en imprimant plus de billets.
C’est magique. Rien devient 60 milliards tous les mois. C’est des trucs de banquiers. Pour eux ça ne s’appelle pas fabriquer de la fausse monnaie, c’est « légal ».
Mais shhhhut).

Et donc, là, les médias du système vous présentent ça comme une bonne chose.
Youpi ! les marchés financiers repartent.

Reve de bisounours
Tenez, je vous copie une ligne magnifique sur lemonde.fr :
« Les marchés financiers ont d’ailleurs accueilli favorablement cette annonce : les indices des bourses européennes ont grimpé d’un peu plus de 1 % en milieu d’après-midi. Et les taux d’emprunt de la France, de l’Espagne et de l’Italie ont atteint leurs plus bas niveaux historiques »…

C’est extra-ordinaire, non ?
Ca donne confiance.
Ceux qui n’y connaissent rien et qui regardent les médias croient qu’il y a une amélioration qui permet de faire de bonnes affaires.

Les pros comprennent plutôt :  !!! ! ! vendez vite tout ce que vous pouvez en urgence dans les semaines qui viennent avant que la manipulation ne soit révélée et que tous les naïfs s’aperçoivent de l’escroqueriiiie !!!! ! ! ! ! !

Et si les taux sont au plus bas niveau historique, c’est parce que même malgré l’artillerie très lourde employée par les escrocs qui vous gouvernent, les marchés obéissent à la loi de l’offre et de la demande.
Si personne ne veut acheter une chose, son prix baisse.

Si les plus riches n’investissent plus dans des placements purement financiers d’une zone dont la monnaie perd énormément de sa valeur, imprimée sur du vent, parce que les professionnels savent que c’est tellement risqué que c’est encore plus que stupide, carrément suicidaire,
le taux est forcément proche de zéro.

… donc, il faut trouver de nouveaux pigeons pour récupérer ce qui peut encore l’être.

D’où les campagnes de désin… pardon… d’information, sur tous les médias appartenant tous à des grands financiers.

Retenez que l’euro est sauvé, que vous pouvez avoir confiance.

Tout est toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.
Youpiiiii…

Bisounours pervers, drogués et tueurs

Une « loi » est passée, évidemment encore sans que les citoyens ne la votent ni n’en entendent parler. Ce n’était même pas en France. C’est pratique de créer les « lois » très loin des oreilles des français, à bruxelles.

L’escroquerie de Chypre étant un succès total (pas un seul voleur mort et même pas une seule poursuite judiciaire), le test a permis de vérifier qu’il était possible de bloquer tous les comptes d’un pays sans prévenir, et d’en voler une partie dans la plus totale impunité.
Incroyable.
Donc puisque ça marche, pourquoi se priver ?
Allez hop ! une « loi » pour permettre le blocage des comptes et leur pillage à l’échelle de toute l’europe. « Pour le bien général », évidemment. Comme toujours.

Et comme les voleurs seront à des milliers de kilomètres, vous ne pourrez pas les égorger ou les brûler vifs quand ils auront volé vos biens, en un clic.
Clic.

« Votre compte courant vient d’être débité de 10% pour la participation solidaire au sauvetage des pays endettés ».

« Votre Plan d’Epargne Logement vient d’être débité de 10% pour la participation solidaire au sauvetage des pays endettés ».

« Votre compte courant d’entreprise vient d’être débité de 10% pour la participation solidaire au sauvetage des pays endettés »

Vous avez perdu combien d’argent l’année dernière en plaçant votre argent sur un livret A ?
Vous avez fait le calcul ?
C’est rentable, hein ?

Je regretterais presque de ne pas en avoir, tiens…

Palette en pin

Au lieu de faire de la compta aujourd’hui, j’ai ramené une palette depuis le commerce du bout de la rue jusqu’à chez moi, en marchant tranquillement du côté baigné de soleil. C’était agréable.
Demain j’y mettrai quelques coups de scie pour me chauffer deux jours gratuitement, sans monnaie.
C’est fou ça. A notre époque on peut encore se chauffer sans passer par un compte bancaire en euro.
Halalaaaa… des fois je suis vraiment comme un homme des cavernes.

Chutes et miettes pour se chauffer

Ce soir je prépare mes semis pour ce weekend.
Une grosse vingtaine de variétés de tomates, salades, aubergines, poireaux, courgettes, plantes aromatiques…
à partir de quelques pincées de quelques centimes de graines prises dans des sachets d’un à trois euros, se conservant et s’utilisant plusieurs années.

Semis à l'intérieur de la maison, sur une table improvisée, dans des boites transparentes de croissants

A semer confortablement assis devant une table, dans les boites à gâteau en plastique transparent des bûches de Noël et des gâteaux des rois chrétiens, sauvées quelques mois de la poubelle.

Avec le terreau à semis, tout ça va peut être me coûter… 4 euros.

C’est une somme.

L’euro est une monnaie énorme, solide, forte, qui a beaucoup de valeur.
C’est ce que j’ai cru comprendre dans ce que les journalistes, les hauts fonctionnaires et les politiciens, disent aujourd’hui aux informations.

Comme je vais semer au moins quatre fois plus de graines que ce dont j’ai besoin, je vais distribuer des plants gratuitement aux gens que j’aime bien autour de moi. J’ai l’impression que ça va leur être utile cette année.
Quelques dizaines de kilos de fruits, légumes, aromates, tisanes, sans conservateurs, sans pesticides, sans traitements chimiques…

C’est quand même des cadeaux à quelques centimes.
Avec un euro aussi puissant qui vaut tellement, c’est presque comme recevoir des diamants tous les trois jours.

Petit saladier de tomates

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Comment avoir une sauvegarde informatique fiable

Grâce aux ordinateurs, une catastrophe peut arriver instantanément, même sans votre intervention.

Vous avez vu ce qui s’est passé à Chypre ces deux dernières semaines ?
Instantanément les banques ont informatiquement bloqué tous les comptes, tous les avoirs de tous les clients, sans prévenir.
Ce n’était pas l’argent des banques, et pourtant elles l’ont confisqué et ont interdit aux propriétaires de s’en servir.

Vous voyez le problème de confier vos vies à un système qui peut trahir la confiance de millions de gens en un clic.

L’argent n’est pas la seule chose que l’on puisse mettre « à l’abri » ailleurs. On peut aussi bêtement faire confiance à une des plus grandes marques du monde pour héberger ses données. Des fois ça se passe aussi mal qu’avec des banques.

Voici quelques conseils utiles pour votre sécurité.

Rien n’est fiable.

Avoir vos données sur une clé usb n’est pas une bonne idée.

Les clés sont petites, elles se perdent facilement.
Elles s’oublient quelque part. Elles se volent.
Elles tombent en panne d’un coup.
Des ordinateurs les effacent sans prévenir, si si, ça arrive. J’ai eu un ordinateur HP sous windows vista qui formatait systématiquement et immédiatement mes dvd de sauvegarde au moment où je les insérais, sans remède possible, pourtant j’ai tout essayé et je suis très bon en informatique. Certains systèmes, certains ordinateurs ont des défauts qui les rendent imprévisibles ou inutilisables professionnellement.
(… comme la pire erreur est de ne rien retenir d’une erreur, il faut en tenir compte pour ne plus jamais acheter les marques à problèmes. Et vu qu’en plus c’est un des ordinateurs portables dont le vice de fabrication des cartes graphiques NVidia GeForce 8600M GS a été frauduleusement dissimulé par HP, je profite de l’occasion pour leur faire une publicité bien méritée, et toc).

Mais une simple rayure, on un coup de chaleur derrière une vitre au soleil peuvent définitivement détruire vos données.

… donc, une sauvegarde sur un dvd non plus, n’est pas une bonne idée.

D’une manière générale, avoir vos données sur un petit support (clé usb, carte mémoire, cd, dvd, disque dur externe), n’est pas sûr.

J’ai cassé un disque dur en le faisant tomber sur une table d’une hauteur de moins de 20 centimètres. Les disques durs sont extrêmement fragiles.
Et les prises usb peuvent finir par avoir du jeu et se dessouder à force de servir.

Si vous n’avez qu’un exemplaire, sur un petit support, en cas de problème vous perdez tout.

 

Epave d'ordinateur rouillé, brulé, cassé, éventré

Mais sans être nomade, si vous n’avez qu’un seul exemplaire, sur votre ordinateur à la maison ou au bureau, vous pouvez tout perdre instantanément en cas de vol, incendie, inondation, panne de disque dur, virus méchant avec un antivirus périmé, piratage, bug informatique, éruption solaire anormalement puissante, simple coup de foudre,…

Quelque soit le support, le problème est toujours le même :

Ne jamais mettre tous ses oeufs dans le même panier.

Toujours avoir une sauvegarde, sur un autre support. Et surtout pas dans la même pièce, ou dans le même sac.

 

Pour contourner tous les cas possibles liés aux supports matériels, vous pouvez utiliser le « cloud ».
C’est le mot à la mode pour parler d’un dossier hébergé quelque part sur internet, protégé par un mot de passe.

Avec n’importe quel ordinateur ou un smartphone, vous avez accès à vos données, partout, tout le temps.
Même si vous êtes à l’étranger et qu’on vous a volé votre sac, avec votre clé usb, votre portefeuille,… vous avez encore accès à une copie scannée de votre carte d’identité, de votre permis de conduire, de vos contrats d’assurance, etc… tout ce que vous avez stocké dans les dossiers.

logo WWW dans des mains ouvertes

Il y a en plus un avantage très intéressant par rapports aux sauvegardes sur différents supports : tout ce qui est enregistré dans le dossier est toujours à jour, quelque soit l’appareil utilisé pour consulter les données.

Par contre, il ne faut surtout pas oublier la règle précédente : NE JAMAIS, JAMAIS, JAMAIS, METTRE TOUS SES OEUFS DANS LE MEME PANIER.

Considérez dès le départ qu’un dossier virtuel, dans le cloud, est aussi peu fiable qu’une clé usb et tout se passera bien.
Comme une clé, vous pouvez perdre ce qui est dedans.

Imaginez que du jour au lendemain, sans aucune des raisons précédentes, vos données soient d’un coup inaccessibles.
Pas parce qu’il y a eu un piratage, mais par exemple juste parce que le fournisseur de service met simplement à jour son logiciel, et casse tout.

Si si, c’est possible.

C’est justement pourquoi je me décide enfin à rédiger un dossier sur la sécurisation des données.

Tenez, regardez cette copie d’écran, faite ce soir :

 

Blocage imédiat, sans prévenir du compte hotmail skydrive msnMSN est devenu SKYPE récemment. Il a fallu mettre à jour les programmes… et ça s’est mal passé.

Sur deux ordinateurs et un smartphone qui utilisaient le même mot de passe, après la mise à jour obligatoire, un n’avait plus accès au dossier de partage SKYDRIVE, inclus dans le compte HOTMAIL.

… et d’un coup, plus aucun n’a eu accès à mon dossier partagé entre tous mes ordinateurs.

 

Considérez qu’un stockage en ligne est aussi peu fiable qu’une clé usb et tout se passera bien.

 

Dans mon cas, je ne perds rien, puisque le dossier Skydrive hébergé chez microsoft est une COPIE du dossier qui est sur mes disques durs. Heureusement pas la seule version existante, qui peut devenir inaccessible pour un problème de connexion internet ou de mot de passe.

Par contre, je viens immédiatement de désinstaller skydrive et skype.
Une entreprise qui se plante à ce point, je ne peux pas lui faire confiance professionnellement. Donc, l’adresse email ne sera jamais débloquée, le compte plus jamais utilisé, je m’en fous.
Il me faut un prestataire de service sur lequel je puisse compter.

Et justement, les sociétés qui offrent des espaces de stockage en ligne ne manquent pas : dropbox, sugarsynch, ubuntu one,…

 

Considérez qu’un hébergeur n’est pas plus sûr qu’une simple clé usb.
Donc, ce n’est qu’une copie de sécurité.

Personnellement, j’ai donc, 2 ordinateurs qui ont pratiquement les mêmes données, des sauvegardes sur disque dur usb facilement mises à jour grâce à un logiciel de synchronisation comme groobax, et quelques comptes de dossiers partagés en ligne.

La perte d’un ou deux support ou compte ne posera aucun problème.

 

Trousse à outil de sécurité en ligne, chez un hébergeur de service indépendant de votre matériel

En cas de travail en équipe, avoir un dossier partagé synchronisé et à jour pour tout le monde peut à priori sembler une excellente idée.
A priori.

Dans la pratique, c’est une catastrophe.

Ce qui est parfaitement sécurisé chez vous, peut ne pas du tout l’être sur l’ordinateur de quelqu’un d’autre, infesté de virus, programmes espions, malwares en tous genres.

Vous n’êtes pas à l’abri non plus des erreurs de manipulation, des effacement accidentels, ou volontaires.
Quelqu’un peut effacer définitivement VOS fichiers parce qu’il ne comprend pas leur intérêt et veut libérer de la place dans le dossier partagé, sans vous en avoir parlé avant.

Le compte commun peut être piraté.

Un bug chez l’hébergeur peut vous faire perdre des documents…

Vos fichiers, vos documents, votre travail, vos données, ne doivent pas être partagés avec une possibilité de modification ou de destruction par d’autres.

L’original ou la seule copie ne doit JAMAIS être dans le dossier en ligne (ni sur un support amovible, clé usb, dvd, disque dur externe…)

Vous devez toujours avoir un autre exemplaire sur un disque dur (ou un dvd, une clé usb…).

Que quelqu’un ait le mot de passe de votre dossier partagé en ligne est une mauvaise idée.
Mais si vous le faites, utilisez ces deux précautions :
– Chacun crée son propre sous-dossier à son nom,
– Et dans votre dossier ne mettez pas les originaux, mais une copie. (Ou si vous travaillez bêtement directement dans ce dossiers, faites souvent une copie de sauvegarde).

 

Le stockage en ligne est très pratique, mais aussi peu fiable que les supports physiques.

Le moyen le plus sûr de ne rien perdre est de faire souvent une copie sur les trois systèmes :
– Sur votre disque dur,
– Sur un support externe, pas conservé dans la même pièce ni le même sac,
– Et dans un dossier dans le « cloud ».

En cumulant les précautions, en diversifiant pour ne pas tout mettre dans le même panier, vous ne devriez rien perdre, ou quasiment rien, quoi qu’il puisse arriver.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr