Tag Archive for chauffage

Comment fabriquer (très) facilement et gratuitement des bûchettes de papier journal pour se chauffer cet hiver

L’actualité du jour parle encore d’une grosse augmentation des factures d’EDF, notre société publique d’énergie que les politiciens traitres et corrompus ont bradée à des financiers privés soi-disant pour faire des économies, et dont les prix ont quasiment doublé depuis.

Donc, vous allez sûrement être motivés pour lire cet article, même si les photos sont particulièrement moches.

Je vais vous montrer quelque chose qui se fait en une minute, sans aucun effort, sans fatigue, sans sciure de bois partout, propre, sans bruit de tronçonneuse, sans électricité, en plus en étant écologique, pour se chauffer gratuitement cet hiver.

Avec cette grosse chaleur, c’est même le moment idéal pour essayer de fabriquer vos premières briquettes en papier journal. Vous allez voir, ça sèche en quelques jours, en été, à l’air libre.
Le séchage est tellement rapide qu’il n’y a pas de moisissure ni d’odeur.

Sechage des buchettes simplement a l air libre au soleil
Le papier journal est fait à base de bois. Ca brûle bien quand il n’y a que quelques feuilles.

Par contre quand vous bourrez une cheminée avec une pile de journaux ou un gros livre, un annuaire, après les premières feuilles en surface, le reste a tendance à se consumer lentement, plutôt que de faire de grandes flammes. C’est justement l’intérêt des briquettes :
Au lieu d’avoir des feuilles séparées qui produisent d’un coup énormément de flammes et beaucoup de chaleur, les feuilles agglomérées en blocs brûlent lentement, ce qui permet d’avoir encore de la chaleur dans la maison à la fin de la nuit, après des heures sans remplissage.

Compresseur a briquette
On trouve facilement des presses à briquettes pour 15 à 30 euros, mais je vous les déconseille très fortement.

J’en ai déjà eu une, elle s’est cassée en même pas deux heures d’utilisation, en trois séances sur deux semaines. Avant elle s’était plein de fois déformée, parce qu’il fallait forcer comme un dingue pour arriver à former les blocs.

Ca n’est pas du tout du bon matériel.
Je ne peux pas vous en conseiller l’achat. Enfin, moi personnellement, je n’en rachèterai plus jamais jamais jamais jamais jamais jamais jamais jamais jamais jamais jamais, mais si vous voulez gaspiller vos sous, faites-vous plaisir.

Je vais plutôt vous montrer comment faire aussi bien, avec une simple barre solide dont la surface est lisse, et de l’eau.

Materiel necessaire, un recipien d eau et une barre de fer ou un baton
Enfin quand je dis « aussi bien », en réalité c’est beaucoup mieux. Vous pouvez fabriquer des bûchettes de toutes les tailles, petites pour de la chaleur rapide, ne durant pas une heure, ou grosses pour durer presque toute la nuit.
Avec cette manière de faire, avec une barre ou un bâton, un manche à balai, il y a un trou central qui permet d’aérer la bûchette et qui permet une très bonne conbustion.

Si la surface de la barre ou du tube et lisse, elle glissera sans effort pour sortir de la bûche. Donc une barre de fer ou un morceau de tube, c’est très bien.

Pile de papier journal a recycler gratuitement en bois de chauffage

Vous ne pouvez pas utiliser n’importe quel papier pour brûler dans une cheminée ou un poêle.

Depuis quelques années, le papier glacé a une mauvaise odeur quand il brûle. La fabrication a dû changer la composition, les produits. C’est peut être dû aussi au blanchiment.
Je sais qu’il y a un gros changement à cause de la couleur du haut de la cheminée, sur le toit. Alors que je brûle toujours les mêmes choses depuis 30 ans, la cheminée est devenue noire ces dernières années. Le papier brûlé a une mauvaise odeur.

(A mon avis c’est à cause du recyclage industriel du papier, avec des tonnes de produits chimiques, mais, shhhut, faut pas le dire, il y a plein de gens qui croient que le recyclage industriel du papier c’est vraiment une bonne chose pour la planète).

Donc, utilisez le moins possible de papier glacé. Juste pour faire des boulettes pour l’allumage, en recyclant les publicités de boite à lettre, mais pas comme composant des briquettes que vous allez faire.

Le papier journal ordinaire, non blanchi, pas glacé, n’a pas cette mauvaise odeur de magazine brûlé.

Je vous recommande de faire des tas de journaux rassemblés par même taille, pour travailler très vite.

Il suffit de prendre un petit tas de quelques journaux, d’un a deux centimètres selon le résultat final que vous souhaitez, et de le mouiller.

Facile.

Le papier journal est bien mouille

Laissez tremper juste un instant, en secouant un peu pour que l’eau glisse vite entre les feuilles.
Vraiment pas besoin de laisser tremper toute une nuit.

Journaux enroules sur le tube

Avant de rouler tout le bloc, mettez un journal mouillé de côté pour la finition.

Si vous roulez tout le bloc en une fois, en séchant les feuilles vont se séparer, se dérouler, et donc brûler trop vite.

Buchette ratee qui eclate en sechant

Par contre si après avoir roulé vos journaux, vous passez une deuxième couche avec un seul journal, toutes les feuilles vont bien rester en place dans un seul bloc.

Bonne buchette qui reste comme un bloc

Donc, voilà, vous prenez votre petit tas de journaux mouillés simplement avec de l’eau, sans colle, rien, juste de l’eau.
Vous mettez un journal mouillé à part pour la fin.

Journaux enroules sur le tube

Vous roulez le bloc de journaux sur la barre solide à surface lisse que vous pourrez retirer facilement du tube de journaux.
Rien de compliqué.

Puis vous prenez le journal supplémentaire pour finir d’enrouler le tube, et garder toutes les pages biens liées ensemble.

Journaux enroules sur une barre de fer

C’est aussi facile que d’utiliser un rouleau a pâtisserie.

Quand vous roulerez, le trop plein d’eau va sortir, donc installez vous là où ça peut couler sans faire de dégât.

Tube enleve

Vous retirez la barre, en la faisant glisser. Vous voyez donc pourquoi il faut une surface lisse plutôt que n’importe quel bâton rugueux ou déformé.

Une barre lisse glisse facilement, sans abimer votre bûche.

Legere compression de la buchette

Ensuite, ça dépend de ce que vous avez utilisé comme tube. Si le trou central est minuscule comme celui des briquettes compressées des supermarchés, ne changez rien.

Si le trou est plus gros, vous pouvez écraser un peu la bûche mouillée pour l’aplatir, donc réduire le diamètre du trou central, donc l’arrivée d’air, ce qui prolongera sensiblement sa durée.

Cette manière de faire a un avantage. Puisque les bûchettes ne sont pas rondes, elles ne rouleront pas. Là où vous les poserez elles resteront. Sur une table ou dans la cheminée. Même pour le séchage à l’air libre un jour de vent.

Produit final obtenu en moins d une minuteEt c’est déjà fini.

Disposez la bûchette de préférence à plat juste sur le dernier bord de journal, pour l’empêcher de s’ouvrir en séchant.
Pas besoin de colle, de lien, de matériel…

Sechage des buchettes simplement a l air libre au soleil

Avec cette chaleur en seulement quelques jours toute l’humidité aura disparue, puis vous pourrez les stocker pour l’hiver sans moisissure ni odeur.

Et pof !

Du chauffage à zéro euro.

Cagette de buches gratuites maison en journaux recycles

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • comment fabriquer des briquettes de charbon (19)
  • presse a briquette (14)
  • presse briquette papier (12)
  • presse briquette (12)
  • buche en papier journal (10)
  • buche de papier (9)
  • comment se chauffer gratuitement (8)
  • brique de papier (6)
  • comment faire des briques de papier (6)
  • brique papier compressé (5)

Couper du bois plus facilement

On est des millions à en avoir plus que marre des « lois » complètement stupides de ce gouvernement de clowns nuisibles. Leur interdiction de se chauffer au bois, c’est inacceptable.

Donc, puisque on n’est pas près de s’arrêter de couper du bois, voici quelques vidéos qui devraient vous donner des idées pour vous simplifier la vie : moins d’efforts, énormément moins de temps investi, plus de confort, des économies…
mieux que toutes les taxes écologiques réunies imposées par les politiciens, qui ne nous apportent absolument rien, juste plus de dépenses.

Mieux que les chevalets en X, voici un petit bricolage très facile, qui peut être fait en moins de deux heures, même avec du bois de palettes récupérées gratuitement aux bords des routes. Ca va très vite puisque les bûches sont coupées 10 par 10 :

Le même principe avec d’autres matériaux :

Là vous voyez que celui qui coupe ne se penche que quelques secondes, ce qui est beaucoup moins usant pour le dos.
Mais mettre le support de bois 15 centimètres plus haut aurait permis de ne jamais avoir besoin de se plier le dos.

Sur la prochaine vidéo vous allez voir un bricolage extraordinaire. On ne manipule pas la tronçonneuse, on ne porte pas son poids, on limite considérablement la fatigue et les risques de maladresse.
Elle est fixée sur un support très solide. La gâchette est reliée à un système simple qui lance le moteur quand une bûche est en place.
Et surtout, il n’y a pas de corvée de ramassage de bois, pas besoin de se baisser des dizaines de fois, puisque tout tombe directement dans une brouette.
C’est fantastique !


Je pensais que c’était ce qu’il y a de mieux, jusqu’à ce que je vois un peu partout sur internet depuis quelques jours cette vidéo :

Une bétonnière recyclée très intelligemment.

On évite tous les problèmes des tronçonneuses, comme par exemple la chaine qui saute, qui fait qu’on passe plus de temps à retendre qu’à travailler.

Pour ceux qui n’ont pas de moyens ou pour ceux qui aiment utiliser une grosse hache pour éclater plein de trucs,
ou qui ont besoin de se défouler parce qu’ils en ont marre de ces putains de socialistes toujours en train de nous casser les couilles et qui méritent des coups de hache dans toutes leurs putains de sales gueules de gros cons, il y a cette méthode pour fendre rapidement des bûches avec un pneu :

Avec les bons gestes, un peu de savoir faire, ou quelques astuces, on voit qu’il n’est pas nécessaire de claquer 3000 euros de fioul pour se chauffer.

Le bûcheron de la vidéo suivante utilise un peu le même principe que le pneu (garder les morceaux à la même place comme une bûche entière) mais avec un système très léger et adaptable de chaine avec un élastique puissant.
Avec deux sandows ordinaires on arrive au même résultat :

Pour le moment je ne retrouve pas la vidéo qui montre comment éclater des bûches en quelques secondes en utilisant le côté plat de la hache, alors je vais vous montrer ce que ça donne pour presque tout le monde qui ne connait pas le principe :

Pour travailler très vite, l’astuce est de ne pas perdre du temps à décrocher la hache à chaque fois. Ce qui est aussi de la fatigue. Et moins d’efficacité, puisque on retient les coups pour ne pas enfoncer trop profondément et ne plus pouvoir retirer la hache.
Donc c’est justement le contraire qu’il faut faire : Taper comme un gros bourrin, que la hache soit solidement coincée dans la bûche. Woui woui.
Et là, plutôt que de la retirer, on soulève la hache avec la bûche coincée, on retourne la hache pour frapper avec le côté plat sur un support dur, la buche au-dessus.
Au choc, le poids de la bûche l’entraine encore plus profondément et la fait éclater.

C’est plutôt pour les hommes un peu sportifs, puisque on ajoute le poids de la bûche à celui de la hache, mais ça permet de fendre en quelques secondes.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • plan chevalet de sciage (12)
  • comment fabriquer un chevalet pour couper du bois (11)
  • fabriquer chevalet buche (9)
  • fabriquer un chevalet pour couper du bois (7)
  • chevalet coupe bois (6)
  • fabriquer un chevalet de tronçonnage (6)
  • chevalet pour couper du bois fabriquer (5)
  • fabriquer un chevalet (5)
  • chevalet a buche (4)
  • couper du bois facilement (4)

Le vrai rendement des énergies propres

Ceux qui vendent du pétrole, du gaz, du charbon, des centrales nucléaires dangereuses de plusieurs milliards qui ne fonctionnent même pas, comme l’EPR,
ces gens qui possèdent aussi les médias ne veulent pas que vous sachiez.

Soi-disant le rendement énergétique serait très faible, comparé aux énergies polluantes.

De la manière dont je vois les choses, le rendement réel est +100%.

Bin oui.
C’est évident.
Puisqu’au départ vous n’avez rien.
Vous n’y mettez pas de combustible, pas de matière première.

Regardez. Une démonstration :
Par exemple, imaginez un très beau paysage.
Au hasard, une plage.
Imaginez que vous regardez les filles qui marchent sur la plage,
leur poitrine gonflée par le désir de vivre, quand elles se déshabillent et font semblant d’être sages.
Le vent qui les décoiffe, et les sourires fugaces. Vous regardez les vagues qui jouent avec leur corps,
le soleil sur leur peau qui joue à cache-cache…

Vous imaginez bien ?

Et bien tout ça, c’est de l’énergie. Partout.

Du soleil, de la chaleur, du vent, de l’eau agitée créant une éternelle colossale force marémotrice, de la gravité qui maintient tout au sol, du moindre petit grain de sable aux beaux gros seins lourds des filles qui marchent sur la plage,
Tout ça c’est de l’énergie, partout !

Et pas de la petite énergie, avec une autonomie pourrie, comme une pile au lithium à 6,40 euros qui dure 1 heure 15 puis sera jeté en empoisonnant 2000 litres d’eau. C’est de l’énergie inusable.
Des forces qui existent depuis le début de l’univers et qui fonctionneront toujours jusqu’à la fin des temps. Et certainement même encore après.

Tout ça, c’est plein de règles physiques surpuissantes. Elles sont tellement évidentes que c’est justement le problème, on ne les remarque plus. On ne voit pas à quel point elles sont magiques et que la nature est bien faite.
Elle nous donne tout ce dont on a besoin. Tout autour de nous est vie et énergie.

Donc à la base, pas de matière première. Pas de combustible à acheter.
Si vous avez le moyen de canaliser ces énergies, même si le rendement de vos appareils est faible, par rapport au rien du départ, c’est +100%.

Ensuite, si vous faites intelligemment les choses, vous pouvez récupérer l’énergie perdue par les autres appareils, qui eux consomment, et que vous utilisez de toute façon.

Par exemple, ajouter une turbine à vapeur dans un système qui produit énormément de chaleur pour son activité. Dans une centrale nucléaire, dans une usine de traitement de la canne à sucre, dans des systèmes d’incinération, dans une fonderie,…
Au lieu de laisser se perdre la vapeur, elle peut être transformée en un mouvement mécanique ou en énergie électrique.

Si au départ vous n’investissez pas une somme délirante, la rentabilité apparait très vite.

Par exemple j’ai un ami qui a ajouté derrière sa cheminée quelques canalisations d’eau qui traversent les murs pour aller dans les deux chambres de ses enfants et la sienne.
La cheminée du salon suffit maintenant pour tout chauffer, alors qu’avant son bricolage, les vieux murs épais empêchaient la chaleur de passer. Maintenant presque tout l’hiver il économise la consommation de 3 chauffages électriques.

Vous pouvez donc réutiliser une partie de ce qui se gaspille pour augmenter différemment l’efficacité. L’air chaud qui partait dans le conduit d’évacuation devient de l’eau chaude qui chauffe la maison.
Mais pas seulement…

Toujours pour quelques dizaines d’euros de simples tuyaux, avec une vitre et quelques matériaux de récupération, vous pouvez fabriquer un panneau solaire thermique pour avoir de l’eau chaude, du chauffage, chaque fois que le soleil brille.
La température de l’eau d’un petit bricolage vite fait de ce genre, varie entre 70 et 250° selon la qualité des matériaux et des formes et volumes de montage.

Vous n’êtes pas obligé de passer par une conversion électrique à chaque fois.

Nos ancêtres vivaient très bien (voir mieux pour beaucoup de choses, même), sans avoir à payer tous les mois un abonnement électrique pour avoir du 220 volts, sur un réseau énorme, hors de prix, qui gaspille de l’énergie rien que par la résistance des câbles longs de dizaines de kilomètres pour apporter l’électricité fabriquée dans d’autres pays.

Selon vos besoins, une petite éolienne en boite de conserve, sur un vieux ventilateur de pc, peut largement suffire pour recharger la veille batterie qui traine dans le garage, qui sert pour un peu de lumière quelques heures de temps en temps et un peu de musique.

Si vous avez un cours d’eau à proximité, une turbine hydraulique fait la même chose que l’éolien.
Ou même toujours sans passer par un générateur électrique, juste avec un axe décentré, une courroie ou quelques roues dentées, vous pouvez par exemple pomper l’eau de la rivière pour alimenter votre chasse d’eau.

Il existe souvent plusieurs manières d’avoir un résultat à peu près équivalent, avec des rendements légèrement différents, pour toujours la même source d’énergie.

Par exemple, selon le débit du cours d’eau, il peut être plus intéressant de remplacer la pompe par un bélier hydraulique, qui transportera aussi de l’eau vers une hauteur sans aucune source d’énergie nécessaire. Le poids de l’eau qui coule suffit.

Et le rendement pourrait vous étonner.
Regardez par exemple cette pompe bélier, fabriquée à partir d’un extincteur recyclé.
4 litres par minute :

La page d’où vient cette image vaut vraiment le coup d’oeil. C’est un travail superbe :
http://aventure-installation.blogspot.fr/search/label/Fabrication%20b%C3%A9lier%20hydraulique

 

Il existe beaucoup d’autres systèmes de pompage. Par exemple par la force d’aspiration d’une cuve d’air simplement laissée à chauffer au soleil.

D’une manière *générale* (il y a des exceptions dont on va parler très bientôt) on peut dire que l’on n’obtient vraiment pas le même rendement, la même vitesse, la même efficacité rapide qu’avec des machines à pétrole ou qui se branchent sur une prise de 220 volts.

… Mais si vous n’êtes pas dans l’urgence, pour vider une cave pendant une inondation, pour empêcher le niveau de monter trop haut et de détruire vos biens, mais juste pour remplir tranquillement votre cuve au fond du jardin, sans prise électrique ni laisser trainer dehors un appareil coûteux qu’on peut vous voler,
le bric à brac facile à faire en énergie libre, mérite qu’on s’y attarde un moment.

L’énergie libre n’est pas qu’une question d’eau qui se déplace, d’eau chaude, de vapeur, d’électricité, de solaire, de vent, de force d’une chute ou d’une rivière.
Il existe des dizaines de machines exploitants des principes et des règles naturelles différentes :

– la température de l’air,
– la force des marées,
– les moteurs à aimants permanents,
– des générateurs d’hydrogène et d’oxygène à partir d’eau ordinaire,

Selon vos besoins, vos habitudes, la place dont vous disposez, les notions scientifiques que vous possédez, vous allez plutôt vous sentir à l’aise avec des réactions chimiques, ou des turbines, ou des canalisations, ou des aimants, ou du feu, ou…

Jetez simplement un oeil dans les vidéos sur youtube, ou dans google. Il existe des milliers de prototypes. Les gens partagent leurs idées.

Je fais partie de ces dingues.
Et j’adore ça.

Savoir qu’on travaille à chercher des solutions non polluantes pour en finir avec le pétrole, le plomb dans l’essence qui rend des millions de personnes malades, la pollution du charbon,… que si on met au point quelque chose qui marche, et qui ne coûte pas grand chose à produire, on va permettre à 7 milliards de personnes dans le monde d’avoir accès à de l’énergie pratiquement illimitée, pour pomper de l’eau, pour s’éclairer, pour mieux vivre,
c’est vraiment sympa, agréable, moral.
C’est très épanouissant comme activité.

A une époque où tout le monde fait la gueule et déprime de plus en plus, mettre un petit coup de main vers la bonne direction me donne souvent un petit sourire en coin, et même parfois des lèvres étirées jusqu’aux oreilles, qui font mal à force de sourire aussi fort.

 

Ca ne se limite pas à bricoler une éolienne en boite de conserves pour pomper de l’eau.
Ou refroidir sa chambre, ou sa voiture quand le soleil cogne trop fort.
Ca ne se limite pas non plus à réduire sa facture de chauffage, ou de gaz pour la cuisine en utilisant des fours solaires ;

Vous pouvez même en faire votre activité professionnelle, alors que le chômage augmente.

 

Si vous avez une idée révolutionnaire vous pouvez déposer un brevet, qui vous rapportera sans rien faire.

Ou vous pouvez prendre les meilleures idées déjà en partage libre sur internet pour mettre au point vos propres machines et les vendre.
Vous pouvez commercialiser seulement des pièces détachées pour construire facilement vos machines.

Les débouchés sont énormes.

Personnellement pour le moment, en plus d’une mini pépinière qui est un échec complet à cause de la très mauvaise météo de cette année, de plusieurs sites web, d’ebooks en préparation, je passe aussi du temps à préparer le lancement d’une activité commerciale en rapport direct avec les énergies libres. J’ai le sentiment que ça va être un excellent plan dans pas longtemps.

Pour le moment, je me contente de proposer à la vente les produits et livres des autres, dans ma boutique, en touchant jusqu’à 5% de commission.
Vous pouvez vous inspirer de l’idée, mais il faut l’améliorer. Je n’ai pas encore vendu un seul livre sur le sujet. Donc, là pour le moment, ce que je fais n’est pas bon.

 

Je place tranquillement mes graines. Je prépare pour plus tard.

Tant qu’on n’aura pas viré ce gouvernement de nuisibles et fait en sorte que la création d’entreprise et le travail ne soient plus sanctionnés, que l’état ne nous vole plus presque tout (donc ce n’est vraiment pas pour cette année), je ne créerai pas une usine de montage en France, pour mes propres moteurs.
A priori ça devrait créer un wagon d’emplois, vu la quantité de compétences nécessaires. (Recherche et développement, fabrication, emballage, expédition, comptabilité, commerce,…)

Mais pour le moment, avec des charges totalement délirantes qui augmentent constamment, alors que la valeur réelle de la monnaie fond, il ne faut surtout pas créer d’emploi en France, on serait presque sûr de faire faillite.

Mais si vous allez dans cette voie, donc construire vos machines pas seulement pour vos besoins énergétiques mais éventuellement aussi dans un but commercial,
je rajoute encore quelques conseils très importants pour bien commencer :

Vous pouvez en faire votre activité, SI vous êtes passionné par le sujet.

Il y a tellement de choses à savoir, que si vous vous lancez la dedans, il vaut mieux être passionné.
Par exemple, sur les trois dernières années, j’ai vu plus de 700 prototypes de moteurs magnétiques ou surnuméraires à aimants. Sur le tas, il n’y en a que 6 qui marchent.

Apprendre à comprendre pourquoi ils ne marchent pas ne vient pas tout seul du jour au lendemain. Il y a énooooooooooooooormément de choses à savoir.

Grâce aux gens qui partagent leurs échecs, nous pouvons tous avancer plus vite vers la fabrication de vrais moteurs propres et performants.

Un échec sur une roue à eau sensée être perpétuelle peut vous apprendre des principes physiques utiles même sur des mécanismes sans aucun liquide.
Chaque fois que vous comprenez pourquoi ça ne marche pas, vous faites un grand pas.

 

Ensuite, le prix de vos machines ou de vos pièces doit être faible.
L’investissement doit être très rapidement rentable. Ca permettra au plus grand nombre de s’équiper avec vos appareils. Les pauvres qui pourront fabriquer à bas prix vos machines, comme ceux aisés qui pourront vous acheter directement des moteurs prêts à fonctionner.

Plus il y aura de moteurs propres sur la planète, mieux le monde entier se portera.

C’est une activité où même en ne voyant que votre intérêt, vous améliorez la vie de tous.

 

Ne pensez pas qu’à un modèle à bas coût en plastique moche.
Eventuellement pensez aussi à un modèle en acier brillant, avec du bois ciré, et un socle noir.
Pas le genre d’appareil qu’on planque à la cave, mais que les élites branchées exposent fièrement dans leur bureau, dans leur salon,…

Pensez aux gens différents de vous avant de commencer à investir au risque de vous planter.
Qui va acheter ?
Homme, femme, ado, sénior, actif, casanier, nomade, pro, perso,…
Posez vous les bonnes questions avant de faire des frais.
Pour qui, pour quoi, comment, combien, forte marge ou pas, etc…

Tout a un coût à prévoir.

 

Presque toutes les bonnes idées ont déjà été creusées.
Maintenant, c’est de l’amélioration. Du mélange d’idées, pour créer quelque chose d’innovant.

Vous pouvez par exemple mélanger plusieurs principes pour optimiser le rendement. Feu, vapeur, électricité, force motrice de l’eau qui condense et redescend en entrainant une deuxième turbine,…
En mettant en chaînes plusieurs idées, vous récupérez ce qui se perd, pour améliorer encore le rendement global de votre machine.

Quelques watts produits 24h/24 peuvent être stockés dans une batterie pour faire fonctionner des appareils trop puissants pour les brancher directement au moteur.

 

Complexifier le système en enchainant plusieurs mécanismes complémentaires et différents,
mélanger les énergies, c’est bien, MAIS :
Essayez de simplifier au maximum tout ce que vous pouvez.

Moins il y a de pièces, moins c’est cher à fabriquer.

Si vous vendez 500 machines en économisant 4 euros sur chacune, l’économie n’est pas négligeable, pour une pièce en moins, ou avec moins de matière première, ou des matériaux plus courants et abordables.
Moins il y a pièces, de frictions, de forces, de mouvements parasites, de surpoids, moins il y aura d’usure et de risques de pannes, donc de surcoût de fonctionnement.
Donc dès le départ, moins de clients mécontents qui vont faire une mauvaise publicité et détruire votre entreprise qui commence à peine.

Le mécanisme parfait est atteint quand vous ne pouvez plus rien enlever.

 

Entourez vous de personnes très compétentes.
De préférences des profs de science, ou des artisans avec de longues années d’expérience, ou des ingénieurs, des techniciens de centrales hydroélectriques,…

Et ne sous estimez pas vos idées.

Si vous créez une dynamique, vous êtes le boss.
Vous guidez, vous dirigez l’orchestre. Même si vos collègues sont plus compétents que vous, ils n’ont pas eu l’idée de s’y mettre avant que vous leur mettiez vos prototypes en mains.

Croyez en vous.

Par exemple, Troy Reed ne savait pas, contrairement à toutes les grosses têtes autour de lui, que l’on ne peut pas faire de mouvement perpétuel, qu’on ne peut pas faire d’énergie à partir de rien, une évidence enseignée par les profs de science.
Du coup, il a travaillé sur des idées nouvelles, des « hérésies » scientifiques, et maintenant il se promène dans une voiture qui n’a pas besoin d’essence, qui fonctionne juste avec des aimants puissants qui canalisent le champ magnétique terrestre.

Si vous vous sentez à l’étroit dans les règles des autres, imposez les vôtres.
Ce monde ne marche pas de toute façon. Il agonise. Nous n’avons plus grand chose à perdre à tout changer.

Vos nouvelles idées seront peut être celles qui rendront les gens heureux.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage.
Les hanches qui balancent et les sourires fugaces,
Je regarde les vagues qui jouent avec leur corps.

J’aime.

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage,
Quand elles se déhabillent et font semblant d’être sages,
Leurs yeux qui se demandent mais quel est ce garçon ?

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage
Leur ventre qui se colle sur le sable chaud,
Le vent qui les décoiffe et les sourires fugaces.

J’aime regarder les filles qui marchent sur la plage

Je regarde les vagues qui jouent avec leur corps…

Recherches populaires vers cette page :

  • belier hydraulique (25)
  • pompe bélier (24)
  • bélier hydraulique a vendre (19)
  • pompe bélier a vendre (13)
  • machine de fabrication de glacon carbonique (10)
  • vente belier hydraulique a vendre (3)
  • vente pompe belier (2)
  • comment fabriquer un belier hydraulique (2)
  • fabriquer une pompe belier (1)
  • pompe bélier plan extincteur (1)

Trop grosses factures de chauffage

Presque 600.000 foyers français ont été privés de chauffage cette année.

Pas à cause des tempêtes de neige, du vent à 150 km/h, des inondations à répétitions à cause du climat complètement déréglé, non.

Là je vous parle seulement des 8 millions de français qui ont du mal à payer leur facture de chauffage.

… parce qu’à cause de nos dirigeants corrompus et/ou complètement incompétents qui ont privatisé le gaz soit disant pour économiser, le prix du gaz a augmenté de 80% depuis 2005.

Donc donc donc, à cause d’eux, 180.000 foyers français ont été déconnectés du réseau du gaz en 2012, et 400.000 pour l’électricité.

Une vidéo du jour d’une minute sur itéle.

Vous aimeriez avoir quelques solutions pour ne plus payer autant ?

Ca tombe bien, des solutions en sortant de ce système, il y en a plein.

La première est de s’habituer au froid.
En plus le froid rend trop sexy.

Comme on consomme plus de calories quand il fait froid, on mincit. Trop bien.

Et on voit des choses appétissantes qui pointent sous les vêtements… miammm…

S'habituer au froid

… miam…

Voir ce genre d’images réchauffe bien, hein ?
Il suffit de les regarder 10 secondes pour que la peau devienne toute chaude.
C’est étonnant.

Sinon on peut aussi faire comme les grecs. Ils ont cinq ans d’avance sur nous sur la faillite de leur pays. Donc ils ont eu le temps de remettre en place ce qui marche vraiment.

Les villes grecques se vident. Les villes sont l’enfer quand il n’y a plus d’argent.
Impossible de se nourrir, impossible de se chauffer, de payer la facture d’électricité, de gaz…

Donc les grecs retournent à la terre. Les propriété familiales à la campagne, à l’abandon depuis 40 ans sont à nouveau habitées.
La terre produit de la nourriture et du bois de chauffage. Ainsi que des remèdes traditionnels, forts utiles quand la sécurité sociale en faillite et surendettée ne rembourse presque plus rien.

Excellente isolation et étonnante résistance au feu
On peut aussi en faire des matériaux d’isolation étonnamment efficaces et performants, comme de la paille compressée, mais pas seulement. On peut aussi construire sa maison comme le font énormément de peuples sur la planète, en utilisant ce qui est naturellement en grande quantité dans l’environnement proche.

Ce genre de maison consomme extrêmement peu d’énergie. Equipée de quelques mètres de panneaux solaires ou d’une éolienne, cela devient un excellent plan pour ne pratiquement plus rien payer en chauffage. On en reparlera en détail très bientôt.

Sans aller jusqu’à construire un bâtiment, juste en dépensant quelques centaines d’euros dans un poêle à bois, on peut utiliser un consommable que l’on trouve naturellement et gratuitement en grande quantité tout autours.

Se chauffer pas cher grâce au bois

Les forêts grecques souffrent. Elles sont pillées.
Les gens qui ont froid coupent du bois illégalement pour se chauffer. Ca se comprend et c’est légitime. La dette qui a détruit tout leur pays n’est pas la leur.
Les conséquences, la pauvreté, les renoncement, le froid, la faim, les privations, c’est leur vie quotidienne.

Là où c’est gênant, c’est que certains en ont fait leur bizness. En raison des réductions de budget, il n’y a plus autant de gardes forestiers qu’avant. Donc ils viennent avec des camions et emportent gratuitement, sans verser un centime de taxe à l’état et aux banquiers, des milliers d’arbres. Ce qui va avoir dans pas longtemps des conséquences écologiques très graves : déforestation, donc érosion du sol, désertification, inondations, appauvrissement de la faune et de la flore,…

… mais donc, ce qu’il faut en retenir, c’est que le bois est la méthode utilisée par ceux qui n’ont plus d’argent pour payer les compagnies de gaz ou d’électricité.

 

A tous points de vue, un poêle à bois semble de plus en plus être le meilleur moyen de chauffer sa maison.

Un modèle de base ne coute pas cher du tout et est très vite rentabilisé.

On peut aussi profiter pour cuisiner dessus pendant qu’on chauffe, pour économiser encore beaucoup d’énergie.
On peut laisser dessus en permanence des bouilloires ou des bouillottes, pour les mettre dans son lit quelques minutes avant de se coucher au lieu de se glisser dans des draps trop froids… mmmmm… trop bon !

 

Pour isoler des portes et fenêtres rapidement et à très bon prix

Pour seulement quelques euros, on peut acheter des rouleaux de plusieurs dizaines de mètres de joints souples en caoutchouc, d’un peu toutes les tailles.

Au lieu de subir un froid glacial à l’intérieur quand le vent souffle, il suffit de calfeutrer les portes et fenêtres. C’est à la portée d’absolument tout le monde tellement c’est simple à faire.
On colle et c’est déjà fini.
Et si c’est mal collé, on repositionne les bandes en quelques secondes, sans gaspillage, sans rien abimer.
Trop bien.

Si vous comptez le faire chez vous, il suffit de respecter les règles élémentaires de prudence, de bon sens :

– Ne pas fermer hermétiquement les pièces. L’air doit pouvoir circuler un minimum.

– Pensez à aérer tous les jours au moins quelques minutes vos habitations. Le gaz carbonique est un gaz lourd, qui s’entasse et rend malade. Rien qu’en France, il y a environ en moyenne 600 personnes par an hospitalisées à cause du monoxyde de carbone.

– Donc, pensez-y encore plus pour la pièce où vous chauffez avec du combustible. Elle doit être plus aérée que toutes les autres. Ne calfeutrez pas trop.

Je vois autour de chez moi que toutes, toutes, les maisons qui ont au moins 40 ans, ont de très grosses fissures à cause de trois ans de sécheresse. Le sol a tellement travaillé qu’il a détruit les bâtiments qui n’avaient pas de bonnes fondations.

Les réparations coûtent de milliers, voire des dizaines de milliers d’euros.
Pour bien faire les choses.

Et même en engageant des professionnels espagnols, qui cassent les prix de 30% par rapport à nos entreprises françaises toutes en train de couler à cause du coût du travail et de cette concurrence européenne totalement déloyale. Bien réparer est du gros travail.

Mais pour passer l’hiver au chaud, surtout si vous avez des fentes dans les murs grosses comme un poing, vous pouvez tout reboucher pour juste une dizaine d’euros.
C’est le premier prix d’une bombe de mousse expansive de calfeutrage, d’isolation.

Pour environ deux euros de plus, vous avez une grande marque, avec une mousse de meilleure qualité, avec une excellente résistance à l’étirement et à l’écrasement. Le très léger surcoût en vaut vraiment la peine. Le sol va forcément encore bouger. En pire, ou en mieux, en reprenant sa place.

Et même si votre maison n’a pas souffert, mais qu’elle est simplement mal isolée avec des petites ouvertures un peu partout. Des trous autour de tuyaux, de gaines électriques, du jour autour des fenêtres, dans les angles du plafond…

La bombe s’utilise en quelques secondes. C’est rapide et simple.

Attention : on peut facilement faire d’énormes dégâts avec ces trucs. Le solvant que les mousses contiennent risque d’abimer beaucoup de choses.

Couvrez de feuilles de journal tout ce que vous voulez protéger avant de commencer.

Prévoyez des chiffons.

Si de la mousse tombe sur un tissus, nettoyez immédiatement avant que la mousse ne prenne.

Si de la mousse tombe sur une surface solide, qui ne craint pas trop, il est parfois plus sage de la laisser prendre et se solidifier quelques heures. Vous pourrez la retirer en arrachant proprement tout le bloc, au lieu d’étaler des traces indélébiles partout.

Pour les conseils de calfeutrage sans empêcher totalement l’air de passer, voir plus haut.

Attention au calfeutrage de tuyaux très chauds. N’employez pas n’importe quoi pour ne pas risquer des incendies. Lisez bien la notice.

Si c’est le bon produit, l’isolation avec des bombes de mousse est trop simple.

 

Pour reboucher parfaitement les petits et gros espaces, les trous autour des conduits, pour parfaire l'isolation

N’en mettez pas trop. Ca gonfle énormément.
Après séchage, vous pourrez couper facilement ce qui est en trop. Et même poncer et peindre. C’est presque magique.

 

Secretaire assise à son bureau, jambes nues

Une autre solution tellement évidente qu’on n’y pense pas, pour se protéger du froid, est de faire comme à l’extérieur.
Si on a froid à la tête, on porte un bonnet.
Si on a froid aux jambes, au lieu de porter un petit survêtement fin d’été, on peut enfiler un gros jean bien chaud et épais…

On peut couvrir les parties qui ont souvent froid, pour conserver sa chaleur et ne pas souffrir.

Si par exemple vous passez un peu trop souvent 7 à 12 heures assis devant votre ordinateur à écrire des articles de super qualité (non ?), c’est bien de se couvrir les jambes.
Là par exemple, j’ai un gros peignoir long en polaire et deux épaisseurs de pantalons de sport. La cheminée s’est éteinte il y a trois heures et je n’ai toujours pas froid. Je suis bien.

Chauffage économique et confortSi le froid est plus important (ou même pour soulager des douleurs) les coussins et couvertures chauffants semblent de plus en plus intéressants.
J’en ai mis cette semaine un assortiment plutôt large dans la boutique, .
Et des bouillottes pour enfants, et pour adultes.

Au lieu de dépenser inutilement un peu trop d’argent à chauffer tout le volume de la pièce, on peut chauffer seulement autour de soi, ou directement la partie où on a froid.

Personnellement je pense investir un petit peu dans une couverture chauffante par personne à la maison. Ca semble être le meilleur choix. C’est utilisable pour dormir, pour passer des heures devant l’ordinateur, pour regarder un film, pour pianoter sur l’iphone, etc…

Un objet bien polyvalent, au lieu d’appareils chauffants spécialisés.

Chaleur animale

… Bon… il y a aussi la solution de la chaleur animale, chiens, chats, lamas, zèbres,… pas besoin de prise électrique, c’est auto-chauffant.

Par contre, ça à l’inconvénient d’avoir des pattes et de se barrer quand on voudrait une bouillotte, tssss…

Puis si l’espèce est mal choisie, c’est une bouillotte pleine d’inconvénients.

Par exemple un chat. Ca perd ses poils partout sur les vêtements propres dans l’armoire, ça vomit sur le lit, ça griffe la porte pour sortir ou entrer quand on dort…

Avec leurs petits cacas de carnivores on ne peut pas faire comme avec les énormes cacas plein de fibres des ruminants, des couches chaudes pour cultiver en plein hiver. Grâce à la fermentation, on peut semer sur un sol à 5 degrés quand tout autour il fait -16.

Cool, non ?

Et si c’est mal fait, la chaleur peut atteindre 70 degrés et donc tuer les plantes.

Pour chauffer toute une serre gratuitement pendant la mauvaise saison, la méthode de nos ancêtres semble particulièrement intéressante.

Mais donc il faut une bébête plus grosse que celle là :

Ron ron ron ron…

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • maison normande (263)
  • filles chaudes en bikini (249)
  • toit de chaume (178)
  • maisons normandes (120)
  • maison en chaume (66)
  • poele a bois (60)
  • maison traditionnelle normande (58)
  • balancelle palette (48)
  • maison normande typique (45)
  • petit poele a bois (40)