Tag Archive for bio

Finalement, investir dans des fruitiers ne suffira pas…

J’ai encore commis une grosse erreur cette année dans mon potager de survie. Ca devrait vous être utile.
Le soleil devenu blanc va provoquer une gigantesque famine bientôt. Il tue les plantes qui ne sont pas sous abris partout sur la planète, et pour les survivantes, le rendement chute catastrophiquement.
Par exemple le maïs, sensé adorer le soleil, a une taille complètement ridicule, même pas un quart de ce qu’il devrait, et sans donner de nourriture.

Ce n’est pas seulement à cause des rayons ultra-violets trop puissants, mais aussi en partie à cause des épandages aériens très massifs environ un jour sur deux sur Marseille (les chemtrails contiennent de l’aluminium qui stérilise les plantes) et la sur-chloration de l’eau dans des proportions telles que deux arrosages directement depuis le tuyau du réseau public tuent les jeunes plantes.
C’est la situation chez moi, mais ce n’est pas une vérité absolue sur tout le territoire. Certains micro-climats sont plutôt épargnés. Par exemple la Bretagne ou d’autres zones pourries où il pleut un jour sur deux et le reste du temps il fait gris. La diffusion dans les nuages protège un peu les plantes et les micro-organismes du sol, de la morsure directe du soleil blanc.

Certaines petites plantes cuisent sur pieds en quelques heures. C’est désespérant. Décourageant.
Ca ne donne plus envie de s’investir dans des cultures, mais si je ne le fais pas et que quand l’enfer va commencer, je devrai me contenter du petit stock que j’ai déjà, il est très fortement probable que ça ne suffira pas.
Quand les magasins seront vides, il est évident que les gens de la famille que je ne fréquente quasiment plus vont se remanifester, pour s’approvisionner chez un survivaliste.

J’avais remarqué que les plantes dont la tige est en bois, résistent énormément mieux que toutes les petites plantes à tiges molles qui poussent en quelques semaines ou mois : tomates, courgettes, poivrons, salades…
Donc depuis l’année dernière j’ai commencé à investir petit à petit sérieusement dans des arbustes, pour les cultiver en très grands pots.

Environ 38 centimètres. C’est assez facilement déplaçable tout en contenant beaucoup de terre et en ayant une réserve d’humidité suffisante.
Je n’achète que des pots premiers prix (moches donc invendus), ou en promos. Un peu moins de 6 euros par gros pot, livraison comprise. C’est financièrement supportable.

J’ai acheté extrêmement peu d’arbustes à 45 euros. C’est plutôt presque que des arbustes entre 12 et 23 euros.
D’une manière générale ça double de taille environ tous les deux ans.
Des fois c’est encore plus spectaculaire. Par exemple mon plus beau pommier, acheté je crois 18 euros à la superette du coin de la rue, il y a deux ans, que j’ai mis en pleine terre, fait maintenant déjà deux fois ma hauteur.

J’ai acheté beaucoup d’arbustes à seulement quelques euros. Par exemple un figuier d’une variété que je n’avais pas à 3,90 euros. J’ai été surpris et écoeuré quand je l’ai reçu. C’était juste une très petite branche avec trois racines. … mais en fait cet été, couvert de feuilles il était magnifique. Je ne regrette plus du tout mon achat.

Des noisetiers, 6 euros, etc. Donc pour le moment j’ai investi le moins possible.

Ces petits arbustes souvent minuscules m’ont permis d’augmenter considérablement la variété de mes cultures. Toutes les variétés réagissent différemment à la canicule, à l’humidité, au froid, aux maladies, aux insectes…

Curieusement, d’une année sur l’autre, un arbre peut être couvert de fruits ou totalement stérile. C’est imprévisible.

Dans mon jardin j’ai un gros figuier en pleine terre et une dizaine de petits figuiers dans des pots de toutes les tailles. Presque que des variétés différentes.
Il est devenu impossible de prévoir comment sera le temps chaque année. Le changement climatique est devenu beaucoup trop extrême.
Le plus possible de variété augmente nettement les chances d’avoir des récoltes.

Avoir des variétés différentes permet aussi d’avoir un étalement des récoltes sur une plus longue période.
J’ai eu des pieds de tomate du genre coeur de boeuf, qui ont donné des fruits énormes, mais pendant seulement trois semaines, tout en même temps, quasiment. Trop d’un coup.

J’ai eu des pieds de tomates cerises qui ont donné continuellement des mini récoltes deux fois par semaine pendant plus de trois mois.

Et on peut avoir des variétés précoces, normales, tardives…

En multipliant les variétés il m’est arrivé d’avoir des petites récoltes de tomates pendant presque 6 mois.
Avant que le soleil blanc ne tue presque toutes les jeunes plantes, je semais souvent une grosse dizaine de variétés chaque année.

… mais maintenant que presque tout meurt ou ne produit rien ou quasiment, je cherche d’autres solutions.

Les arbres fruitiers résistent très bien au changement climatique.

 

Je n’ai perdu que deux arbustes cette année. C’est dans des proportions qui n’ont rien en commun avec l’environ 90% de perte sur les petites plantes annuelles (tomates, poivrons, concombres…) depuis trois ans.

Entre le soleil blanc, la chaleur extrême, la sécheresse, le gel exceptionnel, les chemtrails, la super chloration vigipirate de l’eau, etc, c’était décourageant de continuer à investir des heures et des heures et des heures et des heures, dans la culture de plantes si fragiles.

Donc j’ai changé ma production, mais ça m’a permis de voir que les arbustes ne suffiront pas. Pas au début.

Je commence a avoir une très belle collection d’arbustes fruitiers. Environ 80 gros pots, que des variétés différentes, et encore plein de petits pots qui ne produiront pas avant plusieurs années.

Pour les gros arbustes, je m’attendais à franchement plus de récoltes cette année. En fait, c’était plutôt des échantillons. Trois pommes par ci, deux poires par là, 15 figues par ci, 5 grappes de raisin par là…

Les premières années les fruits sont très peu nombreux (quand il y en a), souvent de petite taille… et souvent même pas bons !

J’ai très fortement sous-estimé le temps qu’il faudra à mes cultures sur tiges en bois pour produire en quantité suffisante pour un potager de survie.

Je suis content de m’être planté. Ca m’apprend que les arbustes fruitiers ne sont pas du tout une stratégie de survie à court terme.

Il faut plusieurs années avant de commencer à avoir un petit rendement.

C’est un investissement sur le long terme, le durable.

Du coup, à ma prochaine commande d’arbustes, au lieu d’acheter encore 40 variétés différentes en très jeunes pousses pas chères, je vais acheter seulement 14 arbustes mais déjà presque en âge de produire. Ce n’est plus du tout le même prix. Grosso-modo presque 45 euros par arbre. Ouch…

… mais ça devrait commencer à produire un peu dès l’année prochaine.
Pas juste des échantillons pour goûter, mais assez pour ne pas avoir à acheter pendant quelques semaines des fruits aux pesticides dans les magasins.

Il n’y a quasiment plus rien qui me tente dans les magasins, maintenant que j’ai pris conscience que quasiment 100% des « aliments » et des boissons contiennent un grand nombre de poisons, en proportions qui rendent malade.
Du coup, ma stratégie de survie par un jardin potager, n’attend pas l’effondrement économique, la guerre ethnique, la famine du changement climatique. Ca permet déjà de survivre aux aliments empoisonnés que tout le monde est contraint de manger.

Je sais que pour un tiers des français, il n’y a quasiment plus d’argent pour pouvoir investir. Les dépenses courantes utilisent toutes les ressources. Impossible donc d’acheter des arbustes un peu chers.

Il reste la solution des boutures, ou de faire pousser à partir de graines, noyaux, pépins récupérés dans la nourriture. C’est quasiment gratuit, mais ça prend des années aussi.
Je crains que le temps qui nous reste ne soit pas suffisant … mais je me trompe peut être. Je croyais que tout allait s’effondrer il y a déjà quelques années. Ca n’a fait que pourrir plus, lentement, dans tous les domaines, mais pas le crash brutal pour lequel je me préparais.

Vous aurez peut être le temps, même sans argent, de faire pousser des arbres fruitiers à partir de petits bouts de branches, de racines, de pépins ou de noyaux des aliments que vous achetez dans les supermarchés.

Ceci dit, c’est quand même du temps et de l’argent très bien investis pour l’avenir, au bout de quelques années.

Regardez ce que je viens de faire, juste aujourd’hui il y a quelques heures. J’ai taillé quelques branches sur mon plus beau pommier, mais au lieu de les jeter ou d’en faire du compost, j’ai fait une quarantaine de superbes boutures :
C’est un bois dur, ça bouture mal, mais j’aurais peut être dans trois ans 6 nouveaux arbres prêts à produire un petit peu, rien qu’à partir des branches taillées gratuitement cette année.


Et c’est comme ça pour tout. Toutes les variétés.
A côté c’est 7 variétés de vignes. J’ai taillé juste quelques branches qui me prenaient trop de place. Et pareil, au lieu de tout transformer en compost, j’ai récupéré les plus belles parties pour faire quelques boutures.

… donc sur le long terme, la stratégie est financièrement très intéressante.

Une belle plante peut donner beaucoup, beaucoup d’autres plantes identiques à partir d’un petit bout de branche et des graines.

Les plantes avec une tige en bois résistent beaucoup mieux aux nouvelles conditions climatiques.
Par contre, d’une année sur l’autre il peut ne pas y avoir de récoltes du tout sur certains arbres. Ce n’est pas plus fiable que les petites plantes annuelles.

Il vaut mieux donc quand même investir aussi dans un petit stock de nourriture de survie. Quelques dizaines de kilos de pâtes, de riz, de légumes secs, lentilles, haricots… en premier prix, dans des petits sachets, à conserver à l’abri de l’humidité, de la lumière et des rongeurs.
Ca ne coûte pas grand chose et c’est une sérieuse assurance vie pour tous types de catastrophes graves.

Ma nouvelle stratégie à base d’arbustes fruitiers ne marche pas vraiment, pas au départ. Il faut plusieurs années avant d’avoir du rendement.

Et à cause des deux grands pruniers très différents, qui n’ont rien donné cette année, rien de rien de rien, je ne peux même pas affirmer que c’est viable.

… donc, je vais me remettre à semer des plantes qui grandissent en quelques mois. Finalement ça me semble à nouveau être une partie de la solution. Tant pis s’il y a 90 % de pertes à cause de la météo folle. 10% c’est mieux que rien du tout.
Et puis vous avez vu les prix dans les magasins ? ça devient du délire complet. Un petit bout de fromage est au prix de l’or.
D’ailleurs je vais reparler des prix un peu plus loin. Ca va vous faire peur.
L’offre baisse, donc la demande et les prix vont flamber.

De mon côté, j’abandonne l’idée d’un potager de survie presque sans entretien à base d’arbres fruitiers, avec une seule taille par an, et une récolte plus ou moins étalée.

Tant pis. L’idée était belle, mais ne marche pas.

Donc par exemple la semaine prochaine je mettrai des fèves dans presque tous les pots. En plus de donner très facilement une récolte sans faire grand chose, les fèves ont la particularité d’absorber l’azote de l’air et de le rendre plus disponible dans la terre pour les autres plantes. Un engrais vert. Que du bonheur.
Et les poules sont folles de ces feuilles, donc de la nourriture quasiment gratuite pour les poules qui donnent de bons oeufs, pour faire des omelettes, des crêpes et des gâteaux, sans dépenser d’argent dans les magasins qui ne vendent que de la bouffe nocive dans du plastique qui met 2000 ans à se désagréger.
Des petites plantes de saison.

J’ai trop sous-estimé le temps nécessaire aux jeunes arbustes pour produire.

Toutes les pages internet et les vidéos youtube montrent tellement d’abondance que je ne m’attendais pas à aussi peu avec autant de variétés dans mon jardin.
Finalement, malgré toutes mes lectures, je ne connais pas encore assez le sujet des arbres fruitiers. On n’est pas un expert parce qu’on avait quelques fruitiers dans le jardin.

Pour toutes les autres petites plantes, qui donnent des récoltes entre quelques semaines et un an et demi (choux par exemple), j’ai testé tellement de centaines d’espèces sur plusieurs années que je crois être devenu plutôt bon… même si il m’arrive encore de dire des conneries dont j’ai honte. Tenez, ma plus belle : les courgettes géantes de ma soeur.

En fait, ses courgettes grandes comme un bras ne sont pas le signe qu’elle jardine mille fois mieux que moi (j’étais jaloux), c’est surtout qu’elle a de la place, pas moi.
Elle peut laisser longtemps des choses sur pied, donc certains fruits arrivent à maturité totale. Les courgettes grandissent et deviennent des courges, remplies de centaines d’énormes graines, pour replanter les années suivantes.
Moi je coupais les courgettes quand elles ressemblaient à peu près à celles des magasins.
A cause du manque de place je ne savais même pas qu’elles devenaient aussi gigantesques si on les laissait sur pied.
Avoir semé pour tester une dizaine de variétés de courgettes pendant plus de 5 ans a quand même laissé une énorme lacune dans ma culture générale sur les courgettes.
Un jour il faudra vraiment que je me décide à apprendre à être humble aussi sur les sujets où je me sens comme un Dieu vivant, tellement je suis meilleur qu’au moins 100 000 français réunis.

Courgettes géantes, tssss…

Une solution que j’ai testée, aussi sans véritable succès, est d’essayer de couvrir les plantes avec de l’ombre, pour les protéger du soleil d’été qui fait mal à la peau en quelques secondes.

J’ai installé des tonnelles premiers prix éparpillées dans le jardin. Avec des filets de camouflage premier prix aussi. C’est un peu ajouré. Ca ne bloque qu’une partie de la lumière directe, trop puissante, mais il y a quand même une énorme quantité d’UV qui passe tout autour.
Par la rotation du soleil, ça couvre les plantes pendant quelques heures par jour.
J’ai eu très peu de pertes en plantes, mais ça n’a pas marché.

Le changement climatique, ce n’est pas qu’un soleil blanc devenu tellement fou que la règle internationale de mesure du soleil a été falsifiée en secret cette année. L’indice UV est passé d’un maximum à 11+ à 12+, d’un coup de baguette magique.

Les autorités internationales savent qu’il y a un problème planétaire et que l’on est déjà dans une merde noire quasiment sans solution, et qu’il leur faut dissimuler le plus longtemps possible, pour éviter le chaos.

Le changement climatique entraine des vents ultra-violents extrêmement fréquents, par exemple toutes les trois semaines l’automne et l’hiver derniers, j’ai dû réparer les tonnelles et/ou les serres.
Normalement le vent est sensé être doux en France. Les poteaux électriques français sont conçus pour résister à seulement 80km/h, ce qui n’arrivait qu’exceptionnellement.
Maintenant c’est tout le temps. Des bourrasques à plus de 90, des fois 140.

Le métal des tonnelles premiers prix est cisaillé de partout.

Les serres sont déchirées de partout. Les jointures en plastique sont éclatées. Les barres de métal pliées…

Ca ne s’arrête plus.

Trois fois l’hiver dernier il y a eu une variation de températures de 14 à 18 degrés en plus ou en moins en quelques jours. Pendant une période de chaleur anormale, d’un coup la température a chuté bien en dessous de zéro.
Une grande partie des bourgeons en France a gelée d’un coup. Ha tiens, je n’avais pas fait le rapprochement, mais c’est probablement justement pour ça que mes deux gros pruniers n’ont rien donné cet été. Ils étaient en fleurs quand il a gelé.

Mes centaines de semis d’agrumes faits patiemment toute l’année à partir de pépins de toutes les bonnes mandarines, les oranges, les citrons, les pamplemousses de supermarché et des variétés rares que l’on m’a offert pour mes cultures, qui étaient bien protégés dans la serre la plus abritée, coincée entre deux murs à l’abri des vents froids, se sont retrouvés d’un coup sans serre, pris dans la glace, par des températures très négatives.

C’est pas un climat marseillais, ça.

C’est comme ça dans toute la France. Dans le monde en fait.

J’ai lu hier un témoignage de sinistrée aux inondations d’il y a quelques jours, qu’elle ne s’attendait pas à ça, puisqu’elle n’est même pas en zone inondable. C’était vraiment très largement au-dessus de toutes les conditions historiquement connues.

Aux informations aujourd’hui un reportage était sur la sècheresse actuelle préoccupante, dans les zones normalement humides, alors que c’est la saison des pluies.
Il y a quelques jours j’ai lu une info que je n’ai pas encore vérifiée (ce soir j’ai la flemme) comme quoi il faudrait une tonne d’eau pour produire un kilo de céréales. Le chiffre semble tellement excessif.

Bon, mis bout à bout, sécheresse, vents destructeurs, gel soudain, soleil brûlant, grêlons gros comme des cannettes de bière dans des période où la grêle n’est jamais tombée, etc, on en arrive à une diminution considérable des cultures.

Les prix vont terriblement augmenter bientôt.
Si vous trouvez que c’est déjà cher, bientôt ça sera inabordable.
La faim va s’installer.

Le changement climatique ne va pas certainement pas s’arrêter d’un coup, alors qu’il empire très fortement tous les ans.

Il va y avoir une pénurie de nourriture.

Et pour le moment je n’ai plus de solutions qui marchent de façon fiable.

Construire quelque chose pour protéger les plantes, ça coûte plutôt cher, même en premier prix, et la météo folle casse tout.

Investir dans les arbres fruitiers, ça coûte très cher, sauf si c’est de très jeunes plantes, mais alors elles ne produisent quasiment rien avant plusieurs années.

Je n’ai plus de solutions presque gratuites comme au début du blog où j’étais émerveillé par la productivité de la moindre pincée de graines posée sur une barquette de récupération, ou dans une brique de lait éventrée, et hop ! des dizaines de kilos de tomates gratuites.

Ca ne marche plus.

Même les plantes n’arrivent plus à survivre dans ce changement climatique.

Je constate qu’il n’y a plus que des solutions non-fiables, avec énormément de gaspillage, des fois zéro rendement, en devant investir de plus en plus dans différents machins, qui ne garantissent même pas que ça marchera.

En fait, voilà, on y est. C’est vraiment du potager de survie maintenant.

L’avenir va être vraiment moche.

Produire de la nourriture ça prend énormément de temps. Des mois ou des années, selon la variété. Si vous voulez mettre votre famille ou votre groupe a l’abri de la grande famine prévisible qui arrive, c’est maintenant que vous devez agir, si vous n’avez pas encore commencé.
Par exemple en semant les pépins des fruits que vous mangez, ou en faisant des boutures d’arbres fruitiers, ou en semant beaucoup plus que ce qui était avant nécessaire pour s’adapter aux pertes délirantes.
Les informations que vous trouverez sur internet ou dans les livres ne seront probablement plus adaptées à la réalité du changement climatique.

Ou peut être que la solution serait simplement de s’installer dans une zone où le climat est presque idéal pour cultiver, mais je ne crois pas que les zones relativement épargnées le seront encore longtemps, à la vitesse où ça dégénère.
Et puis déménager aussi ça coûte énormément. Ce n’est pas possible pour beaucoup de monde, pour beaucoup de raisons différentes.

Ceci dit, que vous croyez ou pas à une énorme famine qui va arriver, faire pousser de la nourriture va de toute façon améliorer votre ordinaire. Les prix sont devenus délirants. Ce qui sort d’un potager est plus abordable.

Chez moi je ne traite jamais, à part quelques granulés anti-limaces très rarement. Donc il n’y a pas de pesticides, pas de conservateurs, pas de résidus cancérigènes de plastiques d’emballages…

Je ne produis pas assez pour être autonome. Je dois encore acheter beaucoup de fruits et légumes. Mais je vois très clairement qu’en ayant énormément réduit ma consommation de produits industriels et en les remplaçant par des fruits, légumes, noix et oeufs, je vais de mieux en mieux tous les mois.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Le vinaigre est un conservateur, un médicament traditionnel, un produit de nettoyage, un désherbant non toxique…

Le vinaigre agit principalement de deux façons :
En changeant localement le niveau d’acidité, les micro-organismes ne peuvent plus vivre. Et l’acidité sert de désincrustant, décrassant, décapant, désodorisant…

En fonction du produit original qui le compose le taux d’acidité peut grimper énormément, ce qui change l’usage du produit.
Un vinaigre de cidre est à base de pommes fermentées. Il ne fait qu’environ 5% d’acidité.

Le vinaigre blanc est à base d’alcool. Il fait souvent 8% d’acidité, mais on peut aussi trouver des bouteilles autour de 16%.

En médicament pour usage interne ou externe, le taux d’acidité doit être très bas pour ne pas nuire au corps.
Même un vinaigre aussi peu concentré que celui de cidre doit être dilué à quelques cuillères dans un verre d’eau, pour soigner un mal de gorge, désinfecter la bouche, pour soigner de l’acné, pour traiter une mycose, pour en finir avec les pellicules et les démangeaisons…
L’acidité très basse après dilution n’attaque pas l’email des dents, ni ne brûle la peau ou les muqueuses.

Au contraire, l’acidité élevée, du vinaigre blanc par exemple, est parfaite pour tout tuer.
Donc il est parfait pour la longue conservation des aliments. C’est ce que vous trouvez dans les bocaux de cornichons, mais on peut aussi conserver un très grand nombre de légumes et même certaines viandes.

Les très fragiles micro-organismes ne peuvent pas vivre dans un milieu dont l’acidité n’est pas idéale. L’acide détruit aussi leurs cellules.
… et donc ces propriétés font que le vinaigre blanc peut aussi remplacer tous les désherbants hyper-toxiques et hors de prix du commerce.

Vous avez vu le prix du roundup en jardinerie ?
Presque 20 euros le petit flacon vaporisateur. Contrairement à ce qui était prétendu dans les publicités le produit ne disparait pas vite, il reste dans le sol environ trente ans, en remplissant les fruits et légumes de produits toxiques, cancérigènes, stérilisateurs, mutagènes, qui donnent des bébés sans bras ou avec une maladie dégénérative dès les premières années de la vie, ou des allergies alimentaires, ou beaucoup de problèmes cumulés.

Bebe malforme, sans membres apres herbicides chimiques
… mais heureusement le roundup peut très facilement être remplacé par du vinaigre.

Le vinaigre blanc est parfait pour cet usage puisqu’il ne coûte quasiment rien. Pour le prix d’un litre de roundup on peut avoir plus de 20 litres de vinaigre d’alcool, et en vérité il en faut très peu si vous savez vous en servir.

Je ne crois que ce que je vois, donc j’ai testé le vinaigre en désherbant ces trois dernières semaines, et franchement, je suis plutôt impressionné par le résultat.

Avec seulement deux litres de vinaigre blanc, en trois vaporisations, une par semaine, j’ai déjà presque totalement supprimé l’invasion d’herbes indésirables dans mon petit jardin.
Et sans pollution du sol.
Sans ajout de produits chimiques toxiques persistants.

Arrachage manuel des mauvaises herbes

L’astuce est très simple. Si on ne veut pas balancer de grandes quantités de vinaigre qui vont tuer longtemps sans distinction tous les micro-organismes essentiels du sol, il ne faut pas essayer de traiter les grosses plantes qui nécessitent beaucoup de produit. Il ne faut traiter que les petites et les plantules, les zones où des indésirables commencent tout juste à pousser.
Donc les grosses plantes, les herbes hautes doivent être arrachées.
Ca ne prend même pas trois secondes d’arracher une touffe, sans produit chimique, sans dépenser une fraction de centime.

Personnellement j’ai une astuce pour arracher toute la racine presque à chaque fois au lieu de la laisser en partie en terre et qu’elle repousse. J’arrache les mauvaises herbes surtout dans les jours qui suivent des pluies abondantes. La terre est bien molle, elle ne retient plus la racine.

Vaporisation de vinaigre sur des plantules

Et donc après arrachage manuel des plus grosses mauvaises herbes, il suffit de quelques coups de pschit pschit pour tuer les centaines de petites plantes, qui ne donneront pas de grosses plantes.
C’est très rapide. Enfin, je parle du geste. Un ou deux coups de vinaigre pour le feuillage, un coup de vaporisateur pour la racine et les micro-organismes qui lui permettent de repousser.
Par contre pour la destruction des plantes c’est un peu plus long. Il faut prévoir deux ou trois semaines, en deux ou trois traitements de quelques minutes, uniquement sur les plantes indésirables.

Elimination des mauvaises herbes entre les paves d une allee

Franchement, un peu de patience en vaut très largement la peine, vu tous les bénéfices.

On garde un sol sain, qui reste vivant, sans poison, sans danger.
Même des enfants peuvent appliquer le traitement puisque le produit est sans danger (on le mange).

A la première vaporisation j’ai testé la méthode enseignée presque partout sur internet mais je ne l’ai pas gardée. Regardez le résultat d’une grosse vaporisation de vinaigre blanc dilué de moitié sur un tapis de mauvaises herbes, au bout de 24 heures :

Exemple de plantes apres aspersion du feuillage au vinaigre blanc
Le feuillage est un peu brulé par l’acide. Mais globalement les plantes sont toujours vivantes et trop vertes. Vu leur aspect elles devraient recommencer à devenir envahissantes en peu de semaines. C’est raté.

Ceci dit, je n’ai pas fait mon essai en plein soleil pour amplifier énormément l’effet de l’acide mais j’ai fait mon test juste avant qu’il se couche, donc l’herbe a seulement eu l’effet du vinaigre à moitié dilué.

Et j’ai vidé rapidement tout le litre de la bouteille de vinaigre blanc au premier essai dans tout le jardin. Je n’ai pas pu tout faire malgré la dilution de moitié. Donc deux litres de traitement. Ca part trop vite quand on a beaucoup de grosses plantes pleines de feuilles à arroser.

Par contre, pour les deux tentatives suivantes, les deux semaines suivantes, en vinaigre pur mais en arrosant seulement les petites plantes et leurs racines, j’ai utilisé moins d’un litre pour les deux traitements. Il me reste encore le fond de la bouteille. C’est hyper économique.

L’efficacité est visible en environ trois semaines donc.
Le gravier était envahi de verdure il y a trois semaines. J’ai arraché seulement les plus grosses touffes et mis deux coups de vaporisateur un sur le feuillage un au sol sur les zones avec des jeunes plantes. Et le sol devient net. Il reste encore quelques petites plantes qui finissent de se dessécher et quelques rares petites pousses vertes de jeunes mauvaises herbes.
Donc le désherbage est réussi.

Dessin de pissenlit arrose de vinaigre au vaporisateur

Franchement, je suis très satisfait du résultat. Il faut utiliser le vinaigre pur.
Encore une séance de traitement de quelques minutes avec mon mini-vaporisateur uniquement sur les zones où je ne veux pas de plantes et le sol sera parfaitement net, durablement, sans avoir ajouté de traces de poison.

Le peu de vinaigre employé est détruit très vite. Le sol reste capable d’abriter la vie.

Deux verres de vinaigre de cidre bio sur une table en vieux bois

Pour finir l’article je vais rajouter quelques infos sympas, trouvées sur les centaines de pages web que j’ai consultées avant de me lancer. Le sujet m’a passionné. Ca partait dans tous les sens. Le vinaigre sert à des centaines de choses.

Pour ceux (et celles) qui perdent un peu leur cheveux, ou s’ils deviennent trop fins, ternes, secs, qui ont un peu de pellicules ou de démangeaisons du cuir chevelu, le vinaigre peut régler presque tous ces problèmes.
En fait c’est dû aux shampoings remplis de détergents modernes qui créent une alcalinisation du cuir chevelu. La couche acide protectrice est abîmée, ce qui au fil du temps laisse se développer de plus en plus de milliards de micro-organismes qui ne sont pas sensés être naturellement présents dans ces quantités sur nos têtes.
Donc des irritations, démangeaisons, pellicules…
Le cuir chevelu utilise ses ressources pour lutter au lieu de produire naturellement de beaux cheveux avec des racines bien fortes…

Enooooooormément de sites pour filles, sur la beauté, la mode sans shampoing, et même beaucoup de sites pour hommes qui perdent leurs cheveux parlent d’ajouter un peu de vinaigre dans l’eau du dernier rinçage.
Personnellement je préfère faire différemment à cause des choses que je sais autour de la maladie dégénérative dont je suis atteint, liée à la pollution moderne (mercure dans le poisson, dans les amalgames dentaires, les vaccins, les ampoules prétendument à économie d’énergie…) et donc qui concerne en fait tout le monde maintenant que les polluants sont répandus partout.

Donc, le mercure est un peu éjecté de nos corps en passant dans les poils et cheveux. On peut vérifier un empoisonnement en analysant des cheveux.
Il se stocke aussi dans les graisses. C’est à dire dans le cerveau, les zones graisseuses du corps comme les seins, mais d’une manière générale il est liposoluble. En fait il se lie aux graisses dans des chaines de lipides si stables que le corps ne peut quasiment plus s’en débarrasser.
… donc on peut légitimement supposer que le sébum en profondeur autour des racines des cheveux est gorgé de mercure.

Et re-donc quand on se frictionne la tête avec du vinaigre, les bouchons de graisses empoisonnées sont dissouts et se répandent sur toute la tête. Si c’est dans le dernier rinçage, il va rester beaucoup de mercure sur le crâne, que le corps avait difficilement isolé.

Et donc donc donc, il est plus intéressant de d’abord frictionner et masser quelques minutes la tête avec du vinaigre un peu dilué, laisser poser quelques minutes, puis après faire un shampoing qui va virer dans les égouts tous les poisons décollés et expulsés du cuir chevelu.
Là aussi je suis impressionné par le résultat. Ca ressemble à ces photos :

Cheveux blancs et gris, avant apres
Vu l’agressivité du vinaigre je ne le fais qu’une fois par semaine. Hier c’était la troisième fois.
Il se passe quelque chose de bizarre, normalement incroyable et pourtant j’ai le résultat sous les yeux quand je passe devant un miroir : je rajeunis. Les cheveux blancs deviennent gris sombres.

Enfin plutôt, c’est l’aspect visible mais qui ne correspond pas à la réalité. Les cheveux mettent des mois à pousser, ce n’est pas un massage au vinaigre, sans colorant, qui peut les changer presque instantanément.
La différence est ailleurs.

Vous avez déjà vu des personnes malades ou très fatiguées, ou après une émotion très forte, sembler avoir pris 20 ans d’un coup, avec des cheveux étonnement très blancs ?
C’est seulement que le sang est occupé ailleurs. Le cuir chevelu est moins sombre, plus blanc. C’est simplement que la lumière renvoyée derrière les cheveux blancs est à peine plus intense et les éclaire un peu plus par derrière, ce qui donne une impression de blancheur et vieillesse immédiate.

Donc là, apparemment ça stimule la circulation au bout de quelques minutes et l’effet persiste plusieurs jours, ce qui donne une impression que les cheveux passent de blancs à gris foncé. L’aspect plus sombre donne la fausse impression qu’il y a plus de cheveux, comme 5 ans plus jeune.
Ce n’est pas une question d’augmentation de volume quand les cheveux sont mouillés puisque l’impression d’assombrissement reste même quand ils sont secs.

Hier j’ai testé aussi sur ma barbe, les zones blanches se sont aussi assombries, mais pas toutes.
Ma barbe est taillée courte sur les joues mais deux fois plus longue au menton. L’effet est très visible sur les courts poils blancs des joues mais les longs poils du menton restent bien blancs. … donc pour moi c’est clair, c’est la peau qui change, pas le système pileux.

Et les cheveux sont d’une douceur impressionnante. Ni rêches, ni gras. C’est… « woawww!!! », c’est le mot qui convient.

Le vinaigre bien dilué traite aussi les petits problèmes de peau comme l’acné.
L’acide nettoie les pores en profondeur.
Est-ce que vous connaissez l’Eau précieuse ?
Une préparation vendue à plus de 7 euros le flacon en pharmacie. C’est de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau, de l’eau et de l’eau, diluée dans de l’eau, avec beaucoup d’eau et aussi deux acides en très faibles quantités.
Une cuillère à café de vinaigre dans un demi verre d’eau nettoie la peau quasiment aussi bien mais il ne faut pas le dire. Le PIB a besoin de votre argent, alors shuuuuut, ne le répétez pas, hein.
Le PIB est la seule référence de nos hommes politiques, alors ne leur cassez pas leur compteur déconnecté des réalités de nos vies, ils auraient l’impression d’avoir complètement échoué, les pauvres.

Ha tiens, penser à ces saloperies de traitres qui méritent tous d’être exécutés me fait penser à autre chose de super hyper méga important :
Le vinaigre ne doit être dilué qu’avec de l’eau ou des huiles de cuisine, mais surtout pas avec des produits chimiques. Le danger est gigantesque même si le produit semble à priori complètement banal et peu réactif.
Par exemple, du vinaigre d’alcool mélangé à de la javel, deux produits que l’on trouve dans tous les magasins, que l’on peut avoir en grande quantité pour quelques euros, ne doivent absolument pas être mélangés.

La javel mélangée à un acide comme par exemple du détartrant pour wc donne immédiatement un gaz toxique et irritant, même en très petite quantité on souffre et se met en danger.
En plus grande quantité, en litres, ça donnerait un gaz de combat capable de dératiser toute l’Assemblée Nationale et l’Elysée sans avoir à combattre. <== Je ne cite les exemple de ces nids de cafards nuisibles que parce que c’est chaque jour de plus en plus rigolo de penser à la mort de tous ces connards, mais je ne vous incite absolument pas à commettre un attentat terroriste. C’est juste pour vous faire comprendre que le vinaigre ne doit pas être mélangé à un autre produit si vous ne savez pas ce que vous faites. Avec du chlore c’est d’une dangerosité extrême.

L’eau, c’est parfait pour ne pas prendre de risque. La concentration en acide n’est plus assez forte pour brûler la peau, abimer l’email des dents, brûler les muqueuses…
Au pire tout ce que vous risquez c’est d’avoir les yeux qui piquent pendant quelques minutes si vous vous prenez quelques micro-gouttelettes dans l’oeil en vous massant les cheveux, ou en vaporisant du vinaigre comme désherbant. Donc, évitez de désherber un jour de vent et il n’y aura pas de problème.

rayon x de main avec des zones rouges aux articulations

Ha oui, autre chose de bien sympa sur le vinaigre pour soigner : le vinaigre de cidre a de très nombreux effets positifs sur le vieillissement du corps.
Les autres vinaigres aussi probablement, mais le vinaigre de cidre est peu acide dès le départ, et contient beaucoup de minéraux essentiels, ainsi qu’une bonne quantité d’un autre acide, le malique, l’acide de pomme, donc il amplifie les effets des acides contenus dans les autres vinaigres (acide acétique principalement, et des acides citriques et tartriques en moins grandes quantités).

C’est pour ça qu’il est utilisé pour dissoudre les dépôts minéraux dans les articulations blessées ou vieilles, comme dans l’arthrite, l’arthrose, les rhumatismes, la goutte…
Il y a des dizaines de témoignages sur l’internet francophone, de personnes à mobilité réduite dont l’état s’est considérablement amélioré en prenant deux cuillères de vinaigre de pomme dans un verre d’eau avant chaque repas et avant de se coucher.

Ca aussi je teste sur moi depuis quelques jours et j’ai l’impression qu’il se passe quelque chose. Une grosse heure après la prise, les articulations les plus abimées deviennent douloureuses quelques heures puis je les oublie complètement.
Ce n’est pas inquiétant. C’est même carrément le contraire. Je sais que le vinaigre agit très précisément justement là où il y a des problèmes.

Depuis que j’ai commencé une détoxication générale du corps, de tous les polluants chimiques ou métalliques accumulés pendant toute la vie, j’ai bien compris l’idée que l’état empire momentanément quand on corrige un problème.
C’est le contraire du bizness de la médecine-pharmacie moderne à gros sous où on ne s’attaque pas aux causes, mais on masque les symptômes avec des merdes chimiques, comme des anti-douleurs ou des anti-inflammatoires plein d’effets secondaires.

En fait je teste justement le vinaigre en boisson pour mon problème de mercure puisque le vinaigre de cidre est un détoxifiant général qui augmente légèrement les capacités de nettoyage du corps.
Pour nettoyer les dépôts sur les articulations les témoignages parlent de doses allant de deux cuillères à café à deux cuillères à soupe dans un verre d’eau, trois fois par jour.

Franchement, boire un verre d’eau aromatisé au vinaigre c’est carrément… « pouhaaaahaaaaarrrk, beuha beurk bah pouah ». Oui c’est le mot.
« Dégueulasse » aussi, ça marche.
Dans de l’eau ce n’est pas comme améliorer le goût de bons légumes, c’est vraiment un mauvais moment à passer.
Beaucoup parlent de cures de trois semaines plusieurs fois dans l’année, à cause du goût infect impossible à avaler tous les jours. Je les comprends.

L’arthrite n’est pas le seul vieillissement soulagé par le vinaigre de pomme.
Le taux de sucre dans le sang baisse très légèrement, ce qui est un coup de pouce pour les personne qui ont un diabète.

Le taux de graisse dans le sang baisse aussi très légèrement. Donc ça signifie que le cholestérol diminue un peu, ce qui permet au corps d’enlever ses bouchons de graisses dans les vaisseaux. Donc les risques cardio-vasculaires diminuent en même temps que la pression artérielle baisse, puisqu’elle circule plus facilement dans des vaisseaux moins bouchés. Que du bonheur, et ça ne coûte presque rien.

Pas besoin d’un traitement a doses pour cheval quand ce n’est pas pour une urgence, mais en traitement préventif pour éviter que des problèmes graves s’installent lentement.
Un tout petit peu moins d’excès de sucres et de graisses dans le sang tous les jours ça fait un nettoyage continu en douceur.

Le vinaigre pour se soigner est à préférer sans ajout de substance chimiques comme les désherbants de monsanto, des pesticides et autres saletés qui s’accumulent dans le corps. Donc un vinaigre étiqueté « Bio » c’est bien.
De préférence du vinaigre de cidre pour les autres bonnes choses qu’il contient et son faible niveau d’acidité quasiment sans risque à petites doses.

Par contre pour tuer les plantes, les bactéries, les virus,… le vinaigre d’alcool semble parfait en raison de son acidité plus élevée et pour son prix extrêmement bas comparé aux autres vinaigres. C’est un produit qui est utilisé au litre pour conserver des bocaux de légumes, pas pour être mis par dosette d’une cuillère dans une salade. Au niveau du prix ça se sent très clairement.

Voilà.

J’ai compilé les infos les plus utiles sur les vinaigres mais après c’est à vous de creuser plus en fonction de ce que vous cherchez, du résultat que vous voulez.
Les vinaigres font en réalité des milliers de choses, c’est très complexe.

Par exemple, du vinaigre sur une brûlure de méduse apaise la douleur, mais ça c’est seulement le cas général. En réalité sur quelques rares espèces non seulement ça n’a pas d’effet mais ça empire la douleur, ce qui n’est vraiment pas le but recherché.
Personnellement je ne me sens pas de plonger dans une flotte pleine de méduses pour poursuivre la bestiole pour essayer d’identifier son espèce alors que je n’y connais rien en sales races de méduses pourries. Donc en cas de brûlure de méduse personnellement je n’emploierais pas de vinaigre.

… Et d’un autre côté, ça correspond plutôt à l’idée que dans le corps c’est l’acidité qui transmet et amplifie la douleur. Les cellules nerveuses ont besoin d’acide pour signaler la douleur. C’est pour ça que les douleurs de certains cancers baissent considérablement lors de régimes alcalinisants. La quantité d’acide disponible baisse et il y en a donc moins pour transmettre l’information douloureuse.

Bon, oui, c’est vrai qu’un corps plus alcalin est moins sujet aux cancers aussi, puisque les cellules cancéreuses ont impérativement besoin d’un environnement acide pour se reproduire. Donc, le cancer régresse est devient moins douloureux.

En fait c’est un peu le même principe que pour l’utilisation du vinaigre en désinfectant pour la gorge ou en désherbant. Le PH du corps change très légèrement est donc les conditions nécessaires pour permettre la vie de certaines cellules ou micro-organismes ne sont plus idéales, et elles meurent.
On parle de choses à peine plus grandes que quelques atomes, c’est très fragile.

Donc ceci dit, je ne suis pas votre médecin ni votre nounou. Je vous ai prévenu que les vinaigres ne sont pas sans danger si vous faites n’importe quoi avec. A vous de vous renseigner avant et de vérifier les infos sur plusieurs sources.
Ca sert à tuer, dissoudre, désincruster… C’est très actif. C’est à n’employer qu’en connaissance de cause, dans des buts bien précis.

Sur plusieurs forums de santé anglophones j’ai lu des témoignages de personnes ayant perdu des dizaines de kilos en quelques mois en buvant du vinaigre de cidre plusieurs fois par jour pour augmenter considérablement l’effet de régimes amaigrissants. Le vinaigre peut être dangereux de bien des façons.
Attention à ce que vous faites.

La santé on n’en a qu’une et elle est de plus en plus fragile au fur et à mesure que l’on s’alimente de produits gorgés de milliers d’additifs modernes, et que l’on perd confiance dans le circuit médical qui ne pense presque plus qu’à injecter des centaines de millions de dosettes de vaccins dans les veines des français.

Les français ne se soignent plus assez. Le coût des choses non remboursées devient tellement énorme. L’automédication fait un bond chaque année.
Mais le coût n’est pas le seul critère, c’est vraiment une perte de confiance.

Il y a quelques jours une personne qui tient un magasin de santé alternative, d’objets « magiques », de gemmes, de soins énergétiques m’a appris que les affaires vont mieux. C’est un secteur qui ne connait pas la crise.

En fait c’est plutôt flippant. C’est le signe que les besoins de santé des français augmentent mais que le système officiel les fait fuir massivement vers d’autres solutions moins encadrées et sécurisées.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Démarrer une activité internet au service de l’intérêt général

Avec le nombre de millions de chômeurs que notre pays compte, cette page peut être utile à beaucoup.
Pour ceux qui n’oseraient pas se lancer dans une activité de partage d’information, ceux qui doutent d’eux, ceux qui n’ont pas fait d’étude de journalisme, qui n’ont pas le bac, les timides, je vais vous montrer un exemple intéressant et motivant.
Je l’observe depuis quelques semaines, on peut dire que c’est un de mes coups de coeur du moment : VéVé omnivore, sur Facebook.

Ce qui m’a décidé à écrire un article sur lui est cette vidéo :

.

.

C’est admirable.

Humble, qui dès le départ admet se tromper aussi lui-même, mais franc, direct, emporté, passionné, sur le dévouement aux autres et à la vérité.
Ca sort du coeur.

C’est superbe.

Maigrissime

Dans cette vidéo il parle d’un « concurrent » dans le monde du commerce du bio en ligne, pour qui je n’ai pas une sympathie particulière.
Quelqu’un qui au premier coup d’oeil semble avoir un grave problème de santé mais qui vend son régime miraculeux pour tout, qui donne la même silhouette élégante que les cadavres squelettiques des camps de concentration.

Dans une de ses vidéos, un jeune hyper sportif dit qu’il a des migraines depuis six mois qu’il suit ses conseils et le gourou lui répond que c’est normal, c’est parce que son corps se détoxifie…. mouais…

… et donc, à cause des à priori que j’avais déjà, j’apprécie encore plus ce coup de gueule.

Je dois dire aussi que j’étais plutôt agréablement surpris de découvrir sur sa page Facebook une information comme « Le vaccin contre la grippe au Canada cette année prouvé inefficace à 100% » plusieurs jours avant que mes sources habituelles n’en parlent.

Capture d ecran le vaccin de la grippe inefficace a 100 pour 100

Normalement je suis généralement informé des jours avant presque tout le monde de ce qui ce passe d’important dans le monde grâce a des alertes emails instantanées sur des mots clés précis et la consultation plusieurs fois par jour des flux RSS des meilleurs sites de réinformation.

J’ai lu déjà plus de 10 000 pages sur les effets pervers des vaccins, alors découvrir une info aussi essentielle que 100% d’inefficacité prouvée sur le vaccin de la grippe, j’apprécie particulièrement.
… surtout quand ça vient peut après la publication de ce genre d’image qui ne laisse absolument aucun doute, la courbe de mortalité par coqueluche de 1925 à 1999 :

courbe de mortalite du vaccin de la coqueluche

La flèche rouge correspond au début de la vaccination

 

Il a clairement du potentiel.
Sur le fond, c’est prometteur.

La forme est intéressante aussi.
Des petites vidéos tranquilles, faites avec les moyens du bord, d’un gars qui parle dans sa cuisine, on entend derrière le chauffe-eau qui se met en marche… c’est convivial et sympa. Au bout de quelques vidéos, on le considère presque comme un ami alors qu’on ne l’a jamais rencontré.

Apparemment, ça serait ce que les gens veulent maintenant.

Vous savez qu’il existe des dizaines de sites où l’on peut vendre ses propres images numériques, ses dessins, ses photos de paysages, des portraits, des mises en scène… ?

Un des photographes qui fait le plus d’argent avec ces sites dit que les gens, les professionnels du net, les imprimeurs, les entreprises qui achètent les photos, n’ont pas du tout le même regard et les mêmes choix que la presse subventionnée qui appartient à des milliardaires pédés du cul qui haïssent les formes des femmes, qui les exposent faisant la gueule habillées en sacs difformes avec le squelette visible sous leur peu de peau blafarde, beurk…

Non, sur les sites de vente d’images en ligne, ce qui plait, c’est la fille sympa, souriante, naturelle, pleine de vie, avec des rondeurs féminines, le genre de nana qu’on a plaisir à croiser dans l’ascenseur, la voisine rigolote, la petite soeur avec le sourire en coin.
Si un des photographes les plus vendeurs sur le net fait ça, on peut s’en inspirer.

Et donc, voilà :

vv en esperant que ca vous soit utile

Page Facebook de Vévé Omnivore.


.

Si vous avez vous aussi l’envie de partager vos passions, vous devriez essayer, oser.

Les premières fois qu’on fait quelque chose c’est souvent très imparfait mais c’est une étape que permet de devenir bon.

Et sur internet, les investissements ne sont vraiment pas les mêmes que pour les médias du système. Il suffit d’une webcam ou d’un smartphone, de logiciels gratuits de montage photo ou de retouche d’image, de création de blog…
Pas besoin de mendier un prêt chez une saloperie de banquier parasite qui tue notre société.
Il suffit d’un peu de temps et d’envie de partager.

Les gens sont prêts pour ça.

Vous devriez oser.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr