Tag Archive for autodéfense

Quel art martial est le plus efficace ?

Apprendre à se défendre est avant tout une question de tempérament. Quelqu’un qui n’a pas de technique mais qui ne va pas se laisser faire et va frapper, frapper, frapper, frapper, frapper un agresseur a de bonnes chances de gagner.
Un guignol gentillet avec une ceinture noire décorative qui se croit dans le monde des bisounours, avec des combats codifiés, quelques gestes autorisés, à un contre un, habitué à se faire protéger par un arbitre qui arrête instantanément au premier bobo, risque de se faire totalement exploser dans la rue.

Les sports de combat ne sont pas vraiment des arts martiaux, mais bien des « Sports de combat ».
C’est pour avoir une activité physique, qui renforce le corps, qui apprend à se dépasser. Une activité de loisir où les coups dangereux ne sont pas autorisés.

Si vous voulez apprendre vite à vous défendre, ce n’est pas la seule chose à pratiquer.

Il existe plusieurs sortes de sports de combats. Les catégories peuvent se mélanger au sein d’un même sport, mais la règle générale est que tous les sports ont d’énormes lacunes. Si on est très spécialisé pour réagir à certains gestes, on ne réagit plus aux gestes qu’on n’a pas l’habitude de voir.

Plus jeune, quand je me prenais pour l’invincible dieu de la boxe tellement j’étais incroyablement bon, que 99% des autres boxeurs n’arrivaient presque plus à me toucher (1% c’est le gamin qui m’a anéanti en moins de deux rounds, il a fait de la boxe française toute sa vie, en plus, j’ai le sentiment qu’il a été gentil avec moi), j’ai étonnamment pris une raclée en jouant à la bagarre avec ma petite nièce de 7 ans :
La pitchounette m’a mis instinctivement un coup de poing dans un geste comme avec un marteau, un mouvement qui n’est dans aucune boxe. Moi qui avais toujours trois temps d’avance sur les meilleurs, je me suis fait exploser par une fillette qui ne savait même pas combattre. Mon excès de confiance a failli me coûter une 6ème fracture du nez, mais m’a surtout bien remis en place et m’a appris à essayer de devenir plus humble.

Quand j’ai digéré l’humiliation, j’ai compris qu’on ne peut pas être bon en étant très spécialisé.

Maintenant je connais une quarantaine d’arts martiaux et de boxes, avec ou sans armes. J’ai des dizaines de gestes possibles en fonction de chaque position, distance, attaque, menace, nombre d’agresseurs,… mais il m’arrive encore de me faire très mal.
Les arts martiaux ne rendent pas invincible. Si on est obligé d’intervenir en urgence, les arts martiaux augmentent sensiblement les chances de s’en sortir sans trop de dégâts, c’est tout.

Même en étant bon, presque un quart du temps on s’abime plus ou moins dans une bagarre. Et même quand on a gagné. Deux doigts fêlés en mettant un coup de poing sans gants de boxe dans les dents d’une racaille par exemple. Des habits déchirés, un sac arraché, une côte enfoncée, un hématome géant sur un genou qui apparait la nuit suivante avec une douleur incroyable, qui ne se résorbera jamais obligeant à une opération trois mois plus tard,…

La violence aura des conséquences sur vous. Ne vous faites pas d’idée fausse dès le départ. Jouer à Batman entrainera de sales douleurs.

Par contre, ne pas se défendre, ne pas protéger les autres, est parfaitement résumé dans cette phrase de Bertold Brecht :

« Celui qui se bat peut perdre, celui qui ne se bat pas a déjà perdu ! »

 

Et donc pour se battre, sans arme dans les mains, quel que soit le lieu, quelles que soient les circonstances, quand dans l’urgence, sans préparation, on doit faire face à des agresseurs, voici ce qu’il est possible de faire :

– Frapper avec une partie dure du corps,
Boxe, kungfu, karaté,…
L’utilisation des poings en enchainement rapide à la place des jambes donne systématiquement un gigantesque avantage sur tous les idiots qui s’amusent à faire des chorégraphies spectaculaires ou sportives pendant un combat.
Pour tous les garçons et hommes qui veulent apprendre en quelques mois à utiliser leur force ou leur poids en seulement 3 coups incroyablement efficaces, la boxe anglaise est parfaite.
Les coups violents sont la seule chose réellement efficace contre plusieurs agresseurs. J’ai eu l’occasion de vérifier 14 fois ce que j’affirme.

– Tordre une articulation,
Jujitsu, aikido, aikijutsu, kishintai jutsu, …
Toutes les techniques basées sur les torsions d’articulations sont à conseiller aux filles. Elles sont efficaces même sur un homme trois fois plus lourd.
En plus, connaitre les coups permet de se dégager ou de se mettre dans la bonne position pour placer une technique de torsion.
Pour les hommes, c’est ce qu’il y a de mieux pour vaincre en douceur un adversaire sans blessure, donc sans conséquences du point de vue de nos lois qui veulent nous interdire de nous défendre. MAIS je sais par expérience que cela ne fonctionne absolument pas contre plusieurs agresseurs. Plusieurs coups de poings au visage, j’ai vu 11 fois que ça fonctionne, seul contre 5 à plus de 20 vermines.
Les 2 fois où j’ai utilisé la gentillesse de l’aïkido contre des bandes, j’ai été en mauvaise posture.
Si on doit se défendre contre des vermines qui n’ont aucune morale et qui veulent vous massacrer, il est stupide d’essayer d’être gentil.

 

– Faire tomber l’agresseur comme le gros excrément qu’il est, de tout son poids vers un sol ou un objet dur,
Judo, aikijutsu,…
Le combat peut s’arrêter instantanément en une seule seconde.

 

Le krav-maga est une synthèse israélienne des sports de combats. C’est un concentré de gestes uniquement efficaces, sans fioriture, sans gestes sportifs abracadabrants, pour les soldats, les policiers et les civils d’un pays en guerre (c’est à dire nous aussi, bientôt).

Si vous voulez apprendre à vous défendre, c’est vers un art martial d’autodéfense qu’il faut vous orienter. Les techniques sportives ne donnent rien d’efficace.
J’ai testé.
Il y a douze ans, j’ai fait un an et demi de convalescence suite à ma première agression ethnique seul contre plus de 10 [Biiiiiiiiiiip] connus des services de police pour des agressions au couteau, des vols, qui ont considéré que j’étais trop blanc pour « leur territoire ». J’ai eu besoin de 3 opérations en une seule fois rien que pour pouvoir à nouveau respirer par le nez. Ma plainte a été classée sans suite par la bouffonade lente et coûteuse qui ose encore s’appeler « justice ».

En sport, même si vous êtes incroyablement rapide, précis… les conditions d’une bagarre ne permettent pas de placer des gestes appris par coeur des milliers de fois, dans des conditions sportives.
Une bagarre n’a aucun rapport avec un ring ou un tatami à un contre un avec arbitre.
Si vous savez taper 7 fois par seconde sur un sac de frappe immobile, devinez combien de secondes vous arriverez à vous défendre quand quelqu’un vous mettra un coup par surprise en faisant exploser vos lunettes en vous mettant plein de morceaux de verre dans les yeux, avant de vous rouer de coups, et que 10 de ses [Biiiiiiip] de [Biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip] de copains vont profiter de l’occasion pour lyncher un blanc. Wouais wouais, ils peuvent. La « justice » ne les punis pas. Il y a douze ans, j’ai reçu une lettre de classement sans suite qui le prouve. Depuis, je vois d’année en année que ça empire, avec un niveau d’accélération hallucinant depuis quelques mois.
Depuis mon lynchage, je m’abaisse à leur niveau et ça marche.
Il est interdit de casser un nez. Ils s’en foutent. Je leur rend la politesse.

 

Pour finir, je vous raconte une anecdote importante.

Dans un club de boxe française, j’ai mis les gants pour un petit combat prévu comme amical avec un champion local de taekwondo (je vous déconseille totalement cette bêtise, encore moins efficace que le karaté).

J’arrêtais mes coups quelques centimètres avant de lui faire mal. Il ne faisait que reculer. Je lui ai mis 46 patates sans qu’il puise une seule fois me toucher.
Sa technique étant tellement inférieure à mon art martial préféré, fluide et enchainé, il n’avait pratiquement aucune chance, même 15 ans plus jeune, 30 kilos plus léger, plus rapide, plein de médailles et de coupes.

J’ai pensé que devant tous les copains de son club, je devrais faire en sorte de moins l’humilier, alors j’ai ralenti mes mouvements.
Il m’a mis un coup.
Mais ce minable lui, n’a pas arrêté son coup avant de me toucher. L’impact sur le nez a été tellement violent que j’ai vu tout noir pendant presque deux minutes et que j’ai dû arrêter la séance de sport.

J’ai définitivement compris la leçon. Pendant le temps du combat, on doit se donner à fond. Ne surtout pas se diminuer.
Si l’autre n’est pas à la hauteur, il peut abandonner et fuir.
Avec certaines personnes, être gentil est une faiblesse dangereuse.

 

Je fréquentais ce club de boxe française 3 fois par semaine. On n’était que trois blancs au milieu de 26 disciples de la religion « d’amour et de paix ».
Une fois avant de prendre ma douche, j’ai compté 46 traces de coups, d’écorchures, sur la moitié de mon corps que je pouvais voir. Je ne suis même pas allé au bout de ce que je pouvais compter.

Quelques mois plus tard, j’ai continué la boxe française dans un quartier blanc, quelques kilomètres plus loin.
Le moniteur est un policier français, ancien champion de son sport préféré. En deux ans d’entrainement dans sa salle, je n’ai eu que trois traces de coups.

Ici, tout le monde savait parfaitement faire la différence : si on veut taper fort, on va au sac de sable. Mais à l’entraînement, en face, on a un partenaire d’apprentissage.
Le niveau était au moins 20 fois supérieur au quartier que je fréquentais avant et où j’avais l’impression d’être un punching-ball blanc.

Grâce aux gestes fluides, rapides et précis que j’ai commencé à apprendre dans ses cours, j’ai pu me frotter seul et sans armes à plus de 20 vermines qui m’ont agressé sans aucune provocation sur la plage, juste parce que je n’avais pas leur couleur de peau.

 

Quand on s’entraine avec quelqu’un de bon, en confiance, on devient bon.

Si l’ambiance ne vous convient pas, si un truc vous déplait, n’importe quoi, changez de prof, changez de salle.
L’inconscient sent les choses longtemps avant qu’on puisse y mettre des mots.
Suivez votre instinct. Il sait ce qui est bon pour vous.

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

La plume plus forte que l’épée ?

Le 11 septembre 2012, des intégristes ont attaqué une ambassade américaine.
4 morts.

Il est curieux que tous les médias aient très lourdement insisté sur le pseudo prétexte, un film de tellement mauvaise qualité qu’il est à juste titre passé inaperçu pendant des mois.
Il est impossible que la date et la cible soient des coïncidences.
… mais tous ceux qui voulaient laisser se déchaîner leur haine en ont profité pour mettre à feu et à sang la planète. Un idiot quelque part dans le monde à critiqué le prophète, holala !!!
Vite, profitons-en pour déclencher la troisième guerre mondiale !

La réaction de Charlie Hebdo n’a aucune proportion avec celles des assassins.
Il s’agit juste de caricatures d’humour.

Pourtant tout le monde craint une amplification des violences.

Les intolérants n’attendent qu’un nouveau prétexte.

Voilà ce qui arrive à ceux qui utilisent la plume sans épée devant ceux qui emploient l’épée :

Les assassins de Christopher Stevens s’amusent à faire danser son corps

On vous a toujours appris que la violence c’est mal ?
qu’il ne faut pas frapper, qu’il ne faut pas devenir violent ?
qu’il ne faut pas posséder d’épée, que ceux qui ont des armes pour se protéger sont des paranos, des fous ?
que si vous ressentez le besoin de vous armer vous êtes quelqu’un de sale, de répugnant ?

Peut être que les fous dans ce monde de fous sont les seuls à être encore lucides.

Peut être que les vieux principes ne fonctionnent plus dans ce que devient le monde.

Si maintenant on se fait assassiner parce que quelqu’un qu’on ne connait pas du tout, quelque part dans loin sur la planète à fait quelque chose qui a déplu à des criminels qui cherchaient un prétexte… peut être qu’il est bon de s’armer maintenant, non ?

Voilà à quoi sert la plume : quand on place les bons mots, on obtient plein de bras pour dresser des épées pour défendre des causes justes.
(Ou même des causes profondément injustes apparemment).

La plume et l’épée sont complémentaires.

Vous ferez comment sans épée la prochaine fois que nos sages dirigeants donneront une fois de plus l’ordre aux policiers et gendarmes de se retirer « pour ne pas faire de vagues », quand votre ville est en feu, comme à Amiens, qu’une bande de sauvages vous frappe en vous sortant de votre voiture avant de l’incendier, tout en tirant sur des policiers qui ne font que regarder de loin ?

Oubliez les vieux principes, le monde à changé.

Préparez vous.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Insécurité, quelle arme porter ?

Je viens de passer une soirée sur Aix en Provence.
Du coup je comprends pourquoi quand je parle d’insécurité, les aixois me prennent pour un extra-terrestre complet.

Il saute aux yeux que la population de leur ville n’a rien à voir avec Marseille, ses zones de non droit, ses agressions ethniques, ses 30 agressions physiques par jour… Eux n’ont pas là faune qu’on a ici. Ils ne peuvent pas comprendre.

J’ai travaillé plus de dix ans seul et sans arme dans la sécurité sur cette ville de dingues. Si le gouvernement nous fait enfin un plan d’urgence, ce n’est pas pour rien. Ici c’est déjà une ville de guerre.

Lors d’un trajet sur 4 en bus, on se retrouve entouré d’une bande de barbares, qui monte sans payer, en fumant de la drogue et en insultant les gens. Ces minables s’amusent à terroriser et cherchent l’affrontement.

Les aixois ne peuvent pas comprendre. Eux ont les sourires, les rires, l’ordre, la paix, la propreté, l’argent coule à flot…
ici on à quelque chose qui ressemble de plus en plus à une énorme décharge à ciel ouvert, couverte d’ordures, avec une population pauvre, haineuse, dont la fréquentation ne donne rien qui provoque des sourires.

 

Le port d’une arme dépend de votre environnement et des risques réels.

Il y a trois semaines j’ai vu une vidéo d’un gars qui porte un push-dagger quand il va dans les pires quartiers. C’est une dague d’une forme particulière, qui donne une force de pénétration sensiblement supérieure aux autres couteaux, tout en étant plus discret, moins encombrant pour la même taille de lame.
C’est une arme pour tuer. Cette lame n’a rien d’un outil. Le port en est totalement interdit et expose à de lourdes sanctions.

Push-dagger

Les lames ou les pointes longues et fines étaient utilisées pour traverser les armures et les cottes de mailles. Cette forme traverse facilement les gilets pare-balle, et donc traverse très facilement les os qui protègent le coeur.

A la fin de la vidéo, on voit une bande de barbares lyncher un homme dans le métro. Ils ne se contentent pas de le rouer de coups, il le poignardent une dizaine de fois.
Il avait du commettre quelque chose de très grave pour mériter ce châtiment. Peut être qu’il leur avait refusé une cigarette, ou qu’il n’a pas voulu qu’on fouille dans ses poches pour voler son téléphone, ou alors la couleur de sa peau à insulté les barbares ?

Si vous êtes dans une zone de guerre civile, sans droit, où les policiers s’enfuient à la première caillasse, vous ne devrez compter que sur vous-même pour vous protéger. Ca n’est pas pour agresser, menacer, voler, comme le font les racailles. C’est très clairement pour avoir du répondant si on se trouve face à 5 jeunes violents avec un casier judiciaire long comme le bras et toujours en liberté.

Je comprends tout à fait le raisonnement de ce jeune qui porte un push-dagger.

Personnellement, maintenant, lorsque je vais sur Marseille j’ai un couteau pliable dans la poche.
J’ai choisi une lame large, de forme spectaculaire, brillante, qui frappe le regard.

Couteau pliable, lame large, réfléchissant la lumière. Pour la dissuation. A la base c'est un outil solide et efficace, pas une arme.

Si on m’arrête avec ça, je peux répondre que c’est pour couper mon saucisson. Si on me demande où est mon saucisson, je peux répondre que je viens de le manger. J’aime le saucisson.

L’idée est que si je n’arrive plus à régler un conflit sans rien, si je suis obligé de sortir ma lame, son aspect fasse tellement peur que je n’ai pas besoin de m’en servir. Juste de la dissuasion. Ce qui explique que je choisisse une forme de lame peu efficace pour le combat.

Mais si je suis dans l’obligation de m’en servir pour protéger en urgence une vie, ou la mienne, d’une agression violente, je n’hésiterais pas.

En fonction donc de la violence de votre environnement, de votre âge, votre sexe, votre force, votre niveau de gentillesse, vous pouvez vous équiper de différents systèmes de défense.
Par exemple :

Une canne, un parapluie canne
C’est légal et discret si vous avez un certain âge, ou s’il pleut.

 

Une lampe tactique sert à aveugler, frapper avec un poing plus lourd et dur, peut aussi casser des vitres, ou tuer si utilisée en frappe comme un marteau sur le crâne…

Une lampe tactique
Légal, discret, léger, accepté partout même dans les aéroports, puisque ce n’est soi-disant qu’une lampe.

 

Un couteau
Illégal, interdit. Les conséquences peuvent être gravissimes pour une petite écorchure sur un organe vital ou une artère. En sortant une arme de ce genre,  vous risquez de tuer sans le vouloir. Une petite blessure avec une lame sale est un risque d’infection mortelle.

Toutes les armes pénétrantes sont aussi des armes que je déconseillerais.
Par exemple des piques à chignon, des armes dissimulées…

 

Les armes à gaz.

Ce n’est pas une arme de dissuasion. Si vous êtes dans une situation qui dégénère, sortez le spray de manière discrète pour surprendre, donc être efficace, et utilisez immédiatement le spray.
Il n’y a quasiment jamais de conséquence avec ce genre d’arme. Ce n’est pas une arme de dissuasion.
Arrosez le ou les agresseurs et partez immédiatement vous mettre en sécurité et alerter les forces de l’ordre.

Je vous recommande celles à jet large pour ne pas perdre du temps et vider le produit en arrosant à côté.
Les formules projetant un gel sont largement supérieures. Seul l’agresseur est aspergé et pas toutes les personnes présentes dans la pièce, ou dans le sens du vent, y compris vous.
Un spray en gel avec un jet large est l’arme que je recommande prioritairement pour pratiquement tout le monde.

Il y a aussi les armes électriques, les matraques, les armes à feu, les outils détournés de leur rôle pour les transformer en arme de défense, les objets que l’on a souvent sur soi : clé, stylo,…

Je vous en parlerai en détail au fur et à mesure de l’avancement du blog.

 

Pour finir, voici quelques points pour bien orienter votre réflexion et vous préparer à l’insécurité qui s’amplifie :

–          Une femme sur trois connait une agression sexuelle au cours de sa vie. La violence est extrêmement plus courante que ce que vous pouvez supposer. Cela fait partie de la nature humaine.
Selon une intéressante statistique américaine, 86% des femmes qui ont réussi a échapper à un viol l’ont fait grâce à une réaction violente.

 

–          Il n’y a jamais de policier présent quand vous vous faites agresser, voler, violer, braquer, menacer de mort, lyncher,…
La police ne vient qu’après, quand le mal est fait.
Si vous ne voulez pas subir des conséquences graves, en cas d’agression c’est à vous de prendre les choses en main pour limiter la casse, pour vous, votre famille, ou même pour des étrangers.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr