Tag Archive for alimentation

Des fruits et légumes frais gratuits

Je viens d’avoir une passionnante conversation avec un jeune qui remplissait une bien belle cagette de fruits et légumes variés, devant le magasin où je prends gratuitement des cagettes en plastique bien solides pour mon jardinage.

Il n’était pas mal habillé, faisait plutôt bonne impression, donc ça m’a surpris de le voir ouvrir le couvercle des poubelles.
En fait, c’est un étudiant avec peu de moyens. La crise et la baisse du pouvoir d’achat se ressent encore plus sur les petits budgets. Entre le coût de sa chambre d’étudiant, la nourriture, le prix des études, le transport, les vêtements, l’année dernière il était tellement fauché qu’il ne pouvait jamais sortir.
Cette année, comme il dépense beaucoup moins d’argent pour s’alimenter, il sort plus souvent. Et il peut « acheter plein de bière et des capotes ».

Comme quoi, quand on a une bonne motivation, on trouve des solutions aux problèmes.

En passant sur les marchés juste après que les commerçants aient remballé leurs marchandises, ou deux heures après la fermeture des magasins, il a souvent accès à de grandes quantités de fruits et légumes. Il choisit les plus beaux. Les commerçants jettent ceux qui sont encore comestibles mais trop limites pour les conserver pour les prochains jours de vente.
Non seulement c’est gratuit, mais c’est vraiment mûr et parfumé. Ca n’a rien à voir avec les fruits durs et acides que l’on trouve dans les supermarchés, en payant.
Même les fruits et légumes des supermarchés doivent être lavés avant de les consommer, donc techniquement ça ne change rien. C’est juste les premières fois qui l’ont gêné quand il croisait du monde.

 

La F.A.O. (l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) estime qu’un tiers de la nourriture produite va à la poubelle sans être consommée.
Un tiers. C’est hallucinant.

Aux Etats Unis, le gaspillage est estimé à 50%.

Quand on sait que plus d’un milliard de gens souffrent déjà de malnutrition dans le monde, et que la faim se fait plus envahissante dans les pays de la zone euro déjà en faillite, il est peut être bon de commencer à voir autrement les 33% d’aliments gaspillés qui partent à la poubelle.

(… de préférence en les récupérant juste avant qu’ils ne soient jetés).

Pour les personnes fauchées coincées dans les villes, qui ne peuvent pas faire pousser leur nourriture, c’est peut être un morceau de solution au problème.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Citation, Martin Luther

«Si l’on m’apprenait que la fin du monde est pour demain, je planterais quand même un pommier.»

Martin Luther

1423 – 1546.
Moine allemand excommunié par le pape pour avoir rejeté les abus de la hiérarchie ecclésiastique. Ses idées réformèrent l’église et changèrent la civilisation occidentale.

Un exemple grec de retour à la terre

Je me souviens dans les romans de Pagnol que Jean de Florette, l’homme de la ville a débarqué avec des chiffres plein la tête, des rêves, la folie des grandeurs.
Il pensait très bien vivre et faire fortune grâce à un petit lopin de terre.

Lorsque Ugolin confie ses craintes au Papet, le vieil homme plein d’expérience lui répond à peu près que les chiffres, ça pousse seulement dans les livres, mais pas dans la terre.

En se basant sur de vraies tentatives, réelles, à proximité géographique de la zone qui vous intéresse, vous pouvez vous faire une idée de la viabilité de vos projets.
L’expérience apporte l’échelle de valeur qui n’est pas dans les livres. Comme par exemple, le carnage sur les cultures, pendant la troisième année de sécheresse sur Marseille, alors qu’il pleut enfin partout ailleurs en France depuis des mois.

Un groupe de citadins grecs a quitté les villes il y a deux ans. Il arrivent déjà à 80% d’autonomie alimentaire.

J’avais calculé, estimé, que dans de bonnes conditions météo, avec toute l’eau qu’il faut, l’autonomie alimentaire plafonnerait à 30%.
Mais j’avais estimé ça en pensant faire tout le travail tout seul. A plusieurs, c’est forcément plus simple, plus rapide, plus efficace.

Ca confirme l’idée qu’il faut rejoindre une communauté qui a les mêmes valeurs quand on veut se mettre à l’abri des crises.

http://www.rmc.fr/editorial/295880/une-communaute-vegetalienne-defie-la-crise-grecque/

 

… par contre, les manques sont encore plus intéressants que le reste.

80% des besoins alimentaires, ça implique qu’il faille troquer ou acheter les 20% qui manquent : huiles, vinaigre, sel, aromates, riz, sucre, alcools,…

Et l’alimentation n’est pas la seule dépense. Il y a les dépenses énergétiques (chauffage, cuisine, lumière, loisirs,…), les vêtements, les chaussures, les soins médicaux, les véhicules à réparer, les fournitures scolaires des enfants,…

Il faut gagner de l’argent impérativement. Dépendre uniquement de l’agriculture, de la météo, des maladies des récoltes… c’est une mauvaise idée.
Sortir du système actuel n’est que relatif. Ici, 80% d’autonomie sur l’alimentaire.

Quoi que vous décidiez, quels que soient vos projets de vie, je vous recommande de ne surtout pas sous-estimer vos besoins en liquidités.

D’une manière générale, la bonne réaction pour se préparer à toutes les crises, c’est d’appliquer cette règle survivaliste sur toutes les choses essentielles :

  • 1, c’est rien,
  • 2, c’est mieux mais,
  • Au moins 3 moyens de se procurer l’indispensable, c’est bien.

 

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr