Par où commencer pour devenir autonome ?

Avant de penser à l’idéal, la « Base Autonome durable », qui implique un profond changement de vie, plutôt couteux, et un investissement total de soi, il est bon de commencer tout petit.
Apprendre déjà à gérer les urgences ordinaires, c’est mieux que de se préparer à survivre deux ans à la chute d’un gros météore.

Soyons lucide. Dans ce monde, ce qui est le plus probable, c’est de très bientôt perdre son pouvoir d’achat. Ou le voir diminuer de moitié, comme dans les pays de la zone euro qui sont déjà en faillite.
Déjà que les gens s’en sortent mal avec un salaire complet, imaginez comme ça va être dur avec 50% de revenus en moins, comme les fonctionnaires grecs.
Ou pire, 100% de salaire en moins.
Même une entreprise qui vous engageait depuis 25 ans peut s’effondrer, maintenant que la concurrence est mondiale. Des pays qui paient 200 euros leurs salariés ont de bonnes chances de fournir les français à votre place.

Je vous recommande très vivement de faire pour tout ce qui vous est essentiel, un stock d’au moins deux mois.
C’est vraiment un minimum, et en réalité c’est très largement en-dessous de ce dont vous aurez besoin en cas de problème, mais ça permet de gérer l’urgence.

Gérer l’urgence

Vous avez vu ce qu’il se passe partout quand une grève des professionnels du pétrole est annoncée ?

En 4 heures et demie, il n’y a plus d’essence dans toutes les pompes autours de chez vous.

Pour les stocks des magasins, c’est encore pire. Si les gens se ruent sur certains produits, tout va être épuisé instantanément, parce que les magasins ne stockent pas pour économiser de l’argent. Ils ne possèdent que ce qui sera vendu jusqu’à la prochaine livraison.

Si vous n’avez pas de quoi gérer l’urgence, vous risquez de dépenser très cher.

Par exemple, si vous tombez en panne d’essence sur l’autoroute.
Vous devrez payez le remorquage, avec probablement une belle amende. Le dépannage peut vous immobiliser longtemps.
Si vous tombez en panne en dehors de l’autoroute, sur une route très isolée, un matin de jour férié, vous voulez parier que le dépannage viendra 5 à 12 heures plus tard ?

Lors de la guerre en ex-Yougoslavie, une boite de conserve se négociait 46 dollars au marché noir. Lorsque les gens meurent de faim, que l’on ne peut plus s’approvisionner en choses vitales, ça n’est plus le prix des choses banales que l’on trouve facilement partout en temps normal, pour quelques piécettes.

Pour commencer à stocker, voici quelques conseils :

– Quoiqu’on vous dise, quoi que puissent prétendre les gens sur internet, les forums survivalistes, les gourous de fin du monde, les journalistes de la presse à scandales, regardez vos besoins à vous, ce que votre famille utilise, ce qui vous est essentiel.

Si vous ne fumez pas, stocker 100 paquets de clopes pour troquer, ça n’est pas prioritaire. Le tabac se périme vite. Avant l’effondrement de la réalité qu’on connait, tant que ce n’est pas le crash total, revendre ou troquer du tabac pour survivre est illégal et sévèrement réprimé.

– Par contre si vous adorez les pâtes ou le corned-beaf, le parmesan, le miel de lavande, le beurrrk! nutella malsain plein d’huile de palme, si vous en rachetez tous les mois, voilà ce qu’il est très judicieux de stocker :
Ce que vous utilisez réellement, vous.

Une manière simple de commencer tout doucement son stock est, lorsque vous le pouvez financièrement, d’acheter deux ou trois produits au lieu d’un seul.
Vous apprécierez vraiment d’avoir de l’avance en cas de mauvaise passe avec manque d’argent, des grèves nationales, de pénuries,…
Vous pourrez puiser sans manque dans vos réserves le temps que la situation se stabilise.

Imaginez qu’une panne de courant paralyse la ville pendant plusieurs heures (jours, semaines, mois). Si vous n’avez qu’une carte bancaire pour payer, vous n’avez Rien pour payer ce dont vous avez besoin.

Avoir un chéquier d’avance est une bonne solution de dépannage (si vous ne faites pas partie des 21% de français déjà dans le rouge avec leur banque tous les mois).
Avoir quelques centaines d’euros de côté en liquidité est une très bonne précaution.

Un jerrican de votre carburant, essence ou diesel, dans le coffre. Ne jamais laisser la jauge descendre en dessous de la moitié du réservoir.
Si vous avez eu la très bonne idée d’avoir un jerrican de stock, remettez tous les trois mois le carburant dans votre voiture, puis re-remplissez le jerrican en passant à la pompe. Le carburant a une date de péremption plutôt courte.

Comme pour tous vos stocks, il faut savoir clairement ce que vous avez d’avance. Tout rassembler ce qui est de même nature au même endroit vous évitera des doublons inutiles, des gaspillages.
Vous pourrez voir immédiatement quels produits ont une date limite d’utilisation presque atteinte, pour les utiliser en premier.

Nourriture, piles, trousse à pharmacie,…

Pour bien se préparer aux problèmes gênants les plus courants et même si vous n’y avez encore jamais été confronté, il est bon d’investir quelques euros dans certains produits. Ca n’est pas du tout de l’argent perdu :

Bougies, allumettes, petit stock de savonnettes, des pansements de toutes les tailles (réellement totalement indispensable même en temps de paix), désinfectant, deux bidons de javel, plusieurs lampes avec leurs piles, des petits tampax, des gros tampax, des moyens tampax…
… TOUT ce qui est très gênant quand on en a pas lorsqu’il en faut impérativement.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Recherches populaires vers cette page :

  • devenir autosuffisant (30)
  • etre autosuffisant (19)
  • devenir autonome (16)
  • comment etre autosuffisant (12)
  • devenir autonome en nourriture (11)
  • etre autonome en nourriture (11)
  • comment devenir autosuffisant (11)
  • Comment être autonome (7)
  • comment faire pour être autonome (3)
  • etre auto suffisant (2)

6 comments

  1. Nicolas dit :

    C’est exactement se que je préconise, de faire des stocks de choses vraiment indispensable. Notamment au niveau nourriture, c’est jamais perdu, et de par mon expérience personnelle, en cas de difficulté, c’est l’alimentaire qui est le besoin prioritaire. Ensuite avoir de la liquidité permet d’être moins dépendant du système bancaire.
    amicalement
    Nicolas

  2. Joey dit :

    Je stock des bidon d’eau potable et du propane en quantité de puis longtemps sans compter les stock de médicaments de batteries de kérosène mais plus que tout la viande en conserve

    • Alexandre dit :

      Il y a beaucoup de produits chimiques douteux ou carrément cancérigènes dans les conserves de viande. En situation de survie ce n’est pas vraiment un problème, mais en temps normal ces produits sont à limiter fortement.

      Ce n’est pas parce qu’une boite est bien fermée, que la date est bonne, que la nourriture dedans est forcément saine. Il y a un an ou deux j’ai recraché violement du pâté qui au goût était avarié, mais dans une boite à la date de péremption pourtant très éloignée. J’ai jeté tout le lot.
      Je n’ai plus jamais acheté de pâté en conserve depuis, alors qu’avant j’en consommais beaucoup.

      Tout ce qui est viande mal conservée peut devenir mortel. C’est le botulisme.

      Je ne vois dans les magasins presque que des horreurs qui ne font plus du tout envie. Du soi-disant jambon tout en fausse tranche composées de déchets grattés sur les os et reconstitués à la colle, arrosés de nitrites qui donnent une abominable couleur rose.
      Des stats récentes sur les aliments affirment qu’un produit sur deux dans les magasins n’est pas ce qu’il prétend être, carrément.

      J’ai quand même pas mal de boites de thon et sardine dans mon stock de survie, mais maintenant je privilégie les produits parfaitement frais.
      J’ai acheté de quoi braconner très efficacement (pêche, chasse de tous les gibiers) quand l’effondrement aura vidé les magasins. Une arbalète d’épaule commence à 80 euros à peine. Les flèches sont réutilisables tant qu’elles ne percutent pas de surface dures hors de la proie.
      Il faut des pointes adaptées, par exemple avec des crochets pour ne pas traverser une petite proie et perdre toute la flèche cent mètres plus loin.
      Ce qui vient d’être tué n’a aucun risque de botulisme.

      … mais il y a énormément mieux pour les protéines. Les poules. Ca fait 5 ou 6 oeufs par semaine pendant plus de 5 ans. Jamais de problème de conservation, pas besoin de frigo, d’électricité, de gros moyens en cuisine, de bocaux, etc…
      Il suffit d’un crayon pour écrire la date de ponte sur l’oeuf pour savoir si c’est bon ou pas.

      En 2018 le prix moyen d’un oeuf en France est de 33 centimes. Ca change beaucoup d’une région à l’autre et au cours de l’année.
      Le prix des oeufs bios peut être délirant, surtout les gros.
      Apparemment, en plus du fait de manger très sain, c’est un bon plan d’avoir un poulailler pour ceux qui peuvent.
      A 300 oeufs par poule par an, à 33 centimes (estimation basse) par oeuf, ça fait 100 euros d’oeufs par poule, par an.
      Il suffit de quelques poules pour rentabiliser en un à deux ans même un modèle de poulailler un peu cher.

      Je pense proposer à ma tante de prendre une poule en plus pour elle. Elle m’apporte souvent des restes de nourriture pour les poules, du coup les distributeurs de grains se vident lentement.
      Elle achète beaucoup d’oeufs. Elle n’a pas la place chez elle pour avoir un poulailler, ni les sous pour l’investissement, alors que pour moi une poule de plus ce n’est pas un souci.

      Un poulailler partagé pour deux foyers ça semble être un bon plan, dès maintenant.

  3. jami dit :

    Pour info,on se servait aussi de la chaux pour « nettoyer » l’eau d’un puits.On versait un sac dedans et on attendait que la chaux se dépose au fond avec les impuretés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *