Les meilleures places pour semer les différentes variétés de graines

En pleine terre ? en godets ? en caissettes ?… quelle plante mettre où ?

Si vous ne le savez pas déjà, réjouissez vous, il y a très peu de choses à savoir. Cet article va être très court.
Après vous pourrez mieux utiliser vos pots, la place disponible et organiser facilement vos rotations de cultures.
Cet article s’adresse surtout à ceux qui ont peu de place.

Pour les débutants, comme vous pouvez le voir sur les images, il n’y a pas forcément besoin de matériel. On peut recycler gratuitement des emballages alimentaires pour semer.
Les graines germent presque n’importe où, du moment que la température est bonne et qu’il y a assez d’humidité. On peut faire naitre presque n’importe quoi presque n’importe où, mais simplement, si le récipient n’a pas la bonne taille pour la plante, on risque de perdre la production en la cassant pour la changer de pot, par exemple.

 

En pleine terre

Il faut semer en pleine terre les graines de presque tous les légumes racines comme les carottes, le fenouil, les radis…
Pour les plantes dont la racine est très petite comme certains radis, la culture dans de longs pots donne des résultats corrects.

D’autres choses grossissent sous le sol comme les tubercules (pommes de terre par exemple) et les bulbes (ail, oignon, poireau…).
On peut semer les graines de ces plantes directement en pleine terre lorsque la température est suffisante, ou hors saison au chaud en serre ou à la maison puis mettre en terre les bulbes à leur place définitive.

Les bulbes ne donnent pas des plantes trop envahissantes. Par contre les pommes de terre ont vraiment besoin de place pour obtenir un rendement correct. Si vous avez une toute petite surface, planter des pommes de terre n’est pas intéressant.

En plus des légumes racines, on peut semer directement en pleine terre pour diverses raisons, des plantes dont la partie aérienne nous intéresse.
Par exemple des plantes à croissance très rapide comme le maïs. Il suffit de faire un trou de quelques centimètres avec le bout d’un bâton, d’y mettre une graine, de reboucher, arroser et quelques jours plus tard la pousse se montre déjà. Pas la peine de se compliquer la vie.

Certaines plantes nécessitent des milliers de graines, comme le blé par exemple, donc ça ne peut pas être géré autrement qu’en semis direct en pleine terre.

Pour certaines cultures les graines sont étalées en quantité. Par exemple pour les gros radis. Ensuite pour que les plus belles pousses puissent se développer, on arrache les pas belles autour. Mais le gaspillage n’est pas la règle pour toutes les plantes.

Certaines poussent tellement incroyablement bien qu’il y a presque 100% de réussite. Par exemple sur cette photo il s’agit de fèves d’hiver, semées en décembre. La température est tellement clémente cette année que j’en ai profité, même si au niveau des dates c’était presque deux mois trop tard. Ca me permet de ne pas avoir un sol vide et mort pendant 5 mois.
Un sol qui est cultivé, légèrement couvert, reste vivant, riche en micro-organismes, et capable de faire pousser de belles plantes. Et comme quelques rares plantes d’hiver donnent une récolte pendant les mauvais mois, c’est tout du bénéfice.

Semis de feves en pleine terre en decembre

D’autres plantes ont une croissance fulgurante et un cycle de seulement quelques mois. Il est intéressant de les mettre directement en pleine terre.
Par exemple les haricots à rames. Ce sont des variétés de haricots dont la tige fait plusieurs mètres et qui s’accrochent sur un support vertical, comme un bambou un peu solide. Ca prend assez peu de place au sol.

Par contre certaines plantes qui restent au sol et s’étalent énormément ne sont pas forcément intéressantes dans un mini-jardin. Beaucoup trop envahissantes : potirons, pastèques…
Pour ceux qui ont de la place par contre, la culture est plutôt facile. On fait des petits trous dans le sol, on y glisse une graine, on rebouche, on arrose et c’est presque tout.

Les melons aussi.
Les melons peuvent faire des tiges interminables de plus de 10 mètres mais si vous les coupez à moins de 2 mètres vous aurez plusieurs beaux gros fruits.

Beaucoup de variétés de courgettes ont une croissance tellement rapide qu’un semis direct en pleine terre est suffisant. Attention à la place autour. Les « coureuses » balancent des tiges partout et se répandent comme un cancer alors que les non-coureuses grandissent sagement à leur place sans mettre le bordel partout dans le jardin.

En fait presque tout pousse très bien directement en pleine terre, mais il y a deux contraintes :
– Il faut que ce soit la bonne saison. Si le semis est trop précoce il risque de manquer les degrés nécessaires à la germination, ou les jeunes pousses fragiles peuvent mourir pour une seule nuit trop froide.
En intérieur par contre on peut faire du légèrement hors-saison sans problème.

et

– Tout ce qu’on met en pleine terre va y rester longtemps. Certains radis poussent en trois semaines mais ce n’est vraiment pas du tout la règle générale. Prévoyez plutôt trois mois vraiment au minimum pour une culture (quelques salades), 5 ou 6 mois pour beaucoup de fruits et légumes courants, et jusqu’à très largement plus d’un an pour certaines plantes.
Là par exemple, j’ai en pleine terre quelques chou-fleurs encombrants semés il y a plus d’un an, qui commencent à monter en graines, que je pourrais récupérer probablement vers septembre. Donc un an et demi pour avoir des graines de chou-fleurs, c’est trop. Même si ces plants vont donner des graines capables de résister à une monstrueuse canicule comme celle de l’année dernière, un an et demi à occuper la même place c’est beaucoup trop pour un jardin miniature. Je vais les enlever bientôt.

Certaines plantes qui produisent très peu sont mises en terre pour au moins 5 ans, jusqu’à 10 ans même, comme les asperges, les artichauts, ou beaucoup d’arbustes de fruits rouges. Si vous avez très peu de place, certaines plantes sont à éviter.

En pleine terre l’arrosage se fait naturellement très souvent. En plus de la pluie de temps en temps, très souvent l’humidité de la nuit recouvre le sol.
Ce qui est mis en pleine terre, donc dehors, est relativement autonome en eau.
Ce qui est semé à l’intérieur dépend totalement de votre intervention pour l’arrosage.

 

Semer en caissette

Dans un pot un peu large, avec plusieurs centimètres de terre pour garder quelques jours d’humidité, vous pouvez semer des dizaines de graines en un clin d’oeil.
Si vous avez besoin de 300 pieds de tomates pour une exploitation agricole cette manière de faire est très intéressante. Il suffit d’un pot, même d’une barquette alimentaire sauvée quelques mois de la poubelle, et de quelques minutes, sans fatigue.

Barquette alimentaire recuperee pour la jardinage

Vu la quantité qui sortira de terre, vous pourrez arracher immédiatement sans regret toutes les plantules qui n’auront pas la bonne forme, la bonne taille, la bonne couleur, pour garder seulement les plants les plus magnifiques.

La technique marche pour quasiment toutes les plantes. Il n’y a rien de compliqué. On prend une belle terre ou un peu de terreau, qu’on étale sur plusieurs centimètres. On étale les graines. On peut en mettre beaucoup mais il ne faut pas que ce soit trop dense. Si c’est un peu éparpillé, avec de la place autour, les graines vont donner de belles plantules.
Si les graines sont minuscules, comme des têtes d’épingles, on ne rajoute qu’un centimètre de terre ou terreau par dessus pour qu’elles n’aient pas trop de chemin à faire pour arriver jusqu’à la lumière, leur source d’énergie.

Si les graines sont de grosse taille, on peut mettre plusieurs centimètres de terre.

On tasse juste un peu. L’idée n’est pas de transformer la terre en bloc de béton mais juste de lui permettre de résister au premier arrosage. Si la terre n’est pas tassée les graines vont flotter, puis elles seront en surface et se dessècheront.
Donc on tasse à peine et on arrose en douceur, juste un peu.

En intérieur la rosée ne couvre pas le sol presque toutes les nuits. il faut arroser. Une bouteille en plastique dont le bouchon a été percé de dizaines de petits trous avec une aiguille fait superbement le travail si vous n’avez pas déjà du matériel d’arrosage pour petits pots.
… et même si vous avez déjà du matériel d’arrosage, si vous essayez avec une bouteille en plastique dont le bouchon est percé de petits trous, vous risquez de ne plus pouvoir vous en passer tellement c’est rapide, précis, propre, facile à remplir, sous le robinet de la cuisine c’est la bonne taille…
Plusieurs bouteilles peuvent être stockées déjà prêtes à servir, il suffit de mettre un bouchon non percé. Donc l’eau prend la température ambiante qui ne choque pas les plantules, et sans attirer des bébêtes puisqu’il y a un bouchon, contrairement à un arrosoir. Les maladroits apprécieront aussi le bouchon.

Donc en intérieur il faut surveiller plusieurs fois par semaine que la terre est suffisamment humide. Soit par un arrosage très léger aussi souvent que nécessaire. Si c’est pendant une canicule, les cultures à l’air libre peuvent avoir besoin de deux arrosages par jour. Ou alors si vous n’avez pas de mini-serre à semis qui empêche l’humidité de s’évaporer, vous pouvez simplement utiliser un sac en plastique transparent autour de la caissette (ou barquette de viande, de légume…), La taille est parfaite puisque les sacs en plastique sont prévus pour transporter justement les barquettes.
Et pendant tous les mois où vous n’en avez pas besoin, vous n’avez pas une serre qui vous prend plein de place.

Plantule de salade rouge prete a repiquer

… mais vous n’êtes pas obligés de démarrer une culture en intérieur. Si la température est bonne dehors, profitez-en. Les plantes auront de la lumière, du bon air frais, recevront des milliers de bons cacas de plein d’insectes de passage et les plantes seront magnifiques.

Ce qu’il y a de bien à l’intérieur c’est que la température est plutôt stable. On peut cultiver hors saison. Même s’il fait -15 dehors on peut semer des tomates et avoir des plants de 20 centimètres à mettre en pleine terre dès la fin des gelées. Deux mois de gagnés.

On peut aussi laisser définitivement en intérieur des plantes dont on se sert tout le temps et qui n’ont pas besoin d’insectes présents seulement à une certaine époque pour polliniser et avoir une récolte.
Par exemple la coriandre, le persil… ce qui nous intéresse est généralement les feuilles. Une culture rapide en pot, en intérieur, même à une période sans insecte, suffit largement.

Il suffit d’étaler des graines sur une couche de belle terre ou de terreau, de recouvrir d’un centimètre de terre, de tasser, mouiller, et c’est tout. Rapidement il sortira un beau tapis de plantes aromatiques.

Comme ça peut rester des mois à l’intérieur, pour servir chaque fois qu’on en a besoin, là par contre il vaut mieux choisir un joli pot, pas une vieille barquette de légumes pour pot-au-feu.

… si c’est juste pour les feuilles ou les tiges.
Par contre si c’est pour devenir autonome, en produisant ses propres graines, que l’on ressème de suite en partie ou que l’on laisse se ressemer naturellement, alors la culture en pot n’est pas vraiment intéressante. Il vaut mieux réserver une petite surface en pleine terre, tranquille, où les pollinisateurs viendront quand il faudra, où on peut laisser plusieurs plantes se transformer en porte-graines, en ne récoltant qu’une partie.

Semer dans un petit bac est aussi très intéressant pour les plantes dont le début de croissance est tellement lent qu’elles sont semées presque pour l’année suivante, comme les choux par exemple.

Les graines de fraises ont aussi une croissance épouvantablement lente et sont très peu fertiles. Si vous avez commis l’erreur de faire confiance aux escrocs qui en vendent, il faut les semer en grande quantité en caissette et attendre presque un an que peut être quelques graines sortent enfin de terre.
Pour reproduire rapidement les fraisiers il vaut mieux utiliser les stolons. J’ai déjà publié un article qui en parle.

Les barquettes ou les gros pots servent aussi pour les graines qui doivent rester des mois dans l’humidité pour abimer assez le bois qui les entoure. Certaines noix ou noyaux ont parfois aussi besoin d’avoir connu un ou deux hivers froids pour activer la pousse. Donc, puisque ça peut prendre deux ans avant d’avoir une pousse de quelques centimètres, il n’y a aucun intérêt à semer directement en pleine terre certains noyaux, certaines noix. Autant garder la place pour d’autres cultures.
Donc vous pouvez semer dans des pots que vous oublierez dehors pendant plus d’un an. Si ça pousse c’est bien, si ça ne pousse pas, c’est juste que la reproduction de ces plantes est difficile. Pas la peine de trop en attendre.

Noyaux de dattes germes dans de l eau

A Noël j’ai gardé quelques noyaux de dattes pour tester une méthode conseillée sur internet. Dans un peu d’eau que l’on change deux fois par semaine, dans un pot qui reste dans une pièce chauffée, on met des noyaux de dattes. Quelques semaines plus tard juste quelques uns auront germé. C’est très lent et très peu poussent. Puis on les met en terre.
A l’occasion je testerai pour voir si les noix et noyaux de plantes locales qui germent très peu et très lentement, peuvent être accélérées de plusieurs mois ou années juste en les faisant tremper dans l’eau plusieurs semaines.

Mais, ça, c’est une anecdote. La règle générale est que beaucoup de graines éparpillées dans un gros pot humide à une bonne température donne un résultat souvent correct pour presque tout.

 

Semer dans des petits pots individuels

 

Gobelets alimentaire ordinaires en plastique

C’est exactement la même chose qu’en pot collectif pour plein de graines, sauf que là on n’en met que quelques unes. J’ai aussi publié un article qui en parle.

En mettant au moins deux graines au lieu d’une seule on double les chances d’avoir un plant. Mettre directement trois graines c’est encore mieux. Si plusieurs poussent on garde le plus beau.

Ca permet des échange et dons très rapides, pas besoin de déplanter pour replanter, on donne directement le petit pot.

Les plantes extrêmement cassantes comme des melons, des courges, ne sont pas manipulées, arrachées à la pelote d’autres racines d’un semis en caissette. On sort la motte du gobelet et on la met entière en pleine terre à sa place définitive quand la température extérieure et suffisante, ou dans un pot plus grand. Il y a très peu de casse. C’est vraiment pratique.

Au départ ça demande un peu plus de travail que le semis en vrac dans une caissette mais franchement, si vous n’avez pas besoin de centaines de plantes, juste une petite quantité, ça en vaut sacrément la peine.

Arrosage très rapide des plants en cagettes en plastiqueCagettes empilées remplies de jeunes plantes

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • noyau datte germe (2)
  • Les carottes cest lent a germé (1)
  • mes tomates ne poussent pas (1)
  • quelles graines à semer donne des grandes tiges de plus de 3 mètre avec des grandes feuilles (1)
  • semer hors saison (1)
  • semis hors saison (1)

6 comments

  1. AL dit :

    Bonjour Alexandre,
    une question en passant : il faut combien de temps à une graine de tomate pour être prête à être replantée en extérieur ? je compte faire des semis dans mon garage (plutôt frais et peu de lumière directe). et replanter en pot mi-mai.

    de même une question sur les fraises, j’ai vu que vous mettiez un pied par pot. Est-ce mieux qu’une grande jardinière avec plusieurs plants ? peut-on laisser les pots tout l’hiver dehors ?

    Je compte mettre tomates et poivrons en pots sur des palettes au milieu de ma pelouse, dois je les intercaler ou puis-je grouper les tomates sur une palette et les poivrons sur l’autre ?

    merci et bonne journée.

  2. jami dit :

    Bonsoir Alexandre pour gagner de la place pour les haricots tu peux utiliser le maïs comme support ce qui permet d’économiser de l’eau.
    Bonne soirée

  3. AL dit :

    bonjour,
    mes radis plantés en jardinière, en intérieur de maison mais devant une fenêtre me font de grandes tiges de 10cm avec 3 petites feuilles au bout. ça bouge plus depuis une semaine. j’ai pas l’impression que ça donne de beaux radis. malgré que j’ai fait 3 variétés différentes, donc c’est pas les graines d’un seul sachet. c’est quoi ? j’arrose trop, ils ont trop chaud ?

  4. jami dit :

    Je suis pas un pro du jardinage indor! Il me semble que normalement tu devrais être envahi et tu devrais devoir les éclaircir.
    Il y a donc un problème.Si c’était un problème d’engrais tu aurais d’énormes feuilles et pas de radis.Une longue tige semble indiquer qu’ils ont monté et donc qu’ils ont eu trop chaud.
    C’est en forgeant qu’on devient etc à mon avis il faut recommencer mais à un autre endroit.
    Bonne soirée

    • AL dit :

      merci jami.
      je les ai sortis dehors au sud, pour voir ce que ça donne, mais je suis d’accord avec toi, ils ont dû monter.
      je vais refaire 2 jardinières directement dehors maintenant que ça descend plus en dessous de 3°, quitte à les rentrer la nuit.
      allez au boulot…

  5. jami dit :

    Je n’arrive pas à retrouver ce super conseil pour faire pousser des pommes de terre hors sol.C’est une très bonne idée puisque ce légume est le dernier que l’on pense à planter (il est pas cher et donc peu rentable)et il faut le buter(pas avec un flingue)Ce système est donc intéressant puisque simple à mettre en oeuvre et le légume peut être très précieux en temps de crise grave.
    Si tu as des difficultés avec les semis parce que tu ne connais pas grand chose à la terre tu devrais commencer avec des plans. Certes c’est moins valorisant mais cela peut te permettre de te familiariser avec la pratique du jardinage.
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *