Les machines à fabriquer de l’argent

Faire pousser une petite graine pour en cueillir les fruits plus tard

Le capitalisme, c’est cool.

… quand c’est bien fait.
Pas comme quand une grande marque de téléphones à la mode fait travailler des gens 16 heures par jours, sans sécurité sociale, pour un salaire 500 fois inférieur au minimum légal d’autres pays plus justes et humains.
Quand je dis que le capitalisme c’est cool, je ne pense pas à l’échelle mondiale, mais localement, à l’échelle de vos vies, de votre famille, des commerçants autour de vous qui profitent de vos dépenses pour faire vivre leurs familles, et ainsi de suite…

Le socialisme, le communisme, ça ne marche pas du tout. Déposséder quelqu’un du fruit de tout son travail, ça tue toutes les bonnes volontés et le goût de l’effort.

Savoir que l’on va vraiment profiter de ses efforts, de ses investissements, motive bien.

L’intérêt personnel est un des moteurs du monde.

C’est moins amusant que la quête de l’Amour Parfait comme dans les films hollywoodiens, ou d’essayer de séduire Nicole Kidman, Angelina Jolie, ou Megan Fox juste pour quelques heures de galipettes, mais, manger, boire, se chauffer, se loger, avoir des sous pour payer sa connexion à internet, ça fait partie des besoins dont il faut s’occuper aussi.

Gagner des sous, c’est cool.
Gagner des sous sans même travailler, c’est encore plus cool.

Imaginez que vous soyez au lit avec Nicole, Angelina ET Megan en même temps, et pendant ce temps là, de l’argent continue de tomber.

… ho ouaiiiiis, ça, c’est trop cool.

 

Je vais vous donner quelques idées, pour vous poser de bonnes bases pour votre propre réflexion.

C’est à adapter à vos compétences, vos possibilités, vos moyens, votre réseau de contacts, votre zone géographique.
Rien n’est à prendre tel quel. C’est juste une base de réflexion sur les machines à faire de l’argent 24h/24, 7j/7, pendant de très nombreuses années.

 

Personnellement je les sépare en 2 catégories :
– Celles dans le monde réel, en objet,
– Et celles totalement dématérialisées sur internet.

Pour le moment je travaille surtout sur la seconde catégorie, mais je n’oublie pas la première. Ce n’est simplement pas possible pour moi pour le moment, mais vous pouvez être intéressés par les idées, pour vous même.
Je pourrais les garder pour moi, comme un secret de fabrication, comme une caricature de capitaliste sale, mais je suis convaincu que le problème du monde à l’heure actuelle est dans l’inversion des valeurs et l’individualisme.

Garder pour soi, ne pas en faire profiter les autres, vouloir avoir l’exclusivité alors qu’on est 7 milliards dans le monde, se taire plutôt que d’en faire profiter les autres…
Si les autres vont bien, s’ils ont des sous, ils vont améliorer vos vies plus ou moins directement.

 

1. Les automates qui travaillent pour vous dans le monde réel.

Il y a un an et demi, j’ai eu une idée révolutionnaire, innovante, en rapport avec ce que veulent les gens.
Mais je ne l’ai pas encore appliquée, et voici pourquoi :

La situation économique a empiré.

Même si j’avais bien réfléchi aux solutions pour ne pas tomber dans le même piège que les entreprises de la distribution automatique, les frais ont augmenté, les possibilités de faire du chiffre se sont sensiblement réduites, donc, la rentabilité est moindre.

L’idée révolutionnaire, la voilà :

Mettre du BIO dans des distributeurs automatiques de nourriture.

Les gens veulent ça.

Une personne sur deux n’achète pas dans les distributeurs automatiques à cause de la qualité épouvantable des produits.
Les derniers scandales sur les fraudes alimentaires dues à la mondialisation donnent encore plus fortement envie aux gens de manger local, des choses simples, saines, avec peu d’intermédiaires, peu de produits chimiques, de viande de cheval,…

Le bio est un besoin très profond, de plus en plus répandu dans la société.

Du point de vue de la vente, il n’existe aucun concurrent. Personne n’a encore fait une chaine de distributeurs automatiques de bio.

En 2012, la restauration rapide à emporter, la malbouffe comme des sandwichs a sensiblement augmenté ses ventes.
Puisque c’est moins cher qu’un vrai repas dans un restaurant, une brasserie, une crêperie,… et que les gens n’ont plus d’argent, mais qu’ils doivent quand même manger, les habitudes sont en train de changer. (Et c’est parti pour durer).
Donc, il y a beaucoup de chiffre à faire.

En plus permettre aux gens de manger sain, au lieu de graisses saturées, de sucres et farines trop raffinées, avec trop de sel et des conservateurs, correspond à une réelle préoccupation.

Les débouchés sont énormes : les mamans, les enfants, les sportifs, les paranos, les accros du zen et bio, les grosses qui veulent manger moins gras, les ados qui n’aiment pas la cantine, les… euh… tout le monde.

 

Si en plus, au lieu de se gaver en surfacturant de façon délirante, on utilise des producteurs locaux, qui permettent d’avoir une production de qualité, sans faire énormément gonfler la note, le succès est assuré.

Juste un petit surcoût de quelques centimes par rapport à la malbouffe pour avoir de la qualité.

Vous verrez, dès qu’on creuse un peu, ne serait-ce qu’en visitant un salon du bio, vous aurez de suite des dizaines de contacts pour vous lancer.
Par exemple, deux boulangères amoureuses de leur métier et de la qualité de leurs produits, qui travaillent à deux kilomètres de chez vous et qui font du 100% bio.

Et hop, déjà un fournisseur de trouvé.

 

Par contre vous, ne faites surtout pas l’erreur de passer au 100% bio.

Beaucoup, beaucoup beaucoup de gens vont aussi vouloir acheter des barres chocolatées premier prix, ou du coca cola très ordinaire avec 8 morceaux de sucre par verre, des horreurs qui donnent envie de vomir rien qu’à les regarder, ou a lire l’étiquette, mais les ados adorent manger ces saletés.

Collez leur une affiche d’information sur le distributeur, pour les inciter à manger sain.
Normalement ils s’en foutent. Pisser dans un violon et parler à un ado, ça a autant d’efficacité, m’enfin… au moins pour la forme.
Peut être que si l’affiche parle de performances sexuelles quand on fait 15 kilos de moins… 😉

 

L’énorme problème des sociétés de distribution automatique vient des charges. Des heures de main d’oeuvre coûteuse, même en engageant des gens pas du tout qualifiés. Qu’il faut payer quand ils sont immobiles dans les embouteillages des centaines d’heures par an, avec un moteur qui brûle un carburant devenu hors de prix et qui ne cesse d’augmenter.
Il faut impérativement éviter ce problème, sinon vous êtes certain de faire faillite.

 

Ma solution était d’implanter tous mes distributeurs sur une zone de quelques kilomètres, uniquement à des endroits que je pouvais réapprovisionner la nuit, quand il n’y a absolument aucun embouteillage.

J’avais mesuré le temps nécessaire à différentes heures et j’avais calculé que j’économisais 5 jours entiers et 6 heures chaque année, en travaillant la nuit.
5X24h sans brûler du carburant pour rien, avec un véhicule immobile, dans les bouchons de circulation.

5 jours de salaire économisés, si je devais engager quelqu’un pour me remplacer pour les remplissages.

Le léger surcoût de travail de nuit était largement compensé. Moins d’heures à faire, meilleure qualité de vie.
Du temps pour danser le tango et rencontrer des rousses aux yeux gris.

… mais depuis le prix du carburant a encore flambé.

Faire des tournées actuellement, et pour quelques années est un mauvais plan.

La bonne idée, la très très très bonne idée, c’est d’ajouter un distributeur automatique dans un commerce existant.
Aux heures où vous ne travaillez pas, la nuit, les jours fériés, quand vous êtes malade, ou pire quand vous êtes invité au mariage de votre ex, tout ça, pendant que vous ne travaillez pas, votre machine continue de vous faire gagner de l’argent, et sans lui verser de salaire.
C’est tout pour vous.

Ca réduit le coût du loyer, du bail commercial.

Si vous êtes dans une rue passante, c’est le jackpot 24 heures sur 24.

Un distributeur automatique implanté sur votre propre façade. En vitrine de votre propre commerce alimentaire.

Vous avez entendu parler du boulanger qui vend son pain de la veille presque moitié prix ?

Il ne jette presque plus rien.

Il gagne de l’argent avec ce qu’il jetait avant. Du coup, il gagne assez pour ouvrir un nouveau commerce qui ne vend que du pain de la veille.

Vous vendez des sandwichs ou des salades, vous devez les jeter en quelques heures… autant les laisser toute la nuit en accès libre dans un distributeur réfrigéré au lieu de gaspiller.

De l’argent va rentrer.

Un bon distributeur, de gros volume, pour presque 50 produits, avec deux compartiments de températures différentes ne coûte que quelques milliers d’euros. Si vous êtes dans une zone passante, la rentabilité est très rapide. Près d’un parc ou d’une plage, d’un lieu très touristique, et dès la fin du printemps, votre machine fait du bénéfice.

… mais donc, ça n’est un très bon plan que pour du travail sur place, sans faire de route, en augmentant de quelques heures la possibilité de vendre des produits super frais.

Des produits frais dans un distributeur automatique !

alors que normalement c’est impossible à cause des dates limites de consommation ultra courtes, entrainant du gaspillage et un prix de vente obligatoirement délirant.
C’est votre valeur ajouté, votre différence avec la concurrence. Vu que vous réduisez tous vos coûts et vendez plus, pendant les heures normales d’ouverture de votre commerce, vous pouvez vendre moins cher que vos concurrents et prendre toute leur clientèle.

Vendre beaucoup moins cher du frais, de qualité, transformé sur place, dans votre cuisine.

Fabriqué pendant les heures avec moins d’affluence dans votre salle de restauration.

Si j’avais une boulangerie, je mettrais tous les soirs les croissants invendus dans un distributeur automatique en façade. Ceux qui partent travailler le ventre vide à 3 heures du matin financeront la machine.

 

On ne perd même pas de temps à parler aux gens.

Mon don c’est d’engueuler les gens, pas de leur parler du beau temps. En chair et en os, j’ai pas souvent envie de parler à des inconnus. Souvent dans les super marchés, je passe par les caisses automatiques pour ne pas dire un mot.
Je ne suis pas le seul à faire ça.

Un distributeur en façade, ça marche aussi pour les ours, les sourds, ceux qui ne parlent pas le français,…

C’est parfait aussi pour débiter une grande quantité de ventes en un clin d’oeil.
Je connais un mac mickey sur le célèbre vieux port d’une ville de merde où on attend trois quarts d’heure pour avoir un sandwich, même quand il n’y a que 6 personnes devant soi, tellement le personnel est incompétent et le lieu mal conçu pour servir rapidement.

J’ai pensé que si j’implantais un distributeur de bons produits bio, à 20 mètres de l’entrée de ce restaurant, je devrais recharger la machine jusqu’à 8 fois par jour au lieu de trois fois par semaine.
Rien qu’avec les gens qui se barrent à force d’attendre, j’aurais fait fortune (mais j’habite à une vingtaine de kilomètres, donc cet emplacement n’est pas pour moi).

Du débit, du chiffre.
Jamais de temps perdu à compter la monnaie. C’est le client qui fait lui-même l’appoint. Même pas besoin de payer quelqu’un pour compter la monnaie.

Pas de négociations, pas d’embrouille, du cash. Ceux qui achètent mettent immédiatement tout l’argent dans la machine.

et hop ! la personne suivante enchaîne…

Commercialement, c’est plein à craquer d’avantages.

 

Quand je m’achèterai une petite terre agricole dans quelques années, je compte implanter dans l’entrée un distributeur de paniers de fruits et légumes frais, accessible en permanence à n’importe quelle heure, par quelqu’un qui passe sur la route.

Tous les produits que je vais cultiver pour ma famille seront plantés en plus grande quantité, pour faire un fond de roulement qui me paiera mes graines, mon terreau, mes outils, ma serre,…

 

Attention toutefois. Certains distributeurs automatiques sont de très très très très mauvais plans, financièrement, comme les distributeurs automatiques de lait frais. Très chers à l’achat, qu’il faut nettoyer tous les jours, très contraignants, beaucoup d’heures passées pour perdre de l’argent.

Renseignez vous avant. Creusez sur internet. Les avis, les témoignages.
Et faites tous les calculs par vous-même. Quand un vendeur de distributeur de lait vous vend un projet clé en main, pour vous installer sur le parking d’une grande surface, il faut rajouter une heure par jour de nettoyage, trajet, essence, remplissage,…

Ce qui est bien pour un vendeur de jambon-beurre croustillants, avec du coca, ou un jus de goyave bio, n’est pas forcément un bon plan pour un producteur de lait.

 

N’investissez pas un seul centime si la rentabilité est déjà faible sur le papier.
Dans la réalité, les chiffres seront presque toujours pires. Puis vous aurez à gérer les dépenses imprévues, comme le bloc de refroidissement qui tombe en panne parce que vous avez cru faire une bonne affaire en achetant un distributeur d’occasion pour 1/4 du prix du neuf…
sauf que le bloc de froid coûte à lui tout seul presque le prix d’une machine neuve, garantie deux ou trois ans, avec un contrat de maintenance 24h/24 et une ligne téléphonique centralisée pour les clients qui ont un problème avec la machine (et qui prennent leur téléphone au lieu d’ouvrir la machine à coups de hache).

 

Si la rentabilité prévue n’est pas gigantesque, laissez tomber.

Puisque vous lisez mes articles de trois kilomètres de long, même quand je ne mets pas de jolie image de filles en maillot de bain, c’est que vous savez que j’écris un concentré de choses utiles, que vous ne trouvez pas ailleurs.

Si vous êtes sur ce site, c’est parce que vous  savez comme moi que le gouvernement est complètement largué, ne fait rien pour combattre la crise, et pire ne fait que l’amplifier.

Si dès le départ la rentabilité est faible, quand les choses vont empirer, vous allez perdre votre argent.

 

Un distributeur en façade n’est un bon plan que si vous êtes dans une zone à fort passage, à n’importe quelle heure.
Donc pas à l’intérieur d’un centre commercial inaccessible aux acheteurs 12 heures par nuits, et 24 heures le dimanche, puis tous les jours fériés.

 

Une dernière chose. Si vous êtes dans une zone où le jambon n’est pas le bienvenu pour les habitants, laissez-les dans leur merde.
N’implantez pas un distributeur avec votre argent.
Vous savez qu’ils aiment tout casser, tout dégrader, tout flamber, détruire tout ce qui appartient aux autres.

Quand j’ai rencontré le numéro un de la distribution automatique en France pour acheter mes machines pour lancer mon mini réseau de bio, j’ai appris que dans certaines villes, des distributeurs étaient cassés 4 fois par an, ce qui n’était plus du tout rentable.

Le blindage sur mesure coûte 3000 euros chez un ferronnier. Pour protéger 6 machines, 18000 euros.
Woooow…

 

Je comptais les faire moi-même en louant un poste à souder professionnel, en achetant des serrures très haut de gamme anti-infraction, deux fois plus de barres en métal que le minimum nécessaire, des gonds très solides,…

Pour 6 distributeurs, je n’aurais payé qu’un peu plus du sixième du prix en faisant tout moi-même.

Et finalement, je suis revenu au bon sens. Sur Marseille, c’est une mauvaise idée.
Trop de casse, trop de braquages, trop de cambriolages, trop de fraudes, trop de tags, trop d’incendies, trop de corans et les joyeusetés qui vont avec, trop d’embouteillages, gazoil trop cher, toujours plus cher, et le gouvernement a décidé de nous arnaquer en augmentant énormément les taxes sur ce carburant,…

N’oubliez jamais ce conseil super important, que ce soit professionnel, ou pour du rendement au potager, pour l’autosuffisance alimentaire, pour tout, pour tout :

Toujours voir ce qui se fait localement, sur une petite zone, avec vos ressources locales, vos législations, votre climat, la population,…
Tout ce qui est local.

Même les commerces en franchise, le même modèle partout, ne sont pas une garantie de réussite. Ce qui marche très bien ailleurs peut devenir une catastrophe localement.

Le temps est à la prudence.

 

 

 

2. Les automates sur la toile.

La stratégie que je privilégie pour les trois prochaines années.

(Après, l’immobilier que personne ne pourra acheter, comme déjà en Grèce, en Espagne, au Portugal,… semble être un des meilleurs plans pour gagner beaucoup. Mais il faut faire du capital maintenant).

 

Les dossiers que je vous rédige sur la fabrication de sites internet demandent tous plusieurs semaines de travail.
Je publierai le premier gros sujet dans quelques jours.

Pareil, ma stratégie est à adapter. Rien n’est à copier tel quel.
Dans les grands axes, tout est viable. Ensuite, c’est en fonction de votre niche d’activité, de vos capacités, du temps que vous pouvez investir, de votre réseau de contacts et de compétences,

Regardez cet article :
se-preparer-aux-crises.fr/acheter-une-bouillotte-par-personne-pour-faire-des-economies-de-chauffage

Pour le moment, alors que le site n’a que 6 mois, pas encore beaucoup de public,
rien qu’avec cette page très peu lue, je vends assez de bouillottes, avec seulement 5% de commission, pour financer l’hébergement annuel du site et le renouvellement du nom de domaine.

J’ai déjà 200 articles et des milliers de sujets sur mes disques durs.

Et ce n’est qu’un site. Militant en plus, donc normalement, un gouffre financier, un nid à emmerdes plutôt qu’une source de revenus.
La stratégie du tout gratuit et de qualité commence déjà a payer.

Dans les six mois qui viennent, je vais en lancer beaucoup plus. Les 10 sites suivants sont déjà bien avancés.

 

Si on compare avec un distributeur automatique dans le monde réel,

L’investissement financier est presque ridicule. Un verre d’eau dans une piscine.
Un hébergement pro premier prix chez un hébergeur très fiable tourne autour de 80 euros à peine la première année, quand il n’y a pas encore énormément de visiteurs tous les jours.

Ca tourne aussi 24H/24, pendant des années.

Mes visiteurs ne se limitent pas aux quelques personnes qui passent dans ma rue, ou qui connaissent l’adresse de ma machine.

Des centaines de millions de personnes francophones dans le monde peuvent afficher mes pubs, après avoir tapé dans un moteur de recherche quelques uns des milliers de mots clés et des expressions courantes et actuelles déjà présentes dans les 200 premiers articles.

Ce n’est pas du local.

Dans un an, les pages les plus rentables de tous mes sites seront traduites dans les langues des pays du monde qui ont du pouvoir d’achat.

 

Non non, tout n’est pas tout rose. Tout ne va jamais comme sur des roulettes. Il y a toujours des imprévus.

Par exemple, les habitués du site ont remarqué qu’il y a eu un problème pendant deux semaines. Plus aucune mise à jours, plus de nouveaux articles.
Pour le moment le contenu nécessite que j’y passe du temps, beaucoup de temps.

Il est important à assez court terme de pouvoir vous entourer de personnes compétentes, qui peuvent vous compléter ou seconder lorsque vous ne pouvez pas travailler.

 

Je n’ai pas encore commencé a rémunérer des juristes, des comptables, des assureurs, bricoleurs,… pour avoir des articles très précis et très riches, qui concentrent un grand nombre d’informations sur une même page, toujours gratuite.
Si si. La stratégie du tout gratuit, toujours, est intéressante maintenant que toutes les technologies sont au point et en accès permanent, sur n’importe quel appareil.

Quand c’est gratuit sur internet, le produit c’est vous.

Là, vous me rapportez sans le savoir. Même si vous ne cliquez pas sur les quelques pubs que j’ai posées par ci par là.
Vous avez passé tellement de temps sur cette page que les moteurs de recherches ont enregistré que le contenu du site est très pertinent, donc vous m’avez fait gagner de la place dans les classements. Donc, mes pubs vont être vues par toujours plus de monde, donc même si 1% seulement achète, même une bouillotte de quelques euros, qui me rapporte à peine 5%,…
C’est une petite pluie fraiche. Plein de petites gouttes d’eau. Toujours plus nombreuses tous les jours.

Je vous apprendrai les astuces dans les semaines qui viennent, vous allez adorer.

 

Pour finir la comparaison avec les distributeurs de bio, on peut dire que Se-Preparer-Aux-Crises.fr est une sorte de distributeurs que je comptais remplir 2 fois par jour. Pour le moment j’en suis très loin, mais je me suis diversifié, la stratégie a changé. D’un site, je passe à une dizaine.

Le produit de base n’est pas des aliments réels, c’est de la nourriture de l’esprit. Des connaissances.

A la base, ça ne coûte pas autant que trente kilos de jambon, 2 kilos de beurre, 300 kilos de pain…

C’est juste des connaissances, des infos, de la compilation de contenu utile.
Je rajoute un avis très tranché quand je m’exprime sur un sujet que je maitrise à fond. Euh… oui, tous les sujets, en fait. Si je passe deux nuits à rédiger une page, c’est clairement parce que je parle d’un sujet qui me passionne.

Si vous vous lancez sur internet, quelque soit le sujet, il ne faut le faire que dans un domaine que vous adorez. Quand on passe des heures à faire ce qu’on aime, ce n’est pas une corvée, c’est du bonheur.

 

Un des sites que je suis sur le point de lancer aura un nouvel article tous les jours. Par contre, je ne vais pas le rédiger moi-même. Je vais engager des pigistes qui vont traiter les sujets précis que je leur commande.
Sur internet le contenu reste des années consultable, comparé à un magazine qui ne sert qu’une fois.
L’investissement va être super rentable sur la durée.
Payé une fois, qui rapporte à vie.

 

Au lieu de faire… l’erreur… d’avoir la mauvaise idée de vouloir faire du contenu nouveau très fréquent, vous pouvez choisir de ne parler que de  contenu durable, qui ne se démode pas, ne se périme pas.

(NB: en fait, même quand je ne poste rien de nouveau, les articles précédents attirent de toute façon toujours plus de monde tous les jours. Je vous expliquerai comment faire pareil).

 

Une autre stratégie pour avoir du contenu très vivant, super changeant, est de mettre un forum. Mais en survivalisme c’est le plus gros nid à emmerdes possible. Si le forum d’olduvaï est verrouillé à un point qui le rend presque inutilisable pour les nouveaux, ce n’est pas pour rien.

Si vous ne voulez pas passer 12 heures par jours à modérer les écrits d’inconnus pour ne pas risquer une énorme amende ou une peine de prison, il y a certains sujets pour lesquels il ne faut surtout pas de forum public.

… mais je vais quand même vous mettre bientôt ici un petit forum, mais très très très spécialisé :

Seulement les bons plans pour se mettre à l’abri de l’effondrement économique,
sans être obligé(e) de bosser 260 h par mois pour 580 euros comme en Grèce, ni de louer ses fesses.

 

Comme je vous ai dit plus haut, en partageant nos connaissances, ont fait en sorte que tout le monde autour de nous aille mieux, ce qui profite à tous plus ou moins indirectement, et donc à soi-même.

 

Là, donc, avec ce premier article sur les distributeurs automatiques, qui compile déjà un tiers des meilleures idées des 6 mois où j’ai creusé à fond le sujet,
indirectement je vais en bénéficier dans pas longtemps, pour gagner plus d’argent avec des pub beaucoup plus vues, ici.
Vous avez passé tellement de temps sur la page que les moteurs de recherche vont me faire gagner un grand nombre de places de classement sur les mots clés de l’article, et encore plus fort !, carrément des expressions courantes (que je replace pour vous faire saisir le fonctionnement) :
distributeurs automatiques, fabriquer des machines à billets, faire pousser des arbres à billets, rentabilité, bon plan, investissement, effondrement économique, budget de crise, baisse du pouvoir d’achat, marge bénéficiaire…

et hop, sans dépenser un centime en pub, je viens de gagner du référencement naturel et passer devant les autres sites qui parlent de la crise financière et économique,
parce que vous avez lu gratuitement quelque chose qui vous intéresse.

 

Sans déconner.

Avec les technologies actuelles, lancer sur internet une activité rentable, c’est devenu aussi simple que d’enfoncer une petite graine dans la terre du bout du doigt.

Il n’y a qu’une dizaine de « secrets » à savoir.

 

A suivre, donc…

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Faire pousser une petite graine pour en cueillir les fruits plus tard

Recherches populaires vers cette page :

  • arbre a billet (37)
  • rentabilité distributeur automatique (23)
  • arbre à billets (13)
  • petite machine rentable (5)
  • combien rapporte une creperie (4)
  • investir dans les distributeurs automatiques (3)
  • machine de largent (3)
  • machine préparer largent (3)
  • rentabilite distributeur de boisson (3)
  • investir distributeur automatique (3)

4 comments

  1. Maxime dit :

    Bonjour Alexandre.

    J’ai découvert ce site ce matin, ça fait 6 heures que je le parcours, énormément de trucs super intéressants, cet article tout spécialement ! A quand la suite? 🙂

    Maxime.

  2. Marielle dit :

    Bonjour Alexandre,

    super intéressant tout ça.

    Mais j’ai pas compris le coup des bouillottes, tu fais comment pour les vendre parce que je n’ai pas trouver de lien pour en acheter sur ton article…??

    J’aimerai faire pareil avec des livres, entre autre. C’est quoi l’astuce??

    Merci à toi, bye.

    Marielle

  3. Alexandre dit :

    L’accès direct vers les bouillottes ;
    http://astore.amazon.fr/sepreparauxcr-21?_encoding=UTF8&node=46

    Pour tous ceux qui voudraient faire pareil, il suffit de se créer un compte sur Amazon.

    Ensuite, la fonction a utiliser est de créer un a.store.
    On peut en créer plusieurs, pour différents sites, avec le même compte.

    L’idée est de proposer à la vente aussi les produits des autres, dans tout le catalogue Amazon. On les sélectionne un par un.
    Sur un téléphone c’est vraiment galère, mais avec un vrai ordinateur, ça va plutôt vite. C’est quand même des heures de travail pour mettre en place une bonne boutique. Après, ça tourne tout seul. Il suffit de jeter un oeil de temps en temps pour changer quelques produits.

    Le a.store est une fonction pour gagner seulement des dizaines des centimes de commission sur les ventes que vous permettez de faire aux autres.

    Il ne sert à rien de proposer des serres à 4500 euros si la commission est plafonnée à 10 euros.

    D’autres sites sont beaucoup plus rémunérateurs, mais j’aime bien Amazon, qui crée des milliers d’emplois sur le sol français.

    Par contre, je boycotte totalement la FNAC depuis l’affaire de la photo primée à un concours, où une vermine se torche dans notre drapeau.

    Des centaines d’autres programmes d’affiliations sont visibles sur cet excellent site :
    http://www.clubaffiliation.com/

    Souvent les sites enregistrent l’adresse IP du visiteur (le numéro de connexion qui le rend presque unique et identifiable sur le réseau),
    et même si le visiteur n’achète pas la première fois, aux passages suivants, il est connu comme venant de votre part, et vous aurez vos piécettes.

    Donc, si pour me récompenser vous voulez visiter Amazon, commencez par ma boutique :
    http://astore.amazon.fr/sepreparauxcr-21
    Si vous achetez, ça ne changera rien au prix pour vous. C’est le vendeur original qui réduira un peu sa marge pour me remercier d’avoir de nouveaux clients.
    Ta daaaaaaa !!!

    Je suis séduit à 200% par le principe de l’affiliation. C’est une solution où tout le monde est gagnant.

    • Marielle dit :

      Whaooo Merci pour toutes ces précisions, je vais analyser tout ça.

      ça veut dire que je peux faire une site dédié aux produits cosmétiques naturels ou autre avec ce système..

      Moi ça me va.

      Merci encore et bonne route 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *