Les cultures à l’envers, j’arrête.

A priori ça semblait une bonne idée. Pas besoin de tuteurs par exemple, ni de place puisqu’on peut accrocher les pots au plafond.

… sauf que dans la pratique, le vent casse les tiges de tomates à l’envers, donc il faut les replier doucement en essayant de ne pas les casser pour les attacher au pot.
… et donc… oui, il faut les attacher aussi.

Il n’existe pas de pot à petit prix, il faut les fabriquer soi-même.
Par exemple en recyclant des bouteilles en plastique de 5 litres.

Il y a plein de manières possibles pour découper des bouteilles, selon le sens que l’on choisit, le goulot en haut ou vers le bas.

Tubes de diametre plus gros que les tiges de tomatesBouchon percé

Là, c’est une idée pour fabriquer facilement une petite réserve d’eau au fond de la bouteille.

Un tube en plastique dur plus large que les tiges des légumes que l’on veut faire pousser.
Un trou plus petit dans le bouchon un peu souple, dans lequel le tube est enfoncé en force, ce qui crée l’étanchéité.

Tubes enfoncés en force dans le trou du bouchon

Une fois la bouteille à l’envers, la hauteur du tube dans la terre détermine la hauteur maxi de la réserve d’eau dans la bouteille. Sinon toute l’eau en trop est presque immédiatement perdue par le trou, en bas, par simple gravité. La forme de la bouteille canalisant toute l’eau comme un entonnoir.

L’astuce du tube permet d’arroser moins souvent.

Bricolage de reserve d eau pour bouteille a l envers

En haut, pour pouvoir arroser il faut percer.
Un fond de bouteille de 5 litres, c’est du plastique épais et dur, difficile à couper.

Une perceuse avec une scie cloche permet d’éviter les gestes dangereux avec des objets coupants comme des cuters.

Percage de fond de bouteilles en plastique dur

Il faut un trou assez large pour pouvoir arroser, mais si le trou est plutôt petit, l’évaporation se dépose en partie sur la paroi et recoule dans la terre, ce qui permet aussi d’éviter d’arroser trop souvent.

Percage de trou pour l accrochage

Il faut aussi deux ou quatre petits trous pour passer une corde solide pour l’accrochage.

Attache avec une corde solide
5 litres de terre c’est lourd.
5 litres de terre humide, c’est encore plus lourd.
Rajoutez encore par exemple un à deux kilos de tige de tomates et de fruits…

Le poids de la terre casse les bouteilles

Même en remplissant peu, avec seulement deux litres de terre, le plastique subit beaucoup de pression et casse facilement les jours de grand vent.
… le problème est qu’en tombant, la bouteille n’atterrit sur un fond plat de pot normal, mais sur la plante, en l’écrabouillant.

Il faut vraiment une attache solide.

Remplissage par le petit trou du fond

Le trou à l’arrière ne doit pas être trop petit, puisqu’il sert aussi à faire le remplissage une petite poignée de terre après l’autre. Ca prend mille ans !

C’est finalement beaucoup beaucoup trop de travail en comparaison aux pots ordinaires avec des plantes qui poussent normalement dans n’importe quoi, vers le haut.
Un truc creux, trois poignées de terre, une graine, une autre poignée de terre par dessus, un peu d’eau et hop!
20 secondes.

Semis en bouteilles plastique

Il y a juste à arroser de temps en temps.
Zéro manipulation.

N’importe quel pot ordinaire, ou bouteille, ou boite de conserve, peut être accroché aux murs ou au plafond avec deux petits trous et une ficelle ou un bout de fil de fer,
quand on y fait pousser normalement des plantes qui sortent de la terre, en bas, et qui grandissent normalement vers le haut.
Et on pose ou accroche où on veut ce qu’on veut, presque instantanément.

Plant de tomate en bouteille

Ca n’a rien à voir avec la galère pour faire pousser des plantes à l’envers.

Par exemple, pour que la tige du plant puisse passer dans le tube en plastique, il faut d’abord rincer la racine pour la débarrasser de presque toute la terre…

Rincage des racines pour les faire traverser les tubes

Un repiquage catastrophique

… puis donc, remplissage interminable par le fond, d’une seule main, puisque l’autre tient la bouteille qui ne peut pas tenir toute seule à plat.
Ou alors il faut bricoler un support pour tenir les bouteilles le temps des remplissages.

Juste un bâton posé sur deux dossiers de chaises peut dépanner, mais ça n’est quand même pas pratique.

Remplissage tres laborieux des pots contenant des plantes a l envers

Et surtout pour le transport où les échanges, les cadeaux, la plante doit être suspendue tout le temps, le pot accroché quelque part ou dans les mains tout le temps du transport pour ne pas l’écrabouiller.

C’est du n’importe quoi.

Bon, en plus, même avec les tubes, l’eau souillée coule quand même un peu le long de la tige, et les tomates adultes ne restent pas belles et en bonne santé quand elle sont trop couvertes d’humidité.

Si la nature a fait que les plantes poussent du bas vers le haut, elle avait peut être de bonnes raisons, finalement.
Peut être que l’évolution a sélectionné naturellement les plantes les plus résistantes pendant des millions d’années. Celles qui s’élèvent au-dessus des jus grouillants de bactéries et de champignons microscopiques.

Plant de tomate qui pousse par un trou sous une grande bouteille

Donc, dans un but d’avoir un potager d’autosuffisance ou de survie, c’est finalement une mauvaise idée. Il n’y a pas d’avantages, que des inconvénients.

Faire pousser des choses à l’envers, c’est à réserver au plaisir, c’est de la décoration. (Si vous avez des heures et des heures à gaspiller sur seulement quelques plantes et vraiment rien de mieux à faire. Vous pouvez aussi faire pousser des bonzaïs. En été il faut s’en occuper deux fois par jour. Si vous n’avez rien de mieux à faire…).

Donc en fait, quand je me suis passionné pour le sujet, j’ai très bêtement fait un amalgame entre « plantes poussant à l’envers » et « plantes suspendues » (accrochées n’importe où en poussant normalement dans n’importe quel pot, du bas vers le haut, normalement).
Oups…

Franchement, des plantes à l’envers, ça n’en vaut absolument pas la peine.

Par contre, accrocher n’importe quel pot sur un mur, au plafond, sur un balcon… c’est une bonne idée. Ca augmente très sensiblement la surface cultivable.
On peut avoir plusieurs niveaux sur un même mur, normalement stérile.

En cas de gros problème durable (catastrophe naturelle, guerre civile…) c’est une possibilité d’augmenter son autosuffisance.

Recycler les bouteilles comme pots gratuits jetables sans remord, c’est bien aussi.

Quelque soit la manière dont vous les découpez il n’y a que deux choses à savoir.
Vous devez percer des trous d’évacuation du trop plein d’eau, en bas.
Et pour les parties en contact avec les plantes, il suffit de petits coups de ciseaux pour replier le bord vers l’extérieur, pour que le bord soit doux.

se-preparer-aux-crises.fr _ Photo 24-06-12_GF

Ha oui, une dernière chose…

Passé le plaisir de la découverte de la première année, après, franchement, quand on ouvre enfin les yeux,
honnêtement…
Les cultures en bouteille c’est carrément moche en décoration.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • plante suspendue a lenvers (4)
  • tomate à lenvers (3)
  • arrosage bouteille à l\envers (3)
  • plante qui pousse à l\envers (3)
  • en voyage comment arroser arbre bricoler (2)
  • faire pomme d\arrosage (2)
  • comment faire pousser une plant potager dans leau (2)
  • plante poudre lenvers (2)
  • avec quoi faire des trous dans une bouteille plastique (2)
  • plastique pour plante de tomate (2)

3 comments

  1. Ministere de l'agriculture dit :

    Cellule de crise du Ministère de l’agriculture, le 30 mars 2015

    En dépit de nos nombreux frères francs-maçons qui se sont empressés de faire leur devoir de délation en nous signalant les odieuses pages de ces site peu amène, nous ne sommes malheureusement pas encore parvenus à éradiquer ce contenu subversif émanant de quelque esprit malade.

    En attendant que le corps d’élite anti émeute la CEE intervienne*, nous vous mettons en garde amis internautes qui auriez eu la malchance de tomber céans.

    De quoi est-il question en l’occurrence ici ?!

    De faire croire aux naïfs qu’ils seraient bien avisés d’extraire eux-mêmes des denrées prétendument comestibles cultivées dans la saleté de la glèbe !

    Un pur délire !!!!

    Nous rappelons que malgré tous nos efforts, conjugués à ceux des technogénies de Bruxelles qui ont sué sang et eaux afin de standardiser le calibre des poireaux et les couleurs de la pomme, malgré tous les efforts encore des laboratoires de notre partenaire Monsanto qui travaille d’arrache-pied à stériliser la terre, cette dernière reste pour l’heure un nid à microbes infesté de bactéries, de champignons, de nématodes et de bien d’autres vermines – appelées communément « vers de terre ».

    En outre, nous déplorons que ces pratiques du moyen âge, si elles venaient à ressurgir, seraient cause un jour d’acculer notre pays à la ruine fiscale par privation de TVA, de cotisations MSA et RSI, par écroulement du PIB suite au manque à gagner de nos importateurs, grandes surfaces, des fabricants d’engrais liquides, de coton et de pesticides, bref, il ne s’agit ni plus ni moins des intérêts de tous les acteurs économiques de notre glorieuse agriculture !

    Quant à faire pousser les tomates aux murs, sans autorisations ni licences, dans la plus grand anarchie et le mépris de la labellisation du vivant, nous nous réservons ce que de droit et déposons ce même jour un projet de loi autorisant le largage de phosphore blanc sur les propriétés infestées par les cultures exogènes.

    Vive la République et vive la démocrrh… la démonaz… et vive la République !!

    Stéphane le Fol, Ministre de l’industrie alimentaire

    * EUROGENDFOR ; http://lepetitrapporteurdunet.unblog.fr/2014/11/22/eurogendfor-la-police-europeenne-arrive-preuve-dune-dictature-de-lue/

    L’article 21 du Traité de Velsen, suite auquel ce corps d’armée supranational a été créé, a prévu l’inviolabilité des locaux, des bâtiments et des archives de l’Eurogendfor.
    L’article 22 protège les propriété et les capitaux de l’Eurogenderfor d’éventuelles mesures exécutives pouvant venir des autorités judiciaires de n’importe quel pays.
    L’article 23 prévoit qu’aucune communication des officiers de l’EGF ne pourra être interceptée.
    L’article 28 prévoit que les pays signataires renoncent à demander des dédommagements en cas de dommages à la propriété, si ces dommages ont été faits dans le cadre de préparations ou d’exécutions d’opérations.
    L’article 29, enfin,  prévoit que les personnes appartenant à l’Eurogenderfor ne pourront être soumis à des procès suivis d’une sentence, que ce soit dans l’Etat hôte ou dans l’Etat d’accueil dans les cas liés à l’exécution de leur service : 
    [3. AUCUNE voie d’exécution ne peut être pratiquée sur un membre du personnel de l’EUROGENDFOR lorsqu’un jugement a été prononcé contre lui dans l’Etat hôte ou l’Etat d’accueil s’il s’agit d’une affaire résultant de l’exécution du service].

  2. Refaudit dit :

    hahahahaha depuis que ma Femme parcours ton site, elles est en train de mettre en application tout ce qu’elle trouve ici 😉
    La les tomates (cerises en bouteilles 1,5L) et elle est en train de mettre des grosses tomates mais en bidons 5L:
    https://fbcdn-sphotos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xta1/v/t1.0-9/11109450_1038711119472817_1680328789609625150_n.jpg?oh=9e23b37309a34f4cc302b63b00b4387c&oe=55A89F69&__gda__=1437531796_bd1f27c5dcb98fd62157b18e8fb95f18 😉

  3. pierre dit :

    Salut, je suis le site depuis peu.
    Petit astuce pour les pommes de terre hors sol.
    Prendre du grillage a poules, le mettre en forme de vase par exemple.
    Tappiser de toile de jute ou de bâche d ensilage que l on peux récupérer chez quelques agriculteur du coin.
    Percer des trous, remplir de terre et planter les pomme de terre.
    Suspendre le tout
    Le cote pratique c est que l on a plus besoin de Becher pour ramasser.
    On ouvre le grillage et on récupéré ses pommes de terre.
    J essairais de prendre des photos la prochaine fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *