Le pic pétrolier ou le Peak Oil, quelques explications

Peak Oil - pic petrolier

Connu est utilisé depuis l’antiquité, le pétrole appelé « Or noir » ou encore « Energies fossiles »  (riches en carbone dont le gaz, le charbon, la houille aussi) est une ressource indispensable de nos jours et sujet de nombreuses préoccupations.

A partir du milieu du 19ème siècle, le pétrole commence à être industrialisé pour devenir une matière première énergétique à la base de l’ère industrielle de notre société. De ressource naturelle, le pétrole prend la place de matière première géo-stratégique vitale à notre économie.

Ces applications avec ses produits dérivés sont vastes. C’est ce que nous verrons plus bas dans cet article.

Aujourd’hui dans une société occidentale de consommation, ou de surconsommation, il est habituel de considérer notre mode de vie comme acquis. Mais qu’en est-il vraiment ?

Quelle est la véritable dépendance de notre mode de vie face à la capacité à produire et de disposer de pétrole abondant bon marché?

Quelles seraient les conséquences de la fin du pétrole bon marché ?

Ne sommes -nous pas déjà en train d’en connaitre les effets ?

Le Pic pétrolier ou Peak Oil, qu’est-ce que c’est ?

De manière générale, on peut définir le pic pétrolier (Peak Oil) de la manière suivante : la date où la production mondiale de pétrole atteint son maximum, son sommet en terme de production.

Après cette période, la production commence à décliner, du fait de l’épuisement de ce qui reste de techniquement exploitable.

Cette définition peut s’appliquer par puits de pétrole, mais elle est communément employé de manière générale pour désigner la production mondiale de pétrole.

Où en sommes-nous aujourd’hui au niveau du pic pétrolier ?

Selon l’Agence Internationale pour l’Energie (IAE), avec la demande mondiale constante, voire croissance, le taux d’épuisement des gisements actifs serait de 6,7% par an. Un calcul qui en dit long. Dans une dizaine d’années, la production des gisements sera réduite…….de moitié !!!

Avec une démographie exponentielle, une demande mondiale soutenue, même en période de crise, il est facile de comprendre que ce phénomène n’est pas durable.

De plus avec la croissance des pays émergents (Asie, Inde), cela maintient très fortement cette demande en or noir.

Voici ce dessous un graphique qui modélise à quel moment nous nous situons par rapport à ce pic pétrolier :

graphique-peak-oil

Ce graphique provient d’une étude menée en 2007 par le World Energy Concil.

Comme l’illustre ce graphique, nous avons ou nous sommes tout juste en train de franchir ce pic pétrolier.

Si tout le monde s’accorde à penser qu’un jour, ce sera la fin d’un pétrole bon marché (c’est à dire facile à produire en terme de technique d’extraction, de coût et d’énergie de production), il est très difficile d’obtenir des nombreuses informations complètes et pertinentes quant à ce sujet.

Gouvernements et compagnies pétrolières, préfèrent opter pour la discrétion avec des informations erronées ou incomplètes.

Il me semble qu’il est inutile ici d’en expliquer les raisons.

Vous me direz, mais il existe des réserves et des stocks stratégiques, et la production est en fonction de la demande.

C’est exact, même les pays de l’OPEP travaillent avec des quotas déclarés de production, il n’est pas possible de vérifier leurs informations à partir d’experts et auditeurs indépendants.

Et les pays de L’OPEP représentent actuellement plus que 82 % des réserves prévisionnelles, et plus de la moitié de la production mondiale !

Même si de nouveaux gisements sont découverts, le différenciel de 10 à 13 millions de barils par jour sera à combler.

Car les gisements actuels s’épuisent (comme expliqué plus 6.7% par an), mais il est techniquement plus difficile avec notre technologie actuelle de forer plus profond.

Il sera donc plus difficile à extraire, demandant plus d’énergie et sera donc plus coûteux.

La fin du pétrole ?

Oui et non.

Car il en restera probablement beaucoup, plutôt la fin d’un pétrole bon marché.

Et là ça risque de sérieusement se compliquer.

Plus d’information avec le site de l’association internationale sur le pic pétrolier l’ASPO : http://www.peakoil.net/

Sommes-nous déjà témoin de ce phénomène de la fin d’un pétrole bon marché ?

Il est primordial de bien assimiler les applications du pétrole dans notre mode de vie actuel. Pas toujours évident de s’en rendre compte mais voici une liste de ses applications directes ou indirectes.

Liste des applications et utilisation du pétrole et ses produits dérivés

– Transport (Carburants)

– Pétrochimie, sidérurgie, lubrifiants

– Industries diverses : automobile, matières plastiques, alimentaire emballage, cosmétiques, pharmaceutiques…

– Habitat

– Vêtements, machines qui servent à fabriquer, matières synthétiques

– Agriculture, essence pour les machines, tracteurs agricoles.

La véritable question est à se poser : comment faire demain sans pétrole ?

La fin d’un pétrole bon marché commencera avec une augmentation progressive des prix. Et c’est aujourd’hui le cas.

Même si d’autres raisons peuvent porter à croire que l’inflation sur la majorité des autres produits ne vient pas forcément que du pétrole, force est de constater que nous sommes bel et bien dans un cycle inflationniste.

De profondes mutations et transformations économiques et sociales à venir

C’est déjà le cas avec l’envolée des prix depuis 2000.

Mais qu’en est-il du prix à la pompe et de l’évolution du cours du brut ?

evolution-prix-du-carburant

Ce graphique illustre donc l’évolution des prix de l’essence Gazole et Super 95 depuis l’an 2000, soit en douze ans.

Il provient de L’UFIP qui est l’Union Française des Industries pétrolières : http://www.ufip.fr/?rubrique=6&ss_rubrique=609 , avec de nombreuses informations actuelles sur le sujet.

Le prix du carburant a doublé en ce qui concerne le Gazole. Et c’est +60 % pour le super 95.

Qu’en est-il pour l’évolution du prix du baril, le WTI ?

prix-du-baril

La variation est simplement plus du triple en 10 ans : le baril est passé de 26 $ à 85 $ à ce jour ! Soit une variation de 240%

Les raisons peuvent être multiples pour expliquer cette envolée : offre, demande, démographie en hausse, psychologie du prix, changements climatiques, notamment le froid, conditions météorologiques affectant la production (ouragans, tempêtes).

Avec des variations beaucoup moins lissées que les prix à la pompe, on voit clairement qu’à long terme, la tendance de fond du prix du baril WTI est nettement orientée à la hausse depuis 2003

Comment expliquer l’écart entre la hausse des prix du baril et ceux de la pompe ?

C’est très simple, même si le baril a fortement augmenté, le prix payé à la pompe était déjà exorbitant à l’époque.

La Taxe mise en place par le gouvernement, la TIPP flottante, intégrait déjà de fortes taxes à l’époque.

Un classement du prix du carburant par pays, fourni par le site http://fr.ria.ru/infographie/20120505/194555331.html, vous aidera à comprendre cela, le voici :

classement-prix-de-l-essence-par-pays

Se preparer aux crises.fr vous proposera bientôt une solution globale pour prévenir de cette crise de fin de pétrole bon marché.

En attendant il devient évident de commencer à agir, non seulement pour l’environnement mais d’abord pour soi de manière durable et indépendante. Le réseau la Transition, vous aidera à rencontrer des gens qui se préparer à ce bouleversement.

Energies nouvelles telles que les panneaux solaires photovoltaîques, l’énergie éolienne ou encore les turbines hydrauliques sont des solutions alternatives qui fonctionnent efficacement de nos jours.

Nombreux sont ceux qui utilisent déjà ces techniques d’autonomie afin de se libérer et de devenir plus libre face à notre dépendance énergétique de manière générale.

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • pétrole définition (1)
  • pic du petrole survivalisme (1)
  • prix du carburant par pays (1)

4 comments

  1. baril.com dit :

    Bonjour Bruno,

    je suis étonné que vous n’ayez pas été renseignés sur l’origine du pétrole: le pétrole est abiotique, donc il y en partout……mais chut, il ne faut le dire!

  2. OTOOSAN dit :

    Dommage que l’on ne nous donne jamais le VRAI taux de taxes…un produit dont le prix final est composé de 80 % de taxes ! mdr, ça fait quoi comme taux ! ))

    • jami dit :

      Salut Otoosan c’est pas pire que l’air qu’on respire entre la taxe foncière et la taxe d’habitation pour ceux qui ont l’immense chance de pouvoir payer pour les autres ça fait 100%.
      Je te parle même pas des crétins en bleus municipaux que tu raques pour qu’ils te collent une prune car tel est leur bon plaisir.
      Heureusement il y a le lot de consolation : un beau feu d’artifice.C’est drôle j’ai soudain envie d’être généreux on retombe en enfance quand on pense à un très beau feu d’artifice.
      Bonne soirée

      • OTOOSAN dit :

        Bon, d’accord, la fiscalité est devenue totalement folle, et encore on ne parlera pas de la fiscalité du capital qui est totalement ahurissante (et contreproductive), bon… mais le taux de taxe des hydrocarbures ?, un chiffre qui parle tout seul…Il y a plusieurs années j’avais calculé le taux pour l’essence plombée à partir des chiffres donnés par un célèbre hebdomadaire de bagnoles j’ai trouvé 440 % de taxation globale de l’essence plombée, on est loin de la TVA non ?

        La revue en question publiait le chiffre hyper connu de prix final composé de 80 % de taxes en expliquant qu’il s’agissait de taux de taxe, ce qui est faux ! Je leur ai écrit avec une explication chiffrée, et la revue à arrêté de donner le prix de sortie raffinerie (sans taxes)comme ça impossible de calculer un chiffre ! Bonjour l’information objective du consommateur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *