Le bizness du bio, vers le naufrage de la grande distribution

Symbole Euro vert nature avec feuilles et terre

Ce matin je suis passé dans un magasin bio d’une des plus grandes enseignes de France.
En un an, le changement vers les pires dérives ultra-commerciales est hallucinant.

Tous les produits qui m’intéressaient ou ceux qui ont attiré mon regard avaient un problème. Parfois très grave.

Par exemple, les 12 dentifrices du rayon, sans exception, étaient tous empoisonnés au fluor. Un produit chimique très toxique vraiment pas bio du tout. Du poison, vraiment.

Enormémement de produits sont basés sur une fausse impression de qualité, à cause de l’absence d’information des clients.

Par exemple, avant même la mode du bio, on a tous vu les arguments sur les farines complètes pendant les 10 dernières années au moins.
Les farines blanches beaucoup trop raffinées (et les sucres) épuisent le corps en l’obligeant à destocker certains éléments essentiels pour les utiliser.
Donc, des industriels se sont mis à vendre plus cher des pains broyés en gardant toutes les merdes autour des graines. La coque, la peau, tout ce qui protège l’intérieur des pesticides, des herbicides, de la pollution stockée,… tout est broyé et vendu plus cher à des cons qui veulent des aliments plus complets.
Au lieu de payer le nettoyage, la dépollution de l’enrobage des aliments, puis de jeter les déchets avec des pertes financières, les industriels les valorisent dans l’alimentation. Comme pour le fluor justement.
Ce qui est identifié comme un poison, ou un mutagène, ou un cancérigène, un perturbateur endocrinien… devient curieusement un complément alimentaire quand ça rapporte à quelques connards protégés par les gens pour qui vous votiez.

Pour le pain, le problème n’est pas le raffinage excessif, les farines blanches, ou la pollution stockée dans les pains complets (même bio évidemment).
Le problème est que le corps humain n’est pas encore habitué à une alimentation essentiellement composée de céréales.

Il faut des centaines de générations pour une adaptation naturelle des espèces.

La culture des céréales, c’est nouveau de quelques milliers d’années seulement. Avant, les humains récoltaient ce qui poussait naturellement et ce qui se laisser tuer. Le très rapide changement de société lié à l’agriculture est beaucoup trop récent.
Il manque -au minimum- 10 000 ans d’évolution.

Donc le problème n’est pas de manger du pain blanc ou du pain complet. Le problème est le pain.

Et tout ce qui contient de la farine, comme les pâtes, les pizzas, les gâteaux, les croissants…

Les allergies qui touchent maintenant plus d’un humain sur trois, sont en partie provoquées par l’agriculture des céréales.

Presque tous les gosses qu’on commence à voir partout, avec une couche, une sucette et un nounours, à plus de dix ans, tous les autistes, un gamin sur 50 qui nait maintenant partout sur la planète, presque tous ces mômes ont les mêmes intolérances alimentaires.

Vu que ce qui entre dans leurs corps ne les soigne pas mais les affaiblit toujours plus à chaque repas, les saletés contenues dans les vaccins, l’aluminium… ont un effet immédiatement dévastateur sur un terrain très fragilisé. Et donc, un gosse sur 50 est maintenant autiste.
Les régimes sans gluten et de la chlorella à haute dose pour évacuer les métaux, ont déjà guéri quelques gamins.

Pour les vitamines, on apprend grâce à internet que c’est encore et toujours le même problème :
Prendre quelque chose qui ne marche pas, dépenser beaucoup pour compléter avec quelque chose qui marche encore moins, au lieu de simplement tout changer pour quelque chose qui marche dès le départ.

A cause des produits industriels, précuits, stérilisés, morts, conservés hyper longtemps, il manque des vitamines dans l’alimentation de ceux qui consomment l’espèce de bouffe pour chiens que les supermarchés vous vendent.

Donc des industriels vous vendent aussi les vitamines qui vous manquent grâce à leurs bons produits. Youpi.

Au lieu de vendre des produits sains, ça rapporte beaucoup plus de vous vendre séparément les choses essentielles.
Et puis si vous tombez malade, ceux qui fabriquent de la nourriture ont aussi des usines de médicaments, de matériel médical, des labos de thérapies géniques contre le cancer à 100 000 euros par personne…

Oups… ça non plus, vous ne saviez peut être pas : justement les compléments alimentaires de vitamines doublent quasiment les risques de développer certains cancers.

Oups…

Des vitamines de synthèse, extraites industriellement, conservées en produits morts, au lieu d’une alimentation à base de fruits et légumes naturellement riches en vitamines et minéraux essentiels, naturels, parfaitement assimilables.
Un très bon plan pour les labos.

Comme les pharmaciens, les supermarchés, les magasins bio aussi se font de l’or avec des rayons entiers de petites boites de vitamines qui ne contiennent presque rien.

C’est vrai que c’est moins cancérigène que des clopes, mais vous êtes perdant quand même à en consommer.

 

Vu que notre alimentation moderne délirante est saturée de produits laitiers, que l’on trouve du lait dans la moitié des choses, alors que les adultes ne peuvent assimiler correctement cet ingrédient, la santé de toute la population décline aussi, encore et toujours.
Le calcium en excès remplace le silicium qui nous maintient en bonne santé.

… mais c’est pas grave, puisque ça aussi, les magasins bio en vendent. Tadaaaaaaa !!!!

Ce matin j’ai vu 5 boites en rayon.
Trois marques à boire, un conditionnement en gel, un autre en gélule.

Environ 35 euros le flacon. Ouille…

Et, Oups !… même pas de silicium organique, la seule forme assimilable par le corps. C’est à dire déjà partiellement assimilée et modifiée par des micro-organismes ou des plantes.
Là, non, c’est juste de l’eau, avec un petit peu de silice (du sable) et quelques gouttes d’acide.
Ca ne fera que passer directement vers les wc, sans assimilation. Comme si vous avaliez quelques grains de sable, avec quelques gouttes de vinaigre, dans beaucoup d’eau.

35 euros.
Oups…

Je voulais m’acheter encore du gingembre, pour faire baisser légèrement ma tension avec un produit naturel traditionnel, et en arrivant dans le rayon, j’ai vu qu’il venait des Philippines.
Quelques heures d’avion, de carburant brûlé aussi sur les routes, pour un produit frais.
C’est très bio et terriblement respectueux de toute la planète.

On dirait que les grandes chaines de commerce bio tombent à très grande vitesse dans tous les travers qui nous dégoûtent dans la grande consommation classique.

Du plastique partout, des emballages par tonnes. Et des logos Bio et des couleurs vertes pour vous donner une impression de nature et de confiance.

Ce que j’ai vu ce matin m’a carrément déplu.

Ca me laisse une impression d’abus de confiance.

Les prochaines courses de produits bio, j’irai les faire dans des petites boutiques, en dehors des réseaux de franchisés, pour voir s’il y a des différences de qualité.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

11 comments

  1. Pappy dit :

    Écoutez et soutenez cet agriculteur Bio qui va passer au tribunal pour avoir refusé d’épandre des pesticides sur ses terres suite à un ordre émis par un préfet.
    Il a choisi d’utiliser des méthodes naturelles pour lutter contre le fléau des cicadelles de la vigne et c’est pour ça qu’il risque de très fortes amendes et la prison.
    Très important de le soutenir car dans le cas contraire les lobbys et les politiques vendus à ces derniers auront les mains totalement libres d’imposer leurs volontés !

    http://ipsn.eu/petition/viticulteur.php

    Soutenez le, signez la pétition et diffusez ce message !
    Il en va de notre Santé à Tous !

  2. Raynote dit :

    D’accord avec vous!
    Sans oublier le juteux marché des probiotiques et prébiotiques! Alors que les premiers, vous pouvez les fabriquer vous-mêmes pour quelques € en préparant des légumes fermentés, et les seconds en avalant 2 cuillerées à soupe de fécule de pomme de terre (froide, crue) dans un peu d’eau tous les matins, 84 centimes le paquet de 250g. Évidemment, ça, ça ne ferait pas l’affaire des labos/fabricants de compléments alimentaires! Pas bon pour le bizness!
    Et à propos du gingembre, vous pouvez le cultiver en pots (de grands pots, bien sûr) ou dans votre jardin si vous en avez un, à partir d’un morceau de rhizome acheté en magasin; et pas besoin qu’il soit bio, il deviendra bio si vous le cultivez vous-même dans une terre saine et sans produits chimiques.
    Pour ce qui est des magasins bio non franchisés, j’ai le regret de vous dire que dans les petites boutiques bio indépendantes de chez moi, c’est exactement la même chose que ce que vous avez constaté dans les magasins franchisés!

  3. Aude dit :

    Et oui, ou « comment transformer l’être humain en un mouton débile (au physique comme au moral), en commençant par l’alimentation »…
    En recherchant « régime paléo », crossfit (ce sont des exemples) on obtient des illustrations de la « mauvaise santé » (grosse ironie) qu’on obtient quand on ne mange pas de « bonnes céréales » ni de « bons féculents », et qu’on refuse de cardio chronique…
    Et il y aurait tellement à dire!… Légumes du jardin (ou du balcon), bons oeufs et poulets élevés dans son jardin, lapins… soins aux enfants, allaitement physiologique…
    Pauvre espèce humaine!… pauvre planète aussi…

    • Raynote dit :

      Sans oublier l’anathème sur les « mauvaises graisses », les graisses saturés, qui sont justement les bonnes (le lait maternel, c’est des graisses saturées), c’est à dire les graisses animales que l’espèce humaine consomme depuis plusieurs centaines de milliers d’années alors que les huiles végétales extraites de graines (tournesol, soja, colza, arachide) sont arrivées très récemment, pour la plupart, dans l’alimentation humaine.
      Et comme le dit J. Stanton dans son blog gnolls.org « si vous mettez une huile végétale dans votre moteur diesel et que celui-ci marche, évitez d’en manger! »
      Il dit aussi : « Les graines (céréales ou oléagineuses), c’est bon pour les rongeurs et les oiseaux, pas pour les humains! »

      • Aude dit :

        +1!!
        Huile d’olive avec modération 🙂 et plein de BON gras de viande (de plein air s’il vous plait, on veut du soleil et le goût de l’herbe dedans!) :p
        Et quand je dis que « je mange comme mes chiens, adapté à ma physiologie », ça veut dire que moi je mange paléo, et eux ils BARFent (ils ne sont pas apparus avec un sac de croquettes, et ne cuisent pas leurs rations dans la nature… avec beaucoup de riz, de haricots verts, et « pas trop de viande » et « surtout pas rouge » « pour pas rendre agressif »…) Viande (grillée je préfère) et bons légumes pour moi, viande (os charnus et abats) crue pour eux! <3

        • Raynote dit :

          Effectivement, quand on voit les sacs de croquettes pour chiens ou chats qui se vantent de contenir des céréales, des légumes et des minéraux…, c’est dingue!!! Pour des carnivores!

          Moi aussi, c’est viande de qualité (toutes sortes: agneau, bœuf, poulet, canard, porc, gibier…), plus abats (de toutes sortes aussi: foie, cœur, tripes), sans oublier les os à moelle, miam!*:) Heureux
          Et plein de légumes pour accompagner tout ça.

  4. Alexandre dit :

    Pour une fois que j’étais près d’une télé allumée, je ne le regrette pas. J’ai entendu quelque chose d’incroyable aujourd’hui. Une pub carrefour sur la « qualité » du rayon boucherie.

    La publicité disait grosso modo, « Si la viande est si tendre, c’est parce qu’elle est laissée 12 ou 14 jours à se préparer avant d’arriver en rayon »…

    C’est carrément écoeurant, non ?
    La viande « fraîche » pourrit deux semaines avant d’être enfin découpée pour aller en rayon, ou être tranchée pour vous.
    Puis vous la gardez peut être plusieurs jours chez vous dans votre frigo. Vous rajoutez les jours à l’abattoir, en chambre froide, puis le transport… et en fait, votre viande « fraîche » du rayon frais, est un morceau de cadavre d’il y a trois semaines, voir beaucoup plus.

    Et la pub fait passer ça pour un gage de qualité, qui permet d’avoir une viande plus tendre.

    C’est abominable cette inversion de valeurs pour tout.
    Les choses en lesquelles on croit pouvoir avoir le plus confiance sont souvent les pires.

    Finalement, je me demande si les cartons d’un kilo de steacks hachés surgelés premiers prix ne sont pas mille fois plus frais que les viandes laissées à pourrir, euh non, maturer, avant de pouvoir être servies tendres au rayon frais.
    Peut être que les steacks hachés premiers prix sont surgelés sans délais de décomposition.

  5. Raynote dit :

    L’idéal ce serait (ou c’est déjà pour certains…) de « faire pousser » sa propre viande dans son jardin, sous forme de poulets, lapins, canards, ou bien de chasser…
    Et pour la viande rouge, il faut trouver un petit éleveur local: quand il abat (ou plutôt fait abattre) une bête pour lui-même, il en cède un partie aux amis, connaissances, etc. Là, il n’y a pas plus frais, comme viande. On sait exactement quel jour la bête a quitté son pré et quel jour les paquets de viande (sous plastique scellé) sont prêts.
    Bien sûr, il faut connaitre du monde dans le milieu agricole et aussi accepter de congeler une grande partie de cette viande qui, du coup, n’est plus vraiment de la viande fraîche. Mais c’est toujours de la viande de qualité.

    Et ne pas passer par une grande surface, c’est tellement chouette!

    • Aude dit :

      Si la viande est laissée si longtemps, c’est simplement parce qu’elle est de tellement mauvaise qualité que le fait de la maturer (oui, pourrir quoi, mais de façon à peu près contrôlée par la température assez basse) permet de l’attendrir en la pré-digérant…
      Une viande tendre n’en a pas besoin (lapin jeune et dodu, jeune volaille…)
      Mais une viande âgée ou de mauvaise qualité, bah il vaut mieux soit la faire maturer, soit la faire cuire looooooongtemps.

      Ceci dit, la maturation de la viande peut aussi se faire pour préparer d’excellents plats… mais c’est pas « par défaut »… (Il me semble qu’un boucher de Paris prépare ainsi une viande de taureau maturée plusieurs mois, du vrai « fromage de viande », affiné… et qui s’arrache à un prix exorbitant.

      Au final, on nous vend de la « viande fraîche » qui en fait est le pire du pire de la qualité, obligé de la faire attendrir 3 semaines avant de la manger sinon c’est de la semelle sans goût (mais ça le reste… on peut juste croquer dedans)

  6. Pappy dit :

    http://www.bioconsomacteursprovence.com/actions/petition.html

    Des pesticides jusqu’à 1000 fois plus toxiques que prévu !

    Une étude récente du Professeur Gilles-Eric Séralini publiée le 14 février 2014 [1], démontre que le système d’homologation des produits toxiques utilisés dans l’agriculture (pesticides, herbicides, fongicides) est obsolète, voire frauduleux, et qu’en réalité ces produits sont jusqu’à mille fois plus toxiques que ce que nous pouvions raisonnablement penser jusqu’à présent.

    Comment les chercheurs en sont-ils arrivés à cette conclusion alarmante ?

    Lors d’une interview accordée à l’émission « Terre à terre » de France Culture, Gille-Séralini l’explique dans le détail [2]. Il précise d’abord que les pesticides sont composés d’un principe actif et d’adjuvants. Le principe actif est la molécule principale du pesticide (ou d’un médicament).

    Les adjuvants sont les molécules ajoutées pour en accentuer l’effet. Il s’agit souvent de résidus de pétrole, de gaz, de produits détergents ou de graisses animales oxydées. Si l’on prend l’exemple du célèbre « Round up », le principe actif est le glyphosate, produit réputé peu toxique seul. En revanche, les adjuvants et la formulation finale sont eux très toxiques.

    L’homologation dépend de deux types de contrôles : les uns à long terme concernent le principe actif, les autres, destinés aux adjuvants, sont à court terme. Or l’homologation est donnée si l’on constate qu’il n’y a pas de risque à long terme.

    Donc les risques éventuels liés aux adjuvants ne sont pas pris en compte. Et c’est ainsi que l’on a autorisé le Round up depuis 1975…

    http://www.bioconsomacteursprovence.com/actions/petition.html

  7. Robin dit :

    Pour la chlorella, en effet elle permet de se débarrasser des métaux lourds.

    Mais attention au piège : celle qu’on achète dans le commerce est parfois d’une qualité fort médiocre, et contient justement aluminium, cadmium, arsenic… (voyez article wikipédia) Une recherche approfondie est nécessaire pour en trouver de bonne qualité auprès de revendeurs de phytothérapie.

    Pour vous en procurer, évitez donc le premier supermarché venu, voire (puisqu’on en parle) le premier « magasin-bio-qui-ressemble-de-plus-en-plus-à-un-supermarché » venu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *