La culture en pot ne suffira pas pour survivre, il faut un terrain cultivable

Encore un échec partiel dans mon potager de survie qui pourrait vous être très utile, surtout dans le contexte actuel. On a connu un premier confinement surprise brutal du jour au lendemain avec interdiction d’accès aux commerces, mais depuis la réouverture ce n’est pas mieux, les prix de la nourriture sont devenus complètement fous.

Alors pour résumer l’idée en deux lignes :
Un arbre en pot, donne difficilement quelques kilos de fruits ;
Alors qu’un arbre en pleine terre donne facilement des dizaines de kilos de fruits.

En ce moment j’ai partout dans le jardin des choses délicieuses en train grossir ou mûrir. Des prunes, des abricots, des pommes, des poires, des figues, des mûres, des groseilles, des framboises, des fraises, 8 variétés de raisins qui grimpent partout sur les murs, etc…

… mais tout en trop petites quantités.

Cultiver en grand pot embellit bien l’ordinaire, mais ça ne suffira pas du tout quand les magasins seront vides durablement ou que les prix seront devenus inaccessibles.

Il faut impérativement un terrain cultivable, pour planter des arbres en pleine terre.

La culture en grands pots est seulement une étape, pour les jeunes arbres pendant leurs premières années.
Ca permet de très bien les protéger. Par exemple mettre les agrumes à l’abri du gel en hiver, ou déplacer les arbustes encore trop fragiles dans une zone ombragée pour diminuer la morsure du soleil devenu blanc qui brûle sur pied des plantes en quelques heures en été, etc.

En pot on peut avoir énormément de variétés sur une très petite surface.

Si une plante n’a pas l’air de se plaire en plein soleil ou à l’ombre, il suffit d’échanger sa place avec une autre, en un instant.

En grands pots, ça permet aussi un travail confortable, peu fatigant, même en mauvaise santé.
J’ai des dizaines de boutures et de noyaux qui poussent tranquillement aux pieds d’autres arbustes dans des grands pots pour économiser de la place. Il suffit de poser un gros pot sur la table pour travailler tranquillement dessus, en étant assis, sans fatigue.
Ca règle aussi le problème des petits pots qui sèchent en quelques heures pendant la canicule qui se produit maintenant tous les ans, jusqu’à deux fois par été. Les très grands pots ont une réserve d’humidité suffisante pour ne plus devoir jeter par centaines des jeunes plantes à cause d’une demi-journée anormalement chaude, qui tue un an de travail en quelques heures.

Il y a peu d’années j’ai commencé à basculer presque tout sur des cultures avec un tronc ou une tige à l’aspect du bois. Je confirme que ça résiste remarquablement au soleil devenu blanc. J’ai maintenant très peu de perte.
J’ai deux arbustes morts cette année. Et les kiwis ne se plaisent pas chez moi. Sur cinq pieds achetés il ne m’en reste qu’un.
Les pertes n’ont plus aucun rapport avec celles des petites plantes fragiles en tiges vertes et feuilles, sensées durer quelques mois, qui peuvent brûler sur pied en quelques heures en été : tomates, poivrons, salades, courgettes…

Ces petites plantes peuvent donner de très bons résultats dans de grands pots.

Mais par contre pour les arbres, c’est très insuffisant, ça produit beaucoup trop peu.

Ca améliore l’ordinaire, mais ça ne suffit déjà pas maintenant, pendant que les commerces fonctionnent encore un peu.
Ca n’est pas une solution de survie viable.

Il faut un terrain cultivable en pleine terre.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *