Dans quel matériel survivaliste investir ?

En poncho impermeable gris discret sur un velo

Avant de commencer l’article je voudrais vous montrer une courte vidéo pas survivaliste du tout, mais qui remet toutes les choses à leur échelle : la vôtre.
Pas avec les idées vraies ou fausses des autres, des expériences différentes, des besoins différents, qui ne correspondent pas à votre vie.

Beaucoup de survivalistes se préparent pour des choses qui n’arriveront probablement jamais.
Il y a quelques jours j’ai vu sur un site d’aspect sérieux, une liste interminable de matériel médical à prévoir. Par exemple aussi un kit pour aider les femmes enceintes à accoucher au cas où les services d’urgences en auraient besoin…
C’est du matériel spécialisé qui n’a aucune raison d’être conseillé à tous le monde. C’est seulement pour les professionnels médicaux, ou éventuellement si une femme de votre famille est enceinte et que vous vivez dans un endroit très éloigné des maternités, avec des routes souvent coupées par la neige par exemple. Mais ce n’est pas à conseiller pour tout le monde au cas où.

A écouter certains survivalistes, pour bien s’équiper il faudrait acheter et stocker l’équivalent d’un bâtiment de 18 étages plein à craquer de marchandises, d’outils, d’armes…
La réalité est que même dans les pires moments aux pires endroits, les besoins d’un corps en bonne santé sont toujours les mêmes : conserver la bonne température, avoir une quantité suffisante d’eau potable pour remplacer celle qui sort en permanence du corps par la respiration, la sueur, l’urine…
Et c’est tout, ou presque. Le corps peut survivre quelques jours sans un iphone 6.

Mon matériel médical d’urgence c’est un flacon d’eau oxygénée pour désinfecter les bobos, une pince à épiler pour les échardes, quelques pansements et une boite d’aspirine pour la douleur.
Ca marche puisque je suis toujours en vie.

.

.

Hallucinant ! Il n’a pas de chaussures ? ! !!

Pour moi c’est la base : une bonne paire de chaussures protectrices et fiables de type militaire ou de randonnée.
Avec toujours des chaussettes bien sèches. Quelqu’un qui ne tient pas sur ses pieds ne peut pas faire grand chose. Mais j’ai un point de vue de survivaliste, pas lui. Et ce qui est essentiel pour moi est totalement superflu pour lui et sa qualité de vie.

De mon côté il faut un petit sac à dos, avec une petite bouteille d’eau, un K-way, un petit couteau outil multifonction, une lampe de poche. Ce que j’ai presque toujours avec moi quand je sors de chez moi. (Avec du papier, un crayon, un stylo, pour noter les idées et éventuellement faire des croquis).
A part le papier pour noter, tout peut servir en cas de problème comme un évènement imprévu qui m’obligerait à rester des heures dehors. Problème météo, encore une grève surprise des réseaux de transport public, ou des camionneurs qui bloquent les routes, attentats, fuite de gaz, invasion subite de zombies martiens mutants mangeant tout le monde dès leur arrivée…

Enfin, ça marche surtout pour les scénarios crédibles qu’on a des chances de rencontrer une fois par an.
Honnêtement, presque tous les problèmes occasionnels, même graves, n’entraineront qu’un retard de quelques heures sur le retour à la maison. Donc c’est surtout pour le confort, mais en réalité, la déshydratation et une mauvaise température sont quand même deux des choses banales qui peuvent tuer en quelques heures.

Le kit d’urgence K-way, bouteille d’eau, lampe de poche et chaussures de marche aide dans presque toutes les situations d’imprévus.
Regardez cette vidéo :
Lui il a tout compris.
.

.
J’ai déjà été soldat dans un paysage de guerre sans rien autour,
Souvenirs d’une guerre ethnique de religion en Europe il y a 20 ans,
et je confirme ce qu’il dit : personne n’utilise des gadgets pas pratiques comme des barres de magnésium qui font de jolies vidéos spectaculaires avec plein d’étincelles extraordinaires, woawwww !

Non, il a tout à fait raison.
Un briquet, ça marche parfaitement. Encore plus dans une situation de survie.
D’ailleurs c’est justement une des rares autres choses que je prendrais en plus en cas de problème extrêmement grave, comme le début du nettoyage ethnique sur notre sol.

Donc je rajouterais un couteau petit, fin et solide du genre couteau à steack ou une petite dague. Ou mieux, deux petits couteaux.
Un briquet.
Un pied de biche.
Mais mon idée n’est pas d’avoir un arsenal de film de science fiction pour me défendre de hordes de pillards pédés défigurés comme dans Mad Max.

Pour le moment j’ai surtout prévu de choisir moi-même les moments et les lieux où je serai le plus efficace avec très peu de moyens.

Par exemple après trois jours d’émeutes, quand les foules auront complètement épuisé ceux qui pourraient m’empêcher d’agir, j’irai tranquillement pas très loin, sur mes pieds, à côté, chez ceux qui sont responsables de la situation, pour leur prendre ce qu’ils possèdent et que leurs actes et leurs injustices nous ont tous empêché d’avoir.
Ceux qui ont organisé la guerre, qui transforment notre peuple en clochards…

Je vous parle d’une situation de guerre où les civils sont tués par des fanatiques, comme ça se passe quasiment partout dans le monde où les musulmans sont en grand nombre.
Je vous rappelle que depuis novembre nous sommes officiellement en guerre, cela a été annoncé par le président et le premier ministre, carrément.
On n’est plus dans une situation où la guerre ethnique est encore évitable, on y est.
La seule question est où seront les prochains massacres et ce qu’il faudra faire pour que ça ne se reproduise plus, vu l’inefficacité des services de l’Etat pour empêcher les attentats. Devant tant d’incompétence un français sur cinq croit même que c’est le gouvernement qui les organise.

Plutôt que d’attendre l’épuration, je préfère profiter du sommeil des ennemis, de leur fatigue, de leur absence de préparation. Pas besoin de moyens gigantesques pour faire de petites choses très simples aux endroits pas protégés.

.
.
.

Aldo Sterone parle très bien de la démotivation des survivalistes dans cette vidéo :

.

.
A force de ne pas voir arriver l’apocalypse, les survivalistes les plus motivés et durs de durs, finissent pas laisser se périmer leurs stocks délirants pour la fin du monde, puis préfèrent placer leur argent dans des choses dont ils se servent vraiment au quotidien.
Il a tout compris.

Et en fait, en plaçant des mots sur les faits, justement ça va vous permettre d’éviter de perdre du temps et de gaspiller vos ressources de moins en moins grandes à cause de l’effondrement économique en cours.

Autant acheter directement des outils qui vous servent dès maintenant.

Des objets que vous utilisez souvent comme un petit sac à dos confortable et solide qui ne gêne pas les mouvements, un coupe vent imperméable qui tient dans une poche…
Des objets que vous avez l’habitude d’utiliser et avec lesquels vous serez à l’aise quand (si) il faudra vous en servir.

Donc, achetez plutôt des objets du quotidien, dont vous vous servez vraiment. Pas forcément des marques ni du beau ni du luxueux. Ca se vole et ça attire l’attention sur vous, pour les autres choses que vous possédez. Etre discret, presque invisible, c’est mieux.
Privilégiez la solidité et l’efficacité sur l’aspect.

Pour vous aider à savoir quoi acheter, je rajoute juste un élément qui est vraiment très survivaliste :
Les outils manuels fonctionnent encore même si le vent arrache une ligne à haute tension et que les techniciens mettent une semaine à ramener le courant.
Dans le jardin j’ai une pelle qui doit avoir 35 ans et un râteau rouillé qui en a probablement 50. Je m’en sers toujours.

Un couteau n’a pas besoin de huit caisses de munitions ou de consommable ni d’un abonnement à un réseau électrique en état de marche sur la moitié du pays, pour trancher de la viande.
Les outils manuels fonctionnent tout le temps.

Le risque de coupure électrique temporaire ou très durable est le plus crédible. Il se produit même réellement plusieurs fois par an pas très loin de chez vous pour diverses raisons météo à cause de la violence du changement climatique. Autant vous préparer surtout contre ça.

Ca dépend aussi de votre profession.
Si vous êtes commercial sur un site internet, un ordinateur portable ou un smartphone peuvent rester allumés quelques temps malgré une coupure de réseau électrique, ce qui permet encore un peu de travailler.
Par contre il n’y aura plus de connexion à internet maintenant que toutes les lignes téléphoniques ont besoin d’une box, donc du réseau électrique pour fonctionner.

Si votre métier vous fait coudre des ourlets de temps en temps, ou si la couture est votre passion, il existe aussi des alternatives, toujours avec les outils des générations d’avant, qui n’ont pas besoin d’électricité.
J’ai réellement vu chez deux professionnels différents ces dernières années, à notre époque moderne, à Marseille, donc pas complètement dans un bled du tiers monde, des anciennes machines à coudre Singer à pédalier.

Machine a coudre ancienne Singer a pedale, sans electricite necessaire

Peut être qu’en fait leur choix n’est pas qu’une question d’autonomie, de pouvoir travailler même dans un ancien garage avec peu de prises électriques pas aux normes.
Moi-même j’utilise uniquement des tournevis manuels alors qu’un de mes cousins visse absolument tout avec une perceuse portable. Il n’a aucune sensation de la force qu’il met réellement dans chaque montage. C’est beaucoup plus précis à la main.

Pour vos choix de matériel pensez-y.
De quoi avez vous vraiment besoin pour vivre ?
Pour travailler ?
Pour prendre soin des vôtres.

En réalité vous avez des risques minuscules de vous retrouver dans une situation gravissime, probablement jamais, si vous ne décidez pas vous-mêmes justement d’aller là où les pires choses se passent, si vous n’êtes pas pompiers, policier, médecin urgentiste, soldat…

Si vous n’êtes pas de ceux qui vont là où sont les problèmes pour les résoudre, vous n’avez pas de raison d’investir dans du matériel spécialisé ou de vous préparer beaucoup pour les pires situations.

Gérer les pénuries de beaucoup de choses sera le principal problème, qui lui par contre sera presque tout le temps, quasiment tous les jours, plusieurs fois par jour.

C’est déjà la situation pour beaucoup de familles simplement à cause de la crise économique et la destruction du pouvoir d’achat. Même sans que les choses empirent encore, sans guerre civile, sans catastrophes naturelles graves, sans épidémie, sans impulsion électro-magnétique en altitude qui détruirait presque tout ce qui est électrique sur le continent européen…

Le quotidien est déjà devenu d’essayer d’avoir des factures électriques moins douloureuses, donc de privilégier les choses qui consomment peu, de manger moins de mauvais produits modernes gorgés de dizaines d’additifs cancérigènes, de ne plus compter sur la police pour empêcher les racailles de voler et détruire ce qui est à nous…

En fait, les petites choses pour améliorer votre vie à cette époque où tout s’écroule sont déjà des bons choix.

Pas besoin d’acheter trop cher des produits au look « survaliste » avec des noms célèbres, que vous n’aurez même pas le droit de porter et qui resteront toujours dans des boites dans des placards.
C’est encore du bizness, de la surconsommation

Assortiment de couteau et fournitures Bear Grylls

Les objets qu’on utilise réellement sont les meilleurs.

Et on est tous différents. Nos vies, tout ce qui les compose, le nombre de personnes qui comptent pour vous, ce que vous aimez faire, ce que vous savez faire, ce que vous ne voulez pas avoir à faire, sont différents pour tout le monde.

La meilleure liste est celle que vous faites vous-mêmes.

 

Personnellement, aux objets simples que je vous ai cité plus haut qui peuvent servir dans toutes les situations (sac à dos, kway, petit couteau solide, petite lampe led…), en cas d’évacuation durable, de déménagement forcé, il y a une chose qui peut sembler bizarre à beaucoup mais que je prendrais presque certainement avec moi. C’est la cagette en vieux plastique qui contient les centaines de variétés de graines que j’ai déjà appris à faire pousser.
Ca n’a pas vraiment de valeur marchande. Que des sachets entamés, de la récup, des échanges. Mais ça n’a pas de prix. Ca fait partie de ma vie, de ce que j’aime faire, de ce que je peux faire d’efficace en cas d’effondrement complet de la réalité.
Faire sortir de terre des fruits, légumes, aromates, plantes médicinales et diverses choses aussi utiles que des anti-moustiques naturels.

Des choses que j’utilise déjà maintenant, utiles, simples et avec lesquelles je suis déjà à l’aise.

Voilà l’idée.

  Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • katana survivalisme (4)
  • se preparer aux crises remington (2)
  • abdellatif bentahar monsanto (1)
  • materiel outil survivaliste (1)
  • matériel survivalisme (1)
  • matériel survivaliste (1)
  • mode de chauffage et de cuisson en tant que survivaliste (1)
  • mur brique peint couleur canon de fusil (1)
  • mur de brique a l ancienne couleur canon de fusil (1)
  • quel type de chauffage et cuisson survivaliste (1)

30 comments

  1. jami dit :

    Super article Alexandre,c’est vrai qu’il est facile de vendre n’importe quoi à des gens angoissés et perdus ( du genre le changement c’est maintenant!)
    En 1999 nous avons subi 2 tempêtes.Nous avons été privés d’électricité pendant presque 3 semaines:ce qui veut dire plus de lumière,plus de chauffage,moins de moyen de cuisson plus de télé juste un petit transistor et l’eau ne coulait plus que par un mince filet au robinet le plus bas de la maison.j’oubliais il manquait un morceau de toiture.
    Je suis convaincu que si nous n’avions pas été des ruraux cette situation aurait été catastrophique.Mais nous avions tout le matériel pour palier à ces problèmes scie à main bois de chauffe pompe à eau etc..et on a vu une nouvelle solidarité de voisinage mais on a également vu une nouvelle délinquance vol de tout même entre voisins( génératrices, mais aussi carburant,tuiles etc)et des biens aussi simples que des bougies ou des piles ont donnés lieu à des bagarres.Tu as raison c’est le plus utile qui manque toujours et le PN est un doudou réconfortant.Bonne journée

  2. Clovis dit :

    Eh ben moi je vais détruire le mythe du briquet.

    Expérience vécue non en temps de chaos mais en temps de paix, en rendo forestière. Non sur des semaines mais seulement sur 1 jour. Et pas sur un périple infini mais seulement sur un parcourt de 30 bornes.

    Mais il avait plu la veille et il continuait de bruiner sans discontinuer. Et a midi pour allumer un feu au briquet avec du bois mouillé pour faire griller mon entrecôte je l’ai eu dans le c**.
    Et pourtant j’avais emmené dans mon sac à dos du papier journal bien sec.

    Depuis je place dans mon sac de rando trois choses : quelques briquets, un firesteel assortit d’une petite fiole de 200 ml remplie d’un mélange moitié essence moitié huile de vidange.

    Car il faut impérativement avoir de quoi créer une flamme autonome suffisante pour faire flamber le petit bois s’il est humide.

    Et si le briquet a pris le flotte, ou si son silex est foutu ou sa réserve hs un seul briquet c’est juste de la merde.

    Et à choisir entre 10 briquets et un firestel + une fiole d’hydrocarbure il n’y a même pas débat.

    Dans le premier cas s’il pleut ou neige vous crèverez de froid et de faim comme un con, dans le second cas il restera toujours un espoir de survie…

    • Alexandre dit :

      Même juste une allumette peut suffire :
      http://se-preparer-aux-crises.fr/comment-allumer-un-feu-facilement-et-gratuitement/

      … mais… honnêtement, pour faire griller une entrecôte sous la pluie, oui, tu as raison, il vaut mieux avoir un mini-lanceflamme.
      😉

      • Clovis dit :

        Lorsque cette petite mésaventure formatrice m’est arrivée je devais avoir dans les 17 ans ( les allumettes il vaut mieux ne pas y compter au nord de la Loire dix mois sur douze).

        Depuis, il m’est souvent arrivé de faire du bois en forêt – je ne me chauffe qu’au bois – et idem, au moment de vouloir grailler, lorsque le temps est humide j’ai invariablement toujours utilisé un peu d’huile de tronçonneuses mélangée à de l’essence pour faire prendre rapidement un feu qui donne au bout de une heure des braises capables de griller ma viande rouge, une fine tranche de lard et réchauffer mon bout de braguette coupé en deux.
        Avec le petit Pomerol qui va bien pour accompagner, j’ai souvent eu l’impression dans ces moments là d’être plus riche et plus heureux que les plus riches milliardaires de ce monde pourri !

        Sinon tu as raison : un petit chalumeau à souder et une ou deux recharges de gaz ferait excellemment l’affaire d’un survivaliste champêtre.

        Et si possible n’oublier pas le Pomerol ! 🙂

      • jami dit :

        bonsoir tu peux également faire pour l’extérieur un allume feu avec un morceau de sucre blanc il suffit de mettre un peu de cendre à l’angle du sucre sans ce catalyseur le sucre ne s’enflamme pas
        Bonne soirée

  3. OTOOSAN dit :

    Article de bon sens comme d’habitude, je préconise, au niveau arme blanche le Kukris des Gurkas, c’est un poignard/machette hyper pratique une fois qu’on a compris comment s’en servir (prendre 5 mn pour lire l’histoire de ce peuple victime d’une certaine religion d' »amour et de paix »). Il y a aussi ça : http://trade.adgex.com.au/elfe?ir=www.pesnetwork…La sté commercialisera bientot un générateur relativement puissant.

    • Clovis dit :

      Sauf erreur, à moins qu’ils en vendent avec des vraies lames forgées, on ne trouve que des kufris aux lames industrielles à la con.

      Si tu veux une lame dotée d’une vraie âme aussi tranchante et inusable que la mort elle-même :

      COUTEAU SABRE KATANA JAPONAIS KANETSUNE KATANA KB107 – Lame Acier Forgé à la Main – Longueur totale : 40cm – Longueur lame : 24cm – Acier DAMAS 15 couches – 64HRC après forge – Housse de rangement en cuir – Epaisseur de lame : 7mm

      Son prix n’est en réalité pas cher du tout. Comparé à toutes les merdes futiles et périssables qu’un occidental lambda s’achète…

  4. OTOOSAN dit :

    Pour allumer le feu il y a aussi la lentille de verre, qui n’est pas obligatoirement une grosse loupe. J’ai dans ma bagnole une toute petite lentille au cas où, pour allumer un feu facilement, quand je vais camper…faut l’allumer avant le soir c’est tout et c’est inusable !

  5. jami dit :

    Les gurkas sont de super combattants soldats d’élite de l’armée Anglaise ils ont je crois laissé un mauvais souvenir en Argentine.
    Pour le couteau j’utilise un Camillus mais il est vrai que dans les bois on toujours une hachette qui sert le plus souvent.Pour le feu il faut un allume feu ou des pommes de pins ou de la poudre noire ou de cartouche.Perso l’entrecote à l’huile de vidange ça ne me dit pas trop.
    Je suis très intéressé par ce qui concerne les générateurs…es tu sur de l’adresse merci Bonne soirée

    • OTOOSAN dit :

      Oui pour l’adresse, le générateur n’est pas encore commercialisé. Il existe aussi un portable » éternel », sans recharge électrique chez Orbo (480 €)Une nouvelle génération d’appareils est en train d’arriver…

      Au sujet des kukris, je mentionnais uniquement cet objet dans le cadre du présent article visant le survivalisme, pour essentiellement son extraordinaire polyvalence. J’ai ai acheté deux aux enchères (personne n’en voulait) pour dix euros sans la gaine, manifestement un acier forgé main de relativement bonne qualité (je suis pas débutant dans ce domaine), le fil de coupe refait « maison » est très résistant aux chocs, on peut même creuser la terre sans crainte d’abimer l’objet. Le kukris est une reproduction en plus petit du Kopis Grec, (le vrai, « sortie de fouille » », pas celui du cinéma )pour un peu on a l’impression d’être accompagné d’ Akhilléus !

  6. jami dit :

    J’oubliais en petite quantité la poudre sinon c’est pas l’entrecôte qui va être grillée!
    Concernant les chaussures sans rapport avec la viande semelle j’ai trouvé de ravissantes petites chaussures vendue sous le nom de chaussures de sécurité pour cadre elles sont coquées mais ce n’est pas de l’acier alors ça ne sonne pas!!C’est bien pour les transports en commun quand on te marche sur les pieds et c’est encore mieux si on te dit qu’on l’a fait exprès et la l’effet est garanti.
    Bonne soirée

  7. Clovis dit :

    Pour les couteaux mieux vaut avoir le top du top sur soi.

    Un couteau à la con sans tranchant ne permet pas de dépiauter aisément hérisson, un lapin, ou de se raser, ou de couper les cheveux.

    Alors que ça oui et pour un prix incroyable. A 12 euros j’en ai pris 6, un pour chaque membre de ma famille :

    http://fr.aliexpress.com/item/SOG-Fire-Bird-Folding-Blade-Camping-Knife-21-5cm-Strider-Survival-Knives-With-Strong-60HRC-Tactical/32433952422.html

    Sinon, j’ai un poignard de combat à lame rasoir au cas ou je devrais avoir à découper un jour un sanglier ou à raser les poils d’un cochon.
    Seuls ceux qui ont déjà assisté à l’abattage du cochon de ferme savent de quoi il retourne en pratique, les autres vous ne savez rien de la vraie vie…

    • pierrre dit :

      salut clovis tu dépiaute un herisson? explique moi comment tu fait , cdlt

      • Clovis dit :

        Ben lorsque le cas se présentera je le viderai de ses entrailles, pancréas et vésicule biliaire avant de le faire cuire, pourquoi cette question ?…

        • pierrre dit :

          non , ca se fait pas comme ça, je t explique comment il faut faire , tu le tue d un coup de baton sur le bout du museau , après sur une de ces pattes ar tu fait une petite incision 5mm suffit , tu glisse une paille dedans , tu le gonfle en soufflant comme un ballon de foot ! sérieux c est pas une blague , tu fait une ligature a la patte pour que l air ne s échappe pas , et apres tu peux le nettoyer en enlevant les piquants au dessus d un feu en grattant avec un couteau , quand il y a plus de piquant tu attaque la peau nu au rasoir , c est très sale un hérisson , une fois fini la preparation exterieure tu peux le vider comme tu l a dit , c est tout un art de savoir faire avec ces petites betes par contre comme c est une espece protégée le topic est lourd 30 euro la patte !

    • jami dit :

      Pour raser le cochon on utilisait des lames de faux

  8. pierrre dit :

    survivre ! je ne suis ni pessimiste , ni optimiste ,ni sceptique , mais je trouve que vous vous trompés de sens dans le combat a venir ! survivalisme , pour moi veux dire se planquer dans un coin avec des armes , de la nourriture , se defendre contre ceux qui sont tentés de te la prendre , alors que je pense que c est le contraire qu il faut faire , attaquer ceux qui sont coupables du chaos , comment vous ferez refugiés dans vos bad? a part subir les choses sans etre capable de changer le cours des choses, ? PERSO , je comprend pas trop votre état d esprit

    • Massard dit :

      Pierrre, libre à toi de rester sur place, et d’attendre le moment de monter à l’assaut ou de foncer dans le tas. Personnellement, je suis plus réfléchi et je considère que se mettre à l’abri est la plus élémentaire des précautions, surtout lorsqu’on habite en ville. Ça laisse du temps pour s’organiser et analyser la situation qu’il faudra affronter. Car rien n’est écrit à l’avance. Le principe étant de survivre au chaos et non pas de crever bêtement. Changer le cours des choses ne s’improvise pas. Savoir s’entourer a aussi son importance, et j’ai l’intention d’éviter les éléments au sang trop bouillant qui ne savent pas se contrôler, car ils peuvent mettre ma vie en danger, connement.

      • pierrre dit :

        salut massard disont que j ai déjà un metier particulier , j habite pas en ville dans un appartement une maison mais en caravane je suis forain , donc c est peut etre aussi pour cette raison que j ai cette reflexion ! le point faible est biensur notre habitat une caravane ne te protége de rien , , donc des fois on peut etre aussi bien dans un petit bled tranquille que dans une grande ville pas forcément bien entouré mais bon on prend nos précautions ! après je comprends ton choix qui est pas des plus simple non plus , rester chez soit , et devenir une cible facilement identifiable , ou se replier , pas simple !

        • jami dit :

          Pierre tu as quand même un peu raison la bunkerisation n’est pas la solution puisque tôt ou tard la place va tomber.
          Tu as la chance d’évoluer dans un milieu où vous vous connaissez et vous savez à qui faire confiance et parfois depuis des générations.
          Moi j’habite un village en milieu rural en fait nous sommes capable plus ou moins d’être solidaire contre une menace commune le reste du temps c’est pas toujours le cas et le pire ce sont les nouveaux arrivants.
          On a même eu des islamistes et on a eu beaucoup de mal à s’en débarrasser légalement s’entend…
          C’est comme ça depuis des générations:dénonciation ,vols ,jalousies etc bref nous sommes tous bunkerisés derrière nos volets clos et je constate les limites de ce système
          Bonne soirée

          • pierrre dit :

            jami , bonjour je ne sais pas si j ai raison mais je constate tout simplement les rapports entre les gens un peu partout en françe , et c est souvent le meme constat !dans notre milieu qui est assez fermé il faut le reconnaître , les gens sont solidaires car nous vivons a la dure dans tout les sens du terme ! nous avons pas d autre choix que de faire bloc , pour arriver a vivre , pour faire manger nos familles ! et c est vrai que nous avons pas du tout les meme prioritée , le meme sens donné a la vie ! tout le monde a deux vies , la seconde commence quand tu as compris que tu n en as qu une , donc entre nous il est hors de question de faire profil bas devant qui que ce soit , la liberté ne se negocie pas , maintenant nous sommes devant un défi , un combat , l union fait la force

            • jami dit :

              Salut Pierre j’adore ta recette de hérisson ça m’a rappeler des souvenirs
              la première fois que j’ai vu faire ça c’était dans un bar j’ai même cru que le gars voulait aspirer avec sa paille.déjà avaler des couleuvres …mais un hérisson!!
              Le pays bouge et le monde politique ne s’en rend pas compte. Les agris sont partis trop tôt . Je suis de tout coeur avec eux.Nous sommes tous des paysans dans nos bleds du notaire à l’épicier.Celà rejoint ce que tu dis.Demain peut être les routes seront bloquées les voies de chemin de fer aussi. Cette société est trop dépendante du transport qui draine tout vers les villes seul centre de préoccupation de nos politiques… mais tout passe par nos campagnes et désolés mais on ne veut pas crever!!

  9. AL dit :

    bonjour Alexandre
    j’adore votre site qui m’inspire beaucoup.
    dans le style de l’article, auriez vous une référence à me donner pour les plantes médicinales ?
    j’ai décidé de devenir proprietaire pour que mon argent soit mieux placé et je souhaite démarrer des plantations, en pot cette année car j’aurais pas le temps de préparer le terrain, je verrais à l’automne pour ca.
    j’ai investi dans des graines bio mais peu en plantes médicinales. les ouvrages sont nombreux mais peut-être pouvez vous me conseiller.
    merci.

    • Alexandre dit :

      Beaucoup de plantes étiquetées « mauvaises herbes » commencent à intéresser beaucoup de monde. Par exemple les très envahissants pissenlits. La racine semble être un remède contre le cancer plus efficace que tous les produits chimiques existants. … mais comme ça pousse partout et que ça ne coûte rien, ce n’est pas un bon plan financièrement.

      La Rhodiola (orpin rose) semble être la seule substance au monde capable de soulager la fatigue chronique, ce qu’aucun médicament chimique ne réussit à faire. A priori sa culture serait extrêmement facile dans le climat de la France métropolitaine. Le prix au gramme est impressionnant et vu la flambée des maladies émergeantes, c’est probablement un remède d’avenir.

      L’utilisation intensive de tonnes d’antibiotiques par les éleveurs industriels créé des super-bactéries résistantes aux antibiotiques. Les plantes anciennes comme l’ail peuvent redevenir à la mode.

      Les feuilles d’oliviers étaient utilisées dans l’antiquité pour soigner les blessés sur les champs de bataille. Ceux qui n’étaient pas traités avec ça mourraient beaucoup d’infection.
      J’ai testé personnellement sur moi pendant un mois la poudre de feuilles d’olivier séchée pour faire baisser la tension, sans effet secondaires, et je confirme que ça marche très bien, mais le goût… pouaaaaahhhhh. Au départ ça va, mais tous les jours ça devient insupportable. Il faudrait faire des gélules ou des comprimés.

      Il n’y a pas que les médicaments naturels sans remèdes par l’industrie chimique pharmaceutique à prendre en compte. On peut surtout commencer par les produits que nos familles utilisent vraiment. Enormément de français ne se soignent plus à cause des parts non-remboursées qui flambent toujours plus chaque année. Les remèdes alternatifs, gratuits ou quasiment, et sans effets secondaires, deviennent intéressants.

      Il y a une autre gamme de produits qui peut sembler d’avenir, au fur et à mesure où les gens s’informent grâce à internet. Par exemple on sait maintenant que le sucre est un poison doux qui provoque lentement un très grand nombre de maladies. Les alternatives au sucre peuvent être intéressantes. La stévia par exemple.

      Je pense que la meilleure chose à faire est de se pencher dans des livres de nos parents, grands-parents, et de voir quelles plantes peuvent redevenir intéressantes à notre époque où on n’a plus confiance en la médecine des milliards de dosettes de vaccins inutiles injectées dans toutes les veines.

      Il faut aussi tenir compte du climat local, de l’eau disponible, de la place, et des nouvelles « législations » criminelles conçues pour les gros labos empoisonneurs.
      Il n’y a pas qu’une réponse à donner, mais des milliers de possibilités toutes différentes en fonction des gens, des lieux, des époques.

      • AL dit :

        Merci.
        oui c’est certain il y en effet des milliers de possibilités et en regardant sur les sites marchands, les titres fourmillent.
        après, dans mon coin, la plantation d’olivier n’est pas conseillée, j’habite au nord de la Loire… bref.
        ceci dit pour compléter, j’ai adopté le regime charbon le matin, pas évident mais faut le faire. je teste aussi le vinaigre de cidre le soir et c’est vrai que les douleurs s’apaisent (ancien sportif de haut niveau, ça laisse des traces..). Quant à l’ail, j’adore ça, j’en mets partout.
        bon, je vais creuser pour les bouquins et voirce que je peux mettre en pots.
        merci

      • jami dit :

        Salut J’ai un bon bouquin « Nos grands Mères savaient » de Jean Palaiseul qui donne beaucoup de recette de bonne fame (il n’y pas de faute) et qui traite de plantes qui poussent ici
        Bonne soirée

  10. Alexandre dit :

    Une vidéo qui montre que les objets étiquetés « survivalisme » sont des produits commerciaux, beaucoup plus que des outils vraiment fiables, solides, efficaces, polyvalents :


    OPINEL N°12 EXPLORE TEST COMPLET (Fr)
    https://www.youtube.com/watch?v=AExM9ojCfO4

    La conception articulée, en plastique, ne permet pas les usages en force…

  11. jami dit :

    Tu as raison Alexandre mais j’ai du mal à saisir le concept.Quel intérêt de se fringuer en treillis pour aller découper des bâtonnets dans les bois?
    A mon avis il ferait mieux de récolter du tilleul une infusion et dodo!!
    Par contre pour dépecer un animal mieux vaut utiliser la lame c’est certain.J’ai jamais vu utiliser un crochet à éviscérer.
    C’est pourtant pas compliqué de choisir un outil simple et solide.
    Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *