Citation, Mark Twain, Tu seras plus déçu par les choses que tu n’as pas faites…

« Dans vingt ans, tu seras plus déçu par les choses que tu n’as pas faites plutôt que par celles que tu as faites.
Alors jette-toi à l’eau.
Quitte ta zone de confort.
Navigue sur les courants qui te portent. Explore. Rêve. Découvre. »

Mark Twain,
Ecrivain américain, 1835 – 1910.

 

Marais salant qui ressemble a un miroir geant

 

6 comments

  1. kori dit :

    bonjour Alexandre et à tous,
    J’ai un problème à vous soumettre et toute aide est la bienvenue. J’essaie de me préparer aux prochains événements mais mon conjoint (eh oui pas de chance, c’est dans ce sens là) est indifférent, pire si je lui en parle de trop il devient angoissé. Ce n’est pas un ga stupide, il est même adorable, grande école ingénieur et tout et tout, famille agrégé, le gendre idéal mais dans le déni total… j’aimerai avancer un peu plus vite dans mes préparatifs notamment quitter Paris mais monsieur ne veut rien savoir …. qu’en pensez vous ? avez vous des idées ?

    • Alexandre dit :

      Des idées, oui, mais pas une baguette magique :
      « … adorable, le gendre idéal… », il n’est pas fait pour le chaos qui arrive. Il est fait pour un temps de paix. « grande école d’ingénieur et tout et tout ».
      Rassurez-vous, le pourrissement va peut être encore durer des années (même si ça m’étonnerait). Donc d’ici là, quelqu’un de bien intégré dans ce monde qui s’écroule est provisoirement un atout.
      Je dirais même que pour le moment, il semble avoir l’avantage.

      … ceci dit, hier matin j’ai failli perdre mon père, d’un coup, juste parce qu’il était sorti acheter sa baguette de pain. Un terroriste, oups pardon, officiellement encore un « déséquilibré », a foncé en camionnette sur deux abribus, en tuant et blessant deux personnes au hasard. Dix minutes plus tôt mon père était dans un des abribus.
      Voilà la réalité de la France actuelle.

      Le déni, c’est dans la tête de votre compagnon, pas dans les faits. C’est une perception fausse de la réalité.
      Pour le moment il s’angoisse peut être parce qu’il croit qu’il n’y a rien à faire. En fait c’est justement le contraire. S’il a quelques stratégies déjà prêtes, il sera zen et plutôt confiant quand ce qu’il craint va arriver, si ça arrive.

      J’ai soigné ma phobie répulsion extrême des araignées avec une astuce simple : de la relaxation et des pensées positives, constructives.
      On s’installe confortablement au calme, on respire lentement et profondément. On se concentre sur sa respiration. On sent les muscles qui se relâchent, les sensation agréables de lourdeur et de chaleur au fur et à mesure que l’on se détend, que l’on respire silencieusement, profondément, lentement…

      Quand on est bien détendu, on revoit ou on imagine une scène qui nous a dérangé, en spectateur, extérieur, sans risque, et on imagine des réactions positives, constructives, efficaces, que l’on pourrait avoir pour agir au mieux, avoir un contrôle de la situation.

      Il suffit de faire au moins trois séances de quelques minutes étalées sur plusieurs semaines, pour que le cerveau enregistre comme un réflexe le calme associé à ce qu’on détestait avant.

      Maintenant je n’aime toujours pas les araignées. Ce n’est vraiment pas le grand amour avec ces saloperies répugnantes. Par contre, quand une monte sur moi, je la chasse en douceur en la laissant monter sur ma main, puis je la dépose loin de moi, là où elle peut continuer à être une saloperie de bestiole répugnante, mais loin. Elle continue sa vie, je fais la mienne et tout le monde est content.

      • kori dit :

        Bonjour Alexandre et merci pour cette réponse

        Je ne crois pas qu’il soit adapté à ce monde et sa dépression depuis des années le montre. Il n’est pas assez coriace, il a une âme et ces dents ne rayent pas le plancher alors c’est vrai, il a l’avantage de rebondir plus vite en cas de chômage et ça lui est arrivé plusieurs fois déjà malgré ces super diplômes.

        En fait, je prends conscience qu’il est totalement conditionné et sortir de ce pourquoi il a été éduqué, formé, toute sa vie, dans sa famille, à l’école et dans son environnement est quelque chose à la limite du traumatisme…. à la rigueur dans l’équation, c’est plutot moi le truc qui cloche ….

        Donc j’y vais doucement et si les choses se délitent doucement alors peut être …mais j’ai plutôt la sensation qu’avec notre Jupiter et bien d’autres joyeusetés (comme une méga crise financière à côté de laquelle la crise de 29 sera du pipi de chat) qui nous dépassent les choses vont plutôt s’accélérer. Et il ne faudra pas forcément grand chose pour que tout bascule lorsque tout est mûr ou qu’on l’aide à mûrir…

        Je voulais juste avoir l’avis d’un homme puisque souvent je vois des hommes poser la question mais avec leur conjointe. Pour moi, le problème est inversé.

        En attendant, je prends des cours de self défense et me forme à des choses dont je n’aurais jamais eu l’idée il y a encore quelques années et ma moitié fait du tennis, c’est ça l’amour …

        PS: moi aussi je déteste les araignés mais 10 ans en Afrique ou ily a de la méga géante araigné moche et toutes sortes de bêtes répugnantes taille XXL et en rentrant en france, je me suis surprise à être à l’aise avec nos mini cafards, nos mini bestioles, je ne dormirai pas avec mais ça va mieux …

        Encore merci
        Kori

    • Clovis dit :

      Tiens, j’en ai un aussi du même genre dans ma famille, un frangin surdiplômé de haut vol. Il vit et bosse également à Paris et dirige tout un escadron d’ingénieurs afin de piloter des projets à 8 chiffres, gentil étouétou mais tous ces mecs se sentent tellement plus intelligents qu’ils n’y a rien à faire.

      Tous ces gens sont déjà foutus. La société moderne ne diplôme que les esprits maléables à souhait ; la plupart sont en réalité lâches et bêtes comme leurs pieds.

      Et même la « gentillesse » n’est nullement un critère de survie et d’adaptation, bien au contraire…

      Ce qu’il convient d’intégrer est entre autre ceci, ce n’est plus qu’une question semaines voire de mois :
      « PSB » : Paris Sera Brûlé par sa canaille ( cf. Marie Julie Jahenny)

      • kori dit :

        bonjour Clovis
        merci pour ta réponse.

        Pour faire simple, tu as raison, il pourrait etre imbu de sa personne tout ça tout ça mais ce n’est pas le cas, et je peux en témoigner. Je crois qu’il ne faut pas généraliser. Je ne sais pas s’il est plus intelligent mais il a toujours bossé dur très dur, a tout sacrifié comme papa et surtout maman lui ont suggéré euh demandé…euh imposé, oui un peu beaucoup même ;/)?! et aujourd’hui on lui dit, eh coco, tes 12 ans d’études 24/24 tu les mets à la benne et tu vas … je sais pas ou d’ailleurs …

        Je sais que la gentilesse n’est pas un critère de survie et c’est aussi peut être son problème en entreprise ou il n’est pas adapté …. parce que c’est la science qui l’intéresse et le reste ( les coupfourrés, les médisances, la méchanceté, la violence psychologique, les menteurs ….) tout ça est compliqué à gérer pour lui …

        La question que je me pose parce que je le vois aussi autour de moi dans ma famille, mes parents qui ne sont pas de sombres idiots surtout mon père, comment ce fait-il qu’une personne ayant toute l’information (je me charge de relier l’info ) pour se préserver, soit dans le déni et continu malgré tout comme si de rien n’était ? question à un psy peut être …

        Tu cites, Marie Julie Jahenny, donc tu dois croire un peu et moi j’aime croire comme il est souvent rapporté que c’est dans des situations exceptionnelles que certaines personnes se révèlent…
        et pour m’être retrouvé moi même dans des pays en guerre (sans le vouloir), les hommes courageux n’étaient pas forcément ceux qui criaient le plus fort dans des situations de crises extrêmement graves. Et je pense qu’Alexandre qui fut en l’ex Yougoslavie en conviendra.

        Voilà, merci pour ton partage Clovis et désolée mais je me rends compte que je t’ai tutoyé. Ne m’en veux pas.
        Bonne soirée

        • Clovis dit :

          « Comment ce fait-il qu’une personne ayant toute l’information pour se préserver, soit dans le déni et continu malgré tout comme si de rien n’était ? »

          Voilà une question des plus pertinentes que je me suis également posé à propos de l’immense majorité d’individus – à fortiori très intelligents – qui installent leur libre arbitre dans le fauteuil trompeur du déni.

          Quelque part, Audiart a sans doute déjà répondu en partie : « Un con qui marche va plus loin que deux philosophes assis ».

          Plus sérieusement, il me semble que cette question n’est nullement pour les psys -lesquels au reste font métier de charlatanerie- puisqu’il leur est impossible d’envisager un monde chaotique où au meilleur des cas ils ne seront strictement plus rien.
          Pareil pour les députés, pharmaciens, notaires, avocats, coiffeurs pour chiens et autres pedigrees ubuesques.
          Un paysan, un potier, un charpentier ou encore un forgeron maréchal ferrant ont tous bien plus d’avenir et de ressort ;
          Toute notre civilisation est née des mains adroites et du génie industrieux de myriades de gens qui savaient façonner quelque chose de vital et d’essentiel.
          Il en est donc déjà fini de la plupart des individus, et, intimement ils le savent. Quelque chose d’intangible et de silencieux les a déjà prévenu de leur fin honteuse.
          Et le refoulement du sombre pressentiment s’en est immédiatement suivit dans leur crâne formaté à la religion vaine et nouvelle de « la pensée magique » du new age.
          C’est pourquoi la plupart ne s’armeront pas, ni ne feront stock de vivres et de matériel de survie, ni même n’assureront les vies de leurs femmes ou de leurs propres gosses, eux aussi pour la plupart déjà paralysés dans le vieux monde finissant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *