Citation, Abbé Pierre, Commencer quelque chose de bien…

« Il ne faut pas attendre d’être parfait pour commencer quelque chose de bien. »

L’abbé Pierre.
Né Henri Grouès, 1912-2007.
Prêtre catholique français, fondateur de nombreuses associations de protection des plus démunis, dont le mouvement Emmaüs.

 

11 comments

  1. OTOOSAN dit :

    Pour être plus ou moins complet :
    « Henri Grouès dit l’abbé Pierre (1912-). Prêtre catholique, responsable de la Résistance pendant la deuxième guerre mondiale(ftp) puis député MRP (démocrates chrétiens) il fonde le mouvement Emmaüs en 1949. Dans les années quatre vingt dix il manifeste en faveur des immigrés (régularisation de leur situation, logement …) et fait scandale au printemps 1996 en soutenant son ami Roger Garaudy accusé de révisionnisme lors de la publication de son livre « Les mythes fondateurs de la politique israélienne », ce qui lui vaut d’être exclu de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) dont il était membre d’honneur.  » (Source web )
    Une autre vision du « survivalisme » ??? ))

  2. Philippe dit :

    En prenant parti pour Roger Garaudy, L’abbé Pierre défiait le « peuple élu » ,banquier de la « civilisation » obligatoire qu’il est défendu de contredire sous peine d’être qualifié de « raciste » ,le pire des crimes ,propre aux blancs qui devraient s’inspirer de la tolérance qui règne partout ailleurs , demandez aux Tutsis, Karens, et autres israéliens…

    • OTOOSAN dit :

      Je crois me souvenir qu’il ne l’a pas longtemps soutenu son pote GARAUDY, qu’il appelait « le très cher Roger »…D un autre coté on peut difficilement lui reprocher, très peu de gens aiment le martyre !!!))

  3. Lancelot dit :

    Dans la série  » il faut loger les loqueteux du monde entier mais surtout pas chez moi ils vont tout dégueulasser « ,
    il vient de tomber une vidéo épique où Boris le Lay se fait passer pour un activiste de droidelhomiste demandant au torchon gauchiste Le Monde de mettre leur bienpensance en pratique et d’accueillir la venue de migrants :

    https://www.youtube.com/watch?v=2kSR6i2wyGc

    Ben c’est curieux, même eux n’en veulent pas ?!…

    • Alexandre dit :

      Il m’a banni aussi, je ne peux plus écrire sur son mur facebook. J’ai écrit un truc qui lui a déplu sur un post où il pleurnichait de la censure, et tous mes messages ont été censurés.
      😀

      • Lancelot dit :

        Bah, c’est une sorte d’obtus original je dirais…

        Et paradoxal et contradictoire au possible. De parfait athée il est passé à la secte du catho-intégrisme le plus obscurantiste, précisément le dogme moyenâgeux qui partage nombre de points communs avec l’islam…

        • Alexandre dit :

          J’ai été surpris de voir ses posts facebook faisant l’éloge du nazisme.
          Maintenant il est dans la pureté de la race blanche, sans concession. La France doit appartenir à la seule race blanche.

          Ce n’est plus le ton des vidéos d’il y a quelques mois, où son nationalisme ressemblait au mien : les musulmans, dehors ! vivre avec eux est impossible. Qu’ils retournent appliquer leur rites barbares dans leurs bleds de débiles.
          La france ça n’est pas la sharia, des femmes sans droits, des mosquées partout, le ramadan obligatoire et toutes leurs conneries prétextes à des agressions.

          Maintenant son extrémisme est carrément contre productif.
          Sa condamnation injuste à 6 mois de prison ferme semble l’avoir fait basculer dans le côté obscur de la force.

          En plus économiquement je n’approuve aucune de ces affirmations. Pour lui les grecs sont des salauds, des voleurs, des profiteurs…
          Comme si le peuple était responsable des fraudes et escroqueries de ses « élites ». Personnellement je ne me sens absolument aucune obligation vis à vis de « la dette » française, organisée frauduleusement par les politiciens. Je n’ai pas l’intention de verser d’argent pour (ne pas la rembourser mais financer seulement) ses intérêts financiers.

          Les fonctionnaires au service de la dictature qui voudront me faire plier auront ma visite quand la guerre civile commencera.

          • Lancelot dit :

            Ouaip, surtout que pour les Grecs ça va devenir apocalyptique.

            Ce gocho de tsipras au lieu de s’allier aux BRICS, de sortir de l’Otan, de réinstaurer la souveraineté monétaire et d’imprimer des Drachmes, se charge à présent de crever toute l’économie de son pays en interdisant les règlements courants des entreprises à l’étranger et vice versa, du jamais vu !

            Tout ce cirque médiatique de renégociation de « dette » n’est qu’un grossier écran de fumée pour cacher le fait que les peuples d’Europe sont sous la coupe d’une mafia bancaire cosmopolite et de leurs transfuges politiques locaux.

            Des centaines de millions de personnes qui se laissent transformer en esclaves alors qu’il suffirait de mettre en œuvre dans chaque pays quelques barils de goudron et de plumes…

  4. Le Scribe de la Révélation dit :

    Cette citation s’y prête plutôt bien :

    http://delivrance.wpweb.fr/

    Ω

    Rouleau Premier, chapitre XXV, versets 1 à 22

    1 Le monde se mourrait laidement car les hommes suivaient les faux gurus et les singes en bouche d’or qui par les chemins de travers les menaient à l’abattoir.

    2 Le Prophète à ses disciples enseignait la maitrise en les conduisant devant la porte de leur propre pouvoir. Car le maître véritable n’est pas celui qui fait le plus de disciples mais celui qui éveille le plus de maitres en puissance. Une nouvelle fois il parla par métaphore :

    3 « Aux temps reculés de la dynastie Ming, l’immense peintre Isoku Yamaguchi était au service de la grande Cour de l’Empereur de Chine. Ce prestigieux créateur recruta dans son école un jeune adolescent très prometteur qui peignait depuis l’âge de quatre ans.

    4 Afin que ce dernier devienne un jour digne de prendre sa suite au sein de la cour impériale, le grand homme lui révéla tous les secrets de ses techniques. Comme exercice hebdomadaire, il demandait inlassablement à son élève de s’entraîner à dessiner l’oiseau du paradis.

    5 Lorsque le jeune homme lui présentait son travail, il disait invariablement : – Tu es sur la bonne voie. Il est mieux que celui de la semaine dernière. Brûle-le et recommence.

    6 Sept années passèrent ainsi. Les progrès de l’élève furent réguliers. Lorsque celui-ci présenta son quatre-centième tableau représentant l’oiseau du paradis, Isoku Yamaguchi fut enfin conquis : – C’est prodigieux ! dit-il, tu n’es âgé que vingt et un ans et tu surpasses déjà les plus grands. Je ne puis plus me prétendre ton maître, ton talent me dépasse à présent de loin. Je vais en faire part à l’Empereur. Lorsqu’il verra ton œuvre il sera subjugué et te couvrira de richesse et d’honneur.

    7 Mais le jeune homme insatisfait de lui-même brûla aussitôt sa peinture et se remit au travail, après avoir marmonné qu’il n’était pas encore parvenu à concrétiser l’idéal qu’il visait.

    8 Une semaine après, l’oiseau du paradis fut encore plus beau : – C’est fascinant ! s’enthousiasma Yamaguchi, Cette fois-ci tu as atteint une perfection inimaginable ! Il faut absolument que l’Empereur voit cela !

    9 Mais le jeune homme détruisit à nouveau son chef d’œuvre et se replongea dans son art en grommelant qu’il lui fallait davantage s’appliquer pour arriver à un résultat plus parfait encore.

    10 Son mentor s’exclama atterré : – Mais enfin ! pourquoi agir de la sorte ?!

    11 Mais le jeune artiste restait trop absorbé dans sa quête d’idéal pour répondre le moindre mot.

    12 En son for intérieur, le maître commençait à s’inquiéter sérieusement au sujet de l’équilibre mental du jeune homme qu’il affectionnait plus que son propre fils. Il s’accusait in petto d’avoir été trop dur envers lui pendant toutes ces longues années d’apprentissage.

    13 Sept jours après, l’oiseau du paradis fut encore plus mirifique. À couper le souffle. Un pur prodige. Le maître s’extasia : – Il n’y a plus de mots ! Tu te surpasses dans ta propre perfection ! Je t’en supplie, ne détruis pas cette merveille !

    14 Mais le jeune homme ne voulut point entendre raison et lacéra tranquillement sa toile en disant qu’il se sentait approcher peu à peu du but.

    15 Isoku Yamaguchi tomba alors en pleurs et supplia le jeune prodige à genoux de se confier enfin pleinement à lui.

    16 Son élève répondit : – Ne vous inquiétez de rien, Maître, je sais que j’y arriverai. Ce n’est qu’une simple question de temps.

    17 Mais Dans les jours qui suivirent, le vieux maître mourut de désolation.

    18 Le jeune homme fut nommé à sa suite et passa toute sa vie au service de la grande Cour impériale, réalisant une multitude de fresques, d’estampes, de tableaux. Des chefs-d’œuvre tous plus exceptionnels les uns que les autres.

    19 Lors de chaque moment de répit il persévérait toutefois à peindre l’oiseau du paradis. Encore et encore… Sans relâche ni fin…

    20 Les décennies s’écoulèrent tel une eau vive, si bien qu’à l’âge de quatre-vingt-dix ans, par un beau matin d’automne, on retrouva son corps inerte dans son atelier.

    21 Il avait néanmoins eu le temps de griffonner un dernier mot avant de s’éteindre : « L’Oiseau du paradis vole enfin ! »

    22 Sa dernière toile trônait sur son chevalet. Elle était vide. »

    Ω

  5. NAPOLEON.IV dit :

    « L’Aigle perché sur la cime peut prévenir du danger les mésanges mais celui-ci se fait parfois déloger par le vautour, purgeant ses forces dans les ressources de ceux que l’Aigle protégeât »
    Napoléon Quatrième

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *