Check-list pour sac d’évacuation

Le sac d’évacuation doit avoir une grande capacité mais sans être encombrant et lourd.
Il ne doit pas faire envie aux gens sans rien. Un vieux sac à dos usé, un peu grand, est idéal.

L’organisation par modules en petits sacs transparents en plastique simplifie la vie, en plus de protéger les divers éléments.
Si vous le pouvez, ne mettez pas les bouteilles et différents liquides dans le sac mais dans des poches à l’extérieur, ça vous évitera des mauvaises surprises.

La première chose qu’il est souhaitable de trouver en ouvrant votre sac est une liste à cocher adaptée à votre situation. Nous sommes tous différents, avec des contraintes différentes, du matériel différent. La liste de quelqu’un d’autre ne vous conviendra pas forcément. Par exemple un bébé ou une personne aveugle n’ont pas besoin d’une arme de chasse.
La check-list ci-dessous était à l’origine prévue pour un adolescent, je l’ai un peu élargie mais il vous reste à l’adapter à votre cas précisément.

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un double de tout pour chaque membre de la famille ou du groupe. Certains peuvent porter des éléments qui seront utilisables indifféremment par tous.
Par exemple une seule trousse de premiers secours par groupe, une seule radio, une seule boussole, un seul chargeur solaire pour tous les téléphones…

Cette page est un point de départ pour votre réflexion.
Si vous l’imprimez, ajoutez vos modifications. Comme ça vous aurez sous les yeux un précieux aide-mémoire pour vérifier votre sac d’évacuation, au moment où votre esprit sera perturbé par la situation.

Même en récupérant beaucoup de vieilles choses, un bon sac d’évacuation coûte au moins 400 euros en matériel. C’est une assurance vie pour tout votre groupe. Mais c’est un prix inabordable pour la plupart des gens, surtout que vous ne vous en servirez peut-être jamais pour évacuer. Donc je vous recommande vraiment prioritairement d’avoir la liste sur papier qui saute aux yeux dès que vous ouvrirez le sac.
Comme ça vous pouvez utiliser au quotidien votre seule lampe frontale, votre seule radio, différents objets, sans risquer de les oublier si les choses dégénèrent.

 

Vêtements de rechange
Un double de chaque vêtement, adapté à la saison (tee-shirt, slip, chaussettes, veste légère…) ;
Veste légère de pluie et coupe-vent du genre K-way, et/ou un poncho imperméable (on peut aussi dormir dessous ou s’installer dessus sur un sol mouillé, un poncho couvre même votre sac à dos sous la pluie, mais est très désagréable à porter les jours de vent) ;
Chapeau toutes saisons (casquette, bob…) ;
Gants anti-froid ;
Une paire de chaussures de marche, solide, qui ne fait pas d’ampoule (quand vous achetez une nouvelle paire de chaussures, ne jetez pas les vieilles, mettez-les dans le sac d’évacuation, avec des chaussettes rangées dedans) ;
Toujours avoir au moins une paire de chaussettes sèches en réserve ;
Une petite bobine de fil et une aiguille pour les petites réparations de dépannage, un dés à coudre permet de traverser les choses un peu dures comme une bretelle de sac ou du cuir ;

Hygiène
Trousse de toilette miniature (savonnette, petite serviette, gant, brosse à dent, dentifrice, déodorant, rasoir, protections féminines, contraception, boites et produits pour lentilles…) ;
Papier toilette ;
Une petite lingette en microfibre juste pour avoir les mains propres n’importe où, n’importe quand ;
Deux bons produits pour les femmes, une coupe menstruelle et un cône en silicone pour faire pipi debout n’importe où ;
La savonnette sert presque à tout mais si vous êtes nombreux il vaut mieux ajouter un tube de lessive à la main.

Trousse de premiers secours (une seule est nécessaire par groupe)
(Organisez l’intérieur de la trousse par petits sachets transparents pour ne rien renverser et pour tout trouver facilement)
Des pansements de toutes les tailles ;
Une bande ;
Un rouleau adhésif ;
Du désinfectant en dosettes ;
Du liquide de rinçage des yeux en dosettes ;
Un sachet de sutures adhésives ;
Une pince à épiler ;
Un minuscule aimant puissant pour les échardes métalliques ;
Une paire de ciseaux de premiers secours pour couper les vêtements sans aggraver les blessures ;
Une minuscule pompe à venin ;
Un garrot-tourniquet ;
Un marqueur toutes surfaces ni trop fin ni trop gros ;
Une minuscule lampe, frontale de préférence pour utiliser vos deux mains ;
Une lingette en micro-fibre pour pouvoir laver vos mains même juste avec trois gouttes d’eau sale ;
Un minuscule flacon de désinfectant pour les mains ;
Deux paires de gants en vinyle ;
Quelques sucres ou des bonbons ;
Des masques chirurgicaux jetables, premiers prix, au moins trois par personne (il semblerait que déjà plus de 11000 personnes supplémentaires soient mortes des particules respirées après la destruction des tours du World Trade Center) ;
(Les quelques petits accessoires pour les combattants pour réduire d’urgence les hémorragies importantes et les plaies soufflantes à la cage thoracique, ne doivent pas être au fond du sac mais sur soi, dans une petite pochette immédiatement accessible. Ce trauma-kit ne doit pas être confondu avec la trousse à bobos. Il peut contenir par exemple seulement une seringue hémostatique, un garrot tourniquet, un bandage israélien, une paire de pansements thoraciques à valve pour les deux trous d’une plaie par balle).

Trousse de médicaments
A remplir avec vos médicaments habituels (mettre une liste papier dans la trousse permet de ne rien oublier dans l’urgence) ;
Un anti-douleur (aspirine) ;
Un anti-poison (charbon végétal activé en poudre) ;
Un antibiotique à large spectre (le meilleur est l’argent colloïdal) ;
Vos appareillages médicaux indispensables et leurs consommables (piles, produits…) ;
Si vous devez évacuer, prenez éventuellement toutes vos paires de lunettes. Des pochettes souples ne les protègent pas. Vous devez prévoir une coque rigide par paire de lunettes ;

Argent
S’il faut évacuer alors il faut prendre tout l’argent liquide de la maison, les moyens de paiement et les bijoux. Tout cacher.
Mettre presque en évidence en leurre un porte-monnaie avec juste un peu d’argent en petites coupure ET en pièces (pour les appareils automatiques, distributeurs…) ;

Papiers d’identité et sauvegardes
Originaux ou copies des papiers d’identité, et d’autres papiers importants.
Une clé USB avec un logiciel de cryptage permet de sauvegarder énormément de documents, mots de passe… dans une place minuscule.
Ne laissez pas des clés de serrures trainer chez vous (maison, boulot, véhicule, antivol des vélos…), vous risqueriez de vous faire tout voler.
Avoir une photo récente de chaque membre de la famille ou du groupe facilite les recherches et l’identification si vous êtes séparés, ou pire.

Orientation
Une boussole ;
Une carte papier du département ou de la région (ou de tous ceux que vous devez traverser) ;

Energie
Lampe frontale,
Lampe a dynamo ;
Chargeur 220v vers USB ;
Câble de recharge avec la bonne prise pour votre téléphone ;
Chargeur USB vers piles AA et AAA et les piles rechargeables en bonne quantité pour vos appareils ;
Chargeur USB vers piles moins courantes ;
Batterie solaire miniature ;
Un briquet ;
En hiver ou en zone froide, une chaufferette de poche et un flacon d’essence a briquet vous apporteront énormément de confort ;

Eau
Une gourde solide ;
Des pastilles de décontamination ;
et/ou un appareil filtrant ;
Une petite bouteille d’eau en plastique neuve et pleine ;
Eventuellement une poche d’eau pliable pour 3 à 5 litres, à ne pas remplir trop tôt, l’eau étant lourde et fatigante à porter ;

Nourriture
Au moins deux repas froids très légers, en nourriture très longue conservation (salade en boite de conserve métallique par exemple, compote en sachet…),
Quelques bonbons (ne pas tous les manger, c’est pour sociabiliser) ;
Une fourchette, une cuillère, un couteau ;
Un ouvre-boite ;
La personne chargée de la cuisine pour la famille ou le groupe devrait avoir un gros sac supplémentaire avec une autre check-list pour les aliments, les ustensiles, les couverts, le combustible, le liquide vaisselle…

Communication
Un téléphone portable débloqué pour tous les opérateurs (de préférence un premier prix sans écran tactile, qui dure des semaines en veille sans recharge, certains acceptent même deux cartes sim) ;
Un double du répertoire sur papier ;
Un sifflet ;
Une radio miniature rechargeable par dynamo ou solaire ou USB ou piles bâtonnets, pour vous informer (et vous distraire) ; certains téléphones portables intègrent une radio, le fil du casque sert d’antenne ;
Un talkie-walkie si tout votre groupe est équipé (fonctionne même quand les téléphones ne marchent plus où sont saturés, préférer un modèle acceptant des piles bâtons ordinaires) ;

Outils
Un couteau suisse (avec ciseaux et pince à épiler très fortement recommandés) ;
Une pince multifonction ;
Une paire de gants de travail pour les égratignures, les ampoules, les échardes (des gants bas de gamme en cuir suffisent largement) ;
Un petit bloc de papier ;
Un porte-mine (écrit même sur du mouillé) ;
Un stylo à bille ;
Des sacs en plastique supplémentaires ;

Armes
Une arme qui permet de neutraliser rapidement plusieurs adversaires en restant hors de contact, pas au fond du sac mais cachée immédiatement à portée de main (pas forcément un pistolet, par exemple pour un adolescent un spray de gel au piment à jet large suffit) ;
Eventuellement une petite arme qui peut aussi servir pour chasser de petites proies sans faire de bruit si les approvisionnements sont coupés durablement (lance-pierre équipé pour la pêche par exemple ou une arbalète pistolet) ;
Selon la gravité de la situation, il ne faudra pas forcément essayer de dissimuler vos armes mais au contraire avoir l’air dissuasif (par exemple en montrant à des pillards un fusil prêt à tirer) ;
Pouvoir compter sur une petite arme puissante et dissimulée reste dans tous les cas une bonne précaution.
Un pistolet est la meilleure arme de défense. Des revolvers à poudre noire sont en vente libre, à partir de 200 euros, avec 200 euros de plus pour tous les consommables (poudre, balles, bourre, graisse, matériel de nettoyage).
Une puissante lampe tactique avec un effet stroboscopique et focussable permet d’éblouir un moment un adversaire pour le neutraliser sans le blesser, de frapper plus lourd et fort avec le poing, ou carrément de tuer en frappant comme avec un marteau sur le haut du crâne avec le côté brise-vitre ;

Couchage
Facultatif, sauf en saison froide ou zone géographique froide. Ne mettez pas votre couchage (sac de couchage, matelas en mousse…) à l’intérieur du sac d’évacuation, il prendrait toute la place. Accrochez-le à l’extérieur ;
Accrochez sur le sac un solide lacet, il servira d’antivol pour attacher votre sac d’évacuation autour de votre taille avant de vous endormir ;
Si vous avez un poncho dont vous pensez éventuellement faire un abri pour dormir, vous devez rajouter de la corde ;
Des bouchons d’oreilles permettent de s’endormir plus facilement n’importe où en diminuant fortement le bruit ;

Divers
Prendre aussi quelque chose pour se distraire. Par exemple un roman ou une liseuse pleine de livres numériques (ne gaspillez surtout pas la batterie de votre smartphone pour des choses futiles) ;

Vers chez moi, plusieurs systèmes anti-moustiques sont nécessaires tellement la nuisance est forte. Adaptez le contenu de votre sac à vos besoins locaux ;

Certains objets feront partie de votre sac d’évacuation pour diverses raisons (passion, matériel professionnel minimal indispensable, attachement affectif…). Par exemple une guitare, ou un ordinateur portable, ou une urne funéraire pleine de cendres… Tout ce que vous avez besoin d’emporter doit être protégé ;

Il faudra peut-être fermer le gaz ou faire diverses choses avant d’évacuer… donc à rajouter sur la liste ;

Les animaux qui dépendent de vous ont aussi besoin que leur matériel d’évacuation soit prêt (cage, laisse, nourriture, gamelle, médicament…), donc agrafez leur check-list à la votre.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

40 comments

  1. Alexandre dit :

    Il manque une partie sur les véhicules. Par exemple vélo, remorque, antivol, ou voiture, volume du coffre, caravane…

    Je rajouterai peut être un paragraphe quand je me sentirai inspiré. Pour le moment je vous laisse y réfléchir par vous-mêmes…

    • jami dit :

      l’antivol de sac est une bonne idée;la réplique Pietta,colt 1862 NY metropolitan police ,est équipée d’un anneau de dragonne.Cet accessoire ne se fait plus,pourtant c’était un moyen très simple d’avoir son arme attachée au poignet avec un simple lacet pour dormir par exemple.
      Bien à vous

  2. gabelle dit :

    bonjour , j’ajouterais carte de la région ,
    pour les points d’eau ,éventuellement refuges

    rivières sources, du fil de pêche et des hameçons ,
    même si pas au bord de cours d’eau:

    le fil peut servir a coudre, lier ,

    suturer, pareil pour les hameçons,

    un livre sur la flore de votre région, plantes comestibles ,(j’en

    connait des dizaines).

    il va de soi que si la situation est très grave;

    les grandes villes

    vont être des pièges mortels, les gens sont trop dépendants, coupés

    de la nature et surtout des réalités,

    je ne vois pas les parisiens accrochés a leurs 10.000€ du m~2,

    faire preuve de résilience comme a Stalingrad hiver 42/43.

    les ruraux eux ont des chances….. la terre ne ment jamais.

    • Alexandre dit :

      Pour l’eau il est facile d’en trouver. Il suffit d’aller à l’entrée des cimetières. Il y a un robinet, pour les fleurs.
      Souvent c’est une source plus ancienne, différente du réseau d’eau « potable » volontairement empoisonné par du fluor, de l’aluminium, du chlore, etc…

      Pour les gens à la campagne, on est autant en danger. La météo complètement anormale accompagnée d’un soleil blanc trop puissant empêche d’avoir des récoltes correctes. Ca risque de ne même pas suffire pour de la survie à l’échelle d’un petit groupe ou d’une famille. La famine arrive. Elle est inévitable.
      Il faut prévoir des cartons de nourriture sèche très longue conservation (pâtes, riz, lentilles…) à éparpiller sur les armoires ou sous les lits, chez plusieurs personnes de confiance.

  3. Hal dit :

    Bonjour Alexandre.
    très bon article qui rappelle très bien les fondamentaux à ne pas perdre de vue.
    sachant qu’il serait judicieux d’avoir un EDC, un sac d’évacuation et des caisses d’évacuation et ne pouvant tripler une multitude de choses, j’opte pour ma part pour un EDC et des caisses d’évacuation (3 futs alimentaires de 60L (nourriture et combustibles, vêtements, outils et utilitaires)).
    les dernières choses à ajouter en cas d’évacuation sont l’eau et les chargeurs solaires qui sont utilisés chaque jour.
    bien sûr ceci n’est faisable qu’associé à un véhicule.

    • Alexandre dit :

      Merci pour ton ajout. Ca a débloqué ma réflexion sur les véhicules. Je ne savais pas comment traiter le sujet, trop complexe.
      En fait c’est très varié.
      Il faudrait juste un petit paragraphe sur les prochaines check-lists, très spécialisées, et une grosse check-list à part, plus générale, avec des infos élémentaires du genre : un véhicule de survie doit toujours être en état de marche, il faut toujours des consommables d’avance (carburant en jerrican, alimentation électrique, roue de secours…), petits outils, savoir faire l’entretien de base et s’occuper des petites pannes courantes faciles à réparer (il suffit d’acheter un livre de réparations sur le modèle du véhicule), etc.
      Oups, je m’arrête là pour ce soir. Ca y est, je suis débloqué sur le sujet, ça ira tout seul.

      • jami dit :

        Aucun survivaliste n’évoque le travois comme moyen de transport.Pourtant on peut s’en servir pour le campement,les outils;et c’est plus pratique qu’un chariot de supermarché.
        Bonne journée

        • Clovis dit :

          Le travois, ouais.
          Mais à condition de pourvoir y atteler un putain parasite républicain-socialo-en-marche ou une racaille mahométane auquels on aurait coupé les mains comme c’est préconisé dans le saint coran d’amour et de paix par momo-le-pedo qui gardait tout de même un minimum de sens pratique entre viols, rapines et égorgements.

          Là j’ai acheté un quad Goes doté des nouveaux moteurs Honda à injection 430 cm3 : c’est une bombe de vélocité pour une consommation réduite de moitié par rapport à l’ancienne génération…

          • Caro dit :

            Bonjour, et que faîtes vous avec votre quad ? J’imagine, vu la puissance, qu’il faut le permis voiture et le faire immatriculer ? Si j’étais à la campagne, j’aimerais bien en avoir un pour m’amuser.

  4. Clovis dit :

    C’est marrant, ça m’a jamais plut le terme « évacuation ». Au reste tous les mots avec un cul phonétique sont suspects. Plus sérieuseument ça vient du latin vaccum ;« vide », en lien avec le verbe vacare :« être vide.
    Faut pas évacuer, donc. Plutôt tenir sa position quitte à crever sur place, c’est beaucoup mois risqué.
    Et puis on n’est pas des manouches il me semble :)!…

    • Alexandre dit :

      Tout le monde n’est pas capable de tenir une position.
      Là par exemple, le sac que je suis en train de finir pour mon neveu de 14 ans est ce qui a permis de rédiger cet article.
      Il vit à Marseille, à 100 mètres de la mer. Donc normalement ça signifie du poisson et de l’eau illimitée à distiller pour la rendre potable. Je viens d’offrir un distillateur à ma soeur, je vais ajouter un lance-pierre modifié pour la pêche (laser, moulinet…) dans le sac pour mon neveu.

      … mais le problème c’est le gros million d’envahisseurs sur la zone, des trucs marrons et noirs remplis de haine envers les blancs. L’épuration ethnique et les pillages devraient commencer à grande échelle sur Marseille.
      Ma soeur, son mari et son fils ne sont que trois. Ils vivent dans un appartement, sans autonomie en eau, nourriture, ni quoi que ce soit. Tout est acheté sans stock aux commerces d’à côté.
      Les trois sont en relativement bonne santé. Ils ont un bon véhicule. Pas de capacité de feu suffisante.
      L’évacuation est une stratégie viable pour eux.

      Mon autre soeur est à un niveau très avancé en survivalisme. Elle a tout pour tout. Il est évident qu’elle va rester sur place. Surtout que sa famille sur son terrain, un groupe beaucoup plus grand, est entièrement équipée en armes mortelles et que tout le monde sait s’en servir efficacement. Tout le monde est lucide sur la gravité de la situation et à compris que quand le moment sera venu de se défendre, il faudra tirer pour tuer.

      Je suis moi aussi à un niveau très avancé de préparation. Je peux accueillir durablement quelques personnes supplémentaires. … mais je suis à quelques kilomètres des hordes de sous-hommes qui attendent le moment de tuer les blancs.
      Personnellement j’attends le moment où je pourrai enfin tuer pour faire efficacement ce qui doit être fait depuis trop longtemps, pour que le génocide des français blancs s’arrête enfin. A la frontière de l’enfer je suis à la bonne place pour ce que j’attends, mais c’est un très mauvais endroit pour ma famille.

      Certains n’ont pas besoin d’évacuer. D’autres doivent obligatoirement le faire. D’autres encore devraient y penser.
      La stratégie est à adapter au cas par cas.

      • Steve Austin dit :

        Un lance pierre modifié pour la pêche?
        Tu m’intrigue. ça ressemble à quoi?

        • Alexandre dit :

          Ce modèle sur aliexpress

          C’est beaucoup plus compact qu’une arbalète pistolet. Dans un sac d’évacuation à priori ça semble intéressant.
          Le prix est assez peu élevé.

          • Alexandre dit :

            Le laser permet de ne pas tirer quelques centimètres à côté du poisson à cause de l’effet de décalage de la lumière à la surface de l’eau.

          • jami dit :

            Enfants,on utilisait le caoutchouc à fronde,que l’on fixait sur une branche vaguement en forme de fourche en bordure de rivière au-dessus des trous d’eau où l’on pensait trouver un prédateur type brochet.
            A cette fronde improvisée,on fixait un mousqueton de cordelette auquel on attachait une ligne,avec un bas de ligne en fil d’acier et un hameçon triple avec un vif(grenouille,ou calicoba,ou autre petit poisson).
            Le principe était le suivant,le carnassier mordait le vif,plongeait se ferrait à cause du caoutchouc et tournait en rond jusqu’à ce qu’on vienne le chercher.
            Le mousqueton en cordelette est primordial,il empêche le fil de nylon de couper l’élastique,et on le coupe pour récupérer la ligne.
            Je pense que c’est strictement interdit,mais on était enfants;et ça améliorait l’ordinaire.Enfin le brochet c’est surtout des arêtes.
            Vous avez tout le nécessaire sur les « couteaux de survie bas de gamme type albainox kingI » scie du dos pour les écailles comprise.
            Bien à vous

      • Clovis dit :

        … Je sais bien ce que tu veux dire Alexandre.

        Et c’est probablement triste à penser pour des proches, mais ceux qui ne se sont pas donnés pas les moyens de s’armer et se nantir de provisions et de connaissances indispensables, soit par inconscience du péril, soit par procrastination, soit par désinvolture, soit qu’ils se sont laissés bercer et écouiller par le poison mortel du droidelhommiste – c’est quelque part un choix – sont dores et déjà condamnés.
        Pour eux il n’a aura nulle part où aller.
        Ils ne mourront pas pour autant. Pour la bonne et simple raison que les individus qui n’ont jamais été vivants ne peuvent pas mourir…
        Le calendrier des mondialistes lucifériens avance et avant la fin de cette année ce ramassis de psychopathes multi-milliardaires plongera l’Europe de l’ouest dans un chaos tel que le monde n’en a jamais connu.

        Ce qui tombe bien, j’ai toujours eu horreur que des abrutis qui n’ont en vérité que faire d’autrui me souhaitent « bonne année! »

        • Alexandre dit :

          C’est vrai que ce qui va arriver dépend en grande partie des très mauvais choix de certains, comme par exemple de ne pas stocker de nourriture parce qu’il y a plein de petits commerces autour de l’appartement. Et en plus « on n’a pas de place ».
          J’ai pour au moins un an et demi de nourriture sèche ultra-longue conservation dans des cartons au-dessus des armoires.
          Les pâtes premiers prix, le riz, les lentilles, ça cale bien le ventre et ça ne coûte presque rien. C’est une assurance vie qui est parfaitement faisable pour tous.

          D’un autre côté, certains sont coincés par les changements.
          Avant c’était la paix et la qualité de vie dans les quartiers blancs.
          Maintenant des hordes de merdasses colorées viennent piller, casser, salir, chercher le conflit, agir en toute impunité en territoire conquis.
          Ceux qui se sont endettés pour 25 ans sont maintenant coincés avec un bien qui perd sa valeur au fur et à mesure du pourrissement.

          La dernière fois que je suis allé chez cette soeur, j’ai vu des noirs quatre par quatre tenir la porte écartée pour ne pas payer le métro.
          J’ai vu des noirs qui fumaient dans le métro.
          J’en ai vu un qui a jeté fièrement et bruyamment sa bouteille par terre, à 15 mètres d’une poubelle. Avec plusieurs centaines de noirs autour, il devait se sentir intouchable.
          Un jeune homme arabe a sorti un couteau et a menacé de me poignarder.

          … bon là, je l’avais provoqué. Avec autant de ras-le-bol, quand je suis entré dans le métro et que j’ai vu ce macaque avec les pieds sur nos sièges je lui ai dit de les enlever. Il m’a ignoré. Je lui ai redit de les enlever. Il m’a encore ignoré, alors il s’est pris immédiatement une grande claque remontante en pleine gueule sous le nez.
          Je lui ai redit d’enlever ses pieds, il n’a pas bougé alors je lui ai mis une deuxième claque forte comme un coup de poing sur l’oreille, il a enfin posé ses pieds.
          Un homme s’est interposé. L’arabe a sorti un couteau à cran d’arrêt et m’a dit que s’il n’y avait pas autant de témoins il m’aurait planté dans le ventre.

          J’ai sorti la bouteille d’eau en verre que j’avais dans mon sac, pour m’en servir pour lui fracasser la tête s’il m’approchait avec son arme de mort.
          Plein d’arabes ont commencé à prendre son parti.
          Je lui ai dit « c’est parce que tu as un couteau dans la poche que tu as mis les pieds sur le siège. T’es qu’une merde » et j’ai changé de wagon.

          Marseille n’a plus rien à voir avec la ville blanche de mon enfance. C’est devenu un enfer.
          Plus d’un million d’arabes et de noirs cherchent tous les prétextes, provoquent tous les prétextes continuellement, pour transformer la vie des français en enfer.

          Au point où on en est, la guerre civile sera peut être une bonne chose. Il n’est plus possible de continuer comme ça.

          Voilà, pour info. Les blancs sur Marseille sont en minorité, cernés par des dizaines ou centaines de jeunes hommes arabes et noirs qui cherchent continuellement à provoquer.

          Pour les blancs propriétaires de leur logements, l’évacuation est devenu presque obligatoire pour avoir une chance de survivre sur notre propre sol, quand les protégés des politiciens, des juges et des traitres en bleu, vont commencer les massacres, les viols, les pillages, les incendies…

          • Clovis dit :

            Pour le stockage de vivres and co y a un truc qui ne prend aucune place une fois qu’on l’a enterré dans sa cave ou dans un terre-plein :

            https://www.cultureindoor.com/8058-reservoir-fut-plastique-bleu-pehd-120l.html?utm_medium=cpc&utm_campaign=Shopping-flux&utm_term=Home&utm_source=LeGuide+%28via+Shopping+Flux%29

            C’est totalement hermétique à l’humidité, facilement transportable (on peut le rouler), et un seul fût de 120 l permets par exemple d’y fourrer 25 kilos de pâtes, 20 kilos de riz, 50 boites de thon, 10 bouteilles d’huile d’olive bio, 5 kilos de gros sel de Gérande gris, 15 poivrières cinq bais de l’ami Ducros , 20 plaques de chocolat extra noir, 3 paquets de café pur arabica, voire en sus, une bouteille de Chivas Regal et une bonne boite de cigares pour fêter le jour prochain et béni où nous aurons enfin étouffé le dernier des islamistes avec les tripes du dernier franc-mac 🙂

            • Alexandre dit :

              Après que le cyclone Irma ait rasé St Martin, la situation des sinistrés m’a incité à acheter un coffre à enterrer.
              Peut importe que le vent souffle à plus de 300km/h et rase tout, ce qui est enterré reste.
              Donc j’ai acheté ça https://www.amazon.fr/gp/product/B01GTPB4H2/ref=oh_aui_search_detailpage?ie=UTF8&psc=1
              avec l’idée de rajouter un coffrage autour en bois et une planche par dessus, dissimulé par une bonne couche de terre.

              Tous les témoignages de pillages m’ont encouragé à acheter un revolver supplémentaire pour ce coffre, des remèdes, des petits systèmes d’énergie, en plus de nourriture très longue conservation.
              Tout sous plastique hermétique, avec des absorbeurs d’humidité.
              Une sécurité qui peut rester enterrée un grand nombre d’années sans problème.

              … et bin, c’est tellement de travail que je n’ai toujours pas commencé à creuser le trou.
              Le gros coffre traine dans le jardin depuis octobre.

              Le fut que tu montres semble être une solution beaucoup plus facile à mettre en place.

            • Clovis dit :

              Les fûts bleus sont destinés à l’origine a la fermentation alcoolique des fruits ou marcs de raisins en vue d’en faire du schnaps, ou encore ils sont idéaux pour conserver des années les légumes lacto-fermentés ( choux, carottes, betteraves rouge, celeris, poivrons, oignons).
              Ils sont indestructibles, mon père en avait achetés des 220 litres il y a une quarantaine d’année et ils n’ont pas bougé.
              Leur fabrication est toujours aussi bonne et on les trouve pour bien moins cher en coop agricole que sur le net.

              Ton coffre de 250 l s’il est plein de bouffe et de munitions ne peut s’évacuer qu’à grandes peines.

              Ce qui m’inquiète le plus c’est les commentaires qu’on laissés des acheteurs qui regrettent l’in-étanchéité et la faiblesse des charnieres :
              https://www.amazon.fr/product-reviews/B01GTPB4H2/ref=acr_dpproductdetail_text?ie=UTF8&showViewpoints=1

            • jami dit :

              Clovis attention au sel;le sel fin « ordinaire » est sec,mais la fleur de sel ou le gros sel de Guérande(gris)sont toujours humide.
              Si tu les mets dans un fût étanche,tout va être humide.
              bien à toi

    • jami dit :

      Salut Clovis,tu peux aussi te retrouver « coincé »loin de ton domicile.Tu te seras absenté pour affaire,pour voir quelqu’un de ta famille….Tu auras pris le train ,le métro,et là ça déraille,au début un peu,et puis de plus en plus.
      Admirons les parisiens et leur patience face aux problèmes à répétitions de Montparnasse.
      Répétition,hum,automatique oui.
      Evacuer correspond alors à rentrer chez soi.Le moyen de locomotion?Un switch shirt à capuche sur un scoot.Il te faut un peu de corde pour tendre entre deux poteaux et un objet contondant.Tu mets la version « exorciste » des cités sous une voiture(rapport au fait qu’il a un peu la tête à l’envers de puis votre rencontre ).
      Retour vers la civilisation.
      Bonne journée.

      • Clovis dit :

        Tu as raison sur le fait que le gros sel gris de Gérande est humide. Jusqu’à 8 % de son poids.
        Et un kilo de sel qui difuse 80 cl d’eau dans un fût de 120l ça ferait grimper le taux d’humidité de 6-7 points.

        Il me semblait a priori qu’il était stable du point de vu chimique Nacl – H2O + ses oligo éléments essentiels.

        J’ai donc vérifié si un kilo de sel ayant déjà passé plus d’un an en fût pèse toujours 1000 grammes ou s’il perdait tout ou partie de ses 80 grammes d’H2O pour aller sournoisement faire germer le riz, voire, rouiller la ferraille de mes boites de thon.

        Mes résultats de pesée oscillent entre 1021 et 1043 grammes.
        Et s’il y a des grammes en plus dans un kilo de sel c’est que obligatoirement on a affaire à un corps hydrophile et que par conséquent l’humidité intérieure du fût hermétique a donc diminuée un tout petit peu ( entre 1.5 et 3%)…

        Ou alors, les Bretons qui bossent dans l’usine d’ensachage sont alcooliques et ils foutent plus de de sel dans les paquets ce qui fausserait mes conclusions précédentes…

        En tous cas je suis certain d’une chose : Le laid mahométan haineux et le franc-mac encravaté ne se dissolvent pas dans le sel de Guérande. L’acide sulfurique est bien plus efficace 🙂 !

        • Alexandre dit :

          Bon, officiellement on passe en mode déconnade, tellement le sujet va sembler délirant, mais officieusement j’y ai réfléchi justement pour m’en servir, au cas où.
          Je n’ai jamais caché que si quelqu’un entre chez moi sans ma permission avec de mauvaises intentions, je le tuerai probablement.
          Les « lois » qui protègent les criminels et punissent très sévèrement ceux qui se défendent même en état de légitime défense évidente, ne laissent plus le choix. Il vaut mieux faire disparaitre le(s) cadavre(s) que d’appeler les traîtres en bleu, qui vont vous enfoncer.

          J’ai vu une vidéo d’un gars qui dissolvait entièrement un poisson dans de la javel et ça m’a semblé être la solution parfaite.

          On peut faire de la javel très concentrée à partir de pastilles de javel. Ca ne coûte pas grand chose, ça ne pèse rien, ça n’est pas encombrant… mais il y a mieux encore :
          Du sel et du courant électrique. Par exemple deux électrodes et un panneau solaire. Quand le soleil brille ça transforme le sel en javel, de plus en plus concentrée, et donc ça dissout n’importe quoi.
          Après il suffit de tirer la chasse pour se débarrasser définitivement du jus de merde. En plus ça nettoiera les canalisations.

          Pour moi c’est de la théorie. Je n’ai pas encore eu l’occasion de m’en servir. Pourtant les gens que j’aimerais tuer ne manquent pas.

          Qu’est-ce que je suis sage quand je veux.

          • jami dit :

            Tiens Alexandre concernant les moyens de cuisson et les solutions 100% Marseillaise
            https://www.midilibre.fr/2013/07/30/le-barbecue-cette-technique-d-assassinat-qui-sevit-a-marseille,740516.php
            Moins salissant et plus couleur locale,tout le monde regarde ailleurs.
            Bonne soirée

          • jean dubois dit :

            destop, kilo pour kilo

            • Alexandre dit :

              C’est en train de repartir en couille. J’avais la page la plus lue d’internet par les gens qui préparaient leur suicide par pendaison, juste parce qu’il y avait un dessin montrant comment faire le noeud, dans une page d’humour incorrectement référencée par les moteurs de recherche, et là, ça semble parti pour être la page que les tueurs vont consulter pour faire disparaitre les cadavres…

              (lol)

            • Clovis dit :

              Mea culpa, ça doit être ma faute d’avoir lancé le délire.
              Je déconnais avec l’acide sulfurique. Trop polluant, merde !
              Alors que la chaux vive est 40 fois moins chère, parfaitement bioloquique et permet de transformer utilement n’importe quel parasite chafouin et/ou fanatique arriéré en excellent substrat organique indispensable à la croissance de nos futures melons.
              Recycler du melon pour faire pousser du melon, ben ouais c’est ça la Nature hein !

      • Sophie B dit :

        Bonjour Alexandre, bonjour Jami, bonjour aux autres.
        Merci Jami. Pour tout. Je ne participe plus mais lis tout, lol. Belle journée.

  5. Alexandre dit :

    J’ai deux sacs quasiment prêts à servir dans ma chambre, qui se rapprochent un peu de cet article.

    Un petit sac à dos, avec énormément d’objets cités dans l’article, mais en version minimaliste et allégée. C’est pour passer quelques heures en zones de combat quand ça va péter.
    Le problème des zones de conflits c’est qu’on sait quand on y entre mais on ne sait jamais quand on pourra en ressortir, ni tous les imprévus sur place, les changements de trajets, les détours obligatoires, les temps d’attente…
    Donc de l’eau et de la nourriture pour une seule journée, très peu de vêtements de rechange, pas de couchage, mais un trauma-kit (pour les blessures de guerre), des outils très solides pour ouvrir quasiment tout donc pouvoir passer partout, et des armes puissantes, sur un gilet tactique.
    Je rajouterai une photo.

    J’ai un autre sac, beaucoup plus gros, qui n’est pas un sac à dos, qui n’est pas destiné à la marche. C’est le plus gros modèle de sac de sport que j’ai trouvé.
    Il ne contient pas de nourriture ni d’armes, mais des vêtements et des choses ordinaires du quotidien. Que des trucs pas chers du tout.
    Ce sac est déjà prêt pour que j’aille en prison ou en asile psychiatrique, puisque je suis un opposant à l’invasion islamique, je dois m’attendre à ce que les sales traîtres en bleu viennent bientôt casser ma porte à 6 heures du matin, tout renverser chez moi et voler mon ordinateur, comme c’est déjà arrivé à énormément de patriotes ces dernières années.
    J’ai des documents prêts à publier qui devraient achever cette république mourante. J’en ai distribué des copies à des personnes de confiance et j’en ai éparpillés aussi sur internet, pour plus tard. Je ne suis plus arrêtable, quoi qu’il se passe.

    Je suppose qu’en riposte les parasites du système vont s’en prendre à moi avec les « lois » inefficaces organisées pour avoir eux-mêmes l’impunité, mais qui du coup ne permettent même plus de punir les terroristes. Donc, j’ai même prévu quelques bons bouquins pour passer quelques semaines de vacances.

    J’ai l’intention de violer clairement les « lois » jamais approuvées par le peuple qui empêchent notre liberté d’expression et nous rendent condamnables de dizaines de façons par les traîtres de « la justice » qui participent au génocide des français blancs sur notre sol.

    … donc, j’ai une sorte de sac d’évacuation, prévu pour la prison ou l’internement psy qui permet aux politiciens d’enfermer immédiatement et durablement en dehors de toutes les défenses permises par le droit.

    Il y a des petits ajustements de rien du tout, comme de ne pas avoir mis de chaussures à lacets mais à velcro, pour ne pas que les traîtres en bleu les coupent.
    Pareil pour les pantalons. Les modèles confortables qui tiennent par une ceinture en lacet, impossible de les prendre.

  6. Alexandre dit :

    Je profite d’une chose qui s’est passée hier pour rajouter un paragraphe.

    Ma plus grande soeur, la survivaliste, s’est faite piquer à un doigt par une sorte de guêpe. Elle n’a pas pensé à utiliser la pompe à venin que j’ai ajoutée à son kit de premier secours.
    Un modèle super bien conçu qui s’utilise d’une seule main : https://www.amazon.fr/gp/product/B07BBM5FKS/ref=oh_aui_search_detailpage?ie=UTF8&psc=1
    Résultat, quelques heures plus tard elle a été obligée d’aller aux urgences parce que le bras était très gonflé. Là-bas ils lui ont fait peur en disant que si les veines devenaient noires c’est qu’elles étaient bouchées et que c’est très grave. Mais aujourd’hui ça va.

    Une pompe à venin ne sert pas que pour les gros trucs comme les serpents, les poissons plein d’épines empoisonnées, ça peut aussi servir pour un minuscule dard.
    Sur certaines personnes il suffit d’une seule piqûre pour tuer. Par exemple mon père est allergique aux piqûres d’abeilles.

    En ce moment lyme est à la mode. La maladie se transmet par des morsures de tiques. Donc dans la trousse de premiers secours c’est bien d’avoir aussi un extracteur de tiques (un bâtonnet en plastique avec une fente, vendu 5 euros, l’arnaque). Et l’aspirateur à venin peut être utilisé pour extraire un peu de cochonneries après le retrait de la tique.

    Ca peut servir aussi pour les morsures d’araignées(en toutes saisons, partout), les scorpions, etc.

    Personnellement je m’en suis servi une seule fois, pour autre chose qu’une piqûre, morsure. Un jour j’avais une papille très enflammée sur la langue, c’était super douloureux. J’ai utilisé le plus petit embout pour diminuer la pression dans la papille. Trois minutes plus tard je n’avais plus mal.

    • jami dit :

      Bonsoir,concernant les piqûres de guêpes abeilles frelons,ces venins sont thermolabiles (détruits par la chaleur);une compresse de vinaigre très chaud,voir même approcher du point de piqûre une source de chaleur neutralisent le venin.
      Les tiques sont une vrai saloperie,si le tour de la piqûre a une couleur bizarre(cercle rouge)il faut un traitement antibiotique d’urgence.
      En général elles se trouvent dans les bois.
      Il vaut mieux porter des vêtements longs,bottes ou guêtres,ou attacher le bas des pantalons avec de la ficelle.Ne pas lésiner sur les répulsifs insectes.Il vaut mieux avoir l’air c..,que de chercher des antibios introuvables pour cause de chaos.
      Bon toutes ne sont pas infectées non-plus.
      Bien à vous

  7. gabelle dit :

    oui on avait une villa formidable le marseille 70/80, tout ce que tu dis est vrai j’ai rencontre ma femme a air bel a la pomme en 1982, c’etait top, maintenant il ,y a plus un seul blanc tous les trafics y pullulent. je suis parti de marseille, mais c’est de partout maintenant que les métastases se sont propagées.

    merci gaudin et son cheri arabe.

  8. Clovis dit :

    Fout rigoler moi j’dis ! ;

    Y a tout de même de l’espoir au sein du monde raboin ( imaginez ce que ça va donner lorsque les banques et les magasins seront enfin fermés !):
    https://youtu.be/H_QJVOUq37w

    • jami dit :

      J’ai pas mes lunettes,mais il s’agit visiblement d’une partie de Soule.
      Bien à vous

      • Clovis dit :

        Bah nan, y m’semble que c’est une partie de tatanne bédouine – qui n’a au reste rien à voir avec les règles de la fédération de Morbisson !- avec jeté de nourrisson sur l’asphalte, ce dernier point comptant triple (un peu comme bidouche en trois), mais là en l’occurrence seul allah est omniscient…
        En tous cas ce qui est sûr, c’est que la truie en noir a gagné…

  9. jami dit :

    Salut Clovis,ça donnerait presque une idée pour jeu télévisé;d’un autre côté ça donne une idée tout court:mettre dans le sac un masque,style cagoule tête de mort.Les gens sont si pourris dans leur pensées qu’avec un peu de chance tu as même pas besoin de tirer,ils font un AVC direct.
    Bon week end

  10. e2 dit :

    Un plaisir de te lire Alexandre mais les « traîtres en bleu » a répétition m’ont un peu gâché la fête… Pourquoi des traîtres ? Enfin pourquoi plus que n’importe qui d’autre surtout!?

    • Alexandre dit :

      Une prise de conscience que tout ce qui est fait contre nous est possible parce que les seules personnes qui portent des armes dans le pays et font un usage excessif de la répression, servent les ennemis qui organisent notre enfer quotidien.
      Ces gens sensés nous protéger sont nos pires ennemis en réalité.
      Il est temps de se rassembler en milices blanches et déterminées à faire cesser les crimes contre la population française.
      Il n’existe plus aucun moyen légal de changer les choses. Le système est totalement verrouillé à tous les niveaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *