Archive for Les bonnes choses du passé

Dans quel matériel survivaliste investir ?

Avant de commencer l’article je voudrais vous montrer une courte vidéo pas survivaliste du tout, mais qui remet toutes les choses à leur échelle : la vôtre.
Pas avec les idées vraies ou fausses des autres, des expériences différentes, des besoins différents, qui ne correspondent pas à votre vie.

Beaucoup de survivalistes se préparent pour des choses qui n’arriveront probablement jamais.
Il y a quelques jours j’ai vu sur un site d’aspect sérieux, une liste interminable de matériel médical à prévoir. Par exemple aussi un kit pour aider les femmes enceintes à accoucher au cas où les services d’urgences en auraient besoin…
C’est du matériel spécialisé qui n’a aucune raison d’être conseillé à tous le monde. C’est seulement pour les professionnels médicaux, ou éventuellement si une femme de votre famille est enceinte et que vous vivez dans un endroit très éloigné des maternités, avec des routes souvent coupées par la neige par exemple. Mais ce n’est pas à conseiller pour tout le monde au cas où.

A écouter certains survivalistes, pour bien s’équiper il faudrait acheter et stocker l’équivalent d’un bâtiment de 18 étages plein à craquer de marchandises, d’outils, d’armes…
La réalité est que même dans les pires moments aux pires endroits, les besoins d’un corps en bonne santé sont toujours les mêmes : conserver la bonne température, avoir une quantité suffisante d’eau potable pour remplacer celle qui sort en permanence du corps par la respiration, la sueur, l’urine…
Et c’est tout, ou presque. Le corps peut survivre quelques jours sans un iphone 6.

Mon matériel médical d’urgence c’est un flacon d’eau oxygénée pour désinfecter les bobos, une pince à épiler pour les échardes, quelques pansements et une boite d’aspirine pour la douleur.
Ca marche puisque je suis toujours en vie.

.

.

Hallucinant ! Il n’a pas de chaussures ? ! !!

Pour moi c’est la base : une bonne paire de chaussures protectrices et fiables de type militaire ou de randonnée.
Avec toujours des chaussettes bien sèches. Quelqu’un qui ne tient pas sur ses pieds ne peut pas faire grand chose. Mais j’ai un point de vue de survivaliste, pas lui. Et ce qui est essentiel pour moi est totalement superflu pour lui et sa qualité de vie.

De mon côté il faut un petit sac à dos, avec une petite bouteille d’eau, un K-way, un petit couteau outil multifonction, une lampe de poche. Ce que j’ai presque toujours avec moi quand je sors de chez moi. (Avec du papier, un crayon, un stylo, pour noter les idées et éventuellement faire des croquis).
A part le papier pour noter, tout peut servir en cas de problème comme un évènement imprévu qui m’obligerait à rester des heures dehors. Problème météo, encore une grève surprise des réseaux de transport public, ou des camionneurs qui bloquent les routes, attentats, fuite de gaz, invasion subite de zombies martiens mutants mangeant tout le monde dès leur arrivée…

Enfin, ça marche surtout pour les scénarios crédibles qu’on a des chances de rencontrer une fois par an.
Honnêtement, presque tous les problèmes occasionnels, même graves, n’entraineront qu’un retard de quelques heures sur le retour à la maison. Donc c’est surtout pour le confort, mais en réalité, la déshydratation et une mauvaise température sont quand même deux des choses banales qui peuvent tuer en quelques heures.

Le kit d’urgence K-way, bouteille d’eau, lampe de poche et chaussures de marche aide dans presque toutes les situations d’imprévus.
Regardez cette vidéo :
Lui il a tout compris.
.

.
J’ai déjà été soldat dans un paysage de guerre sans rien autour,
Souvenirs d’une guerre ethnique de religion en Europe il y a 20 ans,
et je confirme ce qu’il dit : personne n’utilise des gadgets pas pratiques comme des barres de magnésium qui font de jolies vidéos spectaculaires avec plein d’étincelles extraordinaires, woawwww !

Non, il a tout à fait raison.
Un briquet, ça marche parfaitement. Encore plus dans une situation de survie.
D’ailleurs c’est justement une des rares autres choses que je prendrais en plus en cas de problème extrêmement grave, comme le début du nettoyage ethnique sur notre sol.

Donc je rajouterais un couteau petit, fin et solide du genre couteau à steack ou une petite dague. Ou mieux, deux petits couteaux.
Un briquet.
Un pied de biche.
Mais mon idée n’est pas d’avoir un arsenal de film de science fiction pour me défendre de hordes de pillards pédés défigurés comme dans Mad Max.

Pour le moment j’ai surtout prévu de choisir moi-même les moments et les lieux où je serai le plus efficace avec très peu de moyens.

Par exemple après trois jours d’émeutes, quand les foules auront complètement épuisé ceux qui pourraient m’empêcher d’agir, j’irai tranquillement pas très loin, sur mes pieds, à côté, chez ceux qui sont responsables de la situation, pour leur prendre ce qu’ils possèdent et que leurs actes et leurs injustices nous ont tous empêché d’avoir.
Ceux qui ont organisé la guerre, qui transforment notre peuple en clochards…

Je vous parle d’une situation de guerre où les civils sont tués par des fanatiques, comme ça se passe quasiment partout dans le monde où les musulmans sont en grand nombre.
Je vous rappelle que depuis novembre nous sommes officiellement en guerre, cela a été annoncé par le président et le premier ministre, carrément.
On n’est plus dans une situation où la guerre ethnique est encore évitable, on y est.
La seule question est où seront les prochains massacres et ce qu’il faudra faire pour que ça ne se reproduise plus, vu l’inefficacité des services de l’Etat pour empêcher les attentats. Devant tant d’incompétence un français sur cinq croit même que c’est le gouvernement qui les organise.

Plutôt que d’attendre l’épuration, je préfère profiter du sommeil des ennemis, de leur fatigue, de leur absence de préparation. Pas besoin de moyens gigantesques pour faire de petites choses très simples aux endroits pas protégés.

.
.
.

Aldo Sterone parle très bien de la démotivation des survivalistes dans cette vidéo :

.

.
A force de ne pas voir arriver l’apocalypse, les survivalistes les plus motivés et durs de durs, finissent pas laisser se périmer leurs stocks délirants pour la fin du monde, puis préfèrent placer leur argent dans des choses dont ils se servent vraiment au quotidien.
Il a tout compris.

Et en fait, en plaçant des mots sur les faits, justement ça va vous permettre d’éviter de perdre du temps et de gaspiller vos ressources de moins en moins grandes à cause de l’effondrement économique en cours.

Autant acheter directement des outils qui vous servent dès maintenant.

Des objets que vous utilisez souvent comme un petit sac à dos confortable et solide qui ne gêne pas les mouvements, un coupe vent imperméable qui tient dans une poche…
Des objets que vous avez l’habitude d’utiliser et avec lesquels vous serez à l’aise quand (si) il faudra vous en servir.

Donc, achetez plutôt des objets du quotidien, dont vous vous servez vraiment. Pas forcément des marques ni du beau ni du luxueux. Ca se vole et ça attire l’attention sur vous, pour les autres choses que vous possédez. Etre discret, presque invisible, c’est mieux.
Privilégiez la solidité et l’efficacité sur l’aspect.

Pour vous aider à savoir quoi acheter, je rajoute juste un élément qui est vraiment très survivaliste :
Les outils manuels fonctionnent encore même si le vent arrache une ligne à haute tension et que les techniciens mettent une semaine à ramener le courant.
Dans le jardin j’ai une pelle qui doit avoir 35 ans et un râteau rouillé qui en a probablement 50. Je m’en sers toujours.

Un couteau n’a pas besoin de huit caisses de munitions ou de consommable ni d’un abonnement à un réseau électrique en état de marche sur la moitié du pays, pour trancher de la viande.
Les outils manuels fonctionnent tout le temps.

Le risque de coupure électrique temporaire ou très durable est le plus crédible. Il se produit même réellement plusieurs fois par an pas très loin de chez vous pour diverses raisons météo à cause de la violence du changement climatique. Autant vous préparer surtout contre ça.

Ca dépend aussi de votre profession.
Si vous êtes commercial sur un site internet, un ordinateur portable ou un smartphone peuvent rester allumés quelques temps malgré une coupure de réseau électrique, ce qui permet encore un peu de travailler.
Par contre il n’y aura plus de connexion à internet maintenant que toutes les lignes téléphoniques ont besoin d’une box, donc du réseau électrique pour fonctionner.

Si votre métier vous fait coudre des ourlets de temps en temps, ou si la couture est votre passion, il existe aussi des alternatives, toujours avec les outils des générations d’avant, qui n’ont pas besoin d’électricité.
J’ai réellement vu chez deux professionnels différents ces dernières années, à notre époque moderne, à Marseille, donc pas complètement dans un bled du tiers monde, des anciennes machines à coudre Singer à pédalier.

Machine a coudre ancienne Singer a pedale, sans electricite necessaire

Peut être qu’en fait leur choix n’est pas qu’une question d’autonomie, de pouvoir travailler même dans un ancien garage avec peu de prises électriques pas aux normes.
Moi-même j’utilise uniquement des tournevis manuels alors qu’un de mes cousins visse absolument tout avec une perceuse portable. Il n’a aucune sensation de la force qu’il met réellement dans chaque montage. C’est beaucoup plus précis à la main.

Pour vos choix de matériel pensez-y.
De quoi avez vous vraiment besoin pour vivre ?
Pour travailler ?
Pour prendre soin des vôtres.

En réalité vous avez des risques minuscules de vous retrouver dans une situation gravissime, probablement jamais, si vous ne décidez pas vous-mêmes justement d’aller là où les pires choses se passent, si vous n’êtes pas pompiers, policier, médecin urgentiste, soldat…

Si vous n’êtes pas de ceux qui vont là où sont les problèmes pour les résoudre, vous n’avez pas de raison d’investir dans du matériel spécialisé ou de vous préparer beaucoup pour les pires situations.

Gérer les pénuries de beaucoup de choses sera le principal problème, qui lui par contre sera presque tout le temps, quasiment tous les jours, plusieurs fois par jour.

C’est déjà la situation pour beaucoup de familles simplement à cause de la crise économique et la destruction du pouvoir d’achat. Même sans que les choses empirent encore, sans guerre civile, sans catastrophes naturelles graves, sans épidémie, sans impulsion électro-magnétique en altitude qui détruirait presque tout ce qui est électrique sur le continent européen…

Le quotidien est déjà devenu d’essayer d’avoir des factures électriques moins douloureuses, donc de privilégier les choses qui consomment peu, de manger moins de mauvais produits modernes gorgés de dizaines d’additifs cancérigènes, de ne plus compter sur la police pour empêcher les racailles de voler et détruire ce qui est à nous…

En fait, les petites choses pour améliorer votre vie à cette époque où tout s’écroule sont déjà des bons choix.

Pas besoin d’acheter trop cher des produits au look « survaliste » avec des noms célèbres, que vous n’aurez même pas le droit de porter et qui resteront toujours dans des boites dans des placards.
C’est encore du bizness, de la surconsommation

Assortiment de couteau et fournitures Bear Grylls

Les objets qu’on utilise réellement sont les meilleurs.

Et on est tous différents. Nos vies, tout ce qui les compose, le nombre de personnes qui comptent pour vous, ce que vous aimez faire, ce que vous savez faire, ce que vous ne voulez pas avoir à faire, sont différents pour tout le monde.

La meilleure liste est celle que vous faites vous-mêmes.

 

Personnellement, aux objets simples que je vous ai cité plus haut qui peuvent servir dans toutes les situations (sac à dos, kway, petit couteau solide, petite lampe led…), en cas d’évacuation durable, de déménagement forcé, il y a une chose qui peut sembler bizarre à beaucoup mais que je prendrais presque certainement avec moi. C’est la cagette en vieux plastique qui contient les centaines de variétés de graines que j’ai déjà appris à faire pousser.
Ca n’a pas vraiment de valeur marchande. Que des sachets entamés, de la récup, des échanges. Mais ça n’a pas de prix. Ca fait partie de ma vie, de ce que j’aime faire, de ce que je peux faire d’efficace en cas d’effondrement complet de la réalité.
Faire sortir de terre des fruits, légumes, aromates, plantes médicinales et diverses choses aussi utiles que des anti-moustiques naturels.

Des choses que j’utilise déjà maintenant, utiles, simples et avec lesquelles je suis déjà à l’aise.

Voilà l’idée.

  Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • katana survivalisme (4)
  • se preparer aux crises remington (2)
  • abdellatif bentahar monsanto (1)
  • materiel outil survivaliste (1)
  • matériel survivalisme (1)
  • matériel survivaliste (1)
  • mode de chauffage et de cuisson en tant que survivaliste (1)
  • montre femme survivaliste (1)
  • mur brique peint couleur canon de fusil (1)
  • mur de brique a l ancienne couleur canon de fusil (1)

Une idée pour valoriser votre temps libre…

Ce très court article s’adresse seulement à la grosse centaine de millions de francophones exclus d’une manière ou d’une autre de ce monde de consommation si épanouissant qui s’écroule de tous côtés.

Franchement, quelque soit l’âge, le sexe, l’état de santé, la formation, les possibilités financières, peut importe la raison qui laisse au bord du chemin. Le problème ce n’est pas vous.

S’il n’y avait que quelques personnes ça serait peut être vraiment vous la cause, mais quand des millions ont un problème identique, c’est que le système est pourri.

Je peux vous parler de petites choses très simples à faire pour mettre des grains de sable dans l’engrenage de la machine à broyer les gens.

En fait, c’est juste une prise de conscience sur ce qui est vraiment important. Des très petites choses faciles à faire par n’importe quelle personne, et qui changent l’avenir.

Est-ce que vous mangez des fruits ? des noix ?
Des trucs qui poussent sur des arbres ?

Vous savez pourquoi vous pouvez les manger maintenant ?

Parce qu’il y a 5, 10, 15, 20, 30 ans, 80… quelqu’un a pris le temps de mettre quelques noyaux en terre ou de couper un petit bâtonnet sur une belle branche pour reproduire un arbre.

On mange les fruits des arbres que les générations précédentes avait eu le bon sens de mettre en terre.

Qu’est-ce qu’aura la génération suivante maintenant qu’il n’y a presque plus d’agriculteurs, remplacés par beaucoup trop de millions de gens qui trainent devant leur télé de façon improductive en vivotant des allocations chômages ?

La prochaine génération connaitra la famine.

A ce rythme ce sera 8 ou 9 milliards de gens transformés en bêtes sanguinaires pour ne pas mourir de faim.
Vous comprenez pourquoi on nous stérilise sans nous le dire ?

Les perturbateurs endocriniens dans tout ce que l’on mange ou boit, les additifs cancérigènes et stérilisateurs partout.
Même les épandages aériens très anormalement persistants presque quotidiens de centaines de tonnes de produits stérilisateurs…

L’avenir s’annonce très sombre.

Savez-vous qu’en Chine il y a depuis longtemps une politique abominable de limitation des naissances avec un seul enfant par couple pour éviter la surpopulation ?
Malgré ça vous avez déjà sûrement vu des photos ou vidéos du brouillard de pollution des dizaines de jours par an qui tue plus de trente mille personnes chaque année rien qu’en respirant.
La réaction humaine extrême est venue trop tard. La génération suivante paye les erreurs du passé.

Mais on peut changer ça.

On peut changer ça.

Enfin, vous non, peut être pas, mais moi oui.
Vous, vous attendez les élections dans plus d’un an pour glisser un bulletin dans une urne, non ?

Moi, j’ai déjà commencé à faire pousser des milliers d’arbres et à les éparpiller partout en les plantant illégalement sans mendier de permissions aux autorités, ou en les distribuant gratuitement aux gens que j’aime.

Depuis que je sais faire les boutures il y en a en permanence des centaines dans mon mini jardin.

Bouturage massif
Même des glands, des noyaux, des noix, des marrons, des noyaux de dattes,… j’essaie de faire germer tout ce qui passe entre mes mains.

Glands sauvages recuperes pour reboiser des collines brulees

Je ne gouterai peut être jamais moi-même les fruits des arbres que j’ai fait naitre, mais en fait, c’est ça la règle du jeu. On mange les fruits des arbres plantés par nos ancêtres, on plante des arbres pour que les générations suivantes ne connaissent pas la faim.
On ne plante pas un pépin de pomme parce qu’on veut manger une pomme là, maintenant, tout de suite.

Mais ça va plutôt vite.

Pas à l’échelle d’une vie humaine, mais à l’échelle de deux ou trois générations.

Allauch route du grand puits, carte postale ancienneRegardez cette image d’archive de la colline au-dessus de chez moi.
Un désert de rocaille désespérément mort sur des hectares.

Quelqu’un a pris du temps pour planter quelques arbustes, quelques glands… et petit à petit sous la fraicheur des feuillages la vie est revenue. Des centaines d’espèces végétales et animales.

Allauch paysage recouvert de verdure, Notre Dame du Chateau

Parce que quelqu’un a agit il y a plusieurs générations, la vie est partout où on regarde, au-dessus des cailloux morts d’avant.

Il suffit parfois d’une seule personne pour changer les choses.

C’est peut être vous…

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Recherches populaires vers cette page :

  • jeune fille cachexique camp concentration (2)
  • bouture eau passiflore (1)
  • formation des racines bouture rosier (1)
  • Geminaison plantation (1)
  • machine photo machine a broyer les graines de passiflore (1)

Faire pousser gratuitement des millions d’arbres

Attention : dans cet article je vais vous manipuler. Puisque vous aimez ça.

Comme tout le monde j’ai vu à quel point il est facile de vous faire défiler bêtement par millions dans les rues de vos villes sales en criant « woaaaaaa, je suis charlie ! wouaaaaissss ! »,
alors je vais en profiter pour faire de vous mes esclaves.
Au moins vous serez dehors pour faire des choses utiles.
Pour changer.

Puis pas seulement vous : je vais aussi me servir de toute votre famille, en commençant par les petits, puis vos amis, vos collègues, vos flirts, vos déjà presque ex, toutes les personnes qui comptent pour vous et avec lesquelles vous aimez passer du temps.

Je vais vous pousser dans le sens que j’ai décidé pour vous et vous allez vous salir les mains avec moi sans que je ne vous verse un centime.
Je sais faire ça, c’est très facile. Je vais vous montrer comment le faire aussi.

C’est les mêmes principes que pour publier des pages plus lues que beaucoup de journaux de presse écrite subventionnée, sans jamais avoir dépensé un centime en publicité,
pas comme les médias qui brassent des milliards pour vous faire gober à force de répétitions polies et dégoulinantes de bien-pensance que des choses nuisibles pour tous seraient utiles, bonnes et saines.
Mon truc est seulement de vous parler presque comme si vous aviez un cerveau (même si vous ne le montrez pas souvent, il suffit de voir qui est votre président), et de vous montrer par des exemples très simples que ça marche,
que c’est valorisant, agréable et utile.

Le pire, c’est que vous allez avoir un sourire pendant des heures.
Et je ne vais pas même pas vous verser moins d’un fragment de pièce rouillée d’un centime d’ancien franc. De vous-mêmes vous allez rayonner à salir vos chaussures, vos pantalons, avoir les ongles noirs…

Alors attention, dans quelques lignes il sera trop tard.
Arrêtez de lire dès maintenant tant que vous le pouvez.

C’est votre dernière chance d’aller plutôt visiter les sites du parti socialiste ou d’allumer TF1, confortablement installé dans votre canapé en mangeant de bonnes chips salées et en rayonnant de bonheur devant ces actualités merveilleuses de gens comme vous qui se rassemblent pour régler efficacement le problème des meurtres islamistes en agitant des cartons « je suis charlie ».

Bien.

Je sais que tout le monde est toujours là à attendre la suite.

Forcément.
Vous avez besoin de solutions.

Votre quotidien devient tellement sinistre, vous êtes déjà les esclaves des pleurnichards politiques qui vous piquent tous vos sous avec des dizaines de nouveaux impôts pour loger, soigner, nourrir et payer des centaines de milliers d’envahisseurs musulmans chances pour la France,
vous déprimez,
les membres de votre famille et vos amis tombent au chômage grâce à cette europe merveilleuse,
de moins en moins de gens ont les moyens de se payer des loisirs, vous restez dans votre coin à ruminer des idées noires et vous sentir inutile, vous en avez marre des choses sans aucun sens, vous avez l’impression de n’avoir de pouvoir sur rien, de ne plus faire grand chose de valorisant, vous ne voyez plus que le côté à moitié vide du verre, et patati et patata.
Snifffff…

Donc ça vous plairait des loisirs gratuits, du sport doux en pleine nature, à respirer du bon air, qui sent la sève des pins, l’odeur de la terre,
avec le chant des oiseaux,
l’impression de faire des choses utiles à vous-mêmes et à toute la communauté ?
Parler et vous amuser en rencontrant des gens,
rassembler des bonnes volontés qui agissent dans votre sens.

.

.

Pas de pression.
Pas de contraintes.

Pas de charges, de taxes, d’impôts, d’impôt sur les impôts et d’impôt sur les impôts des impôts.
Que des choses sans l’argent qui nous tue.

 

Regardez, c’est pas un secret, ça fait déjà deux ans que je vous en parle. C’est toujours le même principe.
La nature nous donne tout.

Regardez la photo :

Glands germés au sol
Vous pouvez vous approcher, ou cliquer dessus pour agrandir, ça ne va pas vous mordre.

Une poignée de glands sauvages, germés
C’est des glands, déjà germés.

Une petite poignée après l’autre, au hasard des rencontres, j’en ai finalement ramassé une grosse centaine l’année dernière en janvier, février, mars, aux bords des routes.

Il y en a partout. C’est gratuit, sans taxe, sans TVA, sans charges patronales ou salariales, sans CSG, sans rien.
Il suffit de se baisser.
La nature nous en donne autant qu’on veut.

Glands de chènes sauvages d'especes locales

Que des déjà germés, pour ne pas perdre de temps à planter les stériles.

Mettre des gland en culture dans des gobelets en plastique

Un petit peu de terre et/ou de terreau, dans des gobelets avec des trous en dessous pour évacuer le trop plein d’humidité.

99 centimes les 100 gobelets, réutilisables deux à trois ans.

Semer des glands

Moins d’un euro pour donner des chances à 100 plantes.

Les glands qui germent tombés sur le goudron des routes ne donneront pas d’arbres.

Semer à la chaine

Quelques cagettes en plastique récupérées gratuitement le soir devant les commerces de magasins de légumes, facilitent tout : le rangement, l’arrosage et le transport…

Glands en cagettesCa ne craint rien.
En plus d’être jetable, du déjà jeté recyclé, ça ne craint pas l’eau ni de rester trois ans dehors au froid, au soleil, sous la pluie…
Pas besoin d’interminables précautions. On peut arroser plusieurs cagettes en moins d’une minute.

Arrosage très rapide des plants en cagettes en plastique

C’est empilable, donc ça ne prend pas de place.
On peut avoir sur la surface d’une serpillère des milliers de plantes pour quelques euros de gobelets.Empilement de cagettes remplies de semis

Les étiquettes peuvent aussi être faites gratuitement avec un bout d’emballage en plastique alimentaire blanc, du papier de verre pour le dépolir, une paire de ciseaux, un crayon ordinaire et un petit bout de fil de fer.

Fabrication d'étiquettes maison très économiques et pratiques

Deux arrosages par semaine et très rapidement on obtient ça :

Cagette remplie de jeunes pousses de chènes bien vertes

Petits chenes gratuits

Trois cagettes de jeunes chenes sauvages

C’est quasiment sans entretient, en dehors de deux minutes d’arrosage par semaine.

Et après les grosses chaleurs trop sèches de l’été, au début de l’automne, une saison où la pluie tombe souvent, on peut mettre en pleine terre.

Jeunes chenes

Vous n’avez pas forcément besoin d’aller loin.
Si par exemple près de chez vous des collines ont brulé récemment, que le nouveau paysage vous rend triste, la place est toute trouvée.

Arbre à moitié survivant d'un incendie

Vous pouvez refuser de laisser s’installer un désert.
Un sol sans plante, qui perd sa fine couche fertile à chaque pluie.
Une zone morte, sans petits ni gros animaux.

Collines nues quelques années après un feu de foret

Alors que c’est tellement simple.
Pas besoin de budget.
Il suffit d’un peu de temps.

Même la main d’oeuvre peut être gratuite.
Sur les sites de loisirs ou dans les évènements des réseaux sociaux, il est facile de bien s’entourer.
Les gens adorent ce genre de sorties originales et utiles.

Planter en pleine nature

Ca change des randonnées interminables de dizaines de kilomètres juste pour tourner bêtement en rond.

Là, on marche très peu. On prend le temps d’admirer les plantes, de respirer l’odeur du vent, d’écouter le silence, de voir voler les papillons, d’apprendre aux gamins comment faire pousser des arbres.
C’est bien les arbres. Ca sert à fabriquer des lits pour être confortablement installé quand on regarde frauduleusement sans payer des vidéos sur youtube sur une tablette wifi cancérigène.
Ca sert aussi à faire les cercueils des fils de putes qui vous gouvernent et qui vont bientôt être pendus par le cou à des branches.
Les arbres, c’est mieux qu’un désert.

Bon, peut être que vous pouvez parler des arbres différemment aux gamins.
Du moment qu’ils s’amusent, c’est bien.

Faire un petit trou

En faisant un petit trou, vous pouvez leur dire que l’avenir n’est pas forcément un bac +7 puis trois ans de chômage, puis un départ définitif pour l’étranger.

Vous pouvez leur montrer qu’avec quelques personnes de bonne volonté, en s’amusant, on peut planter sans se fatiguer une centaine d’arbres en une heure, chacun en faisant un tout petit peu.

Des solutions existent, mais les « chefs » ne les ont pas.

Juste un peu d'arrosage

Si tout le monde vient avec une ou deux bouteilles d’eau, personne ne doit s’épuiser à porter des bidons de dizaines de litres.

Pas besoin de se tuer à la tache.
Il suffit de laisser le temps au temps.
Les choses se font naturellement quand c’est leur moment.

Pas besoin de construire des usines pour fabriquer des robots en plastique pour équiper de matériel ultra-haut de gamme des travailleurs capables de faire boire des ânes.
Quand l’âne à soif, il boit.

Petit pin

Les petits arbres poussent lentement.

Pas besoin de milliers d’heures de main d’oeuvre pour reboiser des forêts brûlées.

Il suffit de quelques petits trous faciles à faire, d’un peu d’eau, puis de laisser le temps au temps.
Des centaines d’espèces de plantes, de rongeurs, d’oiseaux, d’insectes, de petits lapins, reviendront d’eux-mêmes habiter les lieux, fertiliser les sols avec plein de bonne merde et polliniser les fleurs et les arbres…

Tout le monde est capable de faire des choses simples, non polluantes, non destructrices, utiles à tous.
On peut agir dans l’intérêt collectif en faisant des choses pour soi-même.

C’est facile.
Il suffit presque juste de le vouloir.

Magnifique foret

Les glands ont commencé à germer.
Pendant les prochains mois vous en verrez souvent par centaines si vous regardez où vous mettez vos pieds.

Peut être qu’au lieu de les écraser, vous pourriez leur donner plus de chances…

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

.

 

Recherches populaires vers cette page :

  • chêne planter gland (8)
  • comment planter des glands (4)
  • faire germer des glands de chênes (4)
  • QUE RECUPÉRER EN FORET POUR FAIRE POUSSER (2)
  • Expliquez comment pousser une foret dans un desert (2)
  • faire pousser un gland (2)
  • Expliquez comment faire pousser une forêt dans un desert? (1)
  • expliquez naturellement comment faire pousser une forêt dans un desert? (1)
  • faire germer un gland (1)
  • FAIRE POUSSER DES ARBRES SANS LES ACHETER (1)

Vous avez ma bénédiction pour abattre TOUS les loups

J’apprends à l’instant qu’un éleveur dont le troupeau a été plusieurs fois décimé, vient d’abattre un loup !

Et hop ! un qui ne récidivera pas.

 

C’est une coïncidence de l’actualité. Au moment où je commençais à écrire ce court article suite aux informations des derniers jours, sur le molosse de type pitt bull qui a déchiqueté 4 gosses, un éleveur empêche un loup de continuer à tuer.

Les chiens, même de combat, sont des loups domestiqués, des sous-produits un peu moins dangereux de prédateurs expérimentés qui tuent presque tous les jours.
On voit qu’un seul chien peut attaquer des mômes et les envoyer à l’hôpital pour 150 points de suture. Des humains adultes sont intervenus pour faire cesser l’attaque avant qu’il ne soit trop tard.
Imaginez ce qui pourrait se passer avec des gosses en campagne, sans adultes, face à une meute de loups, des prédateurs sauvages carnivores qui tournent autours des hommes pour tuer environ 20 000 bêtes d’élevage et animaux domestiques chaque année en France.

Des dizaines de morts dans « la bête du Gévaudan II, le retour ».
A nouveau des gens et des enfants tués parce que de lamentables connards bien-pensants ont décidé qu’il fallait réintroduire des prédateurs sanguinaires, autour des hommes.

Carcasse de poulain blanc massacré et mangé par des loups sauvages

Comme toujours, les espèces de tarés, très loin, qui imposent des lois stupides déconnectées des réalités, ne sont pas ceux qui en subissent les conséquences.

Encore des exemples de conneries « légales » méprisables qui ne méritent pas d’être respectées, qui n’entrainent que des problèmes.

En ce qui me concerne, je ne vais évidemment pas organiser illégalement l’extermination de ces saloperies de prédateurs, mais je sais déjà que je ne condamnerai jamais ceux qui les abattront ou les mettront définitivement en cages.

agneau sacrifié sur l'autel de l'écologie fanatique

Nos ancêtres dans leur sagesse, ont déjà exterminé une fois cette sale race, pour protéger leurs familles et leurs animaux. Pourtant il y en avait des centaines de milliers et ils n’avaient pas nos armes modernes. Maintenant c’est encore plus facile.

Sans lois stupides, imposées par des citadins marieurs de pédés qui vivent très loin des élevages et des maisons isolées de campagne, le danger serait déjà éliminé.

C’est les mêmes qui votent des centaines de nouveaux impôts pour accueillir des millions de musulmans, pour construire des mosquées qui forment ici des milliers de djihadistes, qu’ils vont arroser de bombes à plusieurs heures de vol, en dépensant des milliards que l’on a pas, au lieu de purement et simplement virer de notre sol ces musulmans tueurs, voleurs, pilleurs, violeurs, comme l’ont fait nos ancêtres pendant 1400 ans, au lieu d’en faire un élevage ici.

Ce n’est pas parce qu’une poignée de connards qui ne représente pas le peuple « vote » des « lois » que l’on est obligé de se soumettre. Quand c’est du vol, c’est du vol.
Quand c’est de la trahison, c’est de la trahison.
Quand c’est de la connerie, pareil.

Une « loi » qui n’a pas été validée par le peuple, je crois qu’il est maintenant légitime de chier dessus.

Surtout les « lois » européennes, alors que notre peuple a déjà rejeté l’europe plusieurs fois.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • poney mort (6)
  • poney blanc mort (2)
  • qui a tué la bête du gévaudan eleveur (2)
  • Carcasse de cheval (1)
  • cheval blanc sont tue (1)
  • cheval mort (1)
  • qui a tué la bête du gévaudan (1)