Archive for Ecologie, recyclage

Menstruations, les meilleures solutions

Les centaines d’émeutes toutes les semaines sur toute la France depuis trois mois et l’absence de solutions semblent annoncer que la guerre civile n’est plus évitable. Bientôt les magasins seront vides, comme dans toutes les zones de guerre.

Donc je vais vous rassembler sur cette page les solutions utilisées dans les zones du monde très pauvres ou sinistrées, pour pouvoir vous équiper correctement tant que c’est encore possible. Ce n’est pas après, quand tout manquera, qu’il faudra y penser.

Mais l’article ne va pas se limiter aux menstruations en situation de survie.
J’ai été très étonné récemment en parlant avec une jeune femme pour préparer cette page. Alors qu’elle était réglée depuis une dizaine d’années, elle ne savait pas du tout utiliser un applicateur de tampon. Elle n’en avait jamais eu besoin, elle n’utilise que des serviettes.

Je vais donc aussi faire un cours rapide sur chaque protection périodique, le mode d’emploi, l’anatomie, les avantages, les inconvénients…
Ca devrait servir à énormément de femmes et de jeunes filles.
(C’est des connaissances utiles aux garçons aussi, en fait).

Je vais aussi rajouter des infos intéressantes sur les innovations récentes et même sur le business qu’internet permet à tous maintenant, pour diversifier vos revenus, et surtout éviter les mauvais plans, parce que ce n’est vraiment plus le moment de faire des erreurs.

L’article est très à charge contre les criminels qui gagnent des milliards chaque année en vendant des produits jetables très toxiques et définitivement polluants. Plus je découvrais des choses en me documentant et plus c’était grave à chaque fois. Très grave.

Et ça ne se limite pas aux femmes mais les poisons s’attaquent aussi aux hommes et aux enfants, aux bébés, et en fait à toutes les formes de vie, en diminuant la santé et la fertilité.
En droit international, la stérilisation de toute une population est un génocide. Mais en France, c’est un secret des affaires, protégé par tout un système traître et corrompu, pour que l’argent coule à flot dans quelques poches, peu importe les conséquences.

Il y a aussi le très gros problème de l’effondrement du pouvoir d’achat.

Les femmes sont les plus victimes des trahisons politiques, puisqu’elles privilégient généralement de travailler moins pour avoir une vie de famille. Elles sont donc encore plus touchées par la pauvreté qui se généralise et la flambée des prix continuelle.

… mais cela a aussi une forte influence sur les hommes et les enfants de tous les âges, et les personnes âgées autour. Nous sommes tous liés. Le pouvoir d’achat de toute une famille, de tout un groupe, est lié aux dépenses indispensables.

Pour chaque femme réglée, la dépense est de plusieurs milliers d’euros dans une vie, rien que pour les protections jetables. Chaque mois, chaque année, pendant environ 38 ans.

Alors qu’il suffirait de quelques centaines d’euros sur toute une vie, avec des protections réutilisables, lavables, parfaitement saines chimiquement et sans danger.

Cet article pourrait aussi intéresser énormément d’hommes qui se préparent à l’enfer qui arrive, pour équiper au mieux les jeunes femmes de leur famille (compagne, fille, soeur, mère, cousine…), et leurs groupe (travail, défense…), pour leur donner un coup de pouce pour investir dans de bons produits qui protégeront les ressources des proches.

Leur offrir, maintenant, des serviettes lavables, des coupes menstruelles ou d’autres articles tabous mais extrêmement utiles, va leur épargner des problèmes quand les magasins seront vides, mais aussi dès maintenant cela va leur permettre d’améliorer leur santé en n’absorbant plus de poisons, tout en augmentant sensiblement leur pouvoir d’achat tous les mois.

 

Dans cet article il ne sera pas du tout question de conseiller exclusivement un produit.
Ni même de dénigrer totalement le jetable, souvent utile.

Toutes les protections ont des avantages particuliers, des inconvénients spécifiques, des contraintes, et même des risques pour la santé.

Le mieux étant d’en avoir de plusieurs sortes, pour s’adapter au mieux aux besoins du moment.

 

Les serviettes

Les serviettes sont en quelque sorte la protection de base.
C’est souvent la première à être utilisée par les jeunes filles, encore vierges. Rien n’est inséré, tout reste à l’extérieur, sans douleur, sans peur de mauvaise manipulation.

C’est aussi le seul type de protection qui est utilisable même dans les pires moments de la vie. Par exemple en cas d’infection, de sécheresse vaginale, de blessure intime, de tumeur, de malformation…
Une femme sur quatre connait des mycoses à répétition. Les problèmes sont très courants. Il peut être difficile ou insupportable d’essayer d’insérer une protection périodique dans le vagin.

Pire encore, une française sur quatre est mutilée pour six mois par un médecin homme accoucheur qui fait une épisiotomie presque toujours inutile pour que le bébé sorte plus vite et qu’il puisse se barrer beaucoup plus tôt en étant payé de la même manière.

Les coups de scalpels dans une des parties les plus sensibles de l’anatomie rendent impossible l’utilisation des protections internes pendant tout le temps de la cicatrisation et du retour à la normale, qui parfois n’arrive plus jamais.

Les serviettes sont utilisables quel que soit le problème du moment.

Il en existe un grand nombre de tailles et d’épaisseurs pour s’adapter à toutes les morphologies, tous les débits de règles, tous les sous-vêtements, toutes les utilisations (très grandes pour la nuit…).

Les jetables sont super pratiques. Il suffit d’enlever la serviette sale et de la mettre à la poubelle en un instant.

C’est utilisable n’importe quand, n’importe où, rapidement, dans n’importe quelles conditions.
Il n’est pas nécessaire d’avoir accès à des toilettes avec un lavabo pour pouvoir se laver trois fois les mains (avant, pendant, après) comme avec une coupe menstruelle qui met à chaque fois un peu de sang sur les doigts.

A l’utilisation, c’est très propre.
A l’utilisation, pas pour la gestion des déchets et pour l’environnement.

La serviette propre et stérile sentant bon (tssss) le produit chimique anti-odeur aussi écoeurant que le Fébrèze, sort d’une pochette en plastique toute propre, stérile, et jetable aussi.

Ca fait beaucoup, beaucoup de choses à jeter.

A priori ce n’est qu’une serviette, avec une pochette en plastique, et pour chaque lot un gros sac ou une boite en carton plein de produits chimiques. A priori ce n’est rien du tout.
Sauf que selon certaines estimations, les protections jetables (serviettes et tampons) seraient 45 milliards utilisées tous les ans.
Et là, ça fait beaucoup.

L’industrie de l’hygiène jetable (protection féminines, incontinence, couches pour bébés) est une des plus polluantes au monde.

Des industriels fabriquent par dizaines de milliards des produits qui détruisent l’environnement, sans aucune contrainte ni conséquence pour eux.
Leur chiffre d’affaire est en milliards chaque année.

L’argent c’est pour eux.
Les conséquences, c’est pour les autres.

Si une feuille de plastique met 600 ans pour disparaître complètement dans de bonnes conditions, les milliards de tonnes entassés dans des montagnes de déchets de dizaines de mètres au bulldozer, ne disparaitront plus jamais jusqu’à la fin de l’univers.

… mais continueront à suinter par ruissellement des jus de poisons qui se répandront pour l’éternité dans les sols et dans l’eau.

Ce n’est pas qu’une question de volume de déchets, partout, de nuisance environnementale définitive, pour le profit de quelques uns, c’est aussi une question d’empoisonnement direct des utilisatrices, des utilisateurs, de couches pour tous les âges, les deux sexes, de protections contre l’incontinence, contre les menstruations…

Tous ces jetables contiennent sensiblement les mêmes choses.

Une cinquantaine de produits toxiques, stérilisateurs, cancérigènes, tellement nocifs qu’aucun fabricant n’indique la composition sur les emballages, sinon presque plus personne n’en achèterait.

 

Comme ce sont les mêmes produits dans tous les types de couches, ils provoquent les mêmes conséquences.
C’est très flagrant sur les bébés, avec leur système de défense complètement immature.

Les érythèmes fessiers sont le résultat du contact de la peau avec les produits chimiques de couches mouillées pendant des heures.

Cela n’arrive pas avec des couches lavables.
Sauf quelques très rares exceptions, provoquées par des adoucissants ou d’autres cochonneries chimiques ajoutées lors du lavage des couches.

Les petits garçons aussi ont des éruptions énormes, qui résistent souvent aux médicaments chimiques, ajoutés sur la réaction allergique aux produits chimiques, tsss…

 

Les éruptions, la rougeur, la peau arrachée, les infections diverses plus ou moins graves, ne sont que la partie immédiatement constatable. Il n’est pas possible de voir de ses yeux que des perturbateurs endocriniens traversent la peau pour stériliser définitivement les bébés.

Actuellement déjà un couple sur trois est stérile. Il faut une aide médicale pour arriver à concevoir. Ma conviction personnelle est que c’est lié aux couches d’enfants et aux protections féminines jetables.
Le poison s’accumule dans les filles, les femmes et même les garçons. La quantité de spermatozoïdes viables chute considérablement.

Il passe dix fois plus de poison par les muqueuses intimes que par voie orale. Le système digestif est prévu pour protéger le corps de ce qui entre. L’entrejambe n’est pas prévu pour rester des milliers d’heures en contact permanent avec une cinquantaine de produits chimiques toxiques humides.

 

Ces belles protections toutes propres, d’un blanc éclatant, sorties d’un plastique totalement stérilisé à mort, ont le même résultat sur les bébés comme sur beaucoup de femmes. Une sur quatre a des périodes de mycoses qui commencent pendant les règles.
Le lien est totalement évident.

 

Surtout que comme pour les bébés, les mycoses disparaissent quand les femmes passent aux serviettes lavables.

En fait je ne serai pas surpris d’apprendre que quasiment tous les problèmes intimes disparaissent en passant aux serviettes lavables.
Y compris les douleurs pendant les règles (à mon avis provoquées par une intoxication à travers la peau), pas celles qui commencent deux jours avant.

La santé est un élément très important, mais il faut creuser pendant des semaines pour arriver à trouver les informations pertinentes cachées par les industriels, les politiciens complices, les « journalistes » des médias qui appartiennent tous à ces industriels.

Le prix par contre, saute aux yeux.

Des couches jetables de bébé, c’est au moins 1500 euros les premières années. C’est un gouffre financier.

Les couches lavables sont plus chères à l’achat, mais investir fait économiser beaucoup d’argent sur la durée. Au moins 1000 euros dès le premier enfant.
S’il y en a plusieurs, le bénéfice est total sur les suivants.

Pour les couches de bébé, il peut être intéressant de les coudre soi-même, pour encore réduire considérablement le prix.

Pour les serviettes pour femmes par contre, je n’ai pas l’impression que ça en vaille encore la peine. Les prix sont en train de chuter à un point très impressionnant.

Regardez, 1,36 euros pièce, plus la livraison :

… ou encore l’exemple de ce lot de 5 à 13 euros, avec livraison gratuite si le montant total de la commande atteint 25 euros :

Ca ne vaut vraiment plus la peine de passer du temps à tailler et coudre soi-même, maintenant c’est à la portée de toutes les bourses, même les plus modestes.

En plus les matériaux sont bien meilleurs. Ca ne fera pas comme une grosse couche épaisse en éponge.
Du tissus spécial pour un voile sec au contact de la peau, deux fines couches de microfibres super absorbantes au centre, une couche imperméable anti-fuite à l’extérieur, des fois deux jeux de boutons pressions pour s’adapter à toutes les tailles de sous-vêtements, avec une pochette imperméable offerte pour transporter sans fuite les protections usagées…

Techniquement, technologiquement, ce qui est maintenant sur le marché semble très au point.
Ca devient une concurrence sérieuse pour les serviettes jetables.

Les modèles de serviettes énormes, très absorbantes pour de longues nuits sont encore un peu chères par contre. J’en ai acheté par lots à environ 12 euros pièces.
… euh, oui. Je suis un homme et j’en achète. De toutes les tailles, même. De toutes les couleurs, de toutes les formes, de toutes les matières. Et même des coupes menstruelles…

J’ai en projet d’en vendre dans ma future boutique survivaliste, tellement ça semble être de bons produits. Alors je commande tout ce qui semble être ce qui se fait de mieux, pour équiper ma famille, et j’en profite pour avoir des avis éclairés sur les tests.
Entre le blabla commercial et la réalité il y a parfois autant de différences qu’entre le jour et la nuit. Si quelqu’un en qui j’ai totale confiance m’en dit que du bien, alors c’est sûrement un bon produit.

J’ai été surpris par deux choses la première fois que j’ai ouvert un colis de serviettes lavables. La première était la taille. C’était minuscule. La veille j’avais lu un commentaire d’une utilisatrice qui parlait de son impression de porter un truc énorme que tout le monde pouvait remarquer. Je m’attendais à quelque chose de gros. Plus important que les serviettes jetables des femmes que j’ai connues. Bin non, c’était beaucoup plus petit.

Et sur l’emballage il y avait la mention incroyable « Garantie 10 ans ».

Hallucinant.

Financièrement ça semble donc être un super bon plan sur la durée.

Et toujours avec l’idée de se mettre à l’abri des conséquences des dizaines de poisons cachés dans les serviettes jetables.

L’utilisation des serviettes est ce qu’il y a de plus facile. Aucune contrainte, aucun geste compliqué. Il suffit d’en poser une au bon endroit dans la culotte, le centre juste sous le vagin.
Les versions maxi pour la nuit se placent à peine différemment, puisqu’elle couvrent aussi les fesses, pour éviter les fuites en position allongée.

Certaines serviettes ont des ailettes sur les côtés. C’est à boutonner sous la culotte par deux boutons pressions pour que la serviette reste bien en place.
C’est le système d’attache le plus courant sur les serviettes lavables.

Les serviettes et les protèges-slips jetables, de toutes les tailles, ont une bandelette de colle à mettre du côté du sous-vêtement.
La composition de la colle, je n’en ai absolument aucune idée, mais vu la toxicité des serviettes, je n’ai pas de raison de voir la présence de colle d’un bon oeil.
Normalement la colle n’est pas directement en contact avec la peau, donc c’est seulement une question d’écologie. Rien que les milliards de petites feuilles de plastique définitivement rejetées dans l’environnement tous les ans sont déjà une nuisance, sans même connaître la composition de la colle.

Les boutons pressions servent aussi à maintenir fermée la serviette usagée. Par exemple pour le transport dans le sac à main, dans une petite pochette imperméable souvent fournie dans un lot.

Le lavage peut être fait immédiatement à la main en moins de deux minutes.

Ou les serviettes peuvent être mises à tremper dans de l’eau froide pour les mettre toutes en même temps à la machine à laver.
Un lavage à l’eau froide, environ 40 degrés au maximum, pour que le sang ne laisse pas de traces.

Certaines serviettes en matériaux modernes ne gardent pas une seule trace même sans trempage.

La quantité de serviettes nécessaires varie énormément d’une femme à l’autre. J’ai lu un commentaire d’une utilisatrice qui n’en avait que trois, parce qu’elle a un flux très léger, de seulement trois jours. Elle a très peu besoin de se changer.
Donc elle lave au fur et à mesure de l’utilisation, pendant qu’une serviette sèche.

Mais c’est loin d’être le cas général.

Le mieux est de prévoir au moins le même nombre de serviettes lavables qu’il fallait en moyenne de serviettes jetables pendant un cycle. De différentes tailles, de différentes absorptions, de différentes formes adaptées aux sous-vêtements.

Certains cycles pouvant être un peu plus abondants ou longs, il est plus prudent de prévoir légèrement plus.

En tant que survivaliste, abonné à des alertes catastrophes, je vois parfois des choses comme un éboulement de terrain imprévisible qui prive d’un coup d’eau courante trente mille personnes pendant deux semaines minimum.
Je sais aussi que l’eau est très fréquemment coupée dans les zones de guerre. La gestion de l’eau pouvant être une arme.

… donc de mon point de vue, de survivaliste, il faut pouvoir tenir tout un cycle sans pouvoir laver ses serviettes.
Avec même un petit supplément pour dépanner d’autres femmes, proches.

En plus d’être des protections universelles, sans distinctions de morphologies, de tailles, d’état de santé, de rien, qui fonctionnent sur toutes les femmes, toujours, les serviettes lavables ont aussi l’avantage d’être auto-suffisantes. Peu importe la durée d’un voyage, les possibilités d’achats ou pas dans les commerces locaux, s’il y a des commerces locaux, une simple pochette peut suffire.

Peu importe la nature d’une catastrophe, sa gravité, sa durée, il n’y a pas besoin de plus.

Un autre avantage très appréciable avec les systèmes réutilisables, lavables, est que l’utilisation ne coûte presque rien, contrairement à tout ce qui est jetable.

Une serviette lavable peut être mise de façon préventive un peu avant la date supposée des règles, sans gaspiller un centime.
Il n’y aura plus de mauvaises surprises ni de vêtements foutus à cause de tâches mal placées.

 

Dans les pays très pauvres les jeunes filles sont souvent obligées de manquer l’école pendant leurs règles. Elles ne peuvent utiliser presque que des horreurs du genre vieux papiers, herbes sèches, un peu de terre…
Ca fonctionne mal et les infections sont fréquentes.

La distribution de quelques serviettes lavables règle tous les problèmes.

Ce système fonctionne même dans les pires conditions du monde.

 

Les culottes pour les règles

 

Les culottes pour les règles sont parfaitement comparables aux serviettes hygiéniques lavables. C’est sensiblement la même chose. Il s’agit aussi de simple tissus, sans produits chimiques toxiques. C’est parfaitement sûr pour la santé.

A l’usage c’est légèrement moins pratique sur certains points.
C’est plus de volume à laver. Il faut tout changer à chaque fois, pas seulement la petite serviette.
C’est donc aussi plus de choses à transporter.

La taille n’est pas la même pour toutes les femmes, pas comme une serviette qui est une protection universelle qui fonctionne sur chacune.

Une serviette lavable est garantie jusqu’à 10 ans chez certains fabricants. Pouvez-vous être sûre d’avoir le même poids dans 10 ans ? cinq ans ?
un an ?
deux mois ?…
Non.
Une serviette est un accessoire utilisable peu importe les changements de poids. L’investissement n’est fait qu’une fois, pour être utilisable de façon certaine, toujours.
Alors qu’une culotte est un vêtement, dont le port est lié au poids, à la taille de vêtement.

Les culottes sont beaucoup, beaucoup, beaucoup plus chères que des serviettes lavables.
Pour le moment il y a très peu de marques qui se partagent le marché.
Elles en profitent pour abuser carrément, puisqu’il n’y a pas de concurrence qui fait chuter les prix.

Une culotte de règle permet exactement comme une serviette lavable agrafée à n’importe quel sous-vêtement, de doubler la protection quand c’est nécessaire. Par exemple en portant une coupe menstruelle ou un tampon lors de flux abondant.Certaines culottes ont des dispositifs supplémentaires intégrés pour maintenir en place une serviette simple, sans ailette. Il n’y aura pas de fuite sur les côtés puisque la culotte est elle-même anti-fuite.

C’est aussi une protection polyvalente, pas seulement pour les règles. Toute la culotte protège de l’incontinence, devant et derrière, urinaire et fécale.
Selon l’état de santé c’est donc préférable à une petite serviette.

Pour les femmes ayant déjà eu des enfants, donc plus sujettes aux fuites urinaires, c’est une protection un peu plus sûre.

… mais c’est aussi un produit intéressant pour les femmes en parfaite santé, et même les jeunes filles très sportives.

La culotte reste parfaitement en place. Peu importe la violence de mouvements répétés, la force d’un frottement, la couche absorbante restera exactement au même endroit. Que ce soit dans une course, une chorégraphie, des acrobaties, ou dans une lutte au sol dans un cours de judo où le poids et la force de deux corps mettent une pression considérable sur les vêtements, ça ne bougera pas.

Pareil pour une nuit de sommeil très agité qui peut déplacer une serviette à force de frotter les cuisses et les fesses contre le lit. Avec une culotte rien ne bougera.

Quand une double protection est nécessaire, c’est ce qu’il y a de plus sûr.

 

 

Les tampons

 

Les tampons sont de petits objets très simples en matière absorbante, qui se glissent à l’intérieur du vagin pour absorber le sang pendant les règles. L’insertion est facile tellement les tampons sont fins.

Une ficelle permet de les retirer proprement, sans devoir mettre les doigts dans le vagin.
C’est très pratique, facile d’utilisation, et rapide.

Ils existent en plusieurs tailles, pour s’adapter au débit, ainsi qu’au confort de chacune.

Il existent en versions jetables comme en lavables, faciles à fabriquer par n’importe qui.
Ci-dessous quelques tampons faits au crochet :

Un autre exemple de tampons lavables, faits de bandelettes de tissus à rouler, cousus à la machine :

C’est le même tissus pour tous les flux. C’est juste la longueur de la bande qui change pour varier l’absorption.

Il commence à exister une offre de plus en plus large en tampons lavables, en conséquence de la réputation de plus en plus mauvaise des tampons jetables, qui peuvent provoquer le syndrome de choc toxique (le nom fait peur mais c’est rarissime, j’en reparlerai en détail plus loin).

Et comme pour les serviettes jetables, vous ne trouverez nulle part la composition des tampons jetables, qui sont des milliers d’heures dans les corps des femmes.
En moyenne les femmes utilisent environ 12 000 protections jetables dans leur vie. (Selon les différences de flux, les estimations vont de 10 000 à 15 000 tampons et serviettes jetables dans une vie).
Sur une moyenne de 38 ans de règles, cela correspond à 6 ans sans interruption, à avoir les matières toxiques des tampons et serviettes qui traversent les muqueuses des femmes.
J’aurais dû rajouter ces statistiques quand je parlais quelques lignes plus haut de ma conviction que les protections jetables sont responsables de la stérilité d’un couple sur trois. Bon, maintenant c’est fait.

Mais l’usage durable de tampons peut avoir beaucoup d’autres conséquences terribles.

Les tampons ont l’énorme défaut d’arracher presque tout le mucus protecteur du vagin, environ 90%.

Ce n’est pas vraiment grave si c’est seulement exceptionnel et de courte durée.
Ca se renouvelle en permanence et vraiment très vite. Je le sais parce que je fais souvent des yaourts. Une yaourtière est presque à la même température qu’une femme. Les bactéries utilisées sont celles qui protègent le vagin. Un litre de lait passe de liquide à solide en quelques heures tellement des milliards de milliards de milliards de bactéries se reproduisent vite.

Donc mettre un tampon quelques heures, par exemple pour pouvoir nager, ce qui est impossible avec une serviette, n’a pas réellement de conséquences.

Par contre, ne mettre que des tampons pendant toute une semaine, c’est affaiblir très fortement les défenses immunitaires du vagin, et laisser une entrée à des milliards et des milliards et des milliards de micro-organismes nocifs qui normalement auraient été exterminés et n’auraient pas pu se reproduire.
Ils ne s’installent pas que pour faire des ravages à court termes, visibles du premier coup d’oeil comme une éruption rouge infectée, mais peuvent aussi sur des années provoquer des cancers et divers problèmes graves comme la stérilité.

Les coupes menstruelles n’ont pas du tout le défaut d’assécher le vagin en aspirant le mucus par capillarité comme les tampons. seulement ce qui coule, qui est en trop, qui doit couler, qui doit être évacué, se retrouve dans la coupe.
… mais une femme sur dix ne supporte pas une coupe. Ca fait quand même environ un gros million rien que pour la France.
Les tampons sont donc très utiles à énormément de femmes actives.

Les tampons jetables existent sous deux présentations. Sans ou avec applicateur.

Sans, c’est juste un petit bâtonnet de coton, attaché à une ficelle pour le retirer.
La mise en place du tampon se fait en le poussant au fond du vagin avec les doigts.

Avec applicateur, c’est quasiment le même tampon, mais dans un tube en plastique ou en carton, qui permet de ne pas mettre les doigts dans le vagin. Pas seulement pour éviter de se salir les doigts avec du sang, mais surtout pour ne pas faire entrer des bactéries, champignons, virus, avec des mains sales.

 

 

 

Un applicateur est préférable quand les mains ne peuvent pas être lavées avant la mise en place du tampon. Par exemple dans une promenade en forêt, en camping sauvage, dans les cabines de toilettes minimalistes en plastique temporaires d’une fête…

L’applicateur est lisse et glisse facilement. Le tampon qu’il contient est en coton brut. Il n’a pas besoin d’être recouvert d’un enduit glissant tout doux comme sur certains tampons sans applicateurs.
(On ne connait pas non plus la composition de ces enduits ni leur mode de fabrication, ni les produits utilisés lors du traitement).

Le problème de l’applicateur, surtout pour les modèles en plastique, c’est que pour une seule utilisation de quelques secondes, l’objet mettra plusieurs centaines d’années à se décomposer, ou plutôt jamais, puisqu’en grande partie ces déchets iront fabriquer des montagnes de dizaines de mètres construites au tractopelle.
Mais ce n’est pas qu’un applicateur, c’est au moins 8 milliards par an sur toute la planète. Avec en plus l’emballage en plastique non dégradable qui maintient le tampon stérile.
C’est aussi une catastrophe écologique.

Un applicateur est donc plutôt à réserver aux situations où il n’est pas possible de laver les mains avant de mettre un tampon.

 

A ma connaissance il n’existe pour le moment qu’une seule marque proposant un applicateur réutilisable. « Dame ». (C’était un projet Kickstarter à peine l’année dernière).
C’est simplissime à faire en réalité. C’est juste trois petits bouts d’un plastique lisse, qui ne retient rien, donc pas de bouillon dans lequel des micro-organismes pourraient se développer en quantité suffisante pour poser un problème.

… mais les industriels ne le font pas pour ne pas perdre instantanément des centaines de millions de profits tous les ans.

Les tampons jetables de grande capacité peuvent créer le syndrome du choc toxique, une infection rapide qui peut tuer ou handicaper très gravement en quelques heures.
En théorie c’est très rare, mais ça le devient de moins en moins chaque année vu que la flore bactérienne des femmes est de plus en plus détruite.

Il faut tout un ensemble de conditions, toujours autour d’un tampon jetable de grande capacité.

Un tampon assèche le vagin, en aspirant toutes les sécrétions, et toutes les bonnes bactéries protectrices.
Un tampon jetable contient des dizaines de traces de produits chimiques et de pesticides qui tuent en partie ces bonnes bactéries, aspirées dans le tampon.
D’autres, mauvaises, résistantes à ces pesticides et autres saloperies secrètes des industriels, peuvent enfin se développer puisque leurs ennemies sont tuées.
… et comme un tampon de grande capacité se garde un gros paquet d’heures, ça devient une culture énorme de très mauvaises bactéries.
En grande quantité puisque c’est un gros tampon.
Les parois étant asséchées, sans sécrétions protectrices ni bonnes bactéries, les mauvaises peuvent passer dans le corps.
C’est aussi simple que ça.

Un tampon beaucoup trop absorbant qui enlève presque toutes les sécrétions, et une grande capacité qui reste longtemps dans le corps, l’infection est rapidement sévère. Elle peut entraîner la mort en quelques heures ou l’obligation d’amputer des membres trop infectés.

… mais il ne faut pas jeter en bloc tous les tampons.

En n’utilisant que des tampons jetables de petite capacité, flux léger ou moyen, et en ne restant que quelques heures dans le corps, les syndrome du choc toxique ne peut pas arriver.

Les alternatives lavables aux tampons jetables ont des avantages très évidents au niveau de la quantité de déchets produite et de la pollution générale (fabrication des tampons, applicateurs, emballages, suremballages, transport jusqu’aux utilisatrices, sacs poubelles, transport des déchets…).

Les économies aussi sautent rapidement aux yeux.

Et il y a le fait de ne pas être en contact pendant des milliers d’heures avec des produits dont la composition est introuvable tellement elle fait peur.
Les tampons lavables, c’est juste un peu de fibres naturelles, tellement lavées qu’il ne reste plus aucune trace de pesticide ni d’autres produits.

Pour celles qui ne le savent pas encore, la culture du coton est la plus polluante du monde. Comme on n’est pas sensé en manger, les « agriculteurs » balancent des tonnes de produits chimiques sur les plantes. Le coton est en réalité un peu toxique tant qu’il n’a pas été lavé et relavé plein de fois.

Je ne dis pas qu’il ne faut plus du tout utiliser de tampons, mais plutôt juste réduire leur utilisation à quelques heures, quand il n’est pas possible de faire autrement.

Même les tampons lavables arrachent la couche de mucus du vagin.
Ces sécrétions servent à l’auto-nettoyage, à l’élimination des cellules mortes et de quelques déchets biologiques, à la lubrification pour éviter l’inconfort de la sècheresse, et surtout à combattre presque tous les mauvais micro-organismes qui provoquent des petits soucis ou des très gros.
Les tampons sont au fond du vagin et absorbent les sécrétions les empêchant de faire leur travail. Le fonctionnement normal du corps n’est pas respecté.

Au contraire, les serviettes (jetables ou lavables) ne font que récolter ce qui est déjà sorti du corps, ce dont le corps n’a plus besoin, ce qui a déjà rempli toutes ses fonctions et n’est plus qu’un déchet. Les fonctions biologiques utiles ne sont pas empêchées ou diminuées.

 

Les éponges

Les éponges menstruelles ont tous les défauts des tampons, en pire, avec beaucoup d’autres supplémentaires et aucun avantage.

C’est en quelque sorte une version ancienne, originale, de protection interne, avant les tampons que l’on connait.

C’était déjà utilisé il y a plus de deux cents ans, quand l’hygiène n’était pas du tout une obsession, que les connaissances sur les bactéries, les champignons et autres pathogènes n’étaient pas du tout développées.

Les infections étaient très fréquentes, parfois très graves (stérilité…).

Des éponges naturelles, de mer, étaient utilisées pour leurs capacités très absorbantes.
Elles étaient retaillées très facilement, juste avec quelques coups de ciseaux.

Il s’agit en fait de restes de cadavres d’animaux marins. C’est le squelette.
Les hippies féministes écolos à cheveux verts avec un anneau de vache dans le nez, disent que c’est bien, que c’est naturel, que ça ne pollue pas, que ça ne produit pas de plastique et tout le tralala.

Le fait est que c’est un morceau de cadavre qui est mis des heures dans un milieu humide, riche en substances nutritives, en train de se décomposer, en devenant un bouillon de culture nocive.
TOUTES les utilisatrices des ces merdes ont des niveaux anormalement élevés des pires micro-organismes pathogènes.

C’est comme un tampon, ça se met au fond du vagin, et ça absorbe beaucoup plus que le sang des règles, toutes les sécrétions utiles dont le corps des femmes a besoin.
… sauf qu’en plus ça ajoute un corps étranger, un morceau de cadavre qui se décompose pas du tout dans son environnement naturel, là où il ne devrait pas pouvoir faire de dégâts en contaminant des femmes.

Ca existe aussi en versions modernes, durables ou jetables, pas du tout naturelles, bien chimiques et stérilisées à mort dans de beaux emballages plastiques couverts de blabla à l’encre chimique disant que la consommation c’est mal, ça pollue, le monde est méchant, tout ça.

Certaines ont même un trou pour glisser un doigt pour faciliter le retrait.

Ce n’est pas comme un tampon qui se retire facilement sans tache juste en tirant sur la ficelle. Il n’y a pas de ficelle. Il faut y mettre les mains, et pas qu’un peu.

Après il faut se couvrir complètement les mains de sang, en écrasant plein de fois l’éponge sous l’eau, pour la rincer avant de la remettre en place.
Pour la version vraiment écolo, réutilisable.

C’est quelque chose qui ne peut vraiment pas être fait n’importe où. Il faut des toilettes équipées de lavabos dans la cabine, ce qui est loin d’être le cas général.

Les éponges jetables n’ont vraiment rien de mieux que les tampons jetables.

C’est autant de nuisances et de déchets, sans aucun avantage.
Ha si, un, quand même : comme il n’y a pas de ficelle comme sur les tampons, elle ne peut pas retenir quelques gouttes de pipi, ou d’eau chlorée de piscine. Pour celles qui croient que quelques gouttes de leur pipi pourraient les tuer…

Les éponges sont un produit complétement pourri, autant par l’utilisation qui ressemble à un film d’horreur, que par les conséquences à presque courts termes (en seulement quelques mois) sur la baisse de santé générale.

A la limite, si vous êtes perdue après la fin du monde dans une zone à la Mad Max au bord de l’eau, sans un seul commerce qui fonctionne et sans rien de mieux au niveau protection intime, vous savez que vous pourrez utiliser quelques morceaux de cadavres de bestioles marines… si la situation n’est pas encore tellement pourrie que vous pourrez un peu beaucoup, beaucoup, les rincer avec beaucoup d’eau saine.

Les éponges menstruelles, naturelles ou pas, ont des conséquences nocives.

C’est la « solution » à éviter.

… bon, quand même, je précise que je ne veux pas me fâcher avec les fanatiques féministes obèses difformes tatouées sur les seins, avec des poils de quarante centimètres sous les aisselles.
Je suis d’accord que dans certains cas, rares, mais… ça peut être un bon produit, pour celles qui veulent finir de rater complètement leur vie de femme.

 

Les coupes menstruelles

 

C’est le produit tendance du moment. Neuf femmes sur dix qu’il l’essaient en sont très satisfaites.
Les premiers essais sont souvent difficiles, mais les avantages sont tellement énormes.

Le premier est financier. Une coupe, début 2019, coûte entre 4 et 45 euros, mais le plus souvent dix à douze euros seulement.
C’est à dire que pour l’équivalent de seulement deux mois d’achat de protections jetables, une coupe est déjà rentabilisée.

Une coupe dure jusqu’à dix ans.

Plutôt que d’acheter 12 000 tampons dans sa vie, une femme peut se contenter de 4 ou 5 coupes.

Une coupe ne fait entrer aucune matière toxique dans l’organisme.

Il s’agit de plastiques médicaux sans aucun danger.
Généralement, du silicone médical, comme celui des prothèses mammaires, qui peuvent rester dix ans dans le corps sans aucune réaction.

Les Meluna ont une composition différente. C’est le même plastique médical que pour les cathéters, donc aussi sans danger, sans aucun risque de réaction.

A ma connaissance aucune coupe moderne n’est en matière allergisante comme le caoutchouc.
Pour la petite histoire, les coupes menstruelles ne sont pas une invention récente. Une femme a créé une entreprise juste avant la seconde guerre mondiale, mais son activité a dû cesser à cause du manque d’approvisionnement en caoutchouc.
Puis une autre femme a pensé que c’était une invention géniale, peu avant l’an 2000.
Et elle avait sûrement raison puisque maintenant, juste au premier coup d’oeil, sans même compter, il existe au moins 30 marques de coupes et largement plus de 50 modèles.
En seulement quelques années.

C’est un produit qui améliore considérablement la vie des femmes.

Une coupe peut être portée jusqu’à douze heures, pas besoin de courir tout le temps aux toilettes.
Elle peut contenir beaucoup plus de sang que les tampons et serviettes.
Cette vidéo est la meilleure sur le sujet :

Il n’y a pas de sensation de mouillé pendant des heures comme avec les serviettes.

Il n’y a pour le moment aucun cas connu de syndrome de choc toxique, alors que la coupe peut rester dans le corps deux ou trois fois plus longtemps qu’un tampon.
… mais je crois que ça ne devrait pas durer, pour plusieurs raisons.
– L’immunité des femmes baisse continuellement à cause des poisons dans tout,
– Le nombre d’utilisatrices des coupes augmente très fortement tous les ans,
– Certaines font n’importe quoi, comme une qui a témoigné sur un forum qu’elle n’avait pas vidé sa coupe pendant 17 heures.
Dans son cas, pas de problème de santé, elle avait juste oublié.
… mais donc je ne serai pas surpris que l’on entende bientôt parler de syndrome du choc toxique lié à une mauvaise utilisation d’une coupe.

Pour le moment une coupe est très sûre.
Pas de produits chimiques.

Les sécrétions ne sont pas arrachées sur presque tout le vagin comme avec un tampon. La coupe n’aspire rien, elle se contente de rassembler le trop plein qui ne peut pas rester sur les parois du vagin. C’est respectueux du fonctionnement naturel du corps.

Il faut la vider deux à quatre fois par jour.

Comme l’utilisation de la coupe ne coûte rien, pas comme avec les protections jetables à usage unique, il est possible de la mettre en place un peu avant la venue des règles.

Les réveils désagréables dans une mare de sang ne sont plus possibles.

Ce n’est pas quelque chose qui se montre, mais chez beaucoup de femmes, sous le drap propre, le matelas ressemble définitivement à ça :

Même le nettoyage de la coupe n’utilise pas de produits chimiques.
Il suffit d’un simple rinçage à l’eau pendant le cycle, avant de la remettre en place.

Puis à la fin du cycle, une stérilisation à l’eau très chaude pendant quelques minutes.

Pas besoin de matériel particulier ni de produits chimiques.
Une simple casserole suffit.

Ou même une tasse ou un verre rempli d’eau, à mettre quelques minutes au micro-onde.

Certains fabricants vendent un peu trop cher des « stérilisateurs ». C’est juste des verres en plastique dur, qui peuvent aller au micro-onde, avec un couvercle pour garder la chaleur pendant la stérilisation.

Il peuvent aussi servir à stocker la coupe à l’abri de la poussière quand elle n’est pas utilisée.

L’entretien d’une coupe est extrêmement simple, rapide et pas cher du tout.

L’utilisation a quand même un problème (mais qui a été résolu récemment de plusieurs façons, j’en reparlerai plus loin), c’est l’obligation de se laver plusieurs fois les mains.
Avant pour ne pas mettre des microbes dans le vagin, pendant pour rincer la coupe, la replier, la ré-insérer, puis après pour enlever encore quelques traces de sang sur les doigts.

Une coupe ne peut pas vraiment être utilisée n’importe où, n’importe quand.

Par exemple, les dernières fois où vous êtes allé dans un établissement avec des toilettes publiques (restaurant, amphithéatre, salle de concert, ikea, bar…) presque jamais il n’y avait un lavabo comme sur cette photo :

C’était probablement plus une minuscule pièce dégueulasse avec juste un WC, pas de lavabo, et dix personnes derrière la porte à attendre, justement devant le lavabo.

En dehors de la maison une coupe oblige plutôt à porter une bouteille d’eau et-ou des lingettes dans le sac à main.

Des lingettes sans alcool, pour le nettoyage des mains, de la coupe et de l’entrejambe.

Le sang peut être versé dans les toilettes, ou n’importe où,

mais il faut que les deux mains soient propres pour plier la coupe pour réduire sa taille pour la mettre en place.

Sous la douche par contre toutes les manipulations peuvent être faites en un court instant. Lavage des mains, retrait, vidage, rinçage de la coupe et du corps, remise en place, re-rinçage, puis séchage.

Une coupe ne se met pas aussi haut qu’un tampon. Il absorbe par capillarité, donc il peut être légèrement au-dessus du fluide, il aspirera.
Une coupe par contre n’est qu’un entonnoir qui rassemble ce qui coule, donc sa position est en-dessous.

Placée trop haute elle sera au-dessus du col de l’utérus et il y aura des fuites.

Il n’y a pas de hauteur standard, la même pour toutes.
Ca dépend de la forme de la coupe, de ses options (tirette…), du confort…

Il existe au moins 5 manières de plier une coupe pour la mettre en place facilement.

La bonne méthode dépend au cas par cas surtout de la forme de chaque coupe et d’où sont les épaisseurs qui la rigidifient.

Sur toutes les coupes, après l’insertion, il est conseillé de vérifier avec le doigt qu’elle s’est bien déployée, pour qu’il n’y ait pas de fuite.
Si besoin une très légère rotation sur elle-même peut suffire à l’ouvrir entièrement.

Normalement il n’y a pas de difficulté, mais…

Les premières fois sont difficiles pour presque toutes les femmes. Cette vidéo est un bon exemple :

J’avais lu un témoignage qui m’avait semblé trop bizarre, jusqu’à ce que j’ai temporairement un petit problème de santé qui me fasse tout comprendre. Une utilisatrice parlait de plusieurs minutes de douleur pour le retrait et la remise en place de sa coupe, alors que c’est sensé être une simple formalité de quelques secondes.

J’ai acheté un nouveau savon « bio » tout en produits naturels, avec un texte publicitaire qui donnait très envie, pour me débarrasser des petits boutons d’acné sur mes épaules.

Sauf que sous la douche, au lieu de frotter seulement mes épaules, je l’ai utilisé pour tout, comme shampoing et gel de douche, de la tête aux pieds.
Le résultat a été incroyable. Ca a provoqué une énorme inflammation des muqueuses et un phimosis très sévère en seulement quelques jours. Je ne savais pas que ça pouvait arriver à un homme, je croyais que les garçons naissaient simplement avec.

J’ai trouvé ça presque invivable en fait. L’impossibilité de décalotter le bout entraîne l’impossibilité d’uriner debout en visant précisément comme un tireur d’élite droit dans le trou de la cuvette beaucoup beaucoup beaucoup plus bas, sans en projeter absolument partout dans les wc. Donc obligation de s’assoir pour faire pipi comme une fille, tsss…

Il n’y a que deux solutions pour régler le problème. La première est une opération chirurgicale, la circoncision, qui entraîne une grosse perte de sensibilité définitive.

La seconde, apparemment très peu connue sur l’internet francophone vu le mal que j’ai eu à trouver des informations pertinentes, est le port pendant seulement quelques semaines d’anneaux en silicone de plus en plus gros.

Un anneau à la bonne taille s’enlève en quelques secondes, sans douleur, alors qu’un anneau de seulement quelques millimètres de diamètre en trop pour le corps provoque plusieurs minutes de douleurs lors d’un retrait incroyablement difficile.
Juste quelques millimètres de différence et c’était soit abominable soit hyper facile.

Le pliage et la mise en place ressemblent beaucoup aux manipulations des coupes menstruelles.

Au fait, puisque j’y suis, pour les hommes qui auraient ce problème, je rajoute une astuce  pour que le traitement ne leur coûte rien.
Je n’étais pas très chaud pour dépenser 160 dollars pour commander en Amérique un kit de quelques anneaux en silicone, sans même savoir si ça marche.
Alors bonne nouvelle, ça marche. C’est même étonnamment rapide.
Chaque anneau ne sert que trois ou quatre jours. C’est apparemment le temps qu’il faut, pas juste pour tirer sur la peau mais pour refabriquer de la chair. Donc financièrement, c’est très cher pour des anneaux qui ne serviront que trois ou quatre jours, même si l’investissement empêche une opération provoquant un handicap définitif, c’est trop exagéré.

J’ai fabriqué tous les miens gratuitement, en quelques minutes, en découpant un vieux moule à gâteau en silicone tout doux qui traînait sans servir dans un placard de ma cuisine depuis des années.

Une paire de ciseaux pour couper des bandelettes de différentes longueurs.
Un peu de fil, une aiguille et deux minutes pour faire chaque bague.
C’est moche mais comme chaque bague ne sert que 4 jours, et que l’on est pas sensé exhiber cette partie de l’anatomie, l’aspect ne compte pas.

Voilà donc pourquoi je connais très bien le problème de quelques millimètres de diamètre en trop, qui suffisent à faire une différence extrême, d’une mise en place ou un retrait sans douleur en quelques secondes, ou de plusieurs minutes d’enfer extrêmement douloureux pour simplement arriver à retirer l’anneau. Juste pour quelques millimètres de plus que ce que le corps peut supporter.

Pour les coupes menstruelles il existe une très grande variété de tailles et de formes, donc le choix d’un modèle plus fin ou plus lisse ne manque vraiment pas si une est douloureuse.
… mais d’après mon expérience d’homme, le corps s’étire et s’adapte durablement en seulement quelques jours. Une coupe qui a fait mal les premières fois n’est donc pas forcément à oublier définitivement dans un tiroir. Peut être qu’après l’utilisation d’une coupe plus fine pendant quelques temps, la plus grande deviendra confortable.
Pareil pour un modèle avec un bourrelet qui se sent trop les premières fois…

 

Pour le confort la Lily Cup classique est très différente des coupes standards.

Elle n’a pas de bourrelets qui la rigidifient. Elle est toute lisse sur toute la longueur.
Les épaisseurs qui la maintiennent déployée sont dans l’autre sens, sur toute la hauteur.
Elle est légèrement plus fine et plus longue.

Elle est tellement facile à mettre en place et à retirer qu’il n’y a même pas besoin des petits trous en haut de la coupe pour diminuer l’effet ventouse qui gène d’autres coupes.

C’est un modèle basé sur le confort.

Peut être que pour la femme sur dix qui ne supporte pas les coupes, elle est la solution.

Quasiment tous les commentaires d’utilisatrices sont excellents. Ca semble être un très bon produit, très au-dessus du lot.
Sauf pour le prix, un peu élevé, mais les commentaires disent que ça les vaut.

La même marque propose par contre une autre coupe « compacte » qui semble être un carnage. Regardez cette image, elle montre de suite le problème :

« La coupe la plus douloureuse ».
… et en plus c’est une youtubeuse qui a déjà eu des enfants, ça montre le niveau de confort.

L’idée stupide était de concevoir une coupe super design, pour prendre peu de place dans le sac à main ou la poche, pour avoir un aspect cool et branché à côté de l’iphone :

C’est conçu comme un gadget à exhiber, pas prioritairement comme un objet à porter confortablement à l’intérieur de soi pendant des centaines d’heures.

Sa contenance est minuscule. C’est donc aussi la moins pratique de toutes.

… Et pire, l’idée de réduire la place occupée dans le sac à main est un ratage complet, puisque il faut rajouter un boitier bien dur, qui finalement prend autant de place qu’une coupe ordinaire qui s’aplatit facilement dans son sachet souple.

La même marque peut donc avoir dans son catalogue à la fois un produit excellent et quelque chose à ne pas acheter, les deux extrêmes.
Donc pour choisir, ne vous contentez pas de faire confiance en une marque mais regardez plutôt un modèle en particulier.

Intimina est apparemment une marque innovante, qui prend des risques et se positionne sur des niches quasiment ignorées des concurrents.

La marque propose aussi des coupes menstruelles extra-plates et beaucoup plus larges, pour une mise en place totalement différente.

Pas besoin de pliage, il suffit de la pincer légèrement et de l’insérer. C’est encore plus facile.

Le « disque » n’est pas plutôt vers l’entrée du vagin, mais tout au fond, juste sous le col de l’utérus. Il est tellement long qu’il le recouvre totalement et recueille tout le sang qui coule.

Les commentaires d’utilisatrices vont d’un extrême à l’autre, sans aucun juste milieu. Soit elles adorent, soit elles détestent totalement.
Une satisfaction totale ou un carnage avec plein de fuites qui fait regretter l’achat, surtout que le prix est plutôt élevé.

Cette coupe est peut être intéressante justement pour celles qui ne sont pas satisfaites des coupes de formes plus ordinaires.

L’absence de tirette pouvant gêner et le contact lisse sur une longue surface permet des rapports sexuels par pénétration vaginale.

Là aussi, les commentaires vont d’un extrême à l’autre sans juste milieu. Soit c’est parfait, une pénétration « propre », sans fuite, sans tache de sang, soit c’est un carnage.

Ca doit dépendre beaucoup de l’anatomie des deux partenaires, des positions préférées, des angles de pénétration, de la vigueur des mouvements…
Ce qui convient à un couple ne convient pas forcément à un autre.

Il existe aussi des versions jetables des disques menstruels. Ce n’est pas du tout écologique, ça fait beaucoup de déchets. Ca dure au maximum 12 heures et le coût d’utilisation est très élevé.
En jetable il ne semble y avoir aucun avantage pour les utilisatrices, seulement pour les fabricants.

Ou pour un usage très exceptionnel, comme de se baigner juste une fois très rarement.

Ce qui revient quand même très cher. Le prix d’une seule boite de jetables est le même qu’une coupe ordinaire qui dure jusqu’à dix ans. Financièrement c’est un très mauvais plan.

Ce genre de coupe est plutôt pour avoir une pénétration sexuelle vaginale pendant les règles.
Une femme sur deux a un sentiment de honte et se sent sale pendant ses règles.

(… alors que trois hommes sur quatre n’auraient pas du tout envie de s’enfuir pendant cette période).

Au sujet de la pénétration vaginale avec une coupe ordinaire, une utilisatrice se confiait dans un commentaire, disant que ni elle ni son partenaire n’avaient senti la coupe.
C’est bizarre, non ?

Ca me semble étrange.
Ceci dit, elle n’avait pas précisé si son homme à un zizi aussi microscopique que celui des statues grecques.
Ca expliquerait.

Ou peut être qu’elle avait un modèle sans tige, comme les Luneales :

 

Ou un modèle avec une tirette très courte, ou un modèle a boule, un anneau…

Meluna a un éventail gigantesque d’options qui proposent tous les choix possibles.

En 4 tailles en diamètres, sur deux hauteurs, normales ou plus courtes.

(Et dans toutes les couleurs).

Peu importe la nature de l’activité physique, sexuelle ou pas du tout (équitation, vélo, natation, danse…) une Meluna Shorty pourrait convenir à presque toutes les femmes.

La plus petite capacité n’est pas gênante puisqu’il s’agit justement d’une coupe de jour. Elle peut être vidée souvent.

Il n’est pas forcément nécessaire de racheter une coupe juste pour avoir une tirette beaucoup plus courte. Presque toutes peuvent se raccourcir facilement ou même être coupées entièrement. Il suffit d’une paire de ciseau et d’une lime à ongle pour adoucir l’angle.

Ca peut être pratique si la tige se sent trop, ou si elle dépasse parce qu’un port bas est finalement préféré, par exemple.

C’est un bon moyen de recycler gratuitement une coupe qui n’est pas beaucoup utilisée, sans forcément devoir investir dans une autre.

… mais les prix ont tellement chuté qu’il devient très facile d’investir. Une erreur est sans conséquence sur une coupe à 12 euros.

Pour les modèles beaucoup plus chers, si après quelques essais une coupe ne convient vraiment pas, plutôt que de la laisser définitivement dans un tiroir elle peut éventuellement être donnée à une autre femme. Ce n’est pas du tout du jetable mais des objets qui peuvent durer jusqu’à dix ans. Et comme c’est stérilisé à chaque utilisation il n’y aura donc pas de problème. C’est surtout une question de réticence personnelle.

 

Les blogueuses et youtubeuses intéressées par le sujet montrent presque toutes une assez grande collection.
Ca révèle une tendance des femmes à acheter petit à petit des modèles de coupes avec de petites différences utiles, pour s’adapter au mieux à tous les moments et à toutes les situations. Il y a maintenant tellement de choix qu’il existe forcément une coupe adaptée.

Par exemple une coupe de grande capacité pour les nuits sans devoir se lever malgré un flux très abondant.

La Femmycyle semble parfaite pour cet usage.

Elle est prolongée par un très astucieux entonnoir souple qui peut s’inverser très facilement pour vider la coupe, la laver, ou servir de protection anti-renversement dans toutes les positions, donc idéale pour dormir. Peu importe les mouvements dans la nuit, ce qui entre dans la coupe ne peut plus en ressortir.

Cette vidéo (en anglais mais les images sont très parlantes) montre le principe de cette coupe :


Elle existe en trois tailles. Maxi, normale et aussi pour les femmes avec un col plus bas.

 


Une nouvelle coupe en particulier pourrait intéresser quelques millions de françaises avec de fortes douleurs. Les millions de fribromyalgiques à cause des ondes partout et des poisons dans tout, mais aussi celles avec une tendinite, ou de l’arthrite, une blessure temporaire, etc…
Avec de très fortes douleurs dans les mains il n’est pas forcément possible de garder la coupe pliée pour la mettre en place.
En manquant de mobilité fine le simple retrait peut aussi être très difficile, en manipulant une minuscule tirette, ou sans avoir assez de force aux bouts des doigts.

L’Amycup est vendue avec un tube applicateur très astucieux, qui permet la mise en place comme le retrait.

La coupe est maintenue pliée par le tube. Il suffit de pousser avec un doigt pour la mettre en place aussi facilement qu’un tampon avec applicateur.

 

L’autre côté du tube applicateur a un pas de vis qui s’emboite fermement sur la coupe pour la retirer en utilisant confortablement tous les doigts si nécessaire. Et ceux ci resteront propres et secs.

La coupe est vendue avec un petit flacon de lubrifiant, ce qui facilite par exemple une mise en place alors que les règles n’ont pas encore commencé à couler et à lubrifier le passage.

Tout s’emboite astucieusement pour prendre un minimum de place.
Ce produit semble remarquablement bien conçu.

Le prix est plutôt raisonnable, vu tout ce qu’il ajoute par rapport à une coupe ordinaire.

Des femmes en bonne santé peuvent aussi être intéressées, pour l’applicateur. Même dans un lieu où se laver les mains n’est pas possible, la coupe peut être mise en place sans soucis.

 

Depuis peu de nouvelles coupes révolutionnaires sont apparues.

La tige est creuse avec un système très simple d’ouverture au bout. Ca peut être un simple bouchon fixé à la coupe et qui ne peut pas tomber dans les toilettes, mais aussi un système de valve à bille qui s’ouvre et se ferme en moins de deux secondes avec deux doigts :

… ou encore une forme particulière de tube qu’il suffit de pincer légèrement avec deux doigts pour ouvrir un passage pour vider la coupe sans avoir à la retirer.

Pas de sang sur les doigts.
Pas besoin de se laver les mains avant pendant après. La mise en place peut être faite une seule fois pour plusieurs jours.
C’est un produit fantastique dans une préparation survivaliste à une rupture de la normalité ou à la guerre, mais aussi pour les voyageuses. C’est un produit nomade parfait, qui se suffit à lui-même durablement.

Au quotidien dès maintenant, l’amélioration de la qualité de vie est évidente.

Avoir ses règles devient presque comme simplement faire un petit pipi, comme en vidant vite fait sa vessie sur les toilettes.

Toutes les contraintes liées aux règles disparaissent.

Toutes les manipulations, les préparatifs, les nettoyages, peuvent être remplacés par le fait de pincer proprement un tube avec deux doigts pendant quelques secondes.

Ca, c’est clairement un type de produit qui va améliorer considérablement la vie des femmes.

Et ce qui m’étonne c’est que ces innovations ne sont pas beaucoup plus chères au lancement. C’est même le contraire.
Par exemple la Sileu à valve coûte moins de 10 euros sur Amazon. L’équivalent d’un seul mois d’achat de protections jetables toxiques.

Elle est remarquablement bien conçue.
C’est une coupe de petite taille, un peu rigide pour ne pas se pincer et avoir des fuites pendant des activités physiques. A priori c’est un très bon choix pour un modèle de jour.

La boite contient même une deuxième bille, au cas où. C’est vraiment prévu pour une utilisation durable.

A un prix aussi faible, c’est LA coupe à acheter sans hésiter.

 

 

— —

L’article n’est toujours pas terminé. Il m’a déjà fallu énormément plus de jours que ce que j’avais prévu pour l’écrire et l’illustrer.
Il y a déjà 150 images et c’est loin d’être terminé.

Il manque encore les deux derniers chapitres presque finis de rédiger, quelques paragraphes à rajouter par-ci par-là et des vidéos.

Je publie momentanément comme ça pour vous faire de la lecture.
J’ajouterai la fin dans quelques jours, avec les corrections de fautes d’inattention.

Ca va très largement dépasser le cadre des menstruations.

Comme vous avez pu voir dans l’article, plus rien ne marche correctement, en santé, en consommation, en protection des français(es), dans presque tous les domaines…
Les élus sont tellement corrompus et incompétents que nous sommes tous en train de nous faire empoisonner et stériliser.
On peut changer tout ça.
L’élection européenne qui arrive dans quelques mois peut nous donner le pouvoir de changer les normes sur toute l’europe (bof…) mais donc surtout sur notre territoire.

La liste doit être à la parité parfaite. Il faudra autant de femmes que d’hommes.

Je suis certain de gagner, pas seulement pour le contexte de rejet de tous les politiciens habituels et de tous les partis politiques, mais parce que je suis le seul en France à avoir des milliers d’idées de réformes déjà prêtes, en stock.

Pour changer toutes les choses qui nous font du mal, j’ai besoin de 30 femmes exceptionnelles sur ma liste.

 

A suivre…

 

 

 

 

Energie gratuite, propre, illimitée, pour tous les usages, pour tout le monde sur la planète

J’ai une solution simple à presque tous les pires problèmes des humains partout sur la planète, actuellement.

Sérieusement.

Comme par exemple le fait qu’1,7 milliards de personnes n’aient pas accès à l’eau potable, ou pour créer des centaines de millions d’emplois partout dans le monde pour résoudre le chômage de masse, en rendant partout inutile l’émigration économique, ou aussi pour remplacer le pétrole qui s’épuise, comment diminuer le besoin en électricité nucléaire, ou comment transformer les milliards de tonnes de déchets plastiques qui asphyxient nos océans en matière première pour construire des machines utiles qui vont permettre de recycler le plastique pour dépolluer notre monde…

Vraiment.

Je ne suis pas un politicien qui organise traitreusement les problèmes pour prétendre les résoudre (comme toujours avec plus de taxes), en se donnant le bon rôle devant les caméras.

En fait je ne suis pas non plus comme les millions de charlies qui se rassemblent pour pleurnicher dans la rue après un attentat mais ne font rien pour que ça ne se reproduise plus.
Ni comme les millions qui ont perdu leur temps à signer des pétitions contre la soi-disant « loi » pour légaliser le « mariage » contre nature.
En fait je ne suis simplement pas capable de décrocher un téléphone pour pleurnicher pendant des heures avec tous les amis, comme les gens « normaux », et c’est ce qui change tout.

Regardez cette image :

Capture d ecran Aspie-QuizEn quelques mots ça signifie que je suis biologiquement programmé pour être plutôt associal et pour chercher tout seul des solutions pour faire les choses moi-même sans avoir à attendre que les charlies se décident enfin à bouger.

C’est plutôt cool pour un survaliste d’avoir des tendances asperger.

On dirait que le destin fait bien les choses, souvent.
Ca aurait été un gaspillage si j’étais né musulman, n’ayant le droit de lire qu’un seul livre qui ne contient presque rien, alors que ce qui occupe le plus clair de mon temps est la recherche obsessionnelle d’informations, en croisant des milliers de données à priori sans rapport dans lesquelles je perçois des schémas.

Une énorme partie des inventions qui ont fait faire des bonds gigantesques dans l’évolution de toute l’humanité sont sorties du cerveau de quelques hommes blancs occidentaux avec une forte tendance asperger.

Tenez, Graham Bell, Thomas Edison étaient autistes aspergers. Ils ont inventé le téléphone ou l’ampoule électrique, par exemple.

Rien que pour l’ampoule, il a fallu 10 000 tentatives différentes avant de réussir. Cet investissement personnel démesuré est caractéristique.

Einstein était parait-il un autiste de haut niveau. Il lui a fallu de nombreuses années de plus que tous les autres gosses autour de lui pour enfin commencer à simplement parler.
On voit ce qu’il est devenu. Une star des livres d’histoire.
Il a permis au monde d’avoir l’énergie nucléaire pour faire fonctionner les ampoules, avoir de la lumière sans effort, juste en cliquant sur un bouton.
En partie grâce à lui presque toute l’humanité ne cherche plus l’autonomie énergétique et verse une rente à vie aux quelques uns qui possèdent les centrales énergétiques et qui décident de doubler doucement le prix tous les dix ans sans que vous ayez votre mot à dire, puisque vous êtes totalement dépendants.

En partie grâce aux innovations de son cerveau si brillant, la terre est remplie de milliards de tonnes de déchets nucléaires radioactifs jusqu’à la fin des temps, tellement abondants que pour vider les cuves du fluor radioactif impossible à stocker à un coût raisonnable, vos maitres nous le font boire dans l’eau « potable » comme un complément alimentaire « pour ne pas avoir de caries »…

Si si. Vous les gens « normaux » mignons charlies, vous gobez tout. Il suffit qu’une personne avec un niveau de hiérarchie sociale vous dise que le ciel est vert pour que les trois quarts d’entre vous l’acceptent.
Et l’autre quart prend des psychotropes légaux pour ne pas réagir au fait qu’un ciel vert n’est pas normal.
Regardez ce que vous avez comme président.
Regardez ce que son gouvernement nous fait, tout le temps. On est en dictature et vous votez encore pour eux.
Vous signez des pétitions et ne bougez pas quand vos biens sont pillés.
Vous trouvez que vous êtes vraiment « normaux » ?
Vous semblez plutôt totalement déficients.

Elle n a pas de pieds

Regardez cette fille. Elle n’a pas de pieds et elle court sur la plage

En fait c’est quoi votre excuse pour tout laisser détruire, salir, ne pas agir ?

Vous n’avez jamais été obligés de vous endurcir en faisant plus d’effort que les autres en devant lutter aussi contre vous-mêmes pour faire des choses qui à vous semblent faciles ?

Vous avez eu la malchance d’être nés « normaux ».

Donc vous avez un handicap, vous ne pouvez pas agir comme vous en rêvez si avant une hiérarchie ne vous en donne pas la permission.

Gros supporter qui vit sa vie par procuration devant son poste de television

Dans cinq ans je remettrai un bout de papier dans une urne pour changer tout ce qui ne marche pas dans nos vies

Je crois que vous avez un besoin vital des quelques personnes qui osent, pour vous remettre dans le droit chemin et vous empêcher de vous suicider en continuant à pousser tout le troupeau de moutons du haut de la falaise.
Bhèèèèèèèè,
pof !

Regardez votre grand espoir politique du moment, comme elle est brillante et emploie son temps intelligemment et efficacement :

Capture d ecran facebook du compte de Marine Le Pen perdant son temps

Elle se soumet à un procès en bien pensance judiciaire pour avoir dit cinq ans plus tôt son opinion sur la mauvaise conduite des musulmans dans nos rues.

C’est lamentable.
Aucun recul.
Une marionnette du système.

Ce n’est pas qu’elle. C’est vous, tous les gens « normaux ». Votre bon sens ne fonctionne pas correctement. Il se laisse facilement perturber par les mensonges et surtout, surtout par votre besoin de rester socialement accepté.
Si la hiérarchie dit que la terre est plate, c’est okay pour vous.
Si le pape vous dit d’héberger chez vous, dans votre famille chrétienne, deux islamistes, « par charité chrétienne », vous trouvez ça normal et généreux, pas du tout suicidaire.

L arnaque de la cop21, des milliards detournes pour l afrique

Les français deviennent de plus en plus pauvres. Leurs politiciens décident d’augmenter encore la dette de plusieurs milliards pour aider l’Afrique…

Vous savez que pour le moment vous n’avez aucun avenir enviable.

Vos maitres ont décidé que vous deviez payer pour tout, tout le temps, de la naissance à la mort, et même au-delà, pour tout, même pour ce qui est gratuit.

Ce que vous avez déjà payé une fois, collectivement comme la sécu, vous le repayez une deuxième fois en mutuelle, en jour de prélèvement sur le salaire « par solidarité » pour combler le trou fictif de la sécu, vous payez une part non-remboursée sur les médicaments et tous les soins, etc…
C’est comme ça pour tout, dans tous les domaines.
Vos maitres organisent même des monopoles avec destruction de toute concurrence pour que vous restiez définitivement esclaves malgré vous. Vous n’aurez pas le choix et serez obligés de payer, comme pour le doublement du prix de l’énergie depuis la privatisation « pour faire des économies ».

Vous n’y pouvez rien. C’est dans votre nature. Vous êtes des mammifères sociaux. Vous avez besoin de maitres, de hiérarchie. Vous avez presque tous eu la malchance de naitre avec ce handicap de sociabilisation obligatoire, du souci du qu’en dira-t-on, du besoin d’être dans un groupe énorme avant d’oser bouger, et d’attendre qu’un des moins handicapés parmi vous se décide à prendre la parole ou à ouvrir le chemin.

Même pour parler à Dieu, pour l’écouter, vous croyez que vous devez passer par des pédophiles et des coupeurs de têtes. Vous n’osez pas lui dire « Hé Dieu t’es là ? il faut que je te parle, tu vas rire. Ou pas. Je crois que j’ai une solution valable pour sauver le monde que tu as abandonné… »

 

Tout ça, votre besoin d’être en groupe et d’avoir des chefs, je vois que c’est mauvais pour vous. Non, mauvais pour nous tous.

(Pof, l’air de rien, après vous avoir fait la morale comme à des gosses, je me fonds habilement dans votre troupeau. Béééh.)
(Je m’adapte à votre tendance puisqu’il est plus simple et rapide de changer une personne que des millions. Vous êtes programmés pour suivre, alors suivez-moi.)

Non non, moi, je ne vous suis plus.
Je n’ai pas envie de vous suivre vu l’enfer que vous laissez créer.

Alors je prends mon propre chemin en laissant la route libre derrière moi, pour ceux qui veulent changer de voie.
Et c’est là qu’on va s’amuser…

Vous n’aurez pas de laisses.
Ca va peut être vous faire bizarre au début parce que vous n’y êtes pas habitués, mais vous allez vous retrouver sans chaine, sans maitre.

Vous déciderez vous-mêmes si vous voulez vous éloigner, explorer d’autres voies, ou revenir sagement mendier à la CAF une aide pour payer votre loyer parce que même en travaillant 105 heures par semaine vous n’arrivez pas, à cause des 60% de charges directes et des centaines d’impôts plus ou moins directs, locaux ou nationaux, que vous êtes obligés de payer pour faire partie de ce monde épanouissant appartenant aux financiers.
Rien ne semble marcher correctement dans la voie que vous avez choisie. Ou que les politiciens, franc-maçons, financiers, ont décidé de vous imposer sans jamais vous laisser le choix. Mais sans que vous osiez refuser de toute façon.

Là je vais vous montrer quelque chose de différent. Réaliser vos rêves impossibles, ça vous plairait ?
Mais attention, ce n’est pas moi qui vais tout faire pour vous, c’est à vous de mettre la main à la patte. Il ne suffira plus d’appuyer sur un bouton. Si vous voulez du bon changement il faudra le mériter.

Je ne vous donnerai pas les choses essentielles contre votre esclavage, comme maintenant.
Je vais juste vous montrer que des choses les plus essentielles peuvent être produites sans payer pour tout, juste en faisant ce que vous décidez, vous.

 

Le soleil est une énergie gratuite totalement propre qui crée la vie sur notre planète sans polluer, depuis des milliards d’années.
Le rayonnement solaire apporte 99,97 % de toute l’énergie utilisée sur le globe, par les mers, les plantes, les animaux, le climat,… tout.
L’énergie dégagée par les activités humaines à partir de TOUTES les sources fossiles (pétrole, charbon, poison de schiste…) ET par le nucléaire, pour toute la planète, représente seulement 0,007 %.
Quand on voit le bilan au niveau pollution pour aussi peu, il est temps de tout remettre en question.

Mur couvert de rosier
Le soleil tue aussi très vite, parfois. Allez dans le désert sans eau, ou restez trop longtemps en slip sur une plage a profiter d’hectares de reverbération de la lumière sur la surface brillante de l’eau et vous verrez comme vous cuirez.
Ou même, regardez simplement l’état des récoltes, des jardins. Cette année encore la perte est presque totale pour environ les trois quarts des agriculteurs français.
C’est un carnage.
Deux canicules dans l’été, mélangées à une sècheresse interminable, puis les deux tiers des départements ont eu l’interdiction de puiser de l’eau pour arroser les cultures.

Le soleil tue aussi lentement, sur la durée, mais il est terriblement efficace.

Un seul soleil.
Imaginez ce que vous pourriez faire si vous étiez chacun capable d’avoir la puissance de deux, quatre, six, dix, 20, 100 soleils, pour faire tout ce que vous voulez, détruire ou créer.
C’est ce que je vais vous montrer.

Pour lire le reste de cette page il vous faut garder cette idée en tête :
Appuyer sur un bouton électrique permet d’avoir instantanément des micro-ondes cancérigènes qui vont transformer la nourriture en masse morte, nocive pour le corps, grâce à des centrales nucléaires ou à charbon nuisibles pour toutes les formes de vies sur notre petite planète.

Mais on peut aussi faire cuire des aliments sans énergie polluante, juste en concentrant le soleil, gratuit, illimité.
Ca demande seulement plus de temps.

Pour avoir de l’eau chaude, on peut ne pas la faire couler à trois heures du matin pour faire la vaisselle grâce à un chauffe-eau moderne connecté à un réseau d’abonnement payant, qui puise son énergie dans une centrale nucléaire à 300 kilomètres.
L’eau peut être chauffée pendant la journée grâce à un capteur solaire thermique, et accumulée dans des ballons pour servir même en pleine nuit. Sans nuire à personne.
… sauf à ceux qui ont profité de l’arnaque de la « privatisation » des réseaux d’énergie bradés par les traitres qui vous gouvernent, auxquels vous ne versez plus leur part du butin si vous devenez autonome énergétiquement.

Pour les panneaux photovoltaïques reliés à des batteries c’est le même principe. L’énergie gratuite, non polluante, parfaitement propre du soleil est accumulée pour être réutilisée plus tard, sans nuire à notre planète (donc à nous-mêmes).

C’est un peu comme de comparer l’abattage d’un arbre en deux heures grâce à une tronçonneuse en plastique coloré, avec les 15 ans ou plus qui ont permis lentement de faire vivre et grandir cet arbre, en respectant tous les autres êtres vivants.

Si vous voulez du rapide, tout instantané, sans vous soucier des conséquences, ce n’est pas sur cette page. Retournez à votre vie normale, devant votre télé, avec de la bouffe pour chien micro-ondable, tellement plus du tout naturelle qu’il y a besoin d’inscrire des dates de péremption pour savoir que ce n’est vraiment plus consommable, et n’oubliez pas de prendre vos pilules pour dormir.

Si vous voulez passer à autre chose, c’est ici.
Mais rien donc n’est instantané.
Ce que vous ferez, c’est pour plus tard.
Pour vivre mieux.

Tout ce qui est bien fait demande du temps.

Le temps est justement ce qui semble recommencer à me manquer.
Ma santé est mauvaise. J’alterne des périodes cloué au lit et des périodes à activité très réduite.
Il m’a fallu plus de deux mois pour refaire de façon lisible les seulement quelques dessins qui manquaient pour finir cet article.
Visiblement je n’aurai peut être plus l’énergie ni le temps de vous faire de magnifiques présentations 3D, avec des vidéos de filles en maillot de bain qui utilisent mes machines pour faire la fête sur une plage. Pour la suite il faudra peut être vous contenter de mes gribouillages sur des post-it et des serviettes en papier quand je veux noter une nouvelle idée à ne pas oublier.

Pour les photos moches de prototypes en matériaux recyclés gratuits et laids, je n’ai plus touché à mes pièces détachées depuis déjà environ 6 mois, pour fabriquer le modèle définitif. Donc je ne crois pas que je pourrai encore fabriquer des machines par moi-même.
En attendant que je m’entoure de personnes motivées et compétentes, je vous écris simplement comment le faire vous mêmes, avec des petits dessins.
Premier prototype de plaque pour concentrer la lumiere
Je ne vais pas vous noyer sous des années de notes et des milliers de graffitis illisibles, mais juste ce qui est essentiel, sur seulement cette page.
Je rajouterai au fur et à mesure des infos utiles, des photos, des schémas, dans les commentaires en bas de la page, ou en améliorant cet article.

Tout a été testé et vérifié.
Ca marche.

Test de cuisson d un oeuf dans sa coquille

… enfin, ça marche… normalement on ne fait pas un oeuf dur de cette manière. On le laisse dans l’eau bouillante pour qu’il soit cuit uniformément partout.
(Je suis passionné d’énergie libre, pas de cuisine, oups!).

Donc, voilà, à partir de maintenant je vous passe le relai.

Si vous voulez faire de jolies présentations en 3D, des vidéos dynamiques et motivantes, pleines d’espoir, pour inverser la tendance de la morosité et reprendre les choses en main, créer un cercle vertueux,
ne vous gênez pas.
Considérez que tout ce qui est dans cette page est en partie à vous.
Il n’y a pas de brevet, pas de copyright, c’est en licence libre.
Vous pouvez en faire tout ce que vous voulez, en retirer tous les avantages, sans limitation, c’est du 100% libre.

J’ai pu trouver parce que des centaines de milliers de gens partagent gratuitement sur internet les informations qui m’ont été utiles pour avancer.

Il n’y a que deux consignes que j’impose :

– Brevet interdit.
Pas de secret, pas d’exclusivité.
Ce qui est utile à tous appartient à toute l’humanité.
Chaque amélioration doit être librement utilisable gratuitement par n’importe qui.

Enfant pauvre chinois recuperant quelques centimes de plastique sur une mer acide morte

– Pas de gaspillage ni de pollution.
Les machines doivent être très facilement réparables, pouvant durer des dizaines d’années.
Indifféremment si vous fabriquez même une seule machine, ou des quantités industrielles, elles doivent être composées de petites pièces simples, démontables, qui peuvent être remplacées ou fabriquées facilement à partir de matériaux élémentaires qu’on trouve en abondance n’importe où dans le monde, ou par de petites fournitures de bricolage très ordinaires.
Le but est de créer un cercle vertueux.
Non seulement diminuer la pollution due à l’énergie sale, mais en plus avoir de plus en plus de machines partout sur la planète, qui permettent de réduire de plus en plus fortement les besoins en énergie polluante,
tout en permettant par exemple de chauffer à l’énergie solaire du plastique recyclé pour le fondre en pièces pour avoir toujours plus de machines, pour valoriser les déchets en appareils d’intérêt général.

Inverser la tendance suicidaire collective vers une dépollution.
Ca va marcher pour une raison simple : vos bugs de gens normaux vous poussent à chercher le profit. Presque tout va mal dans le monde à cause de la recherche de profit. Donc autant s’en servir au lieu de subir.

Donc récupérer les déchets dont personne ne veut pour les transformer en milliers de machines en plastique moulé recyclé, c’est une matière première en quantité gigantesque qui ne coûte presque rien et peut enrichir tous ceux qui le veulent.

Boitiers de CD

Chauffer du plastique pour le deformer

Chauffer les charnières d’un boitier de CD pour les resserrer à peine, juste assez pour créer une résistance qui laissera le capot parfaitement dans l’inclinaison voulue.

Le plastique recyclé est un matériaux sympa en bricolage.

On peut le déformer en le chauffant. Il peut être collé, soudé, percé…
Il existe une grande variété de plastiques plus ou moins faciles à découper, plus ou moins souples.
Ou peut superposer plusieurs épaisseurs extrêmement facilement pour avoir des pièces de la bonne épaisseur.
Pareil pour le caoutchouc.

Chambre a air

Une chambre a air irréparable de vélo d’enfant peut être recyclée en plusieurs centaines de rondelles souples permettant d’apporter un peu de tolérance à un montage, pour faciliter le frottement de pièces sans bloquage.

Machine a trou pour feuilles de classeur

Il suffit d’une paire de ciseaux, d’une perforatrice de feuille pour classeur qui traine dans vos tiroirs, dans vos vieilles fournitures scolaires de quand vous étiez gosses.

Fabrication de rondelles dures en plastique

On peut superposer plusieurs pièces en solide plastique d’emballage pour avoir la bonne épaisseur.

Le plastique est actuellement une ressource illimitée dans nos vies.
Et gratuite puisque c’est théoriquement un déchet pour qui n’a pas appris à regarder.

Rotules en bois, vis et caoutchouc recycles

Pour éviter le blocage entre les pièces de bois nues serrés, des rondelles en chambre à air recyclées permettent d’ajouter un peu de souplesse au serrage

Si vous avez un budget de seulement quelques euros, vous pouvez même récupérer des surfaces très réfléchissantes comme de vieux cd plutôt que de les jeter, ou l’intérieur d’emballages alimentaires.
Je n’ai pas essayé avec l’emballage très brillant de l’intérieur des sachets de chips, mais à priori ça semble utilisable.

Recuperation de vieux cd devenus inutiles

Beaucoup de surfaces réfléchissantes peuvent être employées, faute de mieux.
Ce n’est pas hyper performant mais quand même intéressant de près.

Sur cette photo on voit une borne solaire premier prix à 99 centimes d’euros, qui la nuit tombée éclaire des heures de plus que les autres, avec plus de brillance.
Il suffit d’un morceau réfléchissant de l’intérieur d’un carton de lait et d’un petit bout de fil de fer ou de deux gouttes de colle, pour envoyer énormément plus de lumière sur le capteur photovoltaïque.

Reflecteur en carton de laitC’est tellement simple à faire que je ne comprends pourquoi l’avion Solar Impulse est large comme un Boeing, pour un avion ultra-léger.
La surface est tellement gigantesque que cet avion révolutionnaire ne peut pas voler s’il y a un petit vent.

Solar impulse en plein vol vu du dessus

Le rendement de la transformation de la lumière en électricité avec des cellules photovoltaïques est d’environ 20%.

Mais regardez, une manière très différente d’utiliser une cellule photovoltaïque.
Celle-là est conçue pour encaisser une très haute température. Le rendement grimpe à 70%. Le capteur est minuscule.
Par contre le globe de verre est hors de prix. Et il faut un système complet de haute précision pour suivre la course du soleil…
A mon avis c’est seulement une étape expérimentale, pas utilisable pour produire de l’électricité propre, puisque l’appareil mettra de très longues années à se rentabiliser.

Projet rawlemon

Ce principe général est déjà utilisé couramment un peu différemment pour produire de l’électricité avec d’énormes paraboles.

Plusieurs paraboles thermiques de production d electricite

La minuscule cellule photovoltaïque pour très haute température est remplacée par un système de chauffe d’un circuit d’eau, plus ordinaire qui a très largement fait ses preuves, un peu comme les vieilles locomotives à vapeur.
L’eau dilatée ou carrément transformée en vapeur pousse une turbine et crée de l’électricité.

Il existe aussi des moteurs qui n’utilisent même pas d’eau, juste de l’air chauffé, comme les très simples moteurs Stirling.

Dessins d une parabole thermique

Ces paraboles sont des installations très lourdes, gigantesques, souvent sur plusieurs hectares.

C’est toujours pour la même aberration, produire de l’électricité à des centaines de kilomètres de lignes à haute tension, de l’endroit où un abonné au réseau appuiera sur un bouton pour avoir instantanément ce qu’il veut. Donc ca signifie qu’une bonne partie de l’énergie produite est gaspillée par les kilomètres de lignes, les transformateurs et tous les intermédiaires.
Le rendement réel est largement inférieur à ce qui est prétendu commercialement.
Le problème est toujours de produire très loin, pour vous enchainer à seulement quelques producteurs ou un seul, dont vous êtes totalement dépendant, et devez accepter le doublement des prix sur dix ans.
Pof.
Ceux qui arrosent les politiciens corrompus ont tout compris. Tout le peuple français travaille pour eux.

Champ solaire dessert

Une version optimisée pour les grandes collectivités. Peu de pièces, qui chauffent de très longues canalisations

Il existe de très nombreuses variantes de centrales à concentration solaire.

Par exemple là, c’est une tour solaire chauffée à des milliers de degrés, éclairée par des hectares de miroirs plats.
En fait, si vous regardez avec du recul, vous voyez que c’est toujours le même principe de base, que ce soit en seulement quelques tonnes sur support orientable ou en dur construit dans le sol.
Les miroirs forment globalement une parabole et il y a au centre un système qui transforme la chaleur en énergie utilisable.

Tour solaire thermique gigantesque

Les paraboles solaires ont les mêmes défauts que les lentilles de concentration, les loupes.

Concentration du soleil avec une lentille geante

L’usage est limité parce que la température n’est pas réglable. En quelques secondes des centaines (ou milliers de degrés selon la taille et l’ensoleillement) transforment du métal en vapeur. Impossible de simplement chauffer un biberon avec ça.

Canette d aluminium fondu

L’aluminium fond a seulement 600 degrés

L’autre limitation des usages est qu’en plus la distance d’utilisation est fixe.
Une loupe ou une parabole concentre ses rayons à un point très précis.

Bouteille de biere qui eclate sous la chaleur d une loupe geante
Ca peut être très pratique pour cuire rapidement à feu vif, pour faire très vite bouillir de l’eau, pour déclencher un feu, pour faire fondre des métaux ou les vaporiser carrément… mais grosso modo, loupes et paraboles sont montées dès le départ pour un usage généralement unique, précis, spécialisé, incapable de s’adapter à d’autres usages.
C’est puissant mais pas polyvalent du tout.

Plaque de cuisson avec une parabole solaire

Par contre, justement c’est puissant. Donc il ne faut pas s’en priver.
C’est incroyablement facile à faire.
Vous avez une vieille parabole satellite inutilisée qui rouille tranquillement sur le toit, en faisant trembler la cheminée pour la casser petit à petit à chaque grosse bourrasque de vent ?
Ce n’est peut être pas idiot de la décrocher.

Vieille parabole satellite sur le toit

Un petit démontage facile, de 6 ou 8 boulons, un bon coup de chiffon humide…

Demontage et nettoyage d une parabole recyclee

Et un film de décoration adhésif à effet miroir, dans n’importe quel magasin de bricolage…

Auto fabrication d une parabole solaire

Rien de compliqué. Un gosse peut le faire.
Puis pendant de très longues années c’est d’énormes quantités de watts gratuits pour tous les usages nécessitant de la puissance.

Desherbage thermique a gaz

Vous voulez allumer un feu sans produit chimique ?
Désherber sans pétrole ni poisons ?

Mur rouge en brique de terre cuite
Transformer de la terre ou du sable en matériaux de construction, en objets utiles, en bijoux fantaisie, faire des briques et des tuiles gratuites, des pots…
créer votre emploi,
faire de l’argent à partir des choses gratuites que la nature nous fournit, sans les modifier avec de l’énergie nucléaire ou des sous-produits de pétrole ?

Souffleur de verre

Artisan souffleur de verre

Le problème est seulement que vos maitres vous ont fait croire que l’énergie pour tout devait être payante et passer toujours par eux.
En fait la nature nous donne tout.

La lumière est une forme d’énergie propre, illimitée, éternelle, qui crée la vie et la mort sur notre planète. Gratuitement.

Chauffer une fenetre

L’hiver dernier j’ai plusieurs fois chauffé ma chambre en dirigeant mes plaques solaires vers ma fenêtre comme sur cette photo trouvée sur le net.
Un seul miroir d’une trentaine de centimètres dirigé sur une fenêtre a fait lever très vite la température des plusieurs degrés de confort qui manquaient dans la pièce.

Plus la surface à chauffer ou éclairer par un reflet est éloignée du miroir et plus la course du soleil se fait sentir.
Pour chauffer une casserole à un mètre on peut poser un miroir qui renvoie le soleil dans sa direction, 20 minutes plus tard il sera toujours en grande partie sur le récipient

Mais si la cible est à plusieurs dizaines de mètres du miroir, en quelques minutes la tache de lumière est déjà loin.
Donc si vous utilisez des miroirs pour faire cuire un nid de frelons mortels sans prendre le risque de vous approcher, sans utiliser de poisons chimiques qui tuent toutes les autres espèces, il faut rester pour surveiller.

Ca peut aller très vite en fonction du nombre de miroirs.

Tache de lumiere envoyee sur un thermometre

Regardez la qualité de la lumière renvoyée par un miroir en verre, bas de gamme, moderne. Nous avons maintenant couramment les matériaux nécessaires pour pouvoir corriger le tir du nucléaire, du pétrole, des batteries au lithium, etc…

L’avantage des vrais miroirs est la pureté et la qualité de la lumière. On peut envoyer à des centaines de mètres la chaleur du soleil.

Vous savez ce qu’est un laser ?
« Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation », c’est à dire un rayon de lumière dont la puissance a été amplifiée.
En cherchant des moyens d’utiliser la puissance d’une parabole à toutes les distances, pas seulement au point focal, finalement ça donne une sorte de laser, à énergie propre et sans pièce électronique.
La lumière va tout droit et est amplifiée. Au lieu d’avoir juste un petit trait, la taille des miroirs correspond à la surface chauffée ou éclairée.

Il y a quand même une contrainte. Vu que contrairement aux lasers du commerce il n’y a pas de batterie, pas de piles, pas de fil électrique, que l’énergie est la lumière ambiante, ça n’est pas efficacement utilisable quand la lumière est de mauvaise qualité : ciel trop voilé, pluie, brouillard…
La lumière doit être franche. Pas forcément que la lumière du soleil. J’ai vérifié l’idée en lisant sans problème quelques pages en concentrant la lumière de la lune sur un livre.

Conditions de luminosite

La nuit on peut aussi mettre la plaque sous un réverbère pour renvoyer à des dizaines de mètres un rayon de lumière amplifiée.

Thermometre dans l ombre
Quand j’ai fait ces quelques photos de thermomètre posé contre un mur à l’ombre, c’était un 21 décembre à 16 heures, donc avec un soleil bas et « peu » puissant.
+ 12 degrés en quelques minutes, avec un seul miroir.

Chauffe immediate

Donc, j’ai continué avec 3 miroirs mais j’ai dû m’arrêter presque immédiatement pour ne pas faire éclater le thermomètre qui ne peut se dilater que jusqu’à 50 degrés.

Donc, je vous préviens, pour ne pas que vous ayez des ennuis à vous en servir pour détruire de l’électronique avant que la guerre civile n’ait enfin commencée :
non non non non non non non, vous ne devez pas renvoyer la lumière de quelques miroirs vers des radars automatiques qui soi-disant sauveraient des vies et qui volent surement 40 millions d’automobilistes français illégalement sur tout notre territoire.
Woui oui, les condamnations automatiques sont illégales et anticonstitutionnelles. C’était l’argument pour faire annuler les (très rares) peines d’inéligibilité automatique pour les politiciens corrompus (miraculeusement) condamnés (malgré une « justice » complice). Chaque jugement et chaque peine doit être adapté au cas par cas pour être légal, constitutionnel.
Ce qui n’est pas le cas des centaines de millions d’amendes automatiques qui ont déjà pillé notre peuple, décidées par les quelques pourris qui détruisent la France, sans jamais avoir eu l’accord du peuple.

Article 322-2 du code penal sur la destruction des radars automatiques

Ce n’est pas parce que vous pouvez le faire discrètement depuis n’importe où, depuis votre balcon, en pique nique, depuis la cour de récré, dans un silence absolu, sans déclencher les alarmes anti-vandalisme, que vous pouvez croire vous prendre le droit de détériorer ces machines anticonstitutionnelles qui n’ont jamais jamais été approuvées par notre peuple.

Miroir de salle de bain sur pied

Attention, ne faites pas les cons.
L’électronique d’une manière générale commence à souffrir à peine à 56 degrés. Il suffit de quelques miroirs.

Donc même très involontairement, accidentellement, faites très attention de ne pas diriger accidentellement tous vos miroirs sur des surfaces fragiles.

Le bois et le papier s’enflamment à seulement 230 degrés, ça correspond à vraiment très peu de miroirs sous un soleil de midi.

Vous avez surement déjà perdu des stylos et objets en plastique ou électroniques simplement oubliés une heure dans une voiture garée au soleil avec les vitres fermées.

Pneu de voiture entierement fondu

Alors attention.
Ce n’est pas parce que je compte m’en servir moi-même comme d’une arme incroyable pour punir les salopards responsables de la guerre civile quand elle aura commencée, pour détruire leurs biens personnels, que vous pouvez vous en servir dès maintenant pour nuire à d’autres, détruire les objets nuisibles, dératiser tous les camps de cafards sans vous approcher de leur odeur, rendre inutilisable tout ce qui nous nuit collectivement, comme les antennes relais en plastique et en électronique fragile, inaccessibles au-dessus des toits qui provoquent des douleurs à déjà plus de deux millions de français, tout ça…

Quand je m’en servirai pour attaquer, il n’y aura plus de lois. Pour le moment, l’ordre règne encore un tout petit peu. S’en servir sera puni (et surtout si vous êtes français, blanc, chrétien).

Escalier fondu par la chaleur du soleil

Attention, c’est très très très puissant.
Et pas forcément pour détruire instantanément, en faisant fondre des minéraux comme du sable ou de la terre, de la lave, en concentrant suffisamment de miroirs même à des centaines de mètres.
Ca peut aussi faire fondre déformer et faire s’effondrer des structures métalliques, chauffer au point de faire exploser tout ce qui contient un carburant, même un char d’assaut à 500 mètres du moment qu’il reste immobile plusieurs minutes puisque les blindages ne protègent pas de la chaleur.

Attention.

Pictogramme jaune danger explosion

Tout ce qui est en plastique, peut fondre presque instantanément.
Des portes et fenêtres en PVC peuvent se ramollir en un clin d’oeil pour les ouvrir sans effort.
Je vous dis que lorsque leur guerre civile va enfin commencer, je m’en servirai pour punir et vaincre, faire tout ce qui semble impossible, mais pour le moment c’est la paix.
Oui oui, malgré le nombre de français victimes de « français de papiers » de toujours la même communauté nouvelle venue, on n’est pas encore vraiment en guerre civile. Juste 500 parisiens déchiquetés par ci par là, ce n’est pas encore un chaos de guerre partout presque tous les jours, où plus rien ne revient à la normale.
Donc pour le moment, je vous recommande de ne surtout pas utiliser plusieurs miroirs pour attaquer tout ce qui vous nuit.

Contentez-vous des usages civils, fonctionnels, créatifs… la cuisine, le chauffage, éclairer une fête sur une plage la nuit avec la lumière de la lune, charger vos cancerphones déchargés avec la lueur d’un réverbère, ou parce que le réseau électrique est coupé depuis plusieurs jours à cause d’une catastrophe climatique ou d’un attentat terroriste sur des transformateurs haute tension et qu’il vous faut absolument votre dose de portable, votre cerveau étant devenu accroc aux ondes…

Explosion d immeuble due au gaz

Un immeuble de 9 étages soufflé par une explosion de gaz de ville

Comment vous croyez que la guerre civile se passera ?

Les grandes villes vont être assiégées comme Sarajevo pendant un an et demi il y a une vingtaine d’années ?
Vous imaginez les dégâts sur toute la population ennemie, sans distinction, si des canalisations de réserves d’eau sont chauffées mais sans bouillir, à environ 70 degrés, pour développer les micro-organismes qui provoquent diarrhées, vomissements, déshydratation, qui tuent toutes les personnes fragilisées par les privations, les maladies, les blessures, l’absence de médicaments…
La nature est plus impitoyable et mortelle qu’un homme avec un fusil.

Comme je suis passionné d’énergies libres je suis obligatoirement au courant de ces choses là pour ne pas provoquer de génocides, involontairement.
Par exemple on ne crée pas n’importe comment un circuit de chauffe pour eau stagnante. Les bactéries comme la legionella pourraient s’y multiplier comme dans un circuit de climatisation sale, et tuer ceux qui respirent juste quelques micro-gouttelettes.

C’est bête pour les musulmans de n’avoir le droit de lire qu’un seul livre, qui ne contient pas de science, quand l’occident envoie des milliers de satellites utiles autour de la terre.
Etre tout le temps en train d’agresser, voler et sauter sur tous les prétextes pour libérer leur haine de ceux qui inventent et produisent tout ce qu’ils utilisent, ce n’est vraiment pas malin.

Le djihad va leur faire mal.
Peut être aussi un avant goût de la chaleur de l’enfer…

Lumiplaque, premier prototype

Bien.
Pendant que je suis dans un passage où le ton s’y prête, je vous préviens de ne pas utiliser les mauvaises « lois » pour déposer les mots « Lumiplaque » ou « Amplilux » pour votre exclusivité.
Je souhaite que ces noms soient des thermes génériques, un peu comme un frigo désigne une chambre de refroidissement.
De ma part il n’y aura pas de perte de temps en « justice ».
Je vous laisse imaginer ce que je peux vous faire. Presque rien au-dessus du sol n’est hors de ma portée.

Vous pouvez utiliser les mots, mais pas en faire une marque exclusive.
Ou alors vous changez une lettre, ou… tout ce que vous voulez, mais pas d’empêchement pour les autres.

Tee shirt je suis charlie

Immédiatement dans les jours qui ont suivis les exécutions des franc-maçons insultants de charlie hebdo, des dizaines de parasites ont voulu déposer l’exclusivité de « Je suis charlie », pour obliger tout le monde à leur verser des millions grâce aux « lois » infâmes.

Bien.

Alors, pour la fabrication :
Je me suis imposé dès le départ l’idée que chaque pièce cassée doit pouvoir être remplacée ou refabriquée par quelqu’un qui ne sait pas lire, et même par un gosse, puisque en réalité des centaines de millions de gosses pauvres travaillent dans le monde.

Donc que des pièces d’une simplicité maximale, et qui peuvent être remplacées par un équivalent avec les matériaux locaux, n’importe où sur la planète.
Ca peut être du métal, du plastique, du bois…
Peu importe.

Pieces vendues simplement en magasin de bricolage

Tiges filetées d’un mètre à 90 centimes, boulons premiers prix ordinaires, miroirs premiers prix ordinaires, juste des fournitures de base que l’on peut se procurer n’importe où sur la planète…

Quels que soient les matériaux, les principes sont les mêmes.

Articulation des miroirsAu moins un angle droit qui pivote sur ses deux extrémités.
Ca permet d’orienter le reflet de lumière précisément à la verticale et à l’horizontale.

Pendant un an et demi j’ai perdu mon temps a vouloir faire des rotules qui ne coûtent quasiment rien et super faciles à faire, même sans outils.
C’était une erreur.
Ca m’avait semblé une énorme amélioration d’avoir seulement une boule qui pivote simplement elle toute seule dans toutes les directions, plutôt que de devoir apprendre à orienter les miroirs sur au moins deux axes perpendiculaires, mais en réalité ça crée des problèmes.

Lumiplaque legere a miroir central rond

J’appelle « pétales » les miroirs autour du miroir central.

Dos d une plaque

Quand ils sont tenus par une rotule, ils « tournent » de façon non-désirée sur eux-mêmes et les angles se touchent, se gênent mutuellement, bloquent les mouvements des autres, ne restent pas droits et finalement donnent un aspect général de brouillon raté.
Il faut rajouter plein de pièces pour caler.

Cette rotation indésirable avec des rotules n’est pas un problème si vous utilisez seulement des miroirs ronds, ce qui n’est pas mon cas.

Exemples de compositions pour optimiser les surfaces et l encombrementJe cherche à optimiser la place, le rendement, donc a avoir un maximum de surface réfléchissante dans un minimum de place, pour réduire le coût des matériaux et rendre tout transportable facilement pour tous les usages : camping, pique nique, loisirs, réfugiés, sans domiciles fixes, militaires sur le terrain…

Donc les rotules était une erreur intéressante pendant que je faisais des prototypes, mais je ne les garde pas au final et je ne vous les conseille pas.

Rotule photo avec systeme de blocage

Je vous laisse fouiller par vous-mêmes partout sur internet pour voir le prix des rotules avec un système de serrage. C’est du délire.
Même la moins chère coûte presque le prix d’une lumiplaque entière faite à la main avec quelques fournitures de base, des outils manuels et une perceuse.
Et il faut autant d’articulations que de « pétales », donc les rotules du commerce sont inabordables, mais c’est plutôt facile à faire soi-même.

J’ai aussi essayé de faire des moulages d’une seule pièce pour fabriquer des rotules de différents matériaux et soit la solidité n’était pas au rendez-vous, soit la matière était difficile a retravailler pour les finitions, soit le prix n’était pas accessible à tout le monde. Je pense par exemple aux résines de moulage vendues en magasins de loisirs créatifs… houlaaaa… la facture devient immédiatement dissuasive.

Moule en platre pour fabrication de pieces uniques

Techniquement parlant, fabriquer des moules n’est pas compliqué. C’est juste lent, avec toutes les étapes de séchage de chaque partie.

Selon les techniques que vous maitrisez, les matériaux que vous avez la possibilité d’utiliser, comme par exemple savoir fondre des déchets d’aluminium de boites de conserves pour couler vos pièces, ça peut quand même être intéressant.
Un moule permet de reproduire autant de pièces que l’on veut, toutes identiques, plutôt rapidement et avec peu d’efforts.

Desert dead tree

Le sable du désert peut être fondu en pièces de verre, presque inusables et plutôt solides.

Mur lumineux en briques de verre

Pareil pour la terre africaine sous un soleil brulant.
Il suffit de 900 à 1300 degrés pour la cuisson des différentes terres, pour fabriquer des moules ou des éléments de construction.

Mur en briques de toutes les couleurs

Il y a donc déjà ce qu’il faut sur place, partout dans le monde, pour fabriquer des machines. Il suffit de s’adapter aux matériaux locaux.

Si le matériaux est très lourd, il faut faire des pièces épaisses, pour des machines collectives non-transportables.

Pour les machines très légères en plastique recyclé, là par contre alors, une rotule au centre de chaque pétale semble être une bonne solution.

Vous savez qu’il y a des tas d’ordures de plastiques flottants, qui forment des « continents » de déchets, jusqu’à plus de 30 mètres d’épaisseurs, à plusieurs endroits sur les océans ?
Le plastique ne manque vraiment pas.

Le septieme continent en plastique flottant

D’autant plus que le récupérer est déjà solutionné. Un adolescent a trouvé comme fabriquer des barrages flottants qui utilisent les courants naturels pour récupérer les déchets flottants, et les rassembler dans des barges grâce à un système autonome à énergie solaire.
Oui, il ne savait pas encore que c’était supposé être impossible alors il l’a fait.

boyan Slat et sa machine pour nettoyer les oceans
Après il reste à recycler le plastique.

Ceux qui croient que c’est impossible à cause du coût voient les plastiques comme des déchets. Pour moi le vieux plastique est plutôt une richesse presque inépuisable dont presque personne ne veut, donc dont le prix est très bas.

Imaginez que vous utilisiez une lumiplaque pour faire fondre du plastique, pour fabriquer d’autres lumiplaques dont vous faites profiter les gens autours de vous. Ceux qui s’en serviront vraiment, pas ceux qui entassent dans des placards.
Non seulement le besoin en énergies sales (nucléaire, pétrole, piles au mercure…) diminue, mais les déchets sont progressivement retirés de l’environnement, chaque fois que quelqu’un récupère du plastique pour faire ce qu’il veut.
En créant même des emplois, pour les gens qui vont se servir des plaques pour eux-mêmes, en fabriquer pour les autres, les réparer, les vendre…

Decoupage de jouets lego bionicle pour recuperer des rotules en plastique

Le plastique est très facile a utiliser, recycler, travailler, de diverses façons, simples pour la plupart.

J’ai recyclé de vieux jouets Lego Bionicle avec quelques coups de pinces et de cutters, pour avoir les petites rotules auto-bloquantes de mes maquettes.

Du plastique plat, à angles droits et très facilement découpable parfait pour les maquettes, venant de boitiers de vieilles cassettes vidéos vhs

Du plastique plat, à angles droits et très facilement découpable parfait pour les maquettes, venant de boitiers de vieilles cassettes vidéos vhs

Certaines choses ne peuvent pas être comprises juste en restant au stade du dessin sur papier. Il faut pouvoir manipuler, changer les angles, les distances, les tailles, les directions… voir ce qui bloque, si des pièces doivent être rajoutées…

En changeant de matériaux il y a toujours de nouveaux problèmes.

Panneau en metal

Le métal épais est épuisant à travailler sans outils industriels. Ca prend mille ans.
Ca ne casse pas mais ça se déforme. C’est louuuuuuuuuurd.
Les pièces mobiles se tordent à chaque déplacement, à chaque souffle de vent, si on n’a pas fait des pièces assez épaisses, souvent impossibles à fabriquer à la main.

Le métal comme matériau principal n’est pas une bonne idée, pour le grand public.
Sauf pour les pièces mobiles, qui seront plus solides, moins déformables et presque inusables.
Il n’y a même pas besoin d’usines énormes ni de matériel industriel pour en fabriquer.

Tiges filetees, scie a metaux, lime

En fait, maintenant je comprends pourquoi il a fallut 10 000 essais pour inventer quelque chose d’à priori aussi incroyablement simple que l’ampoule (une boule de verre, un gaz inerte, un simple filament relié à deux plots électriques).

Thomas Edison disait « Je n’ai pas échoué. J’ai simplement trouvé 10.000 solutions qui ne fonctionnent pas. »

Test d optimisation des places

J’en suis déjà à environ 670 changements.

Rien que pour comprendre que la meilleure organisation de l’ensemble est d’avoir un miroir central (de taille et/ou de forme différente des autres pour faciliter le repérage et l’utilisation),
tout autour duquel sont fixés les autres miroirs à peu près aux mêmes distances,
il a fallu gaspiller des semaines en ratages.

Pour optimiser les surfaces, pour la meilleure puissance, pour une fabrication simple, pour les particuliers et les industriels, hop, encore des mois disparus…

C’est que franchement, si le but est de dépolluer la planète, est-ce qu’on peut dès le départ accepter un défaut de conception qui implique que pour la fabrication des pièces de base, il faut produire énormément de déchets en découpe.

Grand cercle centrale et trop petit cercles exterieurs

La fabrication de certaines formes ne produit pas de chutes dans des matériaux qui peuvent être directement moulés, pas découpés.

Les cercles, les figures à 5 cotés, 7 cotés, 8 cotés… c’est énormément de matière perdue sur des planches de bois, des plaques de plastique, sur du métal…

En dehors des carrés, des rectangles et des certains triangles quand ils vont par deux, il n’y a que les hexagones qui n’entrainent quasiment pas de gaspillage à la découpe.

Remplissage en hexagone

… et encore, sur du plastique fin, souple, facile à découper, ça va à peu près sans gaspillage, mais pour faire un octogone à partir d’un miroir carré, sans outil professionnel de découpe, c’est un carnage.
J’ai jeté trois miroirs sur 4 sur lesquels j’ai voulu faire des modifications, des formes particulières, des trous…

Decoupe de miroir sans machine

Et quand j’étais tout content de moi d’avoir enfin réussi à ne pas casser un miroir, hop, le vent s’en est chargé peu après.
Le pied n’était pas assez lourd et stable. Une toute petite rafale et hop ! encore un prototype qui se transforme en réserve de pièces pour les essais suivants.

Lumiplaque cassee

Un octogone central optimise un peu la place… mais vu que c’est difficile à fabriquer et fragile, autant rester sur un miroir ordinaire carré ou rond du commerce. La fabrication devient beaucoup plus rapide, sans gaspillage en casse à la découpe.

Les adhésifs pour miroirs, ça marche en décoration à la maison, pour fixer contre un mur définitivement immobile. Mais pour fixer un miroir en vrai verre bien lourd sur quelque chose qu’on déplace tout le temps, ou qui vibre a chaque souffle d’air parce que la grande surface fine subit le vent comme une voile, ça ne suffit pas.

Collage d un miroir centralEt pof !

Miroir cassé Et pof !
Crack !
Et pof !
Aiïe !
Oups…
Vlan !

Tout le temps.

Miroir casse

Paf…

Pour comprendre qu’un miroir mobile ne peut pas être collé, soudé, scotché mais qu’il doit être impérativement encastré, il faut avoir raté et raté et raté encore.

Pour comprendre qu’au lieu de couper stupidement tous les angles d’un carré pour faire un octogone puis devoir rajouter un cadre entier difficile a fabriquer à cette forme bizarre, ou remplacer le cadre par de très longs fils de fer,
on peut tout simplement laisser les angles et juste fixer les coins avec quelques courts bouts de fils de fer en un clin d’oeil, je ne vous dirai pas combien de temps ça m’a pris, là c’est tellement idiot que j’ai honte.

Fixations simples en fil de fer

Ce prototype se rapproche de la forme finale.

Lumiplaque

9 miroirs c’est vraiment bien, pour avoir une idée générale de la puissance. C’est 1 + 9, donc 10 soleils, donc juste un zéro a ajouter, sur les chiffres indiquant les watts reçus par les panneaux solaires, en fonction des zones géographiques et des saisons.

Par contre la taille de tous les miroirs doit être presque la même. Pas besoin d’avoir des dizaines de facettes de minuscules miroirs, tous avec des articulations, donc un mécanisme coûteux et lent à mettre en service.

Si le miroir central est d’une taille ou d’une forme légèrement différente des autres, sa tache de lumière sert très facilement de viseur, sans hésitation. On rajoute d’autres tâches de lumière en rabattant dessus autant de miroirs qu’il faut de puissance, pour chaque usage.

Vu la position centrale, un miroir rond et légèrement plus grand facilite l’utilisation, mais aussi la conception. Les articulations et fixations des 8 miroirs autour peuvent toutes être identiques. Pas d’erreur, pas de mauvaise surprise. Une fabrication simplifiée, donc plus rapide et moins coûteuse.

Exemples de compositions pour optimiser les surfaces et l encombrementUn miroir central différent des autres, qui sert de viseur.

8 miroirs identiques autour, mobiles, à rabattre chaque fois qu’on veut rajouter plus de lumière-chaleur le jour ou juste plus de lumière la nuit.

C’est un bon chiffre. Si on dirige les neufs miroirs sur une cible déjà au soleil, on arrive à 10 fois la puissance du soleil. C’est plus simple pour les calculs.

Lumiplaque vue de dos

En plus du problème des rotules qui ne maintiennent pas les miroirs dans la bonne direction (il faudrait rajouter des cales), cette plaque a deux autres gros défauts, dus à l’idée d’essayer de faire quelque chose le plus léger et transportable possible.
Ca ne marche pas.

La plaque est donc toute plate, facile à glisser sous un lit par exemple, et se pose sur un trépied très léger.
Mais c’est pénible à l’usage.
Le pied est tellement léger et instable sur trois petits points de contact au sol que la plaque est inutilisable quand le vent souffle un tout petit peu.

Quand la plaque n’est pas emboitée sur le pied (juste par une fente, en une seconde), qu’on ne la pose pas à plat mais à la verticale, les « pétales » (les miroirs sur les côtés) se tordent ou se cassent, très facilement sous le poids de l’ensemble.

Il faut impérativement un cadre tout autour, un coffrage solide qui protège tout l’ensemble.

Ce n’est pas compliqué à fabriquer.

Valise en boisEn plus sur le capot extérieur on peut éventuellement rajouter un simple grand miroir ordinaire tout plat, pour servir de réflecteur, pour utiliser la plaque ou la parabole même quand la source de lumière ou la cible ne sont pas dans de bonnes positions.

Et il faut impérativement un pied extrêmement stable, bien large, et de préférence lesté.

Treteau pied en metal bien stable

Ci-dessous un exemple avec le tout premier pied, fait en un clin d’oeil avec des matériaux recyclés.

Pied démonté
Là c’est quelques vieux bouts de bois recyclés, gratuits, utilisés pour vérifier les idées avant de passer à mieux.
Pour tester du vieux bois gratuit suffit.
Et si ça marche, il suffit d’un coup de papier de verre et de quelques coups de pinceau pour faire la propreté.

(Du blanc qui rend visible la moindre trace, j’ai l’intuition que c’est encore une idée stupide que vous allez éviter).

Pied assemble

Les petites réalisations simples en un clin d’oeil permettent de voir combien il manque de centimètres, combien il faut en enlever, où il faut percer, où rajouter une cale, quelle pièce se tord anormalement…

Même s’il est simplissime à fabriquer, ce pied n’est pas bon du tout à l’usage.
Il est comme une tige au centre d’une fleur, une conception presque aussi simple, sauf qu’une fleur est profondément enfoncée dans la terre, pas ça.
Au moindre souffle de vent, la grande surface plate est ballotée dans tous les sens.

Lumiplaque casseePaf !

Encore.

Donc quelque chose plus dans ce genre là, c’est bon :

Treteau pied en metal bien stable

Un tréteau qui s’ouvre en deux parties, qui s’étale sur une grande surface au sol.
… mais ça reste léger.

Donc la solution que j’ai retenue et d’ajouter un capot qui sert pour le transport, le stockage, pour protéger la lumiplaque de la salissure, des coups, des toiles d’araignées… mais surtout pour ne pas avoir d’accidents pendant le stockage ou le transport (brûlure, incendie, explosion…) grâce au capot opaque.

Peau brulee par un coup de soleil

Vous vous êtes déjà pris un très méchant coup de soleil ?
Vous n’aviez pas senti que vous bruliez.

Là c’est pire. Dix fois pire. C’est dix fois la puissance du soleil.
Si vous sentez de la douleur c’est que vous êtes déjà brûlé très en profondeur.

C’est une chaleur douce, c’est traitre. Vous serrez blessés avant de sentir la chaleur.

Donc un capot opaque.

Et comme je vous ai parlé tout au début de la puissance impressionnante des paraboles, qui permettent de faire bouillir une grande casserole d’eau en quelques minutes, ça serait bien d’en profiter. Donc, le capot intègre une parabole.
Ca serait un peu comme une valise séparable dont les deux moitiés contiendraient une lumiplaque d’un côté et une parabole de l’autre.

Si le soleil ou la cible ne sont pas dans la bonne position, un gros miroir plat en plus peut permettre d’utiliser quand même les machines.

Valisette sur pied lumiplaque avec parabole

Eventuellement on peut même se servir des parties non utilisées pour alourdir le pied, à cause de la prise au vent.

Lester le pied pour mieux resister au ventEt quand on a plutôt besoin de la puissance de la parabole, c’est plutôt la lumiplaque que l’on utilise comme lest, sur le pied, face contre terre.

Toute la puissance du soleil, pour tous les usages, rassemblés dans une petite machine transportable, qui ne coûte presque rien à produire.

Tenez, je vais vous montrer quelques photos de la fabrication d’un prototype en bois recyclé pour que vous puissiez voir par vous-mêmes à quel point à la base c’est faisable facilement avec presque rien.

Du vieux bois

Du vieux bois, d’une mini-serre à semis qui partait en miettes, dont quelques morceaux ont été récupérés.
Une équerre graduée, un crayon.

Si toutes les pièces sont de formes simplissimes et standardisées, elles sont réutilisables pour d’autre montages, au besoin avec des petites modifications, un trou supplémentaire, une recoupe, une épaisseur de quelques millimètres en plus avec un bout d’emballage en plastique…

Ne faites pas comme j’en tendance à faire. Au lieu de faire une grande quantité de pièces, faites-en deux et vérifiez que c’est bon, avant de tout faire. Des fois que…

Percage en serie

Percer en série sur des longs bois avant de les couper permet de travailler très vite, facilement et confortablement, en sécurité.
Un serre joint qui cale la pièce et hop, toute la rangée de trous peut se faire dans la foulée.

Pieces de bois decoupees

Tenez, regardez ça comme c’est beau.
Une meule en forme de boule pour perceuse.
C’est incroyable. Les industriels fabriquent vraiment n’importe quoi.

Perles en bois

A coté du magasin de bricolage, le magasin de loisirs créatifs vend des perles en bois du même diamètre.
Les industriels vendent vraiment n’importe quoi, je vous dis.
Le plus fou c’est qu’il y a toujours des gens pour acheter leur n’importe quoi.

Fabrication des rotules

Et voilà, pas besoin de gagner le salaire de valls pour avoir des dizaines de rotules.

Fabrication de rotules.

Quand la meule commence à être chaude, la surface du bois noircit. Un léger ponçage après enlève la noirceur.
On peut aussi peindre les deux mâchoires de la partie femelle de la rotule.
(Ou en faisant 20 fois plus vite qu’en limant avec une boule abrasive, on peut juste faire de simples trous avec un gros forêt ordinaire. La surface de contact avec la boule sera suffisante).

Il ne faut pas peindre aussi la boule. Peinture contre peinture, le tout serré dans la même position pendant des semaines, ça a tendance à coller, coincer ou à s’arracher.

Plaque centrale

Ca, c’est une des premières plaques de bois que j’ai utilisées pour les prototypes.

Là aussi c’était une erreur presque dès le départ qui m’a pris un an et demi à corriger.

J’ai voulu passer trop vite à la réalisation, pour tester mes idées, en utilisant ce que j’avais sous la main, sans attendre.
Le seul support dur que j’avais de disponible, pour y coller le miroir central, tous les miroirs articulés autour, et y fixer le pied derrière, était une petite table de chevet en pin qui trainait dehors. Donc, au lieu de commencer à réfléchir en cherchant les dimensions idéales, j’ai limité bêtement ma pensée en essayant de faire ce que je pouvais avec les moyens du bord.

C’est pour ça que les pétales n’arrêtaient pas de se tordre et se casser à l’usage, en déplacement, pendant le stockage…
Dès le départ il aurait fallu une plaque de support solide d’une taille supérieure à tous les miroirs réunis dans leur position finale.

Rotules males

Un essai de fabrication de rotules mâles dans un modèle différent, toujours à partir des mêmes éléments de base qui se trouvent à petit prix dans les bricailleries et quelques pièces en bois simple.

Là, c’est pour avoir les rotules sur un côté des pétales, comme les fleurs. Bin oui, le nom vient de là parce que ça y ressemblait un peu. Je n’ai pas été très créatif sur ce coup là.
On peut très bien sauver le monde en inventant la machine à énergie propre du futur sans forcément avoir à réinventer le dictionère.

Coeur centrale monte

Là aussi en fait c’est un demi-ratage.

La place des rotules pourrait convenir sur une plaque légère, et solide, toute en plastique moulé, par exemple.

Par contre que la rotule ne soit pas au centre du miroir apporte beaucoup de forces parasites et de contraintes. Les pétales lourdes en métal, ou avec un miroir en verre épais de 30 centimètres de côtés, ne conviennent pas du tout. Les vis qui tiennent la boule se décrochent rapidement.
Si on colle, ce n’est plus démontable, et de toute façon, la colle c’est… heu… est-ce que vous avez déjà vu quelque chose de lourd, collé, qui ne se soit pas cassé ?

La colle ce n’est pas pour faire les choses une fois pour toute.

Il parait que les nouveaux avions n’ont plus de soudures mais les ailes simplement collées.
Qu’est-ce qu’il tombe comme gros avions cette année.

Decoupage de contreplaque de recuperation

La fabrication des pétales est aussi simple.
On prend un miroir, on le pose sur une plaque découpable (bois, carton épais, plastique, métal…) et on dessine son contour.
Là c’est des morceaux de contreplaqué de dos de vieux meubles, et d’aggloméré de vieux (façon de parler) meubles ikea de grande qualité très étonnamment déjà cassés pour au moins la troisième fois et plus du tout réparables, malgré la très grande qualité des meubles ikea.

Donc au lieu de les jeter…

Autour du contour du miroir on laisse un peu de marge, pour encaisser les coups à la place du verre, et aussi pour manipuler les pétales sans faire plein de traces graisseuses sur les miroirs.

Quelques trous pour attacher le système d’inclinaison réglable. Dans cet exemple, la partie femelle d’une rotule faite maison.

Montage des petales

Deux petits trous à chaque angle de miroir pour faire passer un petit bout de fil de fer pour les fixer plus solidement qu’avec de la colle.

Il ne reste plus qu’à adoucir les angles avec un léger ponçage.

Vous pouvez aussi peindre.

Si vous comptez peindre en clair, en blanc, n’utilisez pas un gros marqueur noir pour faire vos petits traits de repères, hein. Ca vous obligerait bêtement à passer 4 couches au lieu de deux.
Non je dis ça juste comme ça.

Vue d ensemble avant montage

Quand toutes les pièces sont faites, l’assemblage ne se fait pas en quelques secondes. Ca prend largement plus d’une heure.
… donc si vous comptez piquer l’idée (gratuite, servez-vous) pour fabriquer des plaques transportables qui transforment la lumière en énergie utilisable et les vendre,
en France vu le prix délirant de la main d’oeuvre il n’est à priori pas intéressant ni compétitif de monter l’ensemble.
Vendre un kit de pièces en sachets, comme les me… euh… les machins vendus chez ikea, semble une meilleure idée.

 

Voilà. Rien de compliqué.
Mais je suis surpris par les milliers d’heures investies pour arriver à faire quelque chose d’aussi simple, fonctionnel, pouvant être facilement fabriqué, utilisé et réparé par n’importe qui n’importe où sur la planète.

Ca va changer beaucoup de choses.

Jusqu’à présent le solaire photovoltaïque était limité par son faible rendement, de seulement 20%.
Les paraboles et les lentilles chauffaient énormément trop pour être utilisables couramment.
Même les centaines de variations déjà existantes de cuiseurs solaires avaient toutes le même défaut, impossible de régler la température de cuisson.

Four solaire sans reglage possible

Tous les appareils étaient encombrants, tous conçus pour un usage spécialisé, ce qui rend souvent l’investissement non-rentable.

Un séchoir solaire pour conserver les aliments ne pouvait pas aussi permettre de fabriquer des objets en céramique, de fabriquer des tuiles, des briques, du verre, faire fondre du métal, recycler du plastique…

Maintenant il suffit d’une ou plusieurs lumiplaques pour pouvoir quasiment tout faire.

Plateau et pot de prunes sechees

Et surtout, aucun ne permettait de changer de distance d’utilisation.

Radiometre de Crooke

La lumière n’est pas utilisable qu’en lumière et/ou en chaleur.

Est-ce que vous savez ce qu’est un radiomètre de Crookes ?

C’est un appareil ancien de conception extrêmement simple, à l’abri du vent dans une cloche de verre.
Sur un axe une hélice a toutes les faces d’un même sens couvertes d’un matériaux réfléchissant et les faces opposées sombres et mates.
Du côté clair la lumière rebondit, du côté noir elle est transformée en force motrice.
Elle est absorbée par la surface, qui chauffe, qui repousse les molécules d’air autour, et l’hélice est poussée.
Plus il y a de lumière plus l’appareil tourne vite.

Donc imaginez une lumière amplifiée, concentrée, sur une hélice de ce type, en plus grand et plus solide. Sans pièce électronique, transformer la lumière en pompe à eau, en aspirateur, en climatiseur, pour apporter ou enlever de l’air chaud…

Avec des canalisations chauffées d’un côté on peut obtenir du froid de l’autre, pour conserver des aliments, des médicaments en plein désert…

Plus c’est chaud, plus on peut produire de froid.

En fait, plus on augmente un déséquilibre naturel et plus il est exploitable.
Par exemple en chauffant une surface pendant la journée, la fraicheur de la nuit se colle aux parois sous forme de condensation.
Il est possible de puiser de l’eau dans l’air.
Il existe déjà des puis aériens capables de récupérer la rosée, mais le rendement n’est pas très important. En amplifiant le contraste entre la chaleur du jour et le froid de la nuit, beaucoup plus d’air froid sera aspiré par les puis, donc plus d’humidité qui va se déposer.
1,7 milliard d’humains n’ont pas accès à de l’eau potable.

En Afrique des femmes parcourent chaque jour cette distance pour avoir de l eau

En plus de l’humidité prise dans l’air ambiant, loin de tout cours d’eau, il est possible de faire bouillir de l’eau pour tuer les germes et la potabiliser.
Une lumière plus vive, c’est énormément plus d’UV, donc il est aussi possible de tuer presque 100% des germes dangereux juste en exposant de l’eau en bouteille, sans même la faire bouillir. C’est intéressant par exemple pour potabiliser très rapidement d’énormes quantités d’eau, dans un camp de réfugiés par exemple.

On peut même désaliniser l’eau des océans en la distillant, sans dépenser des ressources immenses en énergie.

Un désanilisateur à l’énergie solaire comme l’Eliodomestico, qui produit environ 5 litres d’eau potable par jour, doit pouvoir assez facilement avoir son rendement multiplié par dix en concentrant le soleil pour accélérer l’évaporation-condensation.

Eliodomestico

Encore plus fou, on peut tranquillement casser tous les jours les molécules d’eau totalement illimitées sur notre planète, pour transformer H2O en oxygène et en hydrogène qui brûle à 2500 degrés. Une énergie incroyable stockée dans un élément aussi simple.
Jusqu’à présent il n’était pas rentable de dépenser beaucoup d’énergie à casser les molécules pour les stocker, pour faire fonctionner des voitures, des moteurs, souder, chauffer, cuisiner…
mais si l’énergie du soleil devient exploitable tous les jours en quantité largement plus que suffisante pour transformer de l’eau en hydrogène et oxygène, il n’y a plus besoin de centrales nucléaires, de déchets nucléaires, de charbon, de pétrole…

Donc les pays dont c’est la seule ressource ont intérêt à m’empêcher de publier.
Pour ceux qui croient en la théorie du complot, à la disparition des inventeurs des machines à énergies libres…

Pour ma part jusqu’à il y a quelques jours je croyais que les intérêts financiers en jeu actuellement, même s’ils sont absolument colossaux, des budgets de plusieurs états carrément, n’empêchent pas ceux qui ont tout l’argent de savoir que le pétrole sera bientôt terminé, dans une poignée de décennies.
C’est tellement le fond des réserves que partout dans le monde ils cherchent les pires solutions comme le pétrole bitumeux, le gaz de schiste, pour continuer à avoir encore un peu de carburant fossile à vendre, quelles que soient les conséquences catastrophiques pour l’environnement (pollutions des nappes phréatiques, effondrement des terrains, tremblements de terre…).

Le nucléaire entraine énormément trop de nuisances dont le coût réel n’a pas encore été divulgué, l’addition n’est pas encore tombée pour tous.
Tchernobyl et sa zone morte, les dizaines de milliers de français à la thyroïde malade du nuage qui « n’a pas traversé nos frontières » d’après les assassins qui vous gouvernent,
Fukushima, avec tout l’océan autour qui devient une zone sans poisson ni vie,
sans oublier les centaines de tonnes de déchets de fluor impossibles à stocker mais frauduleusement revendus comme complément alimentaires dans l’eau « potable » de ville pour « réduire le nombre de caries »…

Malformation nucleaire

Je crois que même les « élites » savent maintenant être allées trop loin, et qu’il est urgent, vital, une nécessité impérative de corriger le tir si ça peut encore l’être, avant l’extermination de tous.

Si tout le monde est mort, personne n’achète les bons iphones à ondes à 800 euros.

Donc j’étais sans souci. Puis ii y a quelques jours, le site a été attaqué d’une force impressionnante. Même les sauvegardes ont été rendues inutilisables. J’ai toujours été plus fort que les pirates, ces 16 dernières années. Pas là.

Capture d ecran du site hors service

… et en y réfléchissant un peu, en fait c’est logique, si on commence à croire en la théorie du complot pour censurer les énergies libres.
Comme je ne dépose pas de brevet, il ne peut pas être enterré et disparaitre mystérieusement dans un fond de tiroir. Le seul moyen de m’empêcher de diffuser était de détruire le site et cet article en brouillon depuis des mois, sur le point d’être enfin publié.
M’enfin, peu importe la raison, complot ou juste panne, les sites ont tendance à disparaitre. Si vous voulez être sûrs de pouvoir un jour relire cette page, vous devriez l’enregistrer sur un de vos appareils, et ne pas vous contenter d’un signet ajouté dans les favoris de votre navigateur.
Juste au cas où…

Mais sinon, jusqu’à cette attaque informatique, je pensais que les « élites » me laisseraient le champ libre.
Ceux qui ont l’argent peuvent gratuitement utiliser le principe pour fabriquer des plaques de concentration de lumière, potentiellement utiles par 7 milliards de clients dans tous les pays du monde.
Et sans me verser un centime en brevet parce que c’est du libre, pas comme un windows de plusieurs centaines d’euros qui équipe plus de 80% des ordinateurs du monde.
C’est un Cadeau avec un C majuscule.

Encore mieux que l’invention de l’ampoule, non ?

Même plus besoin de réseau électrique. N’importe où dans le monde, sans cour d’eau, sans carburant, sans vent… l’énergie qui permet de presque tout faire, apporté par une machine autonome, qui concentre la lumière présente partout.

Homme agenouille tenant le soleil dans ses mains

Je crois que c’est incroyablement génial !!!! !!
… et pourtant, je vais vous faire une confidence.
Humblement.

Je vais vous dire une chose qui va à contrecourant de mes provocations du début, sur l’intelligence apparemment complètement lamentable des crétins neurotypiques soi-disant « normaux », qui votent françois hollande, ne font rien pour changer les choses, se soumettent à tout, s’endettent pour se payer un smartphone à ondes périmé au bout d’un an, qui saccagent une ville pour un match de foot perdu, qui trouvent normal de payer 60% de taxe sur leur travail, tout ça…

En fait, je crois que les idées ne viennent pas que de moi. Je crois que le métal en trop dans mon corps qui abime ma vie m’apporte des milliards de petites antennes partout dans le cerveau et le système nerveux, pour me faire capter plein de choses.

Au réveil je note, je note, je note.
Quand j’ai un moment le cerveau vide, relâché, les nouvelles idées en profitent pour installer des images. Sans avoir à réfléchir les choses viennent…

Il y a une chose absolument impossible quand je tire les cartes, elles ne se trompent jamais. C’est physiquement, mathématiquement, logiquement, impossible que les bonnes cartes soient toujours précisément au bon endroit, malgré l’infinité de possibilités.
La seule explication un peu rationnelle est que les images que je vois sur les cartes ne correspondent pas aux cartes réellement tirées.
Peut être que des puissances invisibles me font voir ce qu’elles veulent parce qu’elles savent que je les écoute.

tarot de marseille: le soleil

Peu importe la nature des « puissances supérieures ».

Ca semble compatible avec toutes les croyances.
Les matérialistes terre à terre peuvent penser que c’est un mécanisme psychologique, ou un bug, une construction (a?)normale de la pensée,
ceux qui croient en un ou plusieurs dieux, aux anges, aux esprits, peuvent comprendre ma sensation d’être guidé, en confiance.
Ceux qui croient aux extra-terrestres…
ou même aux théories les plus farfelues comme le voyage dans le temps, que des survivants d’un futur apocalyptique nous envoient des images pour rendre un autre avenir possible…

Petite fille bras ouverts devant un coucher de soleil

Voilà.
La balle est dans votre camp. A vous d’en faire ce que vous voudrez.

Si vous croyez au complot des riches pour faire disparaitre les inventeurs de machines à énergies libres, enregistrez la page pour la conserver et/où diffusez-là de la manière que vous voulez.
Vous pouvez modifier tout ce que vous voulez. Je refuse les copyrights, les interdictions de copie, les brevets, pour tout ce qui concerne l’intérêt général.
Servez-vous, c’est gratuit.

… mais ne vous contentez pas de vous comporter en mouton qui suit ce que font les autres.

Faites-vous plaisir.

Dans le temps qui vous reste si vous voulez faire fondre des bouteilles pour les transformer en plat à sushi unique, allez-y.

Bouteille en verre fondue transformee en assiette originale

Si vous voulez faire des bijoux en perles de verre de toutes les couleurs, allez-y.

Si vous voulez faire cuire vos sculptures en terre, gratuitement, profitez-en.

Cette page est une base pour rebondir vers vos propres créations, vos projets, vos rêves, vos envies…

Pour ma part, en tant qu’ancien collectionneur de bandes dessinées de super héros, vu que ma parabole à sensiblement la même taille que le bouclier de Captain America, je vais peut être en profiter pour jouer au super héros.
Mon imaginaire et mes buts sont compatibles avec les icônes de ma culture populaire.

Capitaine América avec un reflet sur son bouclier tricolore

… mais non je ne vais pas sautiller dans tous les sens et taper des gens avec ma parabole. Tsss…
C’est plus de mon âge.

C’est juste pour faire fondre des câbles et antennes inaccessibles quand la guerre civile va enfin commencer. Même si c’est à 30 mètres du sol, ou sur le toit d’un immeuble, ou à 200 mètres derrière des barbelés. Même pour abimer des caméras ou des capteurs de présence.

L’électronique est le pire point faible de notre société moderne. Autant en profiter, plutôt que de brûler des bâtiments et ressources dont notre peuple aura besoin après la dératisation.
Il suffira de changer quelques pièces pour tout remettre en état, rapidement, sans que ça coûte un bras.
Ici c’est notre sol.

Grosse bague en or de franc macon

Et peut être même qu’avec la parabole je ferai fondre l’or qui coulera à flot tout au début du chaos total, récupéré sur les cadavres des traitres. avant que les pénuries de tout s’installent.

Des lingots marqués numérotés et des pièces d’argent de riches franc-maçons, des dents en or de socialistes fanatiques anti-français, des bijoux de politiciens morts ayant transformé toutes les générations de mon peuple en clochards…
Tous ceux qui ont oeuvré fanatiquement à provoquer une guerre auront ce qu’ils ont mérité. C’est comme ça partout dans le monde, depuis toujours. Il n’y a aucune raison que ça soit différent ici. Autant en profiter pour récupérer le meilleur de ce qui tombera.

Recycler des pieces electroniques

Pour le moment, dans cette France dévastée, le seul endroit où l’ont trouve un peu d’or, c’est sur les contacts des vieilles pièces électroniques.

L’or fond à seulement 1064 degrés.

Il a la même valeur quand il n’a plus de traces reconnaissables, de numéros de série identifiable…

Bon, pour le moment mis à part l’or de récup sur les déchets, ce n’est pas « légal » de faire fondre de l’or numéroté, mais bientôt, dans le chaos d’une guerre, sans autorité, dans la survie, les « lois » construites sur mesure juste pour les quelques fumiers qui auront provoqué la guerre, ne s’appliqueront plus.

Le moment venu, j’aurai tous mes outils de prêts pour en profiter au maximum.
Sans 60% de taxe sur mes efforts.

Pour le moment je reste sagement hors des ennuis. Je ne fais rien d’illégal, pour ne pas être hors de course quand le moment sera venu d’enfin en profiter.

Et si la guerre tarde encore à éclater, ça me laisse plus de temps pour mettre au point d’autres choses.

Actuellement nos hébergements d’urgence sont envahis à plus de 95% par des étrangers, en grande partie en présence irrégulière. Les hôtels subventionnés à 150 euros la chambre, pour chaque nuit, sont quasiment réservés aux étrangers qui ont choisi de violer nos lois et qui obtiennent plus que les nôtres, qui font l’erreur de respecter ces lois grotesques.
Les plus pauvres français sans domicile fixe sont laissés à mourir de froid dans la rue.

J’ai commencé à tester des accumulateurs de chaleur totalement gratuits en matériaux de récupération ordinaires que l’on trouve partout. Des bocaux vides, à remplir avec du métal de récupération, des vieux clous, des pièces de centimes d’euros, n’importe quoi…
L’idée est d’utiliser une lumiplaque pour chauffer les bocaux. Le verre crée un effet de serre qui accélère la chauffe du métal en empêchant la chaleur de partir, puis permet de toucher et déplacer le métal sans se brûler.
Il conserve aussi la chaleur plus longtemps.

Test d accumulateur de chaleur
Il faut que ça reste relativement léger, mais en conservant le plus longtemps possible une agréable inertie thermique.
Avec quelques dizaines de gros bocaux, ça devrait même pouvoir bien stabiliser la température d’une serre pendant la saison froide, sans dépenser un centime en chauffage. Il faut que je teste…

Je crois qu’il faut des pièces métalliques d’environ au moins un centimètre d’épaisseur.
Quand le métal est fin il chauffe vite, mais il refroidit aussi très vite. C’est d’ailleurs le principe utilisé dans les ordinateurs pour empêcher les processeurs de brûler.

Dissipateurs de chaleur d ordinateurs de bureau

Donc je crois qu’il faut faire le contraire des dissipateurs de chaleur et utiliser un métal dur, lourd et épais, tout en gardant un minimum de circulation de l’air pour chauffer l’ensemble.

A l’occasion je testerai.

Ou vous.
Avec déjà presque 9 millions de français en dessous du seuil de pauvreté, vous êtes nombreux à vouloir que vos gosses aient bien chaud malgré l’effondrement économique et l’explosion du coût des énergies polluantes.
Nos politiciens qui nous font tant de bien ont déjà planifié encore une augmentation d’au moins 50% du prix de l’électricité dans les 5 ans à venir…

L’accumulateur de chaleur en bocaux et métal dont je viens de vous parler juste au-dessus est intéressant parce qu’il est gratuit, mais il y à encore mieux.

La chaleur peut être stockée sous forme de bloc et réutilisée des centaines de fois plus tard, quand le froid se fait sentir.
C’est le principe des nouvelles chaufferettes.

Chaufferette de poche

Une enveloppe en plastique, un produit quasiment pas polluant à l’intérieur, considérablement moins polluant que le chauffage de toute une pièce en continu avec des moyens polluants.
Quand on a envie de chaleur, on « clique » une petite pièce qui agite les cristaux et les font libérer la chaleur stockée.
Ce n’est même pas vraiment un procédé chimique. C’est plutôt presque uniquement une propriété physique du mélange.

Et le plus beau est qu’en faisant bouillir la bouillotte, on la recharge. Ce n’est pas un usage unique. Elle peut durer des années et servir uniquement quand on en a vraiment besoin, sans aucun gaspillage de cette énergie qui devient si chère.

… mais c’est pas encore fini. La cerise sur le gâteau est que quand on commence à s’intéresser aux énergies libres et à mélanger les choses, ça donne des résultats incroyables.

Imaginez que vous achetiez quelques bouillottes à deux euros, et que vous ne dépensiez pas un seul centime en gaz ou en électricité, en pétrole, en charbon pour les recharger.
Pas de pollution sur la planète.

Juste avec une parabole. Quand le ciel est clair, vous en profitez pour ré-accumuler de la bonne chaleur pour les nuits froides, même des semaines plus tard…

Bouilloire posee sur une parabole au soleilEt paf !

Magique, non ?

C’est tellement un bon plan que je pense que ça sera une des sources principales de revenus de l’entreprise d’énergie libre que je suis sur le point de créer.

Il n’y aura même pas de concurrence. Les sociétés qui fabriquent déjà des bouillottes seront contentes de me voir débarquer pour leur permettre d’écouler considérablement plus de leurs produits qui complètent mes machines.

On est sur un marché de potentiellement 7 milliards d’humains intéressés, du très pauvre pour sa survie, au très riche pour le confort ou pour la frime écolo.

L’énergie libre c’est gigantesque. Servez-vous. Pour on sera nombreux à faire des choses d’intérêt général qui améliorent aussi nos vies et celles de nos proches, notre pouvoir d’achat, et plus tout ira mieux pour tout le monde.

Ne vous mettez simplement pas en concurrence en plagiant ce qui se fait déjà. Apportez votre touche pour en faire quelque chose de complémentaire.
Peut être que certains veulent des grosses bouillottes en forme d’animaux de bandes dessinées ?
Ou des gants autochauffants, ou… je ne sais pas. Si vous croyez que ça n’existe pas déjà, ni comme vous l’auriez fait, lancez-vous.

Si vous comptez sur le pole emploi pour vous trouver un job, autant vous prévenir que vous devrez vous contenter d’un stage obligatoire non rémunéré pour faire du travail d’esclave, au bout de 4 ans d’exclusion du marché du travail.
Et vous savez que je n’exagère même pas. C’est triste.

Donc servez-vous.
Il n’y a pas de copyright, de brevets, de limitations, sur tout ce que je publie sur internet.
On est tous liés.
Notre intérêt est d’aller tous mieux, et donc chacun mieux.

Pas de copyright

Si vous utilisez des brevets et verrouillez tout, vos projets resteront de rêves qui prendront la poussière, parce que vous devrez banquer pour tout tout tout, tout tout.
Vous devrez avoir des employés pour chaque tache, au lieu de faire partie de l’humanité qui offre du temps pour créer un avenir meilleur.

Tenez regardez ce petit blog. Les visiteurs ont laissé presque 4000 messages, dont pas loin du quart concerne des conseils, trucs, astuces, leçons de l’expérience, pour améliorer la vie des autres. Tous des inconnus qui s’entraident en se faisant plaisir.

La gratuité crée les plus belles choses.

Quand un homme a faim apprends lui a pecherRegardez ce qui marche super bien en ce moment, pour les fêtes de Noël : les drones.
C’est le jouet roi.
A tous les âges les gens deviennent accrocs.

Et ce n’est pas seulement un jouet. C’est une nouvelle manière de trouver des informations en faisant prendre de la hauteur aux caméras et appareils photos, ne pas se mettre en danger pour filmer un volcan, faire des images d’art, des paysages exceptionnels…
Le marché démarre à peine.

Mais ces gadgets ont de très gros défauts de jeunesse. Grosso-modo ça reste à peine plus d’un quart d’heure en vol.
Avec l’énergie libre j’ai compris comment les recharger en vol pour les laisser en l’air presque en illimité. Je pense diffuser les dessins dans quelques semaines.

Là aussi, le marché est de centaines de millions d’utilisateurs pour des dizaines de raisons différentes partout sur la planète. C’est des millions d’emplois directs et indirects, en fabrication, vente, transport, réparations, formation…

A diffuser gratuitement les idées en énergies libres, sans brevet, sans limitation, on crée un cercle vertueux utile au plus grand nombre.

Enfin, je vous parle de drones, de murs en verre qui laissent passer la chaleur du soleil, de terre cuite pour tous les usages, d’outils pour survivre à une guerre, pour améliorer le quotidien, mais ça, c’est juste mes idées.

Vous êtes des millions à être créatifs tous différemment.

Maintenant que vous savez concentrer facilement la lumière pour la transformer en énergie illimitée, propre et gratuite pour tous les usages, vous pouvez faire presque tout ce que vous voulez.

 

Mains de jeune femme qui donnent le soleil

Perles de verre transparentes acidulees

Sol carrele de malons en terre cuite naturelle a l ancienne

Mur en briques de toutes les couleurs

Toiture en tuiles en terre cuite

Poterie artisanale, saladier, pichet

Magnifique creche de Noel

Cuiseur de saucisse solaire, pour hotdog

Fabrication de balles de fusil

Moulage de soldat de plomb

Collier de perles de verre artisanales

Dessin de soleil jaune au sourire rayonnant

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

La cop21 n’est qu’une arnaque (comme toujours)

J’ai écouté pendant 20 minutes les « informations » au journal télévisé.
Ca parlait de la cop21, sans interruption. C’était intéressant.
Ho non ! pas dans les sujets qui ne sont que de la perte de temps, de la distraction, pour détourner l’attention. C’était intéressant dans la durée. Le même schéma utilisé par les médias toute cette année s’est encore dessiné :
D’abord un interminable matraquage médiatique prétendant un problème grave, puis presque à la fin du journal, une minuscule fraction du temps pour annoncer que les dirigeants avaient décidé d’affecter des centaines de millions ou milliards d’argent public de pays « riches » pour sauver les pays de barbares primitifs sous développés.

Récemment, le matraquage médiatique sur les « migrants » c’était encore et toujours le même principe.
C’est tout le temps comme ça.
Sous prétexte de bonne action, après une longue tartine de culpabilisation, les corrompus annoncent qu’ils agissent pour le bien de tous, woawww bravo !*
*A traduire par : « nous augmentons sans votre autorisation la dette de chaque français sans demander la permission, pour détourner l’argent des impôts par milliards dans les poches de riches, de préférence dans un pays étranger pour que la justice soit bloquée par les frontières. Vous n’avez pas besoin de le savoir. Et de toute façon le système est totalement verrouillé personne ne peut nous en empêcher ».

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr