Archive for Surpopulation

Soleil vert

Le film Soleil vert date de 1973 mais a incroyablement bien vieilli.

C’est une merveille absolue d’anticipation, d’une justesse surprenante.
Toute l’actualité mondiale va dans son sens.

Les films de maintenant qui parlent du futur sont tous plein d’effets spéciaux délirants, de machines volantes, de rayons lasers, de boucliers en champs de force électromagnétiques,…

Soleil vert nous montre simplement un avenir de misère où les ressources de la planète sont épuisées à cause de la surpopulation.

Les gens souffrent de la faim. Beaucoup n’ont pas d’endroit pour dormir. La place manque cruellement.
Même les « riches », les privilégiés ont peu de choses. Les caméras de sécurité qui sont sensées les protéger tombent en panne et il n’est pas possible de les réparer. Il n’y a plus de pièces, ni de ressources pour en fabriquer ou s’en procurer.

L’assassin n’utilise pas un rayon laser de très haute technologie, mais juste une barre de fer.

Le policier chargé de l’enquête vole le peu de nourriture qu’il trouve chez le « riche ». C’est un héros plutôt dérangeant. Pas tout blanc ni tout noir, mais en nuances de gris sale et usé. Comme dans toutes les parties du monde où les gens souffrent, chacun fait ce qu’il peut en fonction des occasions qui se présentent.

 

La surpopulation mondiale épuise notre planète depuis quelques années. Nous sommes arrivés au point où la terre ne peut plus produire assez pour nourrir tout le monde. Maintenant on est en déficit, de plus en plus tôt et de plus en plus grave chaque année.

La pollution détruit d’avantage les capacités à produire de la nature.

Nous sommes en ligne droite vers ce futur d’apocalypse, vers la mort lente et miséreuse de l’espèce humaine, que traite ce film.

La seule solution viable à long terme est peut être celle trouvée par les chinois avec la politique de l’enfant unique.
Les peuples et les races qui se reproduisent sans limite, alors qu’ils n’ont pas assez de ressources, ne se contentent pas de donner une vie cruelle à leurs familles ; ils épuisent ou détruisent les ressources de tous les autres humains, même ceux de l’autre côté de la planète.
Il est temps de porter un nouveau regard sur les familles nombreuses. A notre époque, c’est devenu plutôt criminel.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • soleil vert (21)

Surpopulation, entre mythe et réalité

La surpopulation est un sujet qui revient très souvent dans les débats d’actualités.

Celle-ci se définit comme un état démographique où le nombre d’individus dépasse la capacité porteuse ou capacité de charge de son habitat. C’est à dire sa capacité à fournir ce qui est nécessaire à ses habitants, notamment au niveau de ses ressources disponibles, et d’en supporter ses conséquences (au niveau écologique, pollution diverses..)

Si l’on se base sur les calculs du Global Overshoot Day, notre quota de ressources annuel de la terre est dépassé de plus en plus tôt.

Mais ce qui est le plus préoccupant est que la population de la terre soit passée en seulement en 200 ans de 1 milliard à plus de 7 milliards d’habitants ! 

Aujourd’hui, le concept de surpopulation est critiqué, qu’en est-il ?

Une image vaut mille mots.

Le graphique ci-dessous illustre de manière globale, à l’échelle planétaire, l’évolution de la population en nombre d’individus depuis 12 000 ans :

courbe-de-la-population

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Surpopulation

Cette croissance suit une loi exponentielle, c’est à dire qu’elle augmente de manière géométrique (par multiplication) et non linéaire (par simple addition).

Vous pourrez donc observer une explosion de cette démographie en seulement 200 ans.

Pour vous donner une idée encore plus explicite, voici un autre graphique datant de 1800 avec des prévisions jusqu’à 2100 :courbe-population-mondialeSource : http://fr.wikipedia.org/wiki/Surpopulation

En 2050, nous serions donc 9 milliards sur terre, soit 2 milliards de plus en 38 ans à partir d’aujourd’hui.

Ce qui signifierait, un ralentissement de la croissance (voir plus bas).

Nous augmenterions donc à un rythme un peu moins rapide.

Précédemment il a fallu

  • Entre 1900 et 2000, donc en 100 ans, nous sommes passés de 1,5 à 6 milliards, multiplié par 4 : 22,5 millions/an
  • Entre 1987 et 1999 : 1 milliard de plus : 88,3 millions par an
  • Entre 1999 et 2005 : 2.3 milliard de plus : 383 millions par an
  • En 2050 ; nous serions à 9 milliards soit 2 milliards de plus : 52 millions par an

La théories de la surpopulation de Malthus

C’est Thomas Robert Malthus qui a été le premier a modéliser le concept de surpopulation dans « Essai sur le principe de population ».

On parlera ainsi de Malthusianisme.

Selon lui, dans un espace limité qu’est la terre, avec cette démographie exponentielle, tôt ou tard, sans aucun frein, cette population à croissance exponentielle, verrait son surplus, c’est à dire les plus démunis mourir de faim. Car la vitesse de croissance de la population augmenterait plus vite que les ressources.

Cette théorie de surpopulation est aujourd’hui très critiquée.

Notamment avec la corrélation entre cette démographie galopante et l’usage trop rapide de nos ressources naturelles.

Ce constat viendrait plutôt des conséquences d’un mode de vie excessif et non du fait d’être trop nombreux sur notre planète.

Je vous invite donc à visionner cette vidéo ci dessous qui vous expliquera pourquoi.

 Surpopulation et l’eau, enjeu majeur

La densité et la taille de population, avec leurs croissances, amèneront toujours des besoins en matières premières plus importants.

Sauf s’il ne sont pas comblés, bien entendu.

Si la vidéo précédente critique la corrélation entre usage intensif des ressources et croissance rapide de la population, toujours est-il qu’à court terme, le besoin le plus important reste l’eau.

Et ça, notre document vidéo est d’accord sur ce fait indéniable.

L’eau est un enjeu majeur pour l’humanité.

l-eau-enjeu-majeur

Source : http://www.geo.fr/environnement/actualite-durable/eau-33278

 

Et c’est aussi une des principales préoccupations pour les « Preppers » ou néo-survivalistes de prendre un compte ce risque majeur, même si de nombreux pays industrialisés ne sont pas encore menacés de manière directe. C’est à dire par une pénurie d’eau.

D’autres causes, comme une coupure d’électricité sont à prendre en compte dans notre mode de vie, en terme de risque.

Des migrations de population à terme, pourraient aussi avoir lieu et ça aussi c’est à prendre en compte.

Quoi qu’il en soit, avec une demande en hausse, un mode de vie inadapté à notre planète, des ressources limitées et une croissance très rapide, nous constaterons que tout va plus vite.

Avec un tel constat, une augmentation de la population demande une augmentation des infrastructures pour maintenir ce mode de vie, peu écologique et durable.

Ce qui signifie d’une manière détournée, la même chose au final.

Imaginer un changement de mode de vie des pays occidentaux, avec les demandes soutenues des pays émergents et en pleine croissance, semble illusoire.

En d’autres termes, il s’agit de demander à une planète avec un espace fini et des ressources limitées, une « croissance infinie » avec une démographie exponentielle.

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • courbe démographique mondiale (29)
  • courbe demographique en france (19)
  • courbe population mondiale (12)
  • courbe croissance demographique mondiale (2)
  • la démographie mite ou réalité? (1)
  • le concept surpopulation (1)
  • leau est elle durable (1)

Le pic pétrolier ou le Peak Oil, quelques explications

Peak Oil - pic petrolier

Connu est utilisé depuis l’antiquité, le pétrole appelé « Or noir » ou encore « Energies fossiles »  (riches en carbone dont le gaz, le charbon, la houille aussi) est une ressource indispensable de nos jours et sujet de nombreuses préoccupations.

A partir du milieu du 19ème siècle, le pétrole commence à être industrialisé pour devenir une matière première énergétique à la base de l’ère industrielle de notre société. De ressource naturelle, le pétrole prend la place de matière première géo-stratégique vitale à notre économie.

Ces applications avec ses produits dérivés sont vastes. C’est ce que nous verrons plus bas dans cet article.

Aujourd’hui dans une société occidentale de consommation, ou de surconsommation, il est habituel de considérer notre mode de vie comme acquis. Mais qu’en est-il vraiment ?

Quelle est la véritable dépendance de notre mode de vie face à la capacité à produire et de disposer de pétrole abondant bon marché?

Quelles seraient les conséquences de la fin du pétrole bon marché ?

Ne sommes -nous pas déjà en train d’en connaitre les effets ?

Le Pic pétrolier ou Peak Oil, qu’est-ce que c’est ?

De manière générale, on peut définir le pic pétrolier (Peak Oil) de la manière suivante : la date où la production mondiale de pétrole atteint son maximum, son sommet en terme de production.

Après cette période, la production commence à décliner, du fait de l’épuisement de ce qui reste de techniquement exploitable.

Cette définition peut s’appliquer par puits de pétrole, mais elle est communément employé de manière générale pour désigner la production mondiale de pétrole.

Où en sommes-nous aujourd’hui au niveau du pic pétrolier ?

Selon l’Agence Internationale pour l’Energie (IAE), avec la demande mondiale constante, voire croissance, le taux d’épuisement des gisements actifs serait de 6,7% par an. Un calcul qui en dit long. Dans une dizaine d’années, la production des gisements sera réduite…….de moitié !!!

Avec une démographie exponentielle, une demande mondiale soutenue, même en période de crise, il est facile de comprendre que ce phénomène n’est pas durable.

De plus avec la croissance des pays émergents (Asie, Inde), cela maintient très fortement cette demande en or noir.

Voici ce dessous un graphique qui modélise à quel moment nous nous situons par rapport à ce pic pétrolier :

graphique-peak-oil

Ce graphique provient d’une étude menée en 2007 par le World Energy Concil.

Comme l’illustre ce graphique, nous avons ou nous sommes tout juste en train de franchir ce pic pétrolier.

Si tout le monde s’accorde à penser qu’un jour, ce sera la fin d’un pétrole bon marché (c’est à dire facile à produire en terme de technique d’extraction, de coût et d’énergie de production), il est très difficile d’obtenir des nombreuses informations complètes et pertinentes quant à ce sujet.

Gouvernements et compagnies pétrolières, préfèrent opter pour la discrétion avec des informations erronées ou incomplètes.

Il me semble qu’il est inutile ici d’en expliquer les raisons.

Vous me direz, mais il existe des réserves et des stocks stratégiques, et la production est en fonction de la demande.

C’est exact, même les pays de l’OPEP travaillent avec des quotas déclarés de production, il n’est pas possible de vérifier leurs informations à partir d’experts et auditeurs indépendants.

Et les pays de L’OPEP représentent actuellement plus que 82 % des réserves prévisionnelles, et plus de la moitié de la production mondiale !

Même si de nouveaux gisements sont découverts, le différenciel de 10 à 13 millions de barils par jour sera à combler.

Car les gisements actuels s’épuisent (comme expliqué plus 6.7% par an), mais il est techniquement plus difficile avec notre technologie actuelle de forer plus profond.

Il sera donc plus difficile à extraire, demandant plus d’énergie et sera donc plus coûteux.

La fin du pétrole ?

Oui et non.

Car il en restera probablement beaucoup, plutôt la fin d’un pétrole bon marché.

Et là ça risque de sérieusement se compliquer.

Plus d’information avec le site de l’association internationale sur le pic pétrolier l’ASPO : http://www.peakoil.net/

Sommes-nous déjà témoin de ce phénomène de la fin d’un pétrole bon marché ?

Il est primordial de bien assimiler les applications du pétrole dans notre mode de vie actuel. Pas toujours évident de s’en rendre compte mais voici une liste de ses applications directes ou indirectes.

Liste des applications et utilisation du pétrole et ses produits dérivés

– Transport (Carburants)

– Pétrochimie, sidérurgie, lubrifiants

– Industries diverses : automobile, matières plastiques, alimentaire emballage, cosmétiques, pharmaceutiques…

– Habitat

– Vêtements, machines qui servent à fabriquer, matières synthétiques

– Agriculture, essence pour les machines, tracteurs agricoles.

La véritable question est à se poser : comment faire demain sans pétrole ?

La fin d’un pétrole bon marché commencera avec une augmentation progressive des prix. Et c’est aujourd’hui le cas.

Même si d’autres raisons peuvent porter à croire que l’inflation sur la majorité des autres produits ne vient pas forcément que du pétrole, force est de constater que nous sommes bel et bien dans un cycle inflationniste.

De profondes mutations et transformations économiques et sociales à venir

C’est déjà le cas avec l’envolée des prix depuis 2000.

Mais qu’en est-il du prix à la pompe et de l’évolution du cours du brut ?

evolution-prix-du-carburant

Ce graphique illustre donc l’évolution des prix de l’essence Gazole et Super 95 depuis l’an 2000, soit en douze ans.

Il provient de L’UFIP qui est l’Union Française des Industries pétrolières : http://www.ufip.fr/?rubrique=6&ss_rubrique=609 , avec de nombreuses informations actuelles sur le sujet.

Le prix du carburant a doublé en ce qui concerne le Gazole. Et c’est +60 % pour le super 95.

Qu’en est-il pour l’évolution du prix du baril, le WTI ?

prix-du-baril

La variation est simplement plus du triple en 10 ans : le baril est passé de 26 $ à 85 $ à ce jour ! Soit une variation de 240%

Les raisons peuvent être multiples pour expliquer cette envolée : offre, demande, démographie en hausse, psychologie du prix, changements climatiques, notamment le froid, conditions météorologiques affectant la production (ouragans, tempêtes).

Avec des variations beaucoup moins lissées que les prix à la pompe, on voit clairement qu’à long terme, la tendance de fond du prix du baril WTI est nettement orientée à la hausse depuis 2003

Comment expliquer l’écart entre la hausse des prix du baril et ceux de la pompe ?

C’est très simple, même si le baril a fortement augmenté, le prix payé à la pompe était déjà exorbitant à l’époque.

La Taxe mise en place par le gouvernement, la TIPP flottante, intégrait déjà de fortes taxes à l’époque.

Un classement du prix du carburant par pays, fourni par le site http://fr.ria.ru/infographie/20120505/194555331.html, vous aidera à comprendre cela, le voici :

classement-prix-de-l-essence-par-pays

Se preparer aux crises.fr vous proposera bientôt une solution globale pour prévenir de cette crise de fin de pétrole bon marché.

En attendant il devient évident de commencer à agir, non seulement pour l’environnement mais d’abord pour soi de manière durable et indépendante. Le réseau la Transition, vous aidera à rencontrer des gens qui se préparer à ce bouleversement.

Energies nouvelles telles que les panneaux solaires photovoltaîques, l’énergie éolienne ou encore les turbines hydrauliques sont des solutions alternatives qui fonctionnent efficacement de nos jours.

Nombreux sont ceux qui utilisent déjà ces techniques d’autonomie afin de se libérer et de devenir plus libre face à notre dépendance énergétique de manière générale.

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • pic du petrole survivalisme (1)
  • prix du carburant par pays (1)

Le Global Overshoot Day, le jour du dépassement, c’est quoi ?

Plus communément appelé Le Jour du dépassement de la Terre, le Global Overshoot Day ou Earth Overshoot Day est le jour où la consommation de l’humanité atteint le crédit annuel de ressources annuelles que peut donner la terre par an.

Le Global Footprint Network, (ONG) réalise chaque année des calculs qui permettent de déterminer ce que la terre peut produire pour une année entière.

Cette empreinte écologique permet donc de donner une date à laquelle nous atteignons la consommation totale des ressources naturelles de la terre par an.

Chaque année, cette empreinte est calculée. Pour 2012, il n’aura fallu que 234 jours seulement pour avoir consommé toutes les ressources naturelles disponibles pour la production annuelle 2012.

Le jour du dépassement pour 2012 est le mercredi 22 Août. Il intervient alors 36 jours avant celui de 2011, soit le 27 Septembre 2011 de l’année dernière.

Pire que cela, en 2005, nous avions atteint ce jour du dépassement le 20 Octobre, contre auparavant en 2000, le 1er Novembre.

Un constat alarmant est très clair. Ce jour du dépassement arrive de plus en plus tôt et de plus en plus vite.

Ce qui signifie que la terre vit d’une certaine manière à crédit et utilise plus que ce qu’elle ne peut fournir.

Bientôt, notre seule planète ne suffira plus.

Cette dette écologique se creuse comme un déficit de dette souveraine, à la différence qu’il sera encore plus difficile de rembourser.

Selon Juan Carlos Moralès, directeur de la recherche du global Footprint : « Il faudrait 1,2 à 1,5 Terre pour assumer aujourd’hui les besoins de l’humanité qui reste en croissant très soutenue »

De ce fait, avec une démographie explosive, et un besoin actuel pour 7 milliards de personnes (et si cela continue comme cela 9 milliards en 2050), la question qui revient inéluctablement est de savoir comment la terre va pourvoir répondre avec un espace et des ressources limités à cette demande exponentielle.

En plus de la crise écologique conséquence d’une production intensive industrielle, le défi aujourd’hui demeure toujours de trouver des solutions alternatives et durables face à cette démographie et demande en ressources galopantes.

Plus d’informations sur le site officiel :

http://www.footprintnetwork.org/fr/index.php/GFN/

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Recherches populaires vers cette page :

  • overshoot day 2013 (13)
  • cest quoi le jour du depassement global (1)