Archive for Catastrophes d’origine humaine

La crise économique, définition et principes de base

crise economique

Cet article fait partie des Connaissances de Base sur notre site et vous apportera l’essentiel pour assimiler et appréhender l’avenir dans les meilleures conditions.

La crise économique est un concept ancien qui tire son origine bien avant l’ère industrielle du 20ème siècle que nous connaissons aujourd’hui.

A l’époque d’une économie fondée sur la production agricole, le terme crise économique avait souvent pour synonyme crise agricole ou crise de subsistance. Concept étroitement lié aux conditions météorologiques favorables ou non aux récoltes.

De ce fait, il est possible d’observer que toute pénurie ou manque de produits, service ou d’humains est corrélée avec une augmentation soutenue des prix.

Cette relation entre rareté et croissance de prix, voire inflation, entraîne des conséquences économiques, financières et sociales.

Ce constat ce traduit par une confrontation permanente de l’offre et de la demande confondue et tout déséquilibre entraîne une augmentation ou baisse des prix plus ou moins rapide.

crise economique globalePlus généralement, une crise économique est une détérioration de la situation économique et sociale de manière généralisée sur les ménages et les entreprises, tant d’un point de vue financier que social.

On peut parler de crise économique globale ou de récession lorsqu’elle est généralisée dans la majorité des secteurs et bien entendu, avec une ampleur au niveau international.

Un exemple pour le travail :

– L’excédent de demande de travail (demandeurs d’emploi) face à une pénurie d’offre de travail (Employeurs) amène systématiquement à une baisse des salaires dans les secteurs concernés, ou une stagnation de leur croissance.

Cela ajoutée à une politique sociale contraignante, les coûts de rémunération du travail impactent la compétitivité et donc les rémunérations moyennes d’un pays par rapport à un autre. Des arbitrages se font et cela a des conséquences directes sur les rémunérations en fonction de l’offre et de la demande en matière de coûts salariaux globaux.

Le contraire, la rareté de compétences spécifiques, entrainerait inévitablement une hausse des salaires et rémunérations.

Les causes de cette pénurie d’offre sont multiples :

  1. Progrès technique et informatique
  2. Externalisation des tâches
  3. Délocalisation dans des pays à faibles coûts de main-d’oeuvre
  4. Auto-entretien de crise économique ; plus de chômeurs signifie moins de dépenses, donc moins de chiffre d’affaires et de croissance. Donc licenciement et de nouveau baisse de la consommation…
  5. L’augmentation de la création de masse monétaire, (notamment avec les dettes) avec sa vitesse de circulation qui entraîne de manière systématique de l’inflation.
  6. Des positions abusivement dominantes sur un marché, permettent de garder le contrôle de l’offre et de l’imposer à la demande. L’exemple des grandes et moyennes surfaces, ou autres sociétés pratiquant des prix « entendus ».
  7. Spéculation sur les matières premières, loi de l’offre et la demande, avec des pratiques d’entente, non déclarées, évidemment.

L’économiste Keynes,  prôna dans ses théories donc l’intervention de l’Etat dans ces périodes difficiles, afin de jouer un rôle de régulateur.

De nombreux économistes ont tenté de modéliser des théories sur les caractères cycliques de l’économie

Cycles courts  :Le cycle Kitchin (3 à 4 ans) et le cycle Juglar (8 à 10 ans)

Cycles longs  : Kuznets (15 à 25 ans) et le Kondratieff (40 à 60 ans)

Plus d’information ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_%C3%A9conomique

Chômage, précarité et augmentation des prix

Trois facteurs essentiels pour comprendre la croissance :

  • la consommation
  • l’épargne
  • l’investissement.

En période de crise, lorsque les consommateurs ont des moyens réduits de consommation, celle-ci tend généralement à baisser. Et de ce fait, les revenus des entreprises baissent eux aussi, ce qui entraîne des licenciements et dans le pire des cas des dépôts de bilan et faillites.

Avec l’augmentation des prix, les consommateurs portent donc leur attention sur l’essentiel, ce qui impacte de manière générale le système économique.

Par conséquent, le déséquilibre actuel observé entre demandes et offres d’emplois, se traduit par un chômage élevé et croissant. Cela maintient en général, des salaires faibles pour la majorité des classes pauvres et moyennes.

Au niveau des investissements, les capitaux risqueurs deviennent frileux en période de crise, et restent prudents.

Pour ce qui est de l’épargne, de plus en plus de ménages se dirigent vers une épargne négative, c’est à dire avec de l’endettement.

L’explosion des prix des loyers ou du coût d’acquisition des biens immobiliers renforce la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.  Ces derniers ont recours au crédit et à l’endettement pour financer leurs dépenses quotidiennes, leur salaire ou indemnité chômage ne suffisant plus.

Progrès technique et mondialisation

La modernisation et l’évolution de l’informatique ont permis de détruire de nombreux emplois dans les secteurs primaires (agriculture) et secondaire (industrie).

Le secteur tertiaire (services) a bénéficié jusqu’à 2008, avant la crise financière de ce regain d’emplois. Un phénomène aujourd’hui qui a bel et bien trouvé ses limites.

D’autres part, avec la mondialisation rapide depuis ces quinze dernières années, de nombreux arbitrages ont eu lieu au profit de production délocalisée en Asie, en Inde ou dans d’autres pays de Tiers Monde avec des coûts de main-d’oeuvre beaucoup moins élevés.

Aujourd’hui une crise financière globale, monétaire et immobilière.

sub primesDepuis 2008, la crise des Subprimes (secteur des prêts hypothécaire) avec celle des dettes souveraines (Etats), des CDS ont d’abord commencé à faire plonger les bourses mondiales avec les banques.

Et cela, bien avant que les consommateurs puissent en sentir les véritables effets d’aujourd’hui : chômage, salaire maintenus en baisse, précarité et hausse des prix.

Maintenant, ces dettes souveraines extérieures colossales font peur, voici le palmarès des dettes des états :

USA : 16 035 165 000 000 $ (2012) / 100 % du PIB

Union Européenne : 13 720 000 000 000 $ (2010)

Royaume – Uni : 8 981 000 000 000 $(2010) / 80 % du PIB

France : 4 698 000 000 000 $ (2010) / 87 % du PIB

Allemagne : 4 713 000 000 000 $ (2010)  / 83 % du PIB

Espagne : 2 409 000 000 000 $ (2011) / 80 % du PIB

Italie : 2 223 000 000 000 $ (2010) / 120 % du PIB

Grèce : 532 900 000 000 $ (2011) / 150 % PIB

Il est important de relativiser ces chiffres rapporté au Produit Intérieur Brut : le PIB

Une crise qui s’étend dans l’Europe toute entière

Aujourd’hui le cas de la Grèce avec son taux de chômage record, est pointée du doigt par les médias.

Avec les nombreuses mesures financières qui ont été mises en place par le gouvernement, on ne peut que constater les dégâts sur une population entière. Ces mesures d’autérités, ne se déroulent pas en général dans le calme, les citoyens à bout, pris de paniques et en otages par les mesures gouvernementales.

A quoi devons-nous nous attendre ?

Le cas Grec est aussi inquiétant que riche en enseignement.

Mesures d’austérité sur mesures d’austérités, afin de ralentir la croissance de cette dette souveraine déjà  abyssale, auront le même impact sur les citoyens des pays voisins, dont la classe moyenne est actuellement le coeur de cible.

Il ne faut pas se leurrer.

Ces changements risquent fort probablement de s’effectuer à court terme et tôt ou tard et de la manière la plus difficile à vivre.

Car cette crise, fera prendre conscience aux gens qui ne sont pas encore préparés, qu’apprendre à véritablement devenir autonome, connaître les règles essentielles en survivalisme relatent uniquement du bon sens et de l’observation.

L’exemple de la Grèce avec le retour à la terre et à une simplicité volontaire, est une illustration concrète de la nécessité d’acquérir des compétences, des savoir-faire obligatoires (comme la permaculture) et vitaux pour ceux qui s’en sortent le mieux en période de crise économique majeure.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • crise économique définition (344)
  • définition crise économique (162)
  • définition de la crise économique (160)
  • crise economique (80)
  • la crise définition (28)
  • crise économique def (23)
  • la definition de la crise economique (19)
  • crise définition économique (17)
  • definition d\une crise économique (17)
  • définition la crise économique (16)

Les mayas avaient prédit la fin du monde pour le 21 décembre 2012

Cette année un peu tout le monde nous parle de la prédiction de fin du monde par les mayas. Houlalaaaa ! ça fait trop peur !
Leur calendrier s’arrête le 21 décembre 2012 !
Ces gens là étaient supérieurement avancés, il ont compris les alignements planétaires des siècles avant nos savants, et patati et patata…

S’ils étaient aussi bons, c’est curieux qu’ils n’aient même pas vu leur propre extinction, non ?

Bon, alors pour les naïfs, voici une courte explication :

C’est uniquement une question d’échelle.

Comme ces barbares fanatiques coupeurs de têtes et arracheurs de coeurs de leurs esclaves ont disparus du monde (bon débarras), ils n’ont pu réactualiser leur calendrier.
Donc, on ne voit que la fin d’un cycle. Le dernier calendrier qu’ils ont eu le temps d’imprimer.

 

C’est la fin du monde !!!

On peut comparer ça au calendrier des postes, avec des chatons trop mignons en photo sur toutes les pages.

 

On va tous mourir !!!!

Comme l’échelle n’est que d’un an, si le monde est presque totalement détruit cette année, les civilisations futures y verront peut être le signe qu’on avait prédit très précisément la fin du monde pour cette année ?

 

HAAAAAAAA !!! C’est la fin du monde !!!

Ca fait déjà 39 prédictions de fin du monde de calendrier des postes auxquelles je survis.

Je suis encore plus fort que Mad Max.

La fin du monde !!!

… mais bon, c’est vrai que le monde va mal. C’est un ensemble des choses :

– Pic d’activité solaire carrément inquiétant,
– Climat détraqué par les activités humaines,
– Surpopulation,
– Plus assez de production pour nourrir les peuples,
– Baisse de production des énergies fossiles,
– Flambée de l’intégrisme religieux et des massacres partout sur la planète,
– Mondialisation des échanges qui répand de nouvelles espèces et des maladies hors des milieux qui arrivaient à les contenir,
– Pauvreté qui augmente dans toutes les classes sociales,
– Etat qui en fait toujours moins en réclamant toujours plus et qui devient un boulet,

 

Des solutions, il en existe des wagons. Elles ne sont pas dans les calendriers des postes, mayas, dans les cartes, dans le marc de café, dans les prédictions des zinzins.

Le bon sens, l’étude de l’histoire et de la psychologie humaine, avec des connaissances globales de la science, l’observation de ce que nos ancêtres faisaient avec beaucoup moins de ressources,… tout ça donne quelque chose de beaucoup plus fiable pour anticiper l’avenir et s’y préparer.

 

« Si tu veux vraiment quelque chose, trouve des moyens.
Si tu ne veux pas, contente-toi de prétextes. »
Ce n’est plus la peine de se brosser les dents, ni de travailler, puisque les voyants mayas ont prédit que…

 

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Savez-vous ce qu’est une IEM (Impulsion Electro Magnétique) ?

C’est la pire des catastrophes possibles sur un pays civilisé, moderne, dépendant de la technologie pour tout, tout, tout.
La fin du monde connu en 1/10ème de seconde.

La cause peut être une bombe puissante explosant à quelques kilomètres du sol, pour cause de terrorisme ou de guerre. Cela agirait sur tout un continent.

L’autre cause possible et une éruption solaire hors norme. Et justement, cette année, le soleil est dans la période la plus agitée de son cycle.
Ca empire de semaine en semaine. Regardez là.

 

Voilà à quoi s’attendre :

(Tout ce qui suit est malheureusement sous-estimé, puisque tout s’effondrerait, dans des proportions inimaginables)
En une fraction de seconde, presque tous les appareils contenant de l’électronique grillent instantanément OU sont perturbés OU ne fonctionnent plus car les autres appareils dont ils dépendent sont hors service.
C’est à dire,

  • plus d’électricité,
  • plus de communications,
  • plus d’informations,
  • plus de contacts possibles avec les services d’urgence,
  • plus de véhicules en état de marche,
  • les avions tombent et tuent des gens, détruisent des villes, des usines,
  • les pompiers ne peuvent que regarder de loin ce qui brûle,
  • les bateaux dérivent, les trains sont immobiles,
  • l’eau n’est plus désinfectée et les gens tombent malades quelques jours plus tard,
  • le matériel médical ne fonctionne plus,
  • de plus en plus de gens meurent,
  • toute la nourriture stockée au froid est bonne à jeter en quelques jours,
  • plus aucun transport possible pour réapprovisionner les villes, ceux qui n’ont pas de stocks commencent à souffrir de la faim,
  • le système bancaire ne fonctionne plus, les commerces ne fonctionnent plus,
  • toute la réalité s’effondre.
  • la police est totalement dépassée et impuissante.
  • les bandes font régner la terreur, le pillage, le viol, le meurtre.
  • les gens sans médicaments, sans assistance électronique meurent,
  • les villes qui dépendent d’un pompage électrique pour l’approvisionnement en eau sont à sec,
  • les poubelles s’entassent par montagnes dans les rues, l’odeur de l’air devient irrespirable, les rats, les parasites, les maladies se répandent à toute vitesse,
  • Comme dans toutes les villes du monde où énormément de monde meure très vite, on creuse des fosses communes dans tous les espaces verts des villes, dans les stades,

 

Les survivalistes ont des solutions à tous ces problèmes. Je vous apprendrai avec ce blog, si on en a le temps. :-p

Mais ce que très peu de personnes savent, c’est qu’une impulsion très forte tue AUSSI ce qui est vivant. C’est juste une question d’intensité.

… personnellement je choisis d’ignorer totalement ce dernier point. Puisque c’est une chose sur laquelle on ne peut rien faire, pour laquelle il n’existe aucune solution humaine, autant ne pas se gâcher la vie avec des idées noires et sans remèdes.

On va donc se concentrer sur ce qu’on peut préparer pour ne pas souffrir.

A suivre…

 

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • Acheter impulsion électromagnétique (1)

Fukushima II, encore pire

La saison des typhons commence au Japon.

1500 barres d’uranium, 250 tonnes de combustible usagé, sont stockées dans une piscine sans toit depuis l’explosion de la centrale.

Si la piscine déjà très fragilisée se brisait, il faudrait évacuer immédiatement plus de 35 millions de personnes.

Vidéo d’une minute sur i-télé

« Le site deviendrait tellement radioactif qu’il serait impossible d’y pénétrer. La centrale serait hors de contrôle pour plusieurs dizaines d’années.
Les experts disent que la seule option est de croiser les doigt et d’espérer que la centrale ne soit pas touchée par un typhon ou un séisme pendant au moins deux ans ».

Intéressant non ?

Le nucléaire peut devenir totalement hors de contrôle et détruire la vie normale sur une grande partie du monde, en un clin d’oeil, pour des décennies.

Ca donne envie d’apporter un soutien inconditionnel à toutes les énergies propres et renouvelables. La nuisance du bruit d’une éolienne n’est rien comparée au nucléaire.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr