Archive for Alimentation

Continuer de stocker du froid pendant la saison froide

Quelle drôle d’idée !

Non ?…

Tout le monde sait que les accumulateurs de froid posés dans le congélateur ne servent qu’en été, pour avoir des bières fraîches sur la plage lors des pique-niques plein de nanas bronzées.

Bon éventuellement aussi, de temps en temps, ça sert pour ramener les courses, pour que les glaces rhum-raisins ne décongèlent pas dans les embouteillages, mais c’est tout.

Dès que l’été est fini on peut faire comme tout le monde, on les vire du congélateur pour faire plus de place pour le bourrer à fond à fond à fond.

Jusqu’au jour où on pleure, parce qu’en pleine crise économique, c’est pas du tout le moment de jeter 300 euros de nourriture congelée à cause d’une longue coupure de courant, pour une petite tempête de rien du tout. Pouf ! 300 euros…
Un petit vent jusqu’à 150 km/h pendant trois jours (comme au début du mois), et plus de 50.000 personnes sont en permanence sans courant électrique. Pendant le temps des réparations sur les lignes, d’autres sont arrachées par le vent, et des dizaines de milliers d’autres foyers se retrouvent sans électricité.

Ou bien il tombe à peine un mois de pluie en quelques minutes et c’est le même cirque.
30 centimètres de neige dans la nuit, et hop ! encore.

C’est à croire qu’on ne peut pas compter sur le réseau de distribution de courant électrique.

Continuer de stocker du froid aussi pendant l’hiver n’est peut être pas une idée aussi farfelue finalement…

Si la chaine du froid s’interrompt un peu trop longtemps, ce qui était congelé devient impropre à la consommation.

Il ne faut jamais recongeler un produit décongelé.

En cas de rupture du froid, vous n’avez que quelques jours pour consommer vos stocks.

Donc, la première des précautions est de ne plus entasser de grandes quantités d’aliments dans votre réfrigérateur, congélateur.

Pas plus de quatre jours de nourriture surgelée

Moins de 4 jours de nourriture dans le congélateur

Mon congélateur familial est clairement représentatif de la confiance que j’ai en ces appareils : Absolument aucune.

Il ne contient que de la nourriture pour 4 jours maximum. En cas de panne de courant, presque rien ne devrait être gaspillé.

Par contre les placards sont pleins d’aliments qui peuvent être stockés très longtemps sans frais, ni dépenses énergétiques : du riz, des pâtes, du blé, des lentilles, des haricots, des boites de thon, de corned-beaf, du sucre, de la farine,…

Regardez l’état de la Grèce après 5 ans de récession. Toutes les classes sociales souffrent maintenant de la faim. Des aliments qui se conservent un grand nombre d’années et qui sont encore abordables ici, vous serez contents de les trouver bientôt dans vos placards.
Pensez-y en faisant vos courses.
Les congélateurs ne sont pas un système de survie fiable.

Les blocs pour glacière conservent le froid plus longtemps que la simple glace

Avoir différentes tailles pour s’adapter à tous les besoins

Les blocs d’accumulateurs de froid sont un très bon investissement. Ils se conservent un très grand nombre d’années et ne coûtent presque rien.

En posséder de plusieurs taille permet de toujours avoir le bon format pour conserver des aliments, des médicaments, pour s’adapter à toutes les boites, tous les sacs…

Stockage du froid grâce à des bouteilles de plastique vides

Stockage de froid gratuit

Mais on peut aussi en fabriquer sans rien dépenser. Des bouteilles en plastiques remplies d’eau suffisent largement.

Congélation de bouteilles d'eau dans les places libres du congélateur

Puisque le congélateur fonctionne en permanence, qu’il soit vide ou plein, autant profiter des casiers vides pour stocker du froid, au cas où.

Les bouteilles d’eau ont un autre avantage. En cas de coupure de l’alimentation du réseau d’eau, vous aurez plusieurs litres d’eau potable. Il suffit de les laisser se décongeler.

Attention : ne recongelez JAMAIS une bouteille d’eau décongelée. Videz là, par exemple sur vos plantes. Rincez la bouteille avant de la re-remplir pour la recongeler.

En été j’utilise ces bouteilles d’eau pour les poser derrière un simple ventilateur. En quelques minutes ont sent déjà une nette différence dans la pièce.
De toutes façons, le congélateur consomme de l’électricité 24h/24, vide ou plein. Autant en profiter pour avoir une petite climatisation portable pratiquement gratuite.

Glaçons colorés à laisser dans les bacs du congélateur

Des témoins de décongélation qui ne coûtent rien

Si le congélateur est dans la maison où vous vivez, vous remarquez presque certainement les coupures de courant de plusieurs heures. Donc vous savez que vous n’avez que quelques jours pour manger les aliments, après il faudra les jeter.

Si le congélateur est dans un autre bâtiment, mettre un témoin de décongélation est une excellente idée. Sans ça, vous risquez de manger des plats qui risquent de vous faire beaucoup de mal.

Il n’y a pas besoin de dépenser beaucoup. Par exemple, de simples bacs à glaçons de forme sympa, ou des petits moules à gâteaux, avec trois gouttes de colorant alimentaire, et hop! c’est tout.

Un petit coeur rose posé bien en évidence dans chaque bac.
S’il saute aux yeux, c’est que tout est bon.
S’il est fondu… il faut jeter les steacks.

Si vous avez suivi les informations sur les conséquences du petit ouragan de rien du tout qui vient de frapper les états unis, vous avez vous aussi constaté que 6 jour après son passage, 500.000 new-yorkais étaient toujours sans électricité.

La mer monte à peine de 4 minuscules mètres (alors que les autorités s’étaient préparées pour 1 seul mètre) et c’est encore un carnage.
Des réseaux électriques, des transformateurs, une grosse centrale sous les eaux.
Pareil pour toute la distribution de carburant. Donc plus non plus de groupes électrogènes qui fonctionnent.

Dépendre totalement des réseaux de distribution est une mauvaise chose.

A chaque gros problème, des dizaines de milliers de personnes doivent être secourues.

Pour tout ce qui est essentiel, c’est bon d’avoir un minimum d’autonomie, une bonne marge de sécurité pour ne pas souffrir autant que les autres.

J’adore cette règle survivaliste, je la répète souvent :

  • Un moyen de se procurer l’essentiel, c’est rien ;
  • Deux, c’est mieux ;
  • Au moins trois moyens de se procurer l’indispensable, c’est bon.

Puis comme c’est dans un contexte de crise économique et qu’on ne roule pas sur l’or, les solutions qui ne coûtent presque rien et qui peuvent s’utiliser en dehors des catastrophes sont de très bonnes solutions.

Le froid stocké pour la fin du monde peut aussi servir pour les pique-niques sur une plage pleine de nanas.

L’été prochain (si on ne meurt pas tous le 21 décembre 2012) je leur montrerai mes gros coeurs en glaçons roses.
Je suis sûr que ça va en faire fondre…

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • supersize me (32)
  • comment stocker du froid (10)
  • photo aliment congelé (2)
  • bloc de glace (1)

Contre les idées reçues sur le jardinage potager

Préparation d'une salade avec une tomate, une poignée de maïs et des graines germées "maison"

Il semblerait que toutes les personnes qui n’ont jamais essayé de faire pousser leur nourriture soient remplies d’idées reçues complètement fausses, dans ce genre-là :

  • « Faire son potager demande beaucoup de place »,
  • « Ca prend du temps »,
  • « C’est difficile ! »,
  • « Il y a tellement de choses à savoir… »
  • « Ca coûte cher »,

Quelques images sont parfois plus parlantes que de longs discours, alors prenons l’exemple des graines germées. Elles montrent en cinq jours seulement ce qui se passe en plusieurs semaines, mois ou années, dans un potager :

Une demie cuillère de graines à germer suffit pour donner une salade

Juste une demie cuillère à café de graines (bien moins d’un centime).
Un rinçage quotidien, mais deux ou trois fois par jours c’est préférable (pour bien moins d’un centime d’eau sur toute la durée du cycle),
et au bout de 5 jours à peine, on a déjà de quoi faire une salade :

Bocal de graines germées

Cette fois j’ai mis très peu de graines car il s’agit d’un mélange avec un goût vraiment fort, très poivré, essentiellement à base de radis et de lentilles.

J’en ai mis juste assez pour composer un tiers de la salade, sur deux repas.

A plus grande échelle, le principe est toujours exactement le même :
des graines, de l’eau (potable), laisser grandir quelques jours.

Comparaison des graines germées maison avec ce qui est vendu dans les magasins

La comparaison avec ce qui est vendu dans le commerce est hallucinante.

Dans une chaine de magasins de bas prix, à peu près le même volume de graines germées, les moins chères, coûte déjà 96 centimes.

Environ 100 fois plus cher, donc.

Bocal de haricots premier prix d'une chaîne de magasins de bas prix

Avec dans le jus différents produits qu’on préfèrerait ne pas absorber, conservateurs, additifs, poisons à bactéries, etc…

 

Je me demande aussi comment font les industriels pour arrêter la germination dans le bocal ? comment font-ils pour tuer les bébés graines ?
est-ce que c’est de la cuisson ?
est-ce que c’est un poison dans l’eau ?
… au moment où j’écris ces lignes je n’ai pas la moindre idée sur la réponse.

Je suis simplement totalement persuadé qu’il est énormément plus sain de manger des pousses vivantes, fraîches, vigoureuses, que des cadavres de plantes qui flottent dans un bocal depuis un an et demi.

 

Du point de vue de l’écologie, ces bocaux sont aussi une catastrophe.
Pour extrêmement peu de nourriture, entourée d’eau lourde et encombrante, il faut fabriquer des emballages solides qui ont un certain impact sur l’environnement.
Puis consommer du carburant pour faire venir les bocaux en avion de l’autre coté du monde, les distribuer dans les magasins par de gros camions sur des centaines de kilomètres, puis aller faire les courses avec un moteur qui tourne pour rien dans les embouteillages…

 

Faire germer ses graines ne semble avoir que des avantages.

Il n’est même pas nécessaire d’investir beaucoup dans du matériel. Par exemple, mes germoirs sont simplement des bocaux alimentaires vides dont j’ai percé le couvercle, au lieu de les jeter et de polluer.

Les trous servent à l’égouttage lors du rinçage, et à laisser sécher l’excès d’eau.

Fabrication d'un germoir avec un bocal dont le couvercle est percé

Sur cette photo, mon premier test.

Ca marche.

Pour les suivants, lorsque j’ai eu de gros bocaux vides (cornichons, confitures,…), les trous ont été fait énormément plus petits. Quelques graines tombaient lors du rinçage. Il est donc plus judicieux et pratique d’avoir 60 très petits trous, d’un diamètre bien inférieur aux graines, que dix gros trous.

Certaines variétés de graines germées sont réellement minuscules. Percer les couvercles de trous minuscules permettra de faire pousser toutes les espèces.

On peut aussi percer les trous en dessinant des motifs décoratifs (fleurs, soleils, smileys souriants,…) pour faire joli dans la cuisine. Mon premier essai faisait vraiment plouc, je sais, je sais…

En plus, pour les prochains pots de cornichons vides, je garderai le « tire-croc » en plastique très pratique.
Ou peut être que j’utiliserai des couvercles de confiture avec de belles couleurs et décorations.
Si c’est beau, ça peut même faire une idée de cadeau originale et utile.

 Bocal de cornichons, à transformer en germoir juste en perçant le couvercle pour l'égouttage

Pour faire pousser ses graines germées, il y a peu de choses à savoir :

– Au départ, pendant quelques heures laisser tremper les graines dans de l’eau potable.
Puis vider, rincer et égoutter. Laisser reposer dans un coin de la cuisine.
La croissance et le gonflement des graines est impressionnant. Au moins 4 fois plus de volume dès la première nuit. Donc il ne faut mettre que très très peu de graines dans le bocal.
Si le bocal n’est pas posé droit, mais couché, par exemple sur un torchon pour l’empêcher de rouler, les graines ont la place de se gonfler et se développer sans se compresser dans un gros bloc de graines inutilisables.

 

– Il faut impérativement rincer tous les jours les graines pour empêcher le développement de bactéries qui peuvent rendre un peu malade certaines personnes.
Personnellement je rince mes graines systématiquement 3 fois par jour. Au moins je suis absolument sûr de leur pureté.
Ca ne prend que 20 à 30 secondes, quand je passe dans la cuisine.

 

–  Toutes les graines n’ont pas les mêmes parfum.
Celles de cet exemple ont un très fort goût poivré qui me plait beaucoup mais qui n’est pas du goût de tout le monde.
Faites vos essais en très petites quantités au départ, pour ne pas gaspiller.

– Au bout de quelques jours elles sont bonnes à manger. Quelques jours plus tard, les poussent deviennent trop dures et immangeables crues.

Avoir plusieurs bocaux permet d’avoir des graines germées en permanence, vu le coût totalement négligeable.
Ca permet aussi de manger plusieurs variétés de graines, de varier son alimentation et ses recettes.

 

Préparation d'une salade avec une tomate, une poignée de maïs et des graines germées "maison"

Le jardinage potager est presque aussi simple que ça.

Ca pousse aussi « presque » tout seul si on a bien planté au départ.

Les différences sont que dans le jardin ou sur le balcon, il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’eau potable. L’eau de pluie, gratuite, est parfaite. En plus elle ne contient pas de chlore, contrairement à l’eau du robinet. Les plantes l’adorent.

 

L’autre différence vient du problème de la durée :

  • Sur le temps, il peut apparaitre différents problèmes en rapport avec la taille des plantes, trop envahissantes, ou besoin de passer du temps à les tuteurer  ;
  • Les conditions météo sont bien différentes de l’environnement contrôlé dans la cuisine, on ne peut pas beaucoup agir contre ça ;
  • Les maladies et champignons ont le temps d’agresser les cultures ;
  • ainsi que les insectes, les oiseaux, les rongeurs,…

Tellement de choses peuvent réduire ou détruire la production,

… mais en réalité, il y a assez peu de choses à savoir. Peut être seulement l’équivalent d’une pages de livre pour chaque plante.

 

Si partout dans le monde où il y a d’énormes crises, les gens qui savent faire pousser de la nourriture sont parmi ceux qui s’en sortent le mieux, ce n’est pas pour rien. Ca ne coûte presque rien.
C’est facile quand on est assez documenté.

En plus de ne plus payer pour manger, ça permet d’avoir des choses indispensables à troquer ou à revendre.

La partie « Potager d’autosuffisance » du site sert à apprendre comment réussir.

Mes expériences ratées, mes mauvaises surprises sont aussi instructives que les pages des livres. Ca montre concrètement ce qu’il ne faut surtout pas faire pour ne pas perdre sa production. Vu que toute l’économie s’effondre, vous n’aurez pas le temps de vous permettre de rater en apprenant.

J’ai déjà planté 46 espèces depuis que j’ai découvert le jardinage il y a six mois. Par rapport à moi, vous gagnez déjà 6 mois d’expérience pour bien vous lancer.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Recherches populaires vers cette page :

  • germoir (157)
  • fabriquer un germoir (82)
  • germoir maison (76)
  • cuve à eau pas cher (69)
  • fabriquer un germoir maison (28)
  • fabriquer germoir (25)
  • germoir pas cher (19)
  • fabriquer son germoir (17)
  • faire un germoir maison (15)
  • fabriquer un germoir à graines (14)

Des champignons gratuits… mais mortels

La mauvaise météo provoque la pousse d'une grande quantité de champignons

Une autre conséquence du climat complètement dingue de cette année est l’invasion de champignons partout depuis qu’il repleut enfin, depuis quelques mois.
Beaucoup de gens les ramassent sans vraiment s’y connaitre, ce qui n’est clairement pas une bonne idée.

J’ai entendu aux informations la semaine dernière qu’encore deux personnes sont mortes pour avoir mangé des champignons du jardin. Elles avaient bêtement pensé que « puisque ça pousse dans leur propre jardin, c’est plus sain que ce qui poussent dehors, à l’état sauvage. »

C’est impressionnant, hein ?

Oui. Ca existe vraiment des gens aussi [Biiiip]. Il n’y a qu’à voir les résultats des élections pour réaliser qu’on est cerné de fadas qui ne réfléchissent jamais, qui font n’importe quoi et qu’après il faut secourir, en entraînant tout le monde dans leurs cacas.

… alors si vous êtes invités à manger une bonne omelette aux champignons sauvages, pensez à demander l’origine et la compétence de la personne qui les a cueillis.
Ou mieux, n’en mangez pas. L’excuse « je suis allergique » permet de couper court à toutes les conversations pénibles. Il y a toujours des centaines d’idiot(e)s pour essayer de vous convaincre de manger quelque chose que vous détestez.
« Je suis allergique » est une excuse parfaite. Point final.
(… et du coup, vous avez plus de place dans le ventre pour reprendre deux fois du dessert au chocolat). 😉

Certains champignons sauvages que l’on trouve couramment ont la propriété de détruire complètement des organes vitaux. Il n’y a pas de vomissement, aucun signe d’intoxication. Quand la personne tombe gravement malade, deux ou trois jours plus tard, il n’y a plus rien à faire.

Un chiot de ma mère est mort il y a deux mois. L’autopsie a montré qu’il avait des champignons dans l’estomac.
Mes parents ont le même jardin depuis 40 ans, il n’y avait jamais eu de champignon. Attention, la planète commence à rendre les coups.

En famille, on subit toutes les erreurs des autres, des enfants, des animaux…

Sortir d’un coup 800 euros de frais vétérinaire peut instantanément vous endetter très lourdement. 21% des français sont déjà à découvert tous les mois.
Dans un contexte d’effondrement économique, des frais médicaux toujours moins remboursés, quand un tiers des français n’ont pas les moyens de se payer une mutuelle, la prudence doit redevenir une préoccupation prioritaire.
Si vous pensez adopter un animal, réfléchissez bien avant :
Ne vaut-il pas mieux réserver vos ressources aux membres de votre famille ?

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • déclouer une palette (169)
  • etagere en palette (120)
  • palette potager (12)