Archive for Alimentation

La Permaculture, selon Charles Hervé-Gruyer de la Ferme du Bec Hellouin

Homme passionné, Charles Hervé-Gruyer avec sa femme Perrine ont créé La ferme Biologique du Bec Hellouin, dans l’Eure en Normandie.

Cet Eco-centre dispense des formations pour ceux qui veulent découvrir cette véritable aventure humaine et école de la nature.

Voyageur et ouvert d’esprit, il découvre les techniques de part les différents pays qu’il visite.

Aujourd’hui, principal animateur de son Eco-centre, Charles Hervé-Gruyer  utilise et met en place avec sa famille, les procédés essentiels et fondamentaux de la permaculture, ainsi que de nouvelles techniques expérimentales et novatrices.

M Hervé-Gruyer a des choses intéressantes à nous faire partager dans cet interview audio du 28 Octobre 2012 à France culture.

Une interview réalisée par Alain Kruger dans l’émission « On ne parle pas la bouche pleine ».

L’équipe de la ferme possède une activité de maraîchage biologique diversifié.

Les objectifs principaux de la permaculture sont atteints selon Perrine Hervé-Gruyer  :

  • Système économiquement viable quel que soit l’environnement
  • Faibles dépenses en ressources (pas d’engrais, pas de pesticides, utilisation de l’eau optimisée)
  • Durable et à environnement propre (réutilisation des déchets, pas de travail de la terre)
  • Système harmonieux
  • Socialement équitable

ferme-du-bec-hellouin-eure-normandieDepuis leur passage d’agriculture traditionnelle en permaculture en 2008, ils ont pu constater une nette amélioration des rendements.

Après de nombreux essais et tests, le couple parvient à adapter cette culture à son environnement.

Très présent sur Internet et de plus en plus dans les médias traditionnels (Radio, télévision), voici quelques reportages de la Ferme du Bec Hellouin.

Pour le premier, je vous laisse découvrir dans ce court métrage de 6 minutes environs diffusé sur Arte, quel est le concept de la ferme du Bec Hellouin.

Dans cet exemple concret, les idées reçues sur la difficultés de mettre en place un potager d’auto-suffisance, disparaissent.

Cette famille démontre ainsi la possibilité, de part sa volonté, de produire sa propre nourriture biologique.

Dans ce reportage, il est bien évidemment question d’anticipation quand à la question de la fin d’un pétrole bon marché, ou des ressources naturelles. La réponse mise en place est un mode de vie durable et écologique.

Dans la vidéo suivante, notre couple se présente.

Vous y découvrirez comment Perrine Hervé-Gruyer, juriste international à Tokyo, a décidé de franchir le pas, suite à de nombreuses interrogations sur sa vie, ce qu’elle voulait vraiment devenir.

Comment cette prise de conscience l’a aidé à passer à l’action et le résultat aujourd’hui après quelques années, un reportage touchant, riche d’enseignements.

Vous y découvrirez ici l’ensemble de leurs activités complémentaires : poulailler, mouton, chevaux, fabrication de pain

C’est donc dès maintenant que les choses se préparent. C’est maintenant que se prépare Demain.

Retour à la terre parfois nécessaire ou volontaire, il symbolise très souvent un besoin récurrent de renouer notre lien avec la nature et son environnement.

Si vous avez pris connaissance de cette dernière vidéo, vous pourrez remarquer que la démarche de la Ferme du Bec Hellouin s’inscrit dans un domaine d’investigation qui dépasse la Pemaculture.

Lauréate du Trophée Eco-tourisme, elle illustre un Mode de vie complet et nouveau avec la création d’un véritable écosytème.

Il se rapproche d’un mode de vie plus Autonome, qui tend vers l’Auto-suffisance, le maintient du lien social par le bon voisinage et le partage.

Ferme-du-Bec-Hellouin-permacultureSi Charles Hervé-Gruyer se surnomme « Néo-paysan » des temps modernes, il invite ses auditeurs à conserver leur activité ou travail au début pendant cette Transition pour apprendre les notions de jardinage en « paysan à temps partiel ».

Et de commencer à le faire avec seulement 1000 mètres carrés en campane.

Il laisse entrevoir la possibilité de démarrer cette nouvelle activité en y consacrant deux jours par semaine pour débuter.

Activité qui se positionne aussi comme une véritable solution face à la crise économique.

Néo-Paysan, Néo-Survivaliste Preppers, de nouveaux termes pour signifier finalement les même choses et les mêmes personnes.

La recherche, le développement d’un mode de vie plus libre, plus durable, sont symboles d’une simplicité volontaire pour renouer avec la nature et le lien social.

C’est peut-être simplement, le retour aux valeurs fondamentales et de reconnexion à la terre et l’humain.

Plus d’informations sur la Ferme du Bec Hellouin de Charles et Perrine Hervé-Gruyer

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • permaculture (490)
  • coluche (114)
  • jardin permaculture (56)
  • charles hervé gruyer (45)
  • permaculture jardin (43)
  • charles hervé-gruyer (40)
  • ferme Du Bec Hellouin (27)
  • produire sa nourriture (23)
  • plan potager permaculture (23)
  • potager permaculture (22)

Contre les idées reçues sur le jardinage potager

Préparation d'une salade avec une tomate, une poignée de maïs et des graines germées "maison"

Il semblerait que toutes les personnes qui n’ont jamais essayé de faire pousser leur nourriture soient remplies d’idées reçues complètement fausses, dans ce genre-là :

  • « Faire son potager demande beaucoup de place »,
  • « Ca prend du temps »,
  • « C’est difficile ! »,
  • « Il y a tellement de choses à savoir… »
  • « Ca coûte cher »,

Quelques images sont parfois plus parlantes que de longs discours, alors prenons l’exemple des graines germées. Elles montrent en cinq jours seulement ce qui se passe en plusieurs semaines, mois ou années, dans un potager :

Une demie cuillère de graines à germer suffit pour donner une salade

Juste une demie cuillère à café de graines (bien moins d’un centime).
Un rinçage quotidien, mais deux ou trois fois par jours c’est préférable (pour bien moins d’un centime d’eau sur toute la durée du cycle),
et au bout de 5 jours à peine, on a déjà de quoi faire une salade :

Bocal de graines germées

Cette fois j’ai mis très peu de graines car il s’agit d’un mélange avec un goût vraiment fort, très poivré, essentiellement à base de radis et de lentilles.

J’en ai mis juste assez pour composer un tiers de la salade, sur deux repas.

A plus grande échelle, le principe est toujours exactement le même :
des graines, de l’eau (potable), laisser grandir quelques jours.

Comparaison des graines germées maison avec ce qui est vendu dans les magasins

La comparaison avec ce qui est vendu dans le commerce est hallucinante.

Dans une chaine de magasins de bas prix, à peu près le même volume de graines germées, les moins chères, coûte déjà 96 centimes.

Environ 100 fois plus cher, donc.

Bocal de haricots premier prix d'une chaîne de magasins de bas prix

Avec dans le jus différents produits qu’on préfèrerait ne pas absorber, conservateurs, additifs, poisons à bactéries, etc…

 

Je me demande aussi comment font les industriels pour arrêter la germination dans le bocal ? comment font-ils pour tuer les bébés graines ?
est-ce que c’est de la cuisson ?
est-ce que c’est un poison dans l’eau ?
… au moment où j’écris ces lignes je n’ai pas la moindre idée sur la réponse.

Je suis simplement totalement persuadé qu’il est énormément plus sain de manger des pousses vivantes, fraîches, vigoureuses, que des cadavres de plantes qui flottent dans un bocal depuis un an et demi.

 

Du point de vue de l’écologie, ces bocaux sont aussi une catastrophe.
Pour extrêmement peu de nourriture, entourée d’eau lourde et encombrante, il faut fabriquer des emballages solides qui ont un certain impact sur l’environnement.
Puis consommer du carburant pour faire venir les bocaux en avion de l’autre coté du monde, les distribuer dans les magasins par de gros camions sur des centaines de kilomètres, puis aller faire les courses avec un moteur qui tourne pour rien dans les embouteillages…

 

Faire germer ses graines ne semble avoir que des avantages.

Il n’est même pas nécessaire d’investir beaucoup dans du matériel. Par exemple, mes germoirs sont simplement des bocaux alimentaires vides dont j’ai percé le couvercle, au lieu de les jeter et de polluer.

Les trous servent à l’égouttage lors du rinçage, et à laisser sécher l’excès d’eau.

Fabrication d'un germoir avec un bocal dont le couvercle est percé

Sur cette photo, mon premier test.

Ca marche.

Pour les suivants, lorsque j’ai eu de gros bocaux vides (cornichons, confitures,…), les trous ont été fait énormément plus petits. Quelques graines tombaient lors du rinçage. Il est donc plus judicieux et pratique d’avoir 60 très petits trous, d’un diamètre bien inférieur aux graines, que dix gros trous.

Certaines variétés de graines germées sont réellement minuscules. Percer les couvercles de trous minuscules permettra de faire pousser toutes les espèces.

On peut aussi percer les trous en dessinant des motifs décoratifs (fleurs, soleils, smileys souriants,…) pour faire joli dans la cuisine. Mon premier essai faisait vraiment plouc, je sais, je sais…

En plus, pour les prochains pots de cornichons vides, je garderai le « tire-croc » en plastique très pratique.
Ou peut être que j’utiliserai des couvercles de confiture avec de belles couleurs et décorations.
Si c’est beau, ça peut même faire une idée de cadeau originale et utile.

 Bocal de cornichons, à transformer en germoir juste en perçant le couvercle pour l'égouttage

Pour faire pousser ses graines germées, il y a peu de choses à savoir :

– Au départ, pendant quelques heures laisser tremper les graines dans de l’eau potable.
Puis vider, rincer et égoutter. Laisser reposer dans un coin de la cuisine.
La croissance et le gonflement des graines est impressionnant. Au moins 4 fois plus de volume dès la première nuit. Donc il ne faut mettre que très très peu de graines dans le bocal.
Si le bocal n’est pas posé droit, mais couché, par exemple sur un torchon pour l’empêcher de rouler, les graines ont la place de se gonfler et se développer sans se compresser dans un gros bloc de graines inutilisables.

 

– Il faut impérativement rincer tous les jours les graines pour empêcher le développement de bactéries qui peuvent rendre un peu malade certaines personnes.
Personnellement je rince mes graines systématiquement 3 fois par jour. Au moins je suis absolument sûr de leur pureté.
Ca ne prend que 20 à 30 secondes, quand je passe dans la cuisine.

 

–  Toutes les graines n’ont pas les mêmes parfum.
Celles de cet exemple ont un très fort goût poivré qui me plait beaucoup mais qui n’est pas du goût de tout le monde.
Faites vos essais en très petites quantités au départ, pour ne pas gaspiller.

– Au bout de quelques jours elles sont bonnes à manger. Quelques jours plus tard, les poussent deviennent trop dures et immangeables crues.

Avoir plusieurs bocaux permet d’avoir des graines germées en permanence, vu le coût totalement négligeable.
Ca permet aussi de manger plusieurs variétés de graines, de varier son alimentation et ses recettes.

 

Préparation d'une salade avec une tomate, une poignée de maïs et des graines germées "maison"

Le jardinage potager est presque aussi simple que ça.

Ca pousse aussi « presque » tout seul si on a bien planté au départ.

Les différences sont que dans le jardin ou sur le balcon, il n’est pas nécessaire d’utiliser de l’eau potable. L’eau de pluie, gratuite, est parfaite. En plus elle ne contient pas de chlore, contrairement à l’eau du robinet. Les plantes l’adorent.

 

L’autre différence vient du problème de la durée :

  • Sur le temps, il peut apparaitre différents problèmes en rapport avec la taille des plantes, trop envahissantes, ou besoin de passer du temps à les tuteurer  ;
  • Les conditions météo sont bien différentes de l’environnement contrôlé dans la cuisine, on ne peut pas beaucoup agir contre ça ;
  • Les maladies et champignons ont le temps d’agresser les cultures ;
  • ainsi que les insectes, les oiseaux, les rongeurs,…

Tellement de choses peuvent réduire ou détruire la production,

… mais en réalité, il y a assez peu de choses à savoir. Peut être seulement l’équivalent d’une pages de livre pour chaque plante.

 

Si partout dans le monde où il y a d’énormes crises, les gens qui savent faire pousser de la nourriture sont parmi ceux qui s’en sortent le mieux, ce n’est pas pour rien. Ca ne coûte presque rien.
C’est facile quand on est assez documenté.

En plus de ne plus payer pour manger, ça permet d’avoir des choses indispensables à troquer ou à revendre.

La partie « Potager d’autosuffisance » du site sert à apprendre comment réussir.

Mes expériences ratées, mes mauvaises surprises sont aussi instructives que les pages des livres. Ca montre concrètement ce qu’il ne faut surtout pas faire pour ne pas perdre sa production. Vu que toute l’économie s’effondre, vous n’aurez pas le temps de vous permettre de rater en apprenant.

J’ai déjà planté 46 espèces depuis que j’ai découvert le jardinage il y a six mois. Par rapport à moi, vous gagnez déjà 6 mois d’expérience pour bien vous lancer.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • germoir (155)
  • fabriquer un germoir (82)
  • germoir maison (75)
  • cuve à eau pas cher (67)
  • fabriquer un germoir maison (28)
  • fabriquer germoir (25)
  • germoir pas cher (19)
  • fabriquer son germoir (17)
  • faire un germoir maison (15)
  • germoir fait maison (14)

Des champignons gratuits… mais mortels

La mauvaise météo provoque la pousse d'une grande quantité de champignons

Une autre conséquence du climat complètement dingue de cette année est l’invasion de champignons partout depuis qu’il repleut enfin, depuis quelques mois.
Beaucoup de gens les ramassent sans vraiment s’y connaitre, ce qui n’est clairement pas une bonne idée.

J’ai entendu aux informations la semaine dernière qu’encore deux personnes sont mortes pour avoir mangé des champignons du jardin. Elles avaient bêtement pensé que « puisque ça pousse dans leur propre jardin, c’est plus sain que ce qui poussent dehors, à l’état sauvage. »

C’est impressionnant, hein ?

Oui. Ca existe vraiment des gens aussi [Biiiip]. Il n’y a qu’à voir les résultats des élections pour réaliser qu’on est cerné de fadas qui ne réfléchissent jamais, qui font n’importe quoi et qu’après il faut secourir, en entraînant tout le monde dans leurs cacas.

… alors si vous êtes invités à manger une bonne omelette aux champignons sauvages, pensez à demander l’origine et la compétence de la personne qui les a cueillis.
Ou mieux, n’en mangez pas. L’excuse « je suis allergique » permet de couper court à toutes les conversations pénibles. Il y a toujours des centaines d’idiot(e)s pour essayer de vous convaincre de manger quelque chose que vous détestez.
« Je suis allergique » est une excuse parfaite. Point final.
(… et du coup, vous avez plus de place dans le ventre pour reprendre deux fois du dessert au chocolat). 😉

Certains champignons sauvages que l’on trouve couramment ont la propriété de détruire complètement des organes vitaux. Il n’y a pas de vomissement, aucun signe d’intoxication. Quand la personne tombe gravement malade, deux ou trois jours plus tard, il n’y a plus rien à faire.

Un chiot de ma mère est mort il y a deux mois. L’autopsie a montré qu’il avait des champignons dans l’estomac.
Mes parents ont le même jardin depuis 40 ans, il n’y avait jamais eu de champignon. Attention, la planète commence à rendre les coups.

En famille, on subit toutes les erreurs des autres, des enfants, des animaux…

Sortir d’un coup 800 euros de frais vétérinaire peut instantanément vous endetter très lourdement. 21% des français sont déjà à découvert tous les mois.
Dans un contexte d’effondrement économique, des frais médicaux toujours moins remboursés, quand un tiers des français n’ont pas les moyens de se payer une mutuelle, la prudence doit redevenir une préoccupation prioritaire.
Si vous pensez adopter un animal, réfléchissez bien avant :
Ne vaut-il pas mieux réserver vos ressources aux membres de votre famille ?

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • déclouer une palette (162)
  • etagere en palette (120)
  • palette potager (12)

La route

« La route » est certainement un des meilleurs films survivalistes de toute l’histoire du cinéma.

Ici il n’est pas question de caricatures de guerriers indestructibles du genre de Mad Max, ni d’aucun autre cliché hollywoodien à grand spectacle.
Tout est basé sur des petites choses vraies, comme de mourir d’une petite plaie quand on n’a pas de désinfectant.

Le film raconte l’histoire d’un père qui protège son fils après une catastrophe du même niveau que celle qui a entrainé l’extermination complète des dinosaures. Puisqu’au moins une « fin du monde » a déjà eu lieu, cela peut se reproduire. Une énorme explosion, puis le ciel s’assombrit et empêche la lumière de passer pendant des années. Des explosions nucléaires peuvent faire ça.
Un super volcan peut faire ça. Justement, on sait depuis peu que l’augmentation de population, en vidant les poches d’eau souterraines, provoque des glissements de plaques, donc des séismes et une activité volcanique.
Un météore peut aussi faire tout ça. Nous sommes dans une période d’extrême activité solaire, avec des vents solaires d’une puissance inouïe de l’ordre de 420 mètres en une seule seconde. Les comètes qui doivent nous frôler dans quelques mois pourraient être déviées par une bourrasque et nous percuter.

… Mais même, sans catastrophe naturelle ou nucléaire, on peut regarder le film en pensant à des choses plus courantes qui ont les mêmes conséquences, comme des guerres, ou la faillite d’un pays.
L’effondrement économique peut priver un continent de tout. Par exemple, juste à côté, en Grèce, après 5 ans de récession, toute la population, TOUTES les classes sociales souffrent maintenant de la faim et des pénuries.

Dès la première minute, le personnage principal se précipite pour remplir sa baignoire. Tout le film est de cette qualité.
Pour quelqu’un qui ne connait pas les risques, comme sa femme par exemple, son comportement est incompréhensible :
« Tu vas prendre un bain maintenant !? »
« Non… Ce n’est pas un bain. »

L’eau est une des choses les plus précieuses, indispensable à la vie.
Sans eau, on meurt en trois jours.
Si l’eau n’est plus purifiée, désinfectée, des millions de gens vont tomber malades et mourir dès les premières semaines. Une baignoire peut contenir 300 litres d’eau potable, avant que l’eau des canalisations ne devienne impropre à la consommation.

 

Le film montre à la perfection la fragilité de la survie en nomade, dans un environnement hostile et pauvre en ressources :

  • Pas de stock de nourriture, pas possible d’en faire pousser, d’élever des animaux,
  • Pas de médicaments, de désinfectant,
  • Pratiquement pas d’arme, les munitions ne sont pas illimitées,
  • Même pour dormir ils gardent un gros bonnet de laine. Ils ne peuvent se permettre de laisser partir dans l’air leurs précieuses calories en ayant aussi peu a manger,

Il y a trois générations à peine, énormément de monde savait fabriquer des munitions. A notre époque, c’est une chose que presque plus personne ne sait faire, même si c’est plutôt simple.
Par contre, fabriquer une flèche est toujours possible assez facilement pour n’importe qui.
A ce propos, à la fin, remarquez la cadence de tir avec un arc. Cette arme en plus d’être silencieuse, à la puissance des armes blanches, qu’on peut utiliser en restant protégé pour frapper à plusieurs dizaines de mètres.

Quand le héros se prend une flèche, il ne l’arrache pas bêtement pour mieux combattre, il la garde dans la jambe.
Ce n’est qu’une fois à l’abri qu’il prend le temps qu’il faut pour la retirer en explorant prudemment la plaie avec un couteau, pour ne pas laisser la pointe à l’intérieur ou faire plus de dégâts en la retirant.
Il referme la blessure avec les moyens du bord : une agrafeuse de bureau, puis du ruban adhésif de chantier. C’est excellent.

 

Dans le monde des survivalistes, il y a plein de bargeots avec plein d’armes, des dizaines de caisses de munitions pour chaque arme, et qui croient que ça va leur servir à tout.
On voit plein de jeunes naïfs comme ça sur youtube, qui exposent fièrement à tout le monde le contenu ridicule de leur sac d’urgence super pourri : 5 couteaux grands comme le bras, 18 briquets, une barre chocolatée et 5 mètres de paracorde.

Ils ne vont pas survivre longtemps avec ça.

Ou peut être seulement en nomade voleur, profiteur et parasite.

 

Avec une famille, tous les besoins sont multipliés, tous les individus sont interdépendants.
Si un est blessé, impossible de pousser longtemps le chariot et de continuer à avancer. Tout le groupe est en danger.

Votre famille dépend de vous et réciproquement.
Même les plus faibles sont utiles pour les petites tâches. La survie ce n’est pas qu’avoir des gros fusils, il faut avoir des connaissances pour se nourrir, se chauffer, se soigner, éviter les dangers,…

Dans les périodes de grands troubles, personne n’est vraiment tout blanc ou tout noir. Chacun fait ce qu’il peut.
Mais une constante se dégage nettement partout dans le monde, à toutes les époques : La violence. Pillage, viols, meurtres…

Etre dans une communauté apporte bien plus de sécurité et de force qu’en étant seul.
Ne pas être sur la route mais dans une base autonome durable permet d’avoir des stocks de nourriture, de médicaments, des couvertures, du bois, des système de sécurité,…

En restant dans un endroit bien équipé, on peut produire de la nourriture. Faire pousser des plantes, élever des animaux.
Même sans lumière, si le ciel devenait longtemps comme celui du film, quand on n’a pas à transporter des choses lourdes, la survie est toujours possible. On peut par exemple faire pousser des graines germées, des champignons. Avoir des protéines grâce à des larves d’insectes, berrrk, qu’on laisse grandir dans les restes de nourriture. On peut même cultiver des algues dans des bassins.
Tous les problèmes ont plein de solutions possibles.

 

Dans le film, le héros et son fils sont obligés de quitter le nord devenu trop froid pour survivre.
La sanction ne traine pas. Une fois sans ressources, isolé, entouré de gens mauvais, le héros meurt rapidement lorsqu’il devient nomade, alors que ses connaissances lui ont permis de survivre bien plus longtemps que la grande majorité de la population.

 

Ce film est un chef d’oeuvre.

Il risque d’influencer en profondeur votre perception de ce monde qui s’écroule.

Il est interdit aux moins de 12 ans.
Moi je l’aurais interdit aux moins de 16. Il n’y a rien de gore, c’est simplement qu’il faut déjà une certaine maturité pour qu’il n’influence pas vers de mauvais choix.

Tout, tout, tout est une mine d’or d’idées survivalistes. Dans chaque image, chaque scène. Regardez par exemple cette photo :

La taille de la roue.

Vous avez peut être déjà fait une promenade de trois kilomètres avec une poussette. Une fois.
C’est bien le genre de connerie qu’on ne fait qu’une fois.

Au bout de trois kilomètres, la poussette légère et pratique pèse une tonne. On a mal au dos, les doigts commencent à ne plus avoir de force. Le moindre petit trou dans l’asphalte de la route devient un obstacle. Un trottoir de 3 centimètres devient une montagne.

Alors loin du bitume lisse, sur des chemins de terre, de trous, de boue, de neige, les petites roues c’est l’enfer.
Les roues idéales ont un grand diamètre et sont légères, comme des roues de vélo, mais disposées sur un essieu large, pour avoir de la stabilité et ne pas gaspiller beaucoup d’énergie à redresser tout le temps le chariot.
L’acteur ne porte pas les poignées dans ses mains. Il tire une corde passée sur ses épaules, lui permettant d’avancer dans une position moins usante.

Dans ce film, tout est bon jusqu’au moindre détail.

 

Date de sortie : 2 décembre 2009
Durée : 1h 59min
Réalisateur : John Hillcoat
Avec : Viggo Mortensen, Kodi Smit-McPhee, Guy Pearce
Genre : Science fiction, Drame
Nationalité : Américaine

« On meurt lentement de la faim »

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr


Recherches populaires vers cette page :

  • film survivaliste (79)
  • paysage détruit (76)
  • survivaliste (61)
  • film survivalisme (8)
  • la route survivalisme (5)
  • velo survivaliste (2)
  • Meilleur Film de survivaliste entier en français (2)
  • meilleur chariot survie (1)
  • paysage the walking dead (1)
  • poulailler artisanal plan (1)