Archive for Auto-suffisance

Est-ce que vous avez déjà commencé à agir par vous-mêmes ? On approche de la fin…

Vous pouvez voir de vos propres yeux que dans tous les domaines les effondrements se sont considérablement accélérés cette année.
Par exemple, combien de jeunes connaissez-vous qui aient un vrai boulot ?
Non, pas un contrat aidé de trois mois, ni un stage à peine rémunéré, un vrai job en contrat à durée indéterminée et qui rapporte assez pour vivre, pas juste pour survivre lamentablement quelques mois ?

Les quelques secteurs qui servaient encore de béquilles sont en train de se casser sous le poids des autres. Tout est lié. Par exemple on vient d’apprendre qu’en un an, depuis le carnage, Paris a perdu carrément 2 MILLIONS de touristes.
Les professionnels qui survivaient aux dizaines de taxes confiscatoires grâce à des zones extrêmement touristiques sont en train de faire faillite comme tous les autres.

Le gouvernement n’a rien fait. Enfin, si. Malheureusement.

Le gouvernement traitre a profité de son « Etat d’urgence » pour perquisitionner illégalement chez les donneurs d’alertes et les activistes anti-islamisation.
Le gouvernement a utilisé nos forces de police pour protéger une soirée privée en laissant Nice sans protection le jour de notre fête nationale. Du coup un musulman criminel récidiviste en liberté a pu écraser trois kilomètres de foule.
Le gouvernement a donné dans la foulée l’ordre illégal et immoral d’effacer toutes les images des caméras pour ne pas que les français sachent qu’il n’y avait quasiment pas de policiers sur place.

C’est comme ça pour tout. Dans tous les domaines.

L’Etat n’est pas une aide, c’est le problème.
Les politiciens et les fonctionnaires qui les servent ont organisé quasiment tous les problèmes de notre peuple.

Si vous comptez sur ces ennemis, vous serez sacrément dans la merde quand les choses vont encore empirer.

Pour rappel, nous sommes officiellement en guerre sur notre propre sol depuis déjà un an, depuis le carnage de Paris, où une dizaine de militaires de vigipirate équipés d’armes de guerre ont tous refusé d’intervenir ou de donner leurs fusils aux policiers, sous prétexte que ces sales lâches n’avaient pas d’ordres directs pendant que des centaines de français sans armes se faisaient assassiner, arracher les yeux, éventrer, trancher les testicules et se les faire mettre dans la bouche, par des « chances pour la France de la belle religion d’amour et de paix soluble dans la République » et par des « migrants ».

Est-ce que depuis vous avez agi ?

Concrètement, qu’est-ce que vous avez fait depuis un an ?

Vous attendez un changement politique qui ne viendra peut être pas en votant pour une franc-maçonne qui n’a même pas été capable de diriger un parti en super-croissance sans le mettre quasiment en faillite dès l’année suivante ?

Vous attendez sans rien faire d’autre que jouer à Pokemon Go sur votre portable que la France aille mieux, que le chômage baisse ?

parodie-syria-pokemon-go

Vous attendez tranquillement devant votre télé que les centaines de milliers d’hommes musulmans intégristes en âge de se battre et habitués à la guerre, appelés « migrants » par tous les traitres, commencent à faire ce qu’il font partout dans le monde depuis toujours, c’est à dire une épuration ethnique, des viols de masse, du pillage, de la destruction totale de tous les pays, en criant wallah babar !

Vous ne savez peut être pas que l’escroquerie de « la dette » à servi de prétexte pour que déjà plus d’un tiers de nos véhicules de défense (chars, hélicoptères, avions, bateaux…) ne soient plus en état de fonctionner. Il n’y a plus d’argent pour les pièces, soi-disant.
Ils ont organisé la destruction de notre armée avant que la vague islamiste ne commence l’épuration.

Certains handicapés du cerveau pourraient encore prétendre que c’est du délire complotiste, pourtant les faits sont là. Le bilan ne laisse aucun doute.
Le pays est en train de changer de mains. Les français sont en train de se faire tout voler.

Toutes nos institutions stratégiques sensées nous protéger sont aux mains d’ennemis qui agissent contre nos intérêts en prétendant faire notre bien.

La police ne vous défendra pas quand le temps sera venu. Comme au Bataclan, comme à Nice, comme dans tous les attentats.
En ce moment, depuis un mois, la police manifeste et pleurniche dans les rues et sur internet pour mendier un peu d’attention du gouvernement, sans résultat.
La police est une cible prioritaire pour les envahisseurs afromagrébins, qui peuvent maintenant organiser des feux de véhicules avec des agents dedans en les empêchant de sortir. Le ministre de l’intérieur va juste traiter de « sauvageons » les armées de tueurs.

Le franc-maçon cazeneuve avait déjà préparé le terrain il y a quelques mois en récompensant une grosse lopette noire d’avoir laissé incendier notre voiture de police dont il avait la garde et de s’être laissé rouer de coups sans réagir. Une médaille, une place garantie alors que la fiotte était justement sur le point d’être virée pour son évidente incompétence, que le monde entier à pu constater dans les médias. Son contrat de sous-policier ne devait pas être renouvelé. Maintenant il est flic. Un « héros » de la diversité qui ne fera rien pour protéger les français.

Quand les policiers sont en service ils protègent les diners partouses des francs-maçons ou volent massivement les automobilistes, ou gazent et matraquent le peuple pour le port d’un teeshirt contre une « loi » grotesque. Ils viennent rarement quand on les appelle. De toute façon ils ont des ordres pour « ne pas faire de vagues », ne pas s’opposer aux envahisseurs qui cherchent le moindre prétexte pour brûler des écoles, piller les magasins, incendier des dizaines de véhicules, casser tout le mobilier urbain…
Le vivre ensemble est une belle réussite, hein…

Le haut de l’Etat est dirigé par des ennemis.

Ce qui porte un uniforme obéit à des ennemis.

… donc c’est des ennemis.
Maintenant ces groupes armés en bleu osent même voler aussi les cyclistes qui dépassent 10km/h au lieu de neutraliser les criminels. Voilà à quoi passent leur temps de fonction ces complices des traitres du sommet de l’Etat.

Vous comptez vraiment sur l’Etat pour vous empêcher d’être massacré par les islamistes qu’ils a fait entrer par millions sur notre territoire ?

Comme je vous l’ai déjà dit de nombreuses fois, il y a un peu plus de 20 ans j’étais un des quelques milliers de jeunes français volontaires pour servir dans la force de paix de l’ONU quand les musulmans ont massacré tout le monde en ex-Yougoslavie, avec la complicité des dirigeants et de tous les médias de désinformation de masse du monde libre.

Si j’ai vu des années avant les autres ce qui se passe maintenant ici, c’est parce que pour moi ce n’était pas juste des mots. Je l’avais vu de mes propres yeux et juste à côté, environ à la distance d’un trajet Marseille-Paris. Du très concret.

Voilà à quoi vous attendre :

Souvenirs d’une guerre ethnique de religion en Europe il y a 20 ans

Coupure d’électricité, d’eau potable, donc en fait aussi de l’eau d’hygiène, donc pas d’arrosage des plantes, pas d’évacuation des eaux usées qui donnent des maladies,
Fin des services d’urgence, pas de pompiers, fin des médicaments,
routes coupées par les miliciens,
magasins vides,
tout des centaines de fois trop cher,
pas d’essence…

Il existe souvent des solutions simples et peu coûteuses pour chaque problème lors des grandes catastrophes

Il existe souvent des solutions simples et peu coûteuses pour chaque problème lors des grandes catastrophes

Mais maintenant la guerre civile n’est plus la seule chose à craindre. C’est vraiment pire que tout. Une situation unique à ma connaissance dans toute l’histoire de l’humanité. Non, deux situations :
La prétendue « crise économique » provoquée par les banques privées qui ont imprimé des milliards de milliards de milliards de fausse monnaie dans tous les pays du monde, en faisant frauduleusement une dette généralisée impossible à rembourser, mais ce n’est pas son but. Son but est de permettre de voler tout ce qui a de la valeur.

Et il y a pire. L’autre problème est l’augmentation de la température et des catastrophes atmosphériques sur tous les astres de notre système solaire.
Il y a à craindre une éruption solaire hors norme qui grillerait les appareils électriques sur des milliers de kilomètres, et vous savez que notre mode de vie dépend totalement de l’électricité.

lasco-c2-encore-et-encore-des-eruptions-solaires

A l’instant où je rédige cet article, encore et encore des éruptions énormes autour du soleil devenu blanc

Le changement climatique provoqué par le soleil blanc détruit massivement les cultures de plus en plus d’une année sur l’autre. Les prix vont bientôt nous faire très mal.

Mais… avant d’aller plus loin il est très important d’avoir une notion à l’esprit :
Peu importe la nature de la catastrophe, les besoins seront globalement les mêmes, qu’il s’agisse d’une inondation, d’un effondrement de la monnaie, d’une épuration ethnique, d’une impulsion électromagnétique à cause du soleil ou du terrorisme…
Les besoins des humains sont toujours les mêmes : avoir beaucoup d’eau potable, de la nourriture, un toit, réguler sa température, se soigner, se protéger des crimes…

… donc, vous comprenez qu’avant et après une catastrophe les besoins du corps restent les mêmes.
C’est surtout le confort et le superflu qui sautent. L’illusion, les marques…
Une forte crise recentre sur les besoins prioritaires.

apple-iphone-7-coutant-un-mois-de-smic

Un mois de salaire entier pour un appareil qui sera obsolète dans 6 mois

 

Si vous n’avez pas encore commencé à agir il n’est pas encore complètement trop tard. Visiblement il nous reste encore un peu de temps.
L’effondrement financier n’a pas déjà eu lieu, il n’y a pas encore eu d’éruption solaire trop puissante pour tout casser d’un coup, on est juste dans la cuisson lente et l’augmentation de toutes les catastrophes climatiques et des séismes.

Il n’y a pas encore de milices et de snipers qui bloquent les routes et les approvisionnements. Pour le moment les barbares sont encore contenus dans plus d’un millier de zones de non-droits sur notre ancien territoire, où les policiers ne peuvent même plus assurer leur propre sécurité.

Pour le moment il reste encore un peu de pouvoir d’achat, les magasins sont approvisionnés, les livraisons fonctionnent…

Il est encore temps de faire des petites choses simples, quasiment à la portée de tous, pour se mettre à l’abri d’au moins un des effondrements qui approchent.
Peu importe la catastrophe, les besoins des humains sont les mêmes : deux jours sans eau potable et c’est la mort, une mauvaise température et c’est la mort, pas de médicaments et c’est la mort, pas d’argent et c’est la mort, pas de nourriture et c’est la mort…

Si vous avez un petit équipement individuel ou familial, vous aurez moins besoin d’assistance que toutes les personnes autour.
Si vous n’avez pas besoin d’aide, vous pourrez même éventuellement aider les autres.
(Ou aussi éventuellement profiter du pire moment pour agir très efficacement avec le minimum de moyens pendant que les ennemis ne sont plus en état de se protéger).

Pas besoin d’être Rambo.

Regardez ce téléphone :

telephone-portable-debloque

Ca n’est pas un smartphone de dernière génération à 1400 euros, avec un grand écran tactile qui vide la batterie en 6 heures.

C’est un téléphone qui sert a téléphoner.
Il peut aussi recevoir et envoyer des SMS et des emails.

Il ne coûte qu’une trentaine d’euros avec la livraison.

En veille, il tient 31 jours.
C’est l’assurance d’être joignable par toute la famille et les amis pour coordonner les gens en cas de problème très grave.

Il accepte deux cartes SIM en même temps. C’est à dire que quelqu’un qui a seulement un merde phone qui dure 6 heures peut y mettre aussi sa carte pour rester joignable en cas d’urgence.

Le téléphone est vendu débloqué pour autoriser toutes les cartes de tous les réseaux. Aucun problème de compatibilité. C’est simplement efficace.

Il ne fait même pas 100 grammes et cerise sur le gâteau, il intègre un récepteur radio FM qui permet d’être informé sans GSM, sans wifi, sans internet…

Un très bon produit en cas de catastrophe et qui ne coûte quasiment rien.

radio-portable-lampe-chargeur-usb-autonome

Ce téléphone est tellement peu gourmand en énergie que le minuscule capteur solaire de cette radio de poche rechargeable suffit pour l’alimenter grâce à son port USB.

Il y a aussi une manivelle pour charger par dynamo, si la batterie est vide pendant la nuit ou que vous êtes par exemple sous terre. Vu que les tremblements de terre s’enchainent à un rythme quasiment jamais vu, juste à côté, en Italie, avec jusqu’à environ 80 séismes dans une seule journée le mois dernier, être coincé sans lumière devient fortement probable à cause de l’activité solaire anormale qui modifie l’activité de la croute terrestre.

Cette toute petite radio intègre en plus une lampe.

Il y a un port micro USB pour la charger sur le secteur. Le gros port USB ne sert pas pour sa propre recharge mais pour charger d’autres appareils. C’est une prise compatible avec une énorme quantité d’appareils modernes.

La radio est numérique. Il n’y a jamais de grésillements, les stations sont automatiquement parfaitement réglées.
Il y a un bouton pour zapper automatiquement d’une radio à l’autre jusqu’à trouver le bon programme.

Cette mini-radio numérique avec chargeur solaire et dynamo, et lampe, est une véritable merveille. Mon père ne quitte quasiment plus la sienne.
Il est presque aveugle. Un appareil très simple d’utilisation, qui facilite sa vie est important.

En cas de catastrophe avec interruption du réseau électrique il est déjà équipé par un appareil qu’il utilise déjà quotidiennement. Il n’y aura pas besoin d’apprentissage pour un matériel vraiment spécifique qui peut être ne fonctionnera plus le moment venu de s’en servir, comme par exemple avec un gros groupe électrogène et des bidons d’essence stockés depuis 4 ans. Là, on sait de suite que ça marche, parce que c’est quelque chose que l’on utilise vraiment.

Vous devriez y penser, pour votre stratégie d’équipement survivaliste.
Les meilleurs produits sont ceux dont on se sert réellement, donc ceux dont on a réellement besoin.

arme-delirante-pour-une-invasion-massive-de-zombies-affames

… et donc justement, puisqu’on s’en sert réellement, il y a de la casse, de l’usure, éventuellement du vol, ou des prêts que l’on ne nous a jamais rendus…

Donc c’est bien de se rééquiper tant que c’est encore possible avec les pièces qui manquent.

En ce moment chez beaucoup de vendeurs sur le web, comme dans le monde physique à côté, les promotions sont souvent intéressantes. Les prix ont sensiblement baissé.
Les vendeurs sont à l’agonie. Proposer des prix bas ne suffit pas. Si les gens n’ont plus d’argent, il n’y a plus de ventes.
C’est un problème structurel généralisé.
L’effondrement complet est proche. Les gens n’ont plus de sous.

On peut faire quelques bonnes affaires en équipement de base, tant qu’il est encore temps.

velo-leger-solide-avec-un-grand-nombre-de-vitesses-et-pas-cher

Regardez par exemple le prix délirant des vélos électriques vendus tout montés.
Regardez le prix en baisse de ce VTT.
C’est un vélo pour le sport, pour encaisser un poids de 100 kilos multiplié par une vitesse d’environ 25 km/heure. C’est super costaud. Enormément plus solide que quasiment tous les vélos de route électriques à 1500 euros.

Ce n’est pas un premier prix mais un milieu de gamme, donc pas seulement 6 vitesses mais carrément 21. C’est confortable et moins fatigant à l’usage.

Un kit de motorisation commence à 75 euros à peine. Regardez :

kit-de-motorisation-electrique-pour-velo-et-scooter

Pour ce prix là on n’a évidemment pas du beau matériel esthétique tout intégré. C’est du super méga-moche avec un moteur qui dépasse d’un côté du vélo.
… mais peut être que ce n’est pas important pour vous.
Peut être qu’avant l’aspect vous voyez que c’est un vélo super solide, avec 21 vitesses, électrique, pour seulement 205 euros.
Imbattable.

Il ne manquerait que des garde-boue pour qu’il soit parfait.

pince-multifonction-complete-en-petit-prix-sur-internet

Le petit prix permet de s’équiper rapidement avec tous les accessoires indispensables. Par exemple une petite bombe de mousse anti-crevaison, ou une pince multifonction avec tous les outils de base pour réparer momentanément les casses quand on est à 20 kilomètres de chez soi.

J’ai aussi acheté cette pince. Pour seulement 14 euros elle est mieux équipée que tous les outils multifonction que j’ai eu jusqu’à présent. Il y a même un petit ressort qui écarte les mâchoires de la pince, c’est super agréable à utiliser.
Le prix ne fait pas tout.
Des fois du petit matériel pas cher est plus fonctionnel et agréable à utiliser.

chaussure-de-randonnee-fonctionnelles-en-toutes-situations

Quand il n’y a pas d’aspect luxueux, ça n’attire pas la convoitise.
Le risque de vol est sensiblement réduit.

vetements-discrets-humbles-sobres-fonctionnels-pratiques

Si c’est pour s’équiper pour éviter les ennuis, autant intégrer l’aspect humble, qui n’attire pas la convoitise.
Les pillards iront plutôt s’attaquer aux signes de richesses.

poncho-d-aspect-militaireNe pas avoir l’air de faire partie des autorités officielles permet aussi d’éviter les ennuis.
Vous avez vu que 4 policiers avec des pistolets se font attaquer et brûler vifs dans leurs voiture par les « chances pour la France de la religion d’amour et de paix » qui trafiquent de la drogue.
Autant ne pas avoir l’air d’être un de leurs ennemis. Donc pas de camouflage kaki ni de bleu marine.

poncho-en-tissu-impermeable-indechirableUn vêtement discret qui cache ce que font les mains, ça peut être un avantage en cas de très gros problème.

couteau-a-ouverture-facile-et-crochet-pour-port-discretJe vous rappelle que l’on est officiellement en guerre sur notre sol depuis le carnage de Paris l’année dernière.
Depuis les infos scandaleuses cachées par les médias traitres n’arrêtent plus d’être diffusées par les sites de réinformation.
Par exemple que le préfet de Paris a interdit d’intervenir aux gendarmes arrivés sur place 50 minutes avant les équipes de choc antiterroristes. Des centaines de victimes à cause de ce préfet.

dague-pelagic-imersion-tres-effilee-capable-de-traverser-toutes-les-protections-individuelles

Si les gens avaient été armés il y aurait sûrement eu moins de morts.

Personnellement je suis très à l’aise au corps à corps, donc un petit couteau solide avec une bonne prise en main est une arme qui me convient très bien. Je m’entraine pour trancher trois points vitaux par seconde. Si si, on est officiellement en guerre sur notre sol.
Vous faites ce que vous voulez, moi je porte une lame.

J’ai un casier 100% vierge, je suis du côté des gens honnêtes. Si quelqu’un veut me désarmer il sera traité comme ce qu’il est : un complice des islamistes qui tuent mon peuple.

revolver-pietta-a-petit-prix-en-faisant-jouer-la-concurrence-des-armuriers-sur-internet

Pour le moment une lame c’est suffisant.
Là où je vis je n’en suis pas encore à devoir porter une arme à feu.

… mais en cas de catastrophe ou d’émeute ethnique, de pillage, c’est une bonne chose d’être déjà équipé.
Le prix des armes à poudre noire semble considérablement chuter aussi. C’est clair qu’il n’y a plus d’argent qui circule sur internet et les commerçants réduisent leurs marges.
C’est le moment d’améliorer son matériel, tant que c’est encore possible.

pointer-laser-vert-adaptable-sur-tous-les-canons-d-armes

Un trait de laser au-dessus d’un pistolet qui tire 5 ou 6 vraies balles mortelles, c’est presque la garantie de ne jamais louper un tir à courte distance.

Une arme a poudre noire se recharge trop lentement, donc il ne faut pas gaspiller les balles.

Et ça fait des gros BOOOOUUUM bien flippants qui montrent que l’on ne plaisante pas et qu’il vaut mieux aller emmerder quelqu’un d’autre tant que c’est encore possible.

sac-banane-de-cuisse

Si la situation empire au point de devoir porter une arme puissante, autant ne pas la montrer, pour ne pas devenir une cible prioritaire.

Une grosse pochette de cuisse est un sac très pratique dès maintenant. On a sous les yeux ce qu’on transporte, contrairement aux poches des sacs à dos qui attirent les pickpockets dans le métro ou dans la foule.

C’est bien pour y mettre ses sous, ses clés, un téléphone, un couteau à saucisson, un k-way, un petit chargeur solaire étanche…

petit-chargeur-solaire-etanche-transportable

Des choses que l’on utilise déjà réellement, pas des trucs bizarres achetés pour la fin du monde d’une apocalypse zombie et qui resteront définitivement dans un placard.

Par exemple une très bonne boussole qui indique réellement le nord.

tres-bonne-boussole-fiable-qui-indique-vraiment-le-nord

Un briquet tempête chalumeau qui peut allumer des feux même en cas de vents à 100 km/heure ou d’inondation.

briquet-tempete-chalumeau-pour-allumer-un-feu-dans-les-pires-conditions-climatiques
En cas de guerre ça peut aussi servir pour tordre le PVC des fenêtres et des portes, pour trancher du métal en le transformant en vapeur, par exemple pour faire fondre une chaîne…

J’ai vu sur les sites de réinformation qu’un peu partout en europe les populations commencent à détruire les centres d’accueil de l’armée d’islamistes que les traitres appellent « des migrants ».
Il suffit de ramasser un truc dans une poubelle et de l’allumer puis partir, et hop ! pas de terroristes ni de galeux tuberculeux violeurs voleurs avec le sida qui rôdent près des enfants. Je comprends pourquoi les gens font ça.
… mais je ne vous incite pas à le faire, hein. Ce n’est pas parce que c’est facile et immédiatement efficace, contrairement à une pétition à remettre aux sales traitres déjà responsables de la situation, que vous devez le faire, hein.

encore-un-centre-d-accueil-des-migrants-detruit

L’essence à zippo peut servir à tellement d’autres choses. Par exemple à remplir une chaufferette de poche pour avoir jusqu’à 16 heures de chaleur sur soi, dans un tout petit boitier grand comme un briquet. J’en utilisais à l’armée, dans le nord, en plein hiver par moins quinze, je sais que ça marche trop bien.

essence-de-zippo

Même si je vous encourage à préférer les petits matériels individuels sans marques et purement fonctionnels, peu chers, qui permettent de s’équiper entièrement pour le prix d’un iphone,
il y a quand même des choses sur lesquelles je reste sur les valeurs sûres.

Par exemple sur un commentaire sur Amazon quelqu’un parlait de faire de très grosses économies en achetant de l’esence F au litre en bricaillerie plutôt que des flacons d’essence pour briquets zippo. Sauf que quand on se renseigne avant d’acheter, dès la première page affichée on peut lire ça :
« les inhalations à répétions sont toxiques, voire mortelles. Deux minutes d’exposition prolongée et intense en inhalation volontaire aux vapeurs d’essence F peuvent amener à la destruction des cellules hépatiques, rénales, respiratoires et cérébrales. »

… mouais…

tenue-sobre-et-discrete-passe-partout-en-toute-occasion

Pour lutter contre le froid, autant acheter des vêtements légers que l’on peut empiler confortablement par couches fines, donc jamais trop chauds ni trop froids.

Dans toutes les guerres il y a des coupures d’électricité, qui peuvent durer très longtemps. Donc autant avoir des vêtements qui peuvent aussi être utilisés à la maison.
Au lieu de se balader chez soi en teeshirt sans manches en plein hiver on peut mettre un teeshirt à manches longues et réduire sensiblement la grosse facture de chauffage, sans attendre un effondrement de la normalité.

Les guerres ne sont pas les seules choses qui entrainent des coupures de courant. Il peut y avoir toutes sortes de catastrophes, comme des inondations qui noient les transformateurs, des tempêtes qui arrachent les lignes électriques, des catastrophes nucléaires comme un Tchernobyl ou Fukushima…

Donc s’organiser pour ne pas dépendre totalement du réseau électrique est une bonne chose.

Il y a quelques jours j’ai perdu mon stock de plantes médicinales conservées au congélateur. Un dégivrage mal fait. Et merde, ça c’est très con.

Heureusement j’étais sur le point de basculer totalement sur le séchage des plantes plutôt que la congélation. Grosso modo, au lieu de tout perdre en quelques heures en cas d’interruption du froid, les plantes séchées et conservées bien au sec, restent souvent actives et efficaces jusqu’à plusieurs années.

Donc justement je venais de recevoir une petite plaquette pour fabriquer mes propres gélules. Par exemple pour du charbon en poudre, de la vitamine C pure, des feuilles d’olivier en poudre, du sulfate de magnésium ou d’autres choses avec un goût absolument abominable.

machine-pour-faire-ses-capsules-de-medicament

La taille 00 est la plus grande et maintenant que je l’ai reçue, je pense que si je l’avais eu sous les yeux avant de commander j’aurais pris la taille en-dessous, plus facile à avaler.

Faire ses propres gélules permet de mettre beaucoup de principe actif dedans. Ce n’est pas comme les gélules des magasins bio aux trois quarts vides et qui coûtent un bras.
En plus là, pas d’additifs frauduleusement ajoutés par les labos. On sait exactement ce qu’on met soi-même dedans.

Dans toutes les zones de guerre l’accès aux médicaments est très difficile ou impossible.
En Grèce, juste à côté, la guerre économique fait que la population n’a plus accès au système de santé, pour que l’Etat puisse verser des intérêts aux banquiers. La même chose qui commence à se passer massivement ici. Une grande partie des français ne peut déjà plus se soigner.

… donc, l’auto-médication est une méthode qui marche aussi en cas d’effondrement économique.

Et surtout on sait ce qu’on avale, contrairement aux produits vendus par les pharmacies, étiquetés avec des lettres comme E171, qui cachent que du dioxyde de titane neuro-toxique a été ajouté par tromperie aux médicaments pour leur donner une belle couleur blanche plus vendeuse.

trousse-de-premiers-secours

C’est impressionnant tout ce qu’on peut avoir quand on n’achète plus des choses inutiles à la mode.

top-des-mobiles-les-plus-chers-du-monde

Quand je dis qu’il reste peu de temps, c’est à cause des choses dont les médias ne parlent pas.
En croisant des données.
La suite est tellement prévisible.

D’années en années, continuellement depuis un groooos paquet d’années, toutes les températures des astres de tout le système solaire augmentent. Avec elles les perturbations atmosphériques extrêmes.
Il n’y a pas de raison pour que ça s’arrête d’un coup d’un claquement de doigt, tout est parti pour empirer encore.

Le problème caché est ce qui est en profondeur sous terre.
Les perturbations magnétiques de tout le système solaire se répercutent sur toute la planète. L’axe de rotation de la terre a déjà légèrement changé, ce qui pourrait fortement perturber les courants chauds et froids d’eau et d’air sur toute la planète.

Des milliers de trous se forment spontanément dans la terre, de plus en plus nombreux chaque année. D’un coup un trou de 80 mètres de large apparait sous un pâté de maison, une route, une usine…

La croute terrestre subit les nouvelles contraintes.

L’Italie juste à côté ne s’arrête plus de trembler. Déjà plus de 400 morts rien que pour cette année. Ca sera beaucoup plus quand ça tremblera sous une installation nucléaire.

L’Italie a des volcans qui se réveillent de temps en temps. Vu comme c’est parti, il pourrait y avoir une grosse éruption bientôt.

Vous allez me dire « on s’en fout, on n’est pas italiens », sauf que ce n’est pas la lave sur quelques kilomètres qu’il faut craindre, mais les rejets de cendre dans l’atmosphère.
C’est paradoxal mais l’augmentation de la température solaire pourrait engendrer une aire glaciaire subite, à cause des particules dans l’atmosphère. Déjà presque tous les super volcans de la planète sont inhabituellement actifs sous la surface.

Est-ce que vous avez déjà vu le documentaire « Un été sans soleil » ?

Ca parle des conséquences sur plusieurs années de l’éruption d’un super volcan de l’autre côté de la planète, au début des années 1800.

200 000 suisses sont morts de faim.
La suisse n’a pas de frontières maritimes pour le commerce. A l’époque il n’y avait pas encore autant de réseaux de transport par la route ni aucun par l’air. Ce que mangeaient les suisses était produit sur place, dans leurs montagnes bien hautes et déjà froides.
Une année sans été et il n’y a quasiment plus rien eu à manger.

Maintenant ça aurait moins de conséquences, si ça ne dure pas.
Dans ce documentaire (il vaut vraiment le coup d’oeil), vous apprendrez par exemple que même la fille d’un roi est morte de la faim. L’argent ne se mange pas. Quand il n’y a pas assez de nourriture pour survivre, même les riches meurent. Leur argent devient moins intéressant qu’un panier de légumes.
.

.
Une pénurie s’accompagne de gigantesque flambée des prix.

Donc, à cause de l’activité géologique, il est maintenant prudent de commencer à faire progressivement un stock de plusieurs dizaines de kilos d’aliments secs, qui se conservent très longtemps : pâtes, riz, blé, farine, noix, fruits secs, biscuits…
Aussi de l’huile, du sel, du miel, des protéines animales en conserves…

Ceux qui font déjà pousser leur nourriture devraient commencer à s’intéresser aux moyens traditionnels simples de conservation des aliments, comme le vinaigre, la salaison, le séchage…
Et à garder des bocaux au lieu de les jeter.

Mais ce n’est pas que pour être prêt pour quand les choses vont devenir terribles. C’est toujours dans l’idée d’en profiter dès maintenant.
Regardez par exemple, le nouveau scandale sur les thés. Même les plus grandes marques contiennent des concentrations de pesticides à des doses mortelles. C’est toute la planète qui est contaminée.

De la verveine on peut en avoir en qualité bio et sans additif dans le jardin, sur un balcon, une terrasse. C’est un arbuste qui pousse tout seul et qui ne demande pas d’entretien. Il suffit de le planter puis de récolter une ou deux fois par an. On étale les feuilles sur un journal et on laisse le tout durcir quelques jours dans une pièce chaude et sèche, en retournant les feuilles une fois par jour.
Et hop ! jusqu’à trois ans de conservation, sans un seul produit chimique.

Séchage de verveine pour infusions et tisanes tout au long de l annee

Sur la version anglaise d’Amazon en tapant des mots clés survivalistes je suis tombé sur des articles « intéressants ». Pas au sens « il faut que j’achète précisément ce produit », mais dans l’idée.

Regardez par vous-mêmes :

exemple-de-kit-de-graines-pour-survivalistes

Des kits d’assortiments de graines pour survivalistes. Des petits sacs ou des boites qui contiennent un assortiment de graines de fruits et légumes. C’est des petits sachets standards du commerce, mais vendus en lots, trop chers.
15 variétés de petits sachets, il ne faut pas compter survivre avec aussi peu.
Personnellement j’ai testé des centaines de plantes dans mon mini-jardin et je dirais que pour avoir des récoltes, un seule variété sur quatre est productive. Il y a tout le temps des problèmes comme la météo, les insectes, la luminosité, les chiens qui arrachent les plants, le micro-climat local qui fait qu’à trois kilomètres ça pousse mais pas ici, en plus il y a trop d’ombre ici, ou pas assez, tout ça.
Si on part dans l’idée d’une variété sur 4 qui va donner une récolte, de la quantité du minuscule sachet de graines, il ne faut pas s’attendre à l’abondance.

J’ai vu des kits de graines pour survivalistes avec 40 sachets. C’est déjà beaucoup mieux, mais énormément trop cher.

Le top c’est vraiment de faire tranquillement soi-même son propre kit d’autosuffisance potagère, saison après saison, en fonction de ce qui pousse bien, ce qui ne donne rien ou pas assez pour en valoir la peine.
Tenez, par exemple mon propre stock de graines, seulement les petites graines, pas les grosses, ni les bulbes, les boutures. Juste les très petits sachets, et ça remplit déjà une cagette :

graines-conservees-dans-des-pochettes-en-plastique-dans-des-classeurs

Des centaines de variétés au sec, rangées par ordre alphabétique dans des classeurs, dans des feuillets transparents en plastique. Jamais besoin de chercher. Tout se retrouve instantanément.

Un classeur pour les fruits, un classeur pour les légumes feuilles, un classeur pour les plantes aromatiques et ou médicinales et ainsi de suite…

De temps en temps je feuillette et je pose un post-it pour indiquer la position des graines que j’utiliserai aux prochains semis, en fonction des dates. C’est super pratique.
Et comme je récupère mes propres graines sur mes récoltes, je garde les anciens petits emballages pour avoir les dates de semis, de récoltes et les conseils de culture.

… et honnêtement, même avec ce stock sur mesure pour mon micro-climat, les récoltes sont minuscules depuis deux ans, depuis que rester sous le soleil devenu blanc est douloureux.

Donc n’achetez pas les kits « complets » de graines pour survivalistes, c’est du gaspillage d’argent. Achetez seulement au cas par cas, uniquement les plantes que vous mangez réellement, pas des trucs intégrés dans un kit cher que vous ne consommerez jamais parce que vous ne les aimez pas ou que vous y êtes allergique.

Le meilleur conseil que j’ai à vous donner pour tout ce qui est survie, c’est de vous équiper avec des choses qui améliorent déjà votre quotidien, pas des choses qui vont prendre la poussière sur une étagère en attendant la fin du monde.

Après, il y a quand même quelques gros trucs à préparer.

Par exemple un peu d’argent liquide planqué quelque part, peut être enterré sous votre arbre préféré, bien protégé sous plusieurs sacs de congélation, au cas où les banques seraient d’un coup fermées pour plusieurs semaines, comme ça c’est déjà produit à Chypre et en Grèce, juste à côté dans cette europe de merde des banquiers voleurs et des politiciens complices.

Un petit stock d’eau potable. Au moins trois litres par jour et par personne. Bien plus pour les enfants. Sans oublier les animaux.

Une inondation et le réseau d’eau potable peut contenir tous les excréments dégueulasses de vos voisins migrants pleins de maladies.
Arrrrgh… ou des excréments de militants socialistes… arrrrgh !!!

berk !

Ha, ça me dégoûte. Imaginer du caca de socialiste dans mon eau potable.

Dans la semaine je vais recommencer à augmenter mon petit stock.

Plusieurs tailles de bouteilles, pour tous les usages. Boisson, cuisine, lavage des mains, nettoyage d’un bobo…

assortiment-de-bouteilles-en-plastiques-de-plusieurs-tailles

Tant que c’est encore possible, que l’on en trouve en abondance, à des prix très abordables.

etal-de-rayon-de-magasin-completement-vide

En plus ce n’est pas gaspillé. C’est le genre de choses qui servira toujours, quoi qu’il se passe.
Même sans fin du monde, juste même au quotidien pour une fête d’anniversaire improvisée sur la plage.

Voilà l’idée.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 

Recherches populaires vers cette page :

  • les mûrs avec grillage du villas (6)
  • marteau clou lanche (5)
  • jolie jeune fille arabe (3)
  • comment fabriquer cheminée (3)
  • comment pour fait parti le cartouche sans arme (2)
  • Comment se suside (2)
  • pistolet a bille blessure (2)
  • photo de racaille marseille (2)
  • GUERRE AU VILLAGE DU NIGERIA (2)
  • Photo Des Belles Filles D\arabe (2)

Deuxième soleil et adaptation du potager de survie

Le « deuxième soleil » n’est plus caché derrière le nôtre.
Il a beaucoup avancé ces derniers mois. Maintenant il se détache de plus en plus clairement.

.

« Une comète grosse comme une planète s’en vient »
https://www.youtube.com/watch?v=fHSG2O2SRhA

Il y a encore quelques mois les photos n’étaient convaincantes que pour ceux qui n’y connaissent rien en optique. J’ai par exemple vu un site anglophone avec des milliers de photos d’un deuxième soleil à côté du notre. Sauf que… le deuxième soleil n’était jamais à la même place, jamais à la même taille, et n’était en réalité qu’un reflet parasite sur les divers éléments des lentilles lorsqu’on vise une source de lumière.

Maintenant c’est différent. On commence à trouver ce genre d’images :

Le deuxieme soleil est enfin visible

Très concrètement ça explique pourquoi plus du quart des récoltes de céréales françaises sont déjà détruites. Plus de la moitié dans certaines régions.
Presque toutes les cultures de fruits et légumes semblent très sévèrement touchées.

Tomates et concombres bio hors calibres

Pour celles qui produisent encore un peu, c’est clair que les plantes souffrent. Il n’y a quasiment plus de fruits et légumes qui ressemblent à ceux calibrés des magasins. Ils sont presque tous moches.

… mais c’est en qualité bio, sans pesticide, sans conservateur, sans aucun additif, donc déjà c’est un énorme plus par rapport aux mer… heu… aux marchandises des magasins.
Les dernières tomates que mon père a achetées étaient oranges, fermes, pas mûres, sans goûts, non plutôt avec un goût pas bon, et des graines germées à l’intérieur. Ca veut dire que ces tomates ont été gardées très longtemps en chambre froide (ce qui a supprimé la dormance des graines) puis sont restées encore longtemps sur les étals, le temps de faire de longs germes écoeurants qui ressemblent à de longs asticots.
J’y vois un signe de pénurie, de raréfaction dans la chaine de distribution, au point de vendre encore plus de la merde que d’habitude.

Avec un potager, au moins on cueille ce qui est mûr, plein de vitamines.

En plus de l’argument santé, c’est aussi un gros coup de pouce au pouvoir d’achat.
Vu que les récoltes sont très massivement détruites partout dans le monde depuis deux ans et que c’est parti pour durer, pour s’amplifier, et que les paysans font faillite par dizaines de milliers, les prix vont bientôt devenir ingérables pour la plupart de la population.

Il est de plus en plus urgent de commencer à s’adapter pour utiliser le moins possible l’argent.

Plant de tomates cerises tres productif

J’ai encore planté plus d’une centaine d’espèces et variétés dans mon mini-jardin cette année et le résultat est presque aussi décevant que l’année dernière.

Mais quelques rares variétés de plantes semblent non seulement ne pas souffrir de la météo anormale, mais carrément en profiter.
J’ai dans mon jardin un plant de tomate cerise qui fait trois mètres de large sur presque deux de haut et qui donne sans arrêt depuis un mois et demi. Les plus de 100 autres plants de tomates de 10 variétés que j’ai mis en terre ne produisent presque pas. Presque tout « cuit » sur pied. Donc je vais récupérer des graines de ces petites tomates en faisant la cuisine. Elles seront la base principale de ma culture de tomates de l’année prochaine.

L’année dernière c’était la même chose. On dirait que les petits fruits et légumes résistent et profitent étonnement bien. Les raisins sont en abondance. Les piments sont déjà murs.
J’ai des tournesols qui font 4 mètres de haut. Un des jeunes figuiers commence à donner pas mal de gros fruits…

Figues blanches

Ce n’est pas autant un désastre que l’année dernière, même si ça n’est plus l’abondance.

Je suis de plus en plus convaincu que les arbres fruitiers sont une excellente stratégie contre le changement climatique.
J’ai perdu quelques arbustes, mais j’ai surtout perdu presque toutes les petites plantes éphémères que j’ai semées cette année (salades, choux, carottes, panais, navets, tomates, melons, concombres… plus d’une centaine de variétés).

Les plantes avec déjà une partie en bois semblent considérablement mieux résister.

Donc je fais beaucoup plus de boutures.

Faire des boutures en grande quantite

Partout où j’ai un peu de place à l’ombre, j’entasse des dizaines de boutures sur une très petite surface au sol.
Seulement une sur cinq environ va donner un arbuste viable, donc il vaut mieux en faire un wagon.

Boutures

Il y a deux ans je vous avais conseillé de faire des boutures environ de la taille d’une main. Maintenant je vous conseillerais plutôt de faire des boutures de plus d’un mètre, sans rien jeter, en plantant aussi toutes les plus petites branches que vous couperez.
On entre dans une situation de survie. Vu le carnage au niveau des cultures, ça devient urgent.
En bouturant carrément de vraies grosses branches, on peut obtenir par exemple en deux mois des figuiers d’une taille d’arbre de deux ans, donc qui vont produire deux ans plus tôt.

Grandes boutures de figuiers

Il y a plus de perte quand les boutures sont grandes.
Je dirais que deux fois plus meurent en quelques semaines.

… mais si comme moi vous en faites beaucoup, vous êtes quasiment certains d’avoir des arbustes à mettre en terre lorsque la saison des pluies et de la fraicheur arrivera.

Personnellement ça n’est jamais perdu. Je m’en garde des très belles. J’en distribue gratuitement des quantités énormes à la famille et aux amis. Un figuier d’un mètre coûte 50 euros à la jardinerie très chère du bas de ma rue.

… et puis je fais des reboisements sauvages après les incendies. Le virus commence à prendre dans la population. On est de plus en plus nombreux chaque fois que j’organise une sortie.
Par exemple là, sur Marseille, pour les milliers d’hectares qui ont brûlé la semaine dernière.
30 inscrits. Les gens viennent en famille. Donc je pense qu’on sera largement plus de 40 pour cette séance. On va pouvoir reboiser sur une très grosse surface.

Ce n’est pas seulement une réparation des dégâts de l’incendie. Faire naitre des milliers d’arbres est un moyen de lutter contre le réchauffement climatique, la pollution, les effets stérilisateurs des plantes et insectes par les chemtrails…

Là, cette fois, en plus des fleurs et des boutures d’arbustes, il va y avoir des figuiers et des milliers de graines de plantes comestibles, pour faire un gigantesque potager gratuit à ciel ouvert, pour montrer aux élus que je les emmerde et que je ne compte pas sur eux pour m’occuper des problèmes (qu’ils ont créés).

Donc, le maximum de variété génétique sur un minimum de surface, pour augmenter considérablement les chances d’avoir des plantes survivantes, malgré la météo délirante.

Prunier taille en parasol

J’ai commencé l’année dernière à tailler tous mes arbustes en parasols. Entre deux et quatre mètres de haut.
Ce n’est pas trop haut. Les récoltes sont faciles, accessibles.
Ce n’est pas trop bas. On peut passer dessous pour jardiner, mettre deux autres hauteurs de plantes. Des tomates d’un mètre, des salades de 20 centimètres par exemple.

Figuier support pour plantes grimpantes

Les troncs peuvent servir de tuteurs pour les haricots, les melons, les potirons, les courgettes, les tomates…

Il suffit de semer ou planter autour des arbres.
Le feuillage protège les plus petites plantes, fragiles, qui « cuisent » partout autour.

Paillage du sol avec des feuilles de roseaux

Les feuilles des roseaux gratuits récupérés autour de chez moi au lieu d’acheter des tuteurs en bambou à 4 euros pièce en jardinerie, servent de paillage pour empêcher le sol de se dessécher.

C’est étonnement efficace. Deux gros centimètres suffisent pour garder très longtemps l’humidité, même sous la violence du soleil devenu blanc.

Humidite de la nuit encore visible sous les feuilles du paillis

Des gouttes de l’arrosage d’il y a deux jours ou peut être l’humidité de la nuit

 

Donc pour le moment, une partie de ma stratégie de survie à la catastrophe climatique en cours et très facilement faisable par n’importe qui.

Couvrir deux fois le sol pour qu’il reste frais, humide et vivant.

Directement au niveau du sol avec un paillage.

Et un peu plus haut avec des arbres de préférence fruitiers d’environ 4 mètres de haut, taillés comme des parasols.

Avoir le plus possible de variétés permet d’augmenter les chances d’avoir des plantes survivantes et donc et d’avoir des récoltes.

Les arbres à bois tendre ont une croissance très rapide et donc même si on ne les garde pas, vont permettre de protéger du soleil trop puissant les jeunes arbres à croissance plus lente que l’on met en terre.

C’est pour ça que j’ai aussi des centaines de boutures de lauriers. Ca ne se mange pas. C’est un poison. Mais correctement taillé ça donne très vite un arbuste gros comme un parasol faisant beaucoup d’ombre protectrice au sol, capable de protéger des dizaines de pots.

Laurier protegeant des fraisiers

Pas besoin d’investir des milliers d’euros dans une pergola énorme pour couvrir toute la surface à protéger. Des boutures gratuites et un peu de temps font le travail.

Dans ma recherche d’ombre je me mets aussi à faire pousser des plantes dans des endroits auxquels je n’aurais jamais pensé les années précédentes. Par exemple un couloir étroit qui ne reçoit le soleil direct que deux grosses heures par jour. Tout le reste de la journée c’est seulement la luminosité ambiante qui nourrit les plantes. Le soleil blanc ne les brûle pas autant que les autres autour, en terre dégagée.

Apparemment ça pousse, mais ce n’est pas l’abondance. Donc, au lieu de mettre des plantes de saison, comme des haricots d’été en été, l’année prochaine je vais plutôt planter des graines pour le printemps, en plein été, entre ces deux murs étroits où il manque des degrés presque toute la journée.

Ca devrait couvrir tout le mur et donner une production alors qu’au soleil toute la journée les haricots et concombres meurent.

Je vais probablement aussi faire la même chose sans attendre, dans deux mois au début de l’automne. Des graines à croissance et récolte rapides, que l’on met normalement en terre au printemps. Vu que l’hiver est anormalement doux.

Cultiver sur les mursVoilà.

Par rapport à moi, vous gagnez des années pour vous lancer sans passer par mes ratages et expériences.

Si vous avez des idées, n’hésitez pas à les partager. On est pressé par l’accélération du changement climatique.

On est tous liés.
Une petite production à partager en famille et entre amis, vaut mieux que pas de production du tout, où que des tomates dégueux de supermarchés cueillies vertes et conservées des semaines en chambre froide puis vendues à un prix sans rapport avec la mauvaise qualité.

Avec les plantes il faut anticiper, des mois ou des années avant de pouvoir profiter des récoltes.
Agir, c’est maintenant…

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • catastrophes deuxieme soleil (1)
  • se preparerA nibiru (1)
  • se preparer aux crises resistance (1)
  • se preparer aux crises gandhi (1)
  • recycler boitiers cd (1)
  • plantes dintérieur dombre (1)
  • planter des graines de figuier (1)
  • plante grasse (1)
  • plante de haricot fanée (1)
  • PHOTO DES PLUS BELLES FEMMES ARABES (1)

Les légumes racines ne semblent pas convenir dans un mini-potager d’auto-suffisance

Avec maintenant 5 ans de pratique intensive du jardinage et des centaines et des centaines de variétés plantées, je pense arrêter presque tous les légumes racines et les bulbes : carottes, panais, pommes de terre..

Non pas tous, presque tous. Certains n’ont pas besoin d’être en grand nombre pour être utiles. Par exemple au pied d’un prunier malade, 4 gousses d’ails ont réglé le problème. Les substances antibiotiques de l’ail sont passées dans la terre, puis dans les racines, puis jusqu’au bout des feuilles. Les plantes peuvent influencer ou protéger les autres espèces autour. Quelques pieds d’ail ça ne prend pas de place.

Par contre, et c’est justement ça le problème, pour presque tous les légumes racines et les bulbes il faut beaucoup de place, pour plein de raisons.

On ne peut pas les faire pousser serrés pour en avoir plus. Si ça n’a pas plein de place autour ça ne donne que de la tige, la racine ne grossit pas. Et comme justement c’est la partie qui nous intéresse, autant dire que c’est un ratage total.

Pour savoir si c’est mûr il faut en sortir de terre. Ce n’est pas comme les fruits et légumes qu’on a clairement déjà sous les yeux.
Quand on n’a pas beaucoup de place et que le rendement est donc limité, ça déçoit vraiment d’en gaspiller pour voir l’état de maturité. En plus on ne voit pas vraiment où on enfonce la fourche et des fois ça traverse de part en part le seul beau bulbe de la récolte, ou bien la tige de la plante se casse alors que les patates ne sont pas encore prêtes…
Le problème est qu’on ne voit pas à travers la terre. Pour pouvoir se permettre de casser ou rater une petite partie, il faut en avoir beaucoup.

Toutes les choses mises en pleine terre restent à la même place quelques mois. Ce n’est pas comme des pots que l’on peut déplacer quand les plantes ne semblent pas aimer la luminosité de l’endroit.
Et on ne peut même pas profiter de la place au sol tant que rien n’est sorti de terre pour poser des pots, comme on peut le faire entre des pieds de tomates par exemple. La loi de l’emmerdement maximum veut que les graines, bulbes, racines, trucs qui daignent sortir de terre se cognent la tête justement sous le seul petit pot qu’on met sans rien d’autre à des mètres autour, et donc ça ne peut pas grandir et ça meurt, rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaa!!!…

Non, franchement, les légumes racines, ça n’en vaut vraiment pas la peine sur une très petite surface.

Et puis la récolte est fatigante. Ce n’est pas de la cueillette tranquillou, il faut creuser. Retourner presque l’équivalent de l’Himalaya pour quelques patates criblées de trous de fourche, tssss….

Donc, je nuance un peu les choses pour les potagers d’autosuffisance.
Les carottes, pommes de terre, betteraves, bulbes… sont de très bons légumes, nourrissants, plein de qualités, qui se conservent longtemps, mais il faut de la place pour faire pousser ces légumes.

Personnellement j’arrête.

Je préfère optimiser mon peu de place presque rien qu’avec des plantes dont la partie qui m’intéresse est au-dessus de la surface du sol.
Si besoin les tiges en pleine terre peuvent se déplacer d’un coup de petite pelle. Pour les pots c’est aussi facile, on les met où on a de la place. Si la lumière (donc la chaleur et l’humidité) ne leur plait pas, on peut simplement déplacer les pots.

On peut cultiver sur plusieurs hauteurs. Par exemple des salades, de 15 à 30 centimètres, entre des pieds de tomates de 1 à 2 mètres, sous des arbres de 3 à 6 mètres…
Alors que pour les légumes dont la partie qui nous intéresse est sous terre, grosso-modo on n’a que les 25 centimètres sous la surface qui sont utilisables.
On ne peut pas avoir du rendement sur une petite surface.

Je ne conseille plus de cultiver des légumes racines dans un mini-potager anti-crise.

 

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • cultiver les legumes feuilles en pot (3)
  • le recyclage du papier quelle emmerdement (1)
  • montage clotures Fenceasy (1)

Les meilleures places pour semer les différentes variétés de graines

En pleine terre ? en godets ? en caissettes ?… quelle plante mettre où ?

Si vous ne le savez pas déjà, réjouissez vous, il y a très peu de choses à savoir. Cet article va être très court.
Après vous pourrez mieux utiliser vos pots, la place disponible et organiser facilement vos rotations de cultures.
Cet article s’adresse surtout à ceux qui ont peu de place.

Pour les débutants, comme vous pouvez le voir sur les images, il n’y a pas forcément besoin de matériel. On peut recycler gratuitement des emballages alimentaires pour semer.
Les graines germent presque n’importe où, du moment que la température est bonne et qu’il y a assez d’humidité. On peut faire naitre presque n’importe quoi presque n’importe où, mais simplement, si le récipient n’a pas la bonne taille pour la plante, on risque de perdre la production en la cassant pour la changer de pot, par exemple.

 

En pleine terre

Il faut semer en pleine terre les graines de presque tous les légumes racines comme les carottes, le fenouil, les radis…
Pour les plantes dont la racine est très petite comme certains radis, la culture dans de longs pots donne des résultats corrects.

D’autres choses grossissent sous le sol comme les tubercules (pommes de terre par exemple) et les bulbes (ail, oignon, poireau…).
On peut semer les graines de ces plantes directement en pleine terre lorsque la température est suffisante, ou hors saison au chaud en serre ou à la maison puis mettre en terre les bulbes à leur place définitive.

Les bulbes ne donnent pas des plantes trop envahissantes. Par contre les pommes de terre ont vraiment besoin de place pour obtenir un rendement correct. Si vous avez une toute petite surface, planter des pommes de terre n’est pas intéressant.

En plus des légumes racines, on peut semer directement en pleine terre pour diverses raisons, des plantes dont la partie aérienne nous intéresse.
Par exemple des plantes à croissance très rapide comme le maïs. Il suffit de faire un trou de quelques centimètres avec le bout d’un bâton, d’y mettre une graine, de reboucher, arroser et quelques jours plus tard la pousse se montre déjà. Pas la peine de se compliquer la vie.

Certaines plantes nécessitent des milliers de graines, comme le blé par exemple, donc ça ne peut pas être géré autrement qu’en semis direct en pleine terre.

Pour certaines cultures les graines sont étalées en quantité. Par exemple pour les gros radis. Ensuite pour que les plus belles pousses puissent se développer, on arrache les pas belles autour. Mais le gaspillage n’est pas la règle pour toutes les plantes.

Certaines poussent tellement incroyablement bien qu’il y a presque 100% de réussite. Par exemple sur cette photo il s’agit de fèves d’hiver, semées en décembre. La température est tellement clémente cette année que j’en ai profité, même si au niveau des dates c’était presque deux mois trop tard. Ca me permet de ne pas avoir un sol vide et mort pendant 5 mois.
Un sol qui est cultivé, légèrement couvert, reste vivant, riche en micro-organismes, et capable de faire pousser de belles plantes. Et comme quelques rares plantes d’hiver donnent une récolte pendant les mauvais mois, c’est tout du bénéfice.

Semis de feves en pleine terre en decembre

D’autres plantes ont une croissance fulgurante et un cycle de seulement quelques mois. Il est intéressant de les mettre directement en pleine terre.
Par exemple les haricots à rames. Ce sont des variétés de haricots dont la tige fait plusieurs mètres et qui s’accrochent sur un support vertical, comme un bambou un peu solide. Ca prend assez peu de place au sol.

Par contre certaines plantes qui restent au sol et s’étalent énormément ne sont pas forcément intéressantes dans un mini-jardin. Beaucoup trop envahissantes : potirons, pastèques…
Pour ceux qui ont de la place par contre, la culture est plutôt facile. On fait des petits trous dans le sol, on y glisse une graine, on rebouche, on arrose et c’est presque tout.

Les melons aussi.
Les melons peuvent faire des tiges interminables de plus de 10 mètres mais si vous les coupez à moins de 2 mètres vous aurez plusieurs beaux gros fruits.

Beaucoup de variétés de courgettes ont une croissance tellement rapide qu’un semis direct en pleine terre est suffisant. Attention à la place autour. Les « coureuses » balancent des tiges partout et se répandent comme un cancer alors que les non-coureuses grandissent sagement à leur place sans mettre le bordel partout dans le jardin.

En fait presque tout pousse très bien directement en pleine terre, mais il y a deux contraintes :
– Il faut que ce soit la bonne saison. Si le semis est trop précoce il risque de manquer les degrés nécessaires à la germination, ou les jeunes pousses fragiles peuvent mourir pour une seule nuit trop froide.
En intérieur par contre on peut faire du légèrement hors-saison sans problème.

et

– Tout ce qu’on met en pleine terre va y rester longtemps. Certains radis poussent en trois semaines mais ce n’est vraiment pas du tout la règle générale. Prévoyez plutôt trois mois vraiment au minimum pour une culture (quelques salades), 5 ou 6 mois pour beaucoup de fruits et légumes courants, et jusqu’à très largement plus d’un an pour certaines plantes.
Là par exemple, j’ai en pleine terre quelques chou-fleurs encombrants semés il y a plus d’un an, qui commencent à monter en graines, que je pourrais récupérer probablement vers septembre. Donc un an et demi pour avoir des graines de chou-fleurs, c’est trop. Même si ces plants vont donner des graines capables de résister à une monstrueuse canicule comme celle de l’année dernière, un an et demi à occuper la même place c’est beaucoup trop pour un jardin miniature. Je vais les enlever bientôt.

Certaines plantes qui produisent très peu sont mises en terre pour au moins 5 ans, jusqu’à 10 ans même, comme les asperges, les artichauts, ou beaucoup d’arbustes de fruits rouges. Si vous avez très peu de place, certaines plantes sont à éviter.

En pleine terre l’arrosage se fait naturellement très souvent. En plus de la pluie de temps en temps, très souvent l’humidité de la nuit recouvre le sol.
Ce qui est mis en pleine terre, donc dehors, est relativement autonome en eau.
Ce qui est semé à l’intérieur dépend totalement de votre intervention pour l’arrosage.

 

Semer en caissette

Dans un pot un peu large, avec plusieurs centimètres de terre pour garder quelques jours d’humidité, vous pouvez semer des dizaines de graines en un clin d’oeil.
Si vous avez besoin de 300 pieds de tomates pour une exploitation agricole cette manière de faire est très intéressante. Il suffit d’un pot, même d’une barquette alimentaire sauvée quelques mois de la poubelle, et de quelques minutes, sans fatigue.

Barquette alimentaire recuperee pour la jardinage

Vu la quantité qui sortira de terre, vous pourrez arracher immédiatement sans regret toutes les plantules qui n’auront pas la bonne forme, la bonne taille, la bonne couleur, pour garder seulement les plants les plus magnifiques.

La technique marche pour quasiment toutes les plantes. Il n’y a rien de compliqué. On prend une belle terre ou un peu de terreau, qu’on étale sur plusieurs centimètres. On étale les graines. On peut en mettre beaucoup mais il ne faut pas que ce soit trop dense. Si c’est un peu éparpillé, avec de la place autour, les graines vont donner de belles plantules.
Si les graines sont minuscules, comme des têtes d’épingles, on ne rajoute qu’un centimètre de terre ou terreau par dessus pour qu’elles n’aient pas trop de chemin à faire pour arriver jusqu’à la lumière, leur source d’énergie.

Si les graines sont de grosse taille, on peut mettre plusieurs centimètres de terre.

On tasse juste un peu. L’idée n’est pas de transformer la terre en bloc de béton mais juste de lui permettre de résister au premier arrosage. Si la terre n’est pas tassée les graines vont flotter, puis elles seront en surface et se dessècheront.
Donc on tasse à peine et on arrose en douceur, juste un peu.

En intérieur la rosée ne couvre pas le sol presque toutes les nuits. il faut arroser. Une bouteille en plastique dont le bouchon a été percé de dizaines de petits trous avec une aiguille fait superbement le travail si vous n’avez pas déjà du matériel d’arrosage pour petits pots.
… et même si vous avez déjà du matériel d’arrosage, si vous essayez avec une bouteille en plastique dont le bouchon est percé de petits trous, vous risquez de ne plus pouvoir vous en passer tellement c’est rapide, précis, propre, facile à remplir, sous le robinet de la cuisine c’est la bonne taille…
Plusieurs bouteilles peuvent être stockées déjà prêtes à servir, il suffit de mettre un bouchon non percé. Donc l’eau prend la température ambiante qui ne choque pas les plantules, et sans attirer des bébêtes puisqu’il y a un bouchon, contrairement à un arrosoir. Les maladroits apprécieront aussi le bouchon.

Donc en intérieur il faut surveiller plusieurs fois par semaine que la terre est suffisamment humide. Soit par un arrosage très léger aussi souvent que nécessaire. Si c’est pendant une canicule, les cultures à l’air libre peuvent avoir besoin de deux arrosages par jour. Ou alors si vous n’avez pas de mini-serre à semis qui empêche l’humidité de s’évaporer, vous pouvez simplement utiliser un sac en plastique transparent autour de la caissette (ou barquette de viande, de légume…), La taille est parfaite puisque les sacs en plastique sont prévus pour transporter justement les barquettes.
Et pendant tous les mois où vous n’en avez pas besoin, vous n’avez pas une serre qui vous prend plein de place.

Plantule de salade rouge prete a repiquer

… mais vous n’êtes pas obligés de démarrer une culture en intérieur. Si la température est bonne dehors, profitez-en. Les plantes auront de la lumière, du bon air frais, recevront des milliers de bons cacas de plein d’insectes de passage et les plantes seront magnifiques.

Ce qu’il y a de bien à l’intérieur c’est que la température est plutôt stable. On peut cultiver hors saison. Même s’il fait -15 dehors on peut semer des tomates et avoir des plants de 20 centimètres à mettre en pleine terre dès la fin des gelées. Deux mois de gagnés.

On peut aussi laisser définitivement en intérieur des plantes dont on se sert tout le temps et qui n’ont pas besoin d’insectes présents seulement à une certaine époque pour polliniser et avoir une récolte.
Par exemple la coriandre, le persil… ce qui nous intéresse est généralement les feuilles. Une culture rapide en pot, en intérieur, même à une période sans insecte, suffit largement.

Il suffit d’étaler des graines sur une couche de belle terre ou de terreau, de recouvrir d’un centimètre de terre, de tasser, mouiller, et c’est tout. Rapidement il sortira un beau tapis de plantes aromatiques.

Comme ça peut rester des mois à l’intérieur, pour servir chaque fois qu’on en a besoin, là par contre il vaut mieux choisir un joli pot, pas une vieille barquette de légumes pour pot-au-feu.

… si c’est juste pour les feuilles ou les tiges.
Par contre si c’est pour devenir autonome, en produisant ses propres graines, que l’on ressème de suite en partie ou que l’on laisse se ressemer naturellement, alors la culture en pot n’est pas vraiment intéressante. Il vaut mieux réserver une petite surface en pleine terre, tranquille, où les pollinisateurs viendront quand il faudra, où on peut laisser plusieurs plantes se transformer en porte-graines, en ne récoltant qu’une partie.

Semer dans un petit bac est aussi très intéressant pour les plantes dont le début de croissance est tellement lent qu’elles sont semées presque pour l’année suivante, comme les choux par exemple.

Les graines de fraises ont aussi une croissance épouvantablement lente et sont très peu fertiles. Si vous avez commis l’erreur de faire confiance aux escrocs qui en vendent, il faut les semer en grande quantité en caissette et attendre presque un an que peut être quelques graines sortent enfin de terre.
Pour reproduire rapidement les fraisiers il vaut mieux utiliser les stolons. J’ai déjà publié un article qui en parle.

Les barquettes ou les gros pots servent aussi pour les graines qui doivent rester des mois dans l’humidité pour abimer assez le bois qui les entoure. Certaines noix ou noyaux ont parfois aussi besoin d’avoir connu un ou deux hivers froids pour activer la pousse. Donc, puisque ça peut prendre deux ans avant d’avoir une pousse de quelques centimètres, il n’y a aucun intérêt à semer directement en pleine terre certains noyaux, certaines noix. Autant garder la place pour d’autres cultures.
Donc vous pouvez semer dans des pots que vous oublierez dehors pendant plus d’un an. Si ça pousse c’est bien, si ça ne pousse pas, c’est juste que la reproduction de ces plantes est difficile. Pas la peine de trop en attendre.

Noyaux de dattes germes dans de l eau

A Noël j’ai gardé quelques noyaux de dattes pour tester une méthode conseillée sur internet. Dans un peu d’eau que l’on change deux fois par semaine, dans un pot qui reste dans une pièce chauffée, on met des noyaux de dattes. Quelques semaines plus tard juste quelques uns auront germé. C’est très lent et très peu poussent. Puis on les met en terre.
A l’occasion je testerai pour voir si les noix et noyaux de plantes locales qui germent très peu et très lentement, peuvent être accélérées de plusieurs mois ou années juste en les faisant tremper dans l’eau plusieurs semaines.

Mais, ça, c’est une anecdote. La règle générale est que beaucoup de graines éparpillées dans un gros pot humide à une bonne température donne un résultat souvent correct pour presque tout.

 

Semer dans des petits pots individuels

 

Gobelets alimentaire ordinaires en plastique

C’est exactement la même chose qu’en pot collectif pour plein de graines, sauf que là on n’en met que quelques unes. J’ai aussi publié un article qui en parle.

En mettant au moins deux graines au lieu d’une seule on double les chances d’avoir un plant. Mettre directement trois graines c’est encore mieux. Si plusieurs poussent on garde le plus beau.

Ca permet des échange et dons très rapides, pas besoin de déplanter pour replanter, on donne directement le petit pot.

Les plantes extrêmement cassantes comme des melons, des courges, ne sont pas manipulées, arrachées à la pelote d’autres racines d’un semis en caissette. On sort la motte du gobelet et on la met entière en pleine terre à sa place définitive quand la température extérieure et suffisante, ou dans un pot plus grand. Il y a très peu de casse. C’est vraiment pratique.

Au départ ça demande un peu plus de travail que le semis en vrac dans une caissette mais franchement, si vous n’avez pas besoin de centaines de plantes, juste une petite quantité, ça en vaut sacrément la peine.

Arrosage très rapide des plants en cagettes en plastiqueCagettes empilées remplies de jeunes plantes

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • noyau datte germe (2)
  • mes tomates ne poussent pas (1)
  • quelles graines à semer donne des grandes tiges de plus de 3 mètre avec des grandes feuilles (1)
  • semer hors saison (1)
  • semis hors saison (1)