Archive for décembre 2014

Semer sans serre ni place

Le grand froid est installé. Donc dans à peine quelques semaines on va pouvoir semer, c’est à dire faire pousser presque gratuitement des fruits et légumes sans conservateurs, des aromates, des remèdes naturels traditionnels, des fleurs, sans dépenser dans la TVA utilisée par ce gouvernement de traitres pour détruire notre pays.

Plutôt que de travailler un gros paquet d’heures de plus pour acheter des plants à plusieurs euros, il est considérablement plus intéressant d’investir presque rien dans des sachets de graines.
Devenir soi-même producteur de fruits et légumes, plutôt que de payer toutes les charges pour avoir des fruits chers et pas mûrs, traités des dizaines de fois aux produits chimiques et enrobés dans du plastique.

Je reprends toujours l’exemple du sachet de graines de tomates premier prix vers 1,40 € qui contient à vue d’oeil 300 graines dont presque toutes poussent, que l’on n’est pas obligé de planter tout en même temps, on peut les conserver au sec plusieurs années.
Donc avoir très largement plus de 100 kilos de tomates fraiches pendant des années, pour un investissement d’un euro quarante.
On peut aussi donner à nos proches des graines en plus ou les jeunes plants en plus, ou échanger contre d’autres plantes ou graines, pour avoir plus de variétés.

Plusieurs variétés de tomates pendant des mois

Sur mon minuscule bout de jardin où j’ai planté 8 variétés de tomates cette année, j’ai eu des fruits gratuits en permanence pendant presque 6 mois. C’est très intéressant d’avoir le plus possible de variétés. Elles ne produisent pas toutes en même temps.

Il est aussi possible de prolonger de plusieurs semaines les récoltes quand on connait l’astuce du bouturage des gourmands.
Les « gourmands » sont les tiges en trop, qui pompent la sève pour donner des tiges et des feuilles, donc la plante donnera moins de fruits. Ca s’arrache très facilement avec deux doigts, pas besoin d’outil.
Et au lieu de jeter la petite branche, il suffit de laisser tremper le bout coupé une semaine dans quelques centimètres d’eau, dans un endroit presque lumineux mais à l’abri de la morsure directe du soleil.
Quand il y a des racines, vous pouvez replanter. Grâce à ce nouveau plant gratuit, vous aurez des tomates pendant environ six semaines de plus.

Bouturer facilement des gourmands de tomate

Il n’est même pas nécessaire d’acheter des sachets de graines pour commencer à faire pousser. Vous pouvez en récupérer directement dans votre alimentation. J’ai testé pour vérifier. Même les graines prises dans une tomate du commerce, pas trop mure, amère, gorgée de pesticides et de poisons chimiques, donnent des pousses.

Préparation d'une salade de tomates

Pour les fruits et légumes à pulpe, il suffit de laisser tremper les graines au moins un jour en changeant souvent l’eau, pour enlever la substance qui empêche les graines de germer dans le fruit.

Graines de tomates en train de dégorger dans un verre d'eau

Certains fruits donnent directement des graines déjà presque sèches, comme les piments et les poivrons.

Poivron rouge découpé pour la quiche de midi

Il est facile de récupérer les graines, même sans trempage. Il suffit d’une serviette en papier ou d’une enveloppe, d’une feuille de journal, pour conserver des années les graines.

(Pensez à toujours écrire immédiatement de quelles graines il s’agit).

Récupération des graines de poivron

Une fois les graines récupérées, soit vous les laisser sécher en douceur à l’air libre, à l’ombre, pour les conserver des années,
soit vous les faites pousser directement.
Il suffit d’un peu d’humidité. C’est comme pour les grains de blé décoratifs que vous laissez pousser en décembre sur une assiette avec un peu de coton. La terre n’est même pas indispensable pour faire germer des graines. C’est juste une question d’humidité et de bonne température.
Mais la terre (ou le terreau) garde l’humidité tout autour de la graine, en apportant des substances nutritives.

L’inconvénient de la terre est que c’est lourd et que ça prend de la place, mais au départ vous n’êtes pas obligés d’en utiliser beaucoup.

Regardez ces minuscules cases dans des plaques pour semis :

Plaques pour semis

Le peu de terre est très largement suffisant pour obtenir de grands jeunes plants, puisque la graine contient tout ce qu’il faut au départ, sauf l’eau.

Les plantes ne poussent pas à la même vitesse. Certaines sortent de terre deux mois après les semis, d’autres font 25 centimètres en moins d’une semaine. Donc, plutôt que d’en semer plusieurs différentes sur une seule grande plaque, puis risquer de les abimer en manipulant les grandes pour les replanter, il est énormément plus pratique d’avoir une seule espèce par plaque.

Découper une grande plaque, en plusieurs morceaux bien stables, en accrochant sur chacun une étiquette réutilisable, est très pratique, fonctionnel et agréable à l’usage.

Avec ces plaques à semis et un seul petit sachet de terreau on peut faire pousser bien plus d’un millier de jeunes plantes différentes.
Juste une petite cuillère à café de terreau pour deux ou trois graines par case.

Comme presque chaque plante a son propre pot, replanter se fait en un clin d’oeil, avec très peu de dégâts.
Il suffit de pincer la case souple pour décoller la terre des bords et pouvoir retirer le plant avec toute sa motte sans forcer sur la tige fragile.

Plant sorti d une plaque à semis

L’inconvénient des cases minuscules est qu’il y a peu de réserve d’humidité, donc il faut arroser tous les jours et surtout ne rien laisser en plein soleil.

Si vous ne pouvez pas arroser tous les jours, il faut garder plus longtemps l’humidité grâce avec un emballage. Par exemple une boite à croissant, ou un simple sac en plastique transparent.
Vous enlèverez le couvercle quand les plants seront trop grands.

Dans la photo ci-dessous, trop de graines ont été semées sur une petite surface. Il est plus intéressant d’en semer moins, pour éviter que les racines s’emmêlent et risquer de casser les plants en les manipulant.

Semis à l'intérieur de la maison, sur une table improvisée, dans des boites transparentes de croissants

Semer directement les plus grosses graines dans des gobelets plus grands, des boites de lait, ou de vrais pots permet de rester longtemps sans devoir intervenir pour rempoter dans un pot plus grand ou mettre en pleine terre.

Petits gobelets en plastique pour semis

Plant de courge dans un gobelet

Les plantes se foutent de l’aspect des pots. Il leur faut seulement des trous d’évacuation du trop plein d’eau en bas.
Vous pouvez très bien recycler gratuitement vos emballages alimentaires pendant quelques semaines, au lieu de les jeter et d’acheter des pots.

Une même brique de lait ou de jus de fruit peut être coupée de plusieurs façons selon la taille des graines à accueillir et leur vitesse de croissance.

Carton de lait

Il est intéressant de semer au moins deux ou trois graines ensemble pour éviter d’avoir des pots vides, surtout si vous avez très peu de place.

Semer dans des cartons de lait

Si les trois graines poussent et sont belles, gardez les toutes, replantez les dans différents pots.
Si une est déformée, de couleur anormale, arrachez-la le plus tôt possible pour laisser toutes les ressources pour la plus belle.

Si vous avez plusieurs plantes, vous pourrez garder les plus belles, et en distribuer, faire plaisir autour de vous.
Actuellement ce n’est plus la peine de penser à en faire une activité professionnelle. Presque tous les revenus déclarés sont volés par l’état pour la redistribution obligatoire et surtout les gaspillages.
Si vous n’utilisez plus l’argent quand ce n’est pas absolument indispensable, le problème ne se pose pas : tout ce que vous faites est pour vous. Vous choisissez vous-mêmes qui en profite, pas des roms en présence irrégulière qui ont plus d’avantages et de droits que votre famille.

Une ou deux pousses par pot, c’est bien. Le rempotage est rapide, avec très peu de casse.
Le troc de jeunes plants et les cadeaux sont presque instantanés, sans manipulation, sans mettre les mains dans la terre.
On attrape un pot, on écrit la variété et hop ! c’est déjà prêt.

Semer dans des pots de confiture

Le trou d’évacuation au bas des pots n’est pas absolument indispensable à condition d’arroser très peu, plusieurs fois par jour, pour ne pas tout perdre à cause de trop d’humidité accumulée, qui favoriserait un champignon entrainant des maladies, et « la fonte des semis ».

Par exemple, dans des petits pots de confiture, non percés, j’ai semé 8 variétés de tomates, 3 de poivrons, des piments…

Comme vous pouvez le voir, ça fonctionne aussi.

Plusieurs variétés de semis de tomates dans des pots en verre

Juste une pincée de graines par pot.Certaines font la taille d’une main en quelques jours pendant que d’autres ne font que quelques millimètres.

Avoir plusieurs variétés apporte non seulement plus de plaisir à cuisiner (tomates rouges, oranges, noires, vertes zebrées, jaunes, de la taille d’une cerise, d’un gros coeur de boeuf…), donne une alimentation un peu plus variée,
permet d’étaler la production sur plusieurs mois,
mais aussi empêche les maladies de contaminer les plants en contact. Les variétés n’ont pas les mêmes résistances, acquises dans des pays différents.
Plutôt que de faire des rangées de plants identiques, il suffit de tous les alterner en vrac, jamais deux plants identiques côte à côte. Les champignons ne passeront pas d’un feuillage à l’autre.

Pas besoin de budget pour le traitement des plantes avec des poisons chimiques.

Cagettes empilées remplies de jeunes plantes

Les cagettes empilables en plastique que jettent tous les soirs les marchands de fruits et légumes sont très pratiques pour ceux qui n’ont pas de place ni de serre.
Puisqu’elles sont empilables, justement, on a besoin de très peu de place au sol pour avoir des centaines de plants dans des petits pots ou des plaques à semis.

On les pose dans une pièce lumineuse, un peu chauffée, à l’abri du gel, ou de préférence à plus de 15 degrés, et même quand il gèle dehors on peut prendre des semaines d’avance sur les semis, pour avoir une production beaucoup plus précoce.

Le transport est aussi facilité. On peut porter plusieurs cagettes empilables à chaque trajet.

Allée presque vide

Si vous avez très peu de place, il est intéressant de laisser presque toutes les petites plantes dans des pots. Vous pourrez les poser presque n’importe où dans des espaces libres.
Si l’ensoleillement ne leur plait pas, vous pouvez déplacer les pots.

Mettre seulement en pleine terre les grosses plantes, qui s’enfoncent profondément, semble donner pour presque toutes un rendement trois ou quatre fois supérieur aux mêmes grosses plantes les plus productives dans des pots.
Donc, si vous avez un petit bout de jardin et que vous aimez les tomates, mettez les plus beaux plants en pleine terre, vous aurez une beaucoup plus belle production.

Entre les pieds vous pouvez optimiser la place. Par exemple avec des salades, des carottes, des radis… ou avec plein de petits pots que vous pouvez déplacer facilement sans creuser, quand les tomates auront grandies et prendront tout le soleil.

Allée avec des plants de tomate

Les pots déposés entre les grandes plantes en pleine terre ont un autre avantage :
vous mettez immédiatement les fleurs là où vous en avez besoin pour attirer les insectes pollinisateurs.

Il y a deux ans je n’avais planté que des légumes en arrachant toutes les fleurs pour récupérer leur place et j’ai eu peu de production. Il manquait quelque chose d’essentiel, les insectes pour polliniser.
Champ de fleurs sauvages

Les fleurs, il y en a partout gratuitement autour de nous, qui perdent leurs graines.

Le plus souvent il suffit de récupérer les fleurs fanées pour produire l’année suivante.

Il faut être un peu observateur avant, pour ne pas récupérer n’importe quoi, ou pour ne pas planter n’importe quoi n’importe où.
Par exemple, regardez cette photo de tiges couvertes d’escargots :

Plantes à escargots

C’est à ne surtout pas mettre dans votre potager pour ne pas tout perdre en quelques jours, mais c’est intéressant pour attirer les gastéropodes à des dizaines de mètres de vos cultures ou vers vos pièges à escargots.

Toutes les espèces animales ont des goûts prononcés pour certaines plantes. On peut s’en servir pour attirer les pollinisateurs et éloigner les nuisibles.

Ce qu’il y a de bien à utiliser les plantes locales, c’est que :
1. ça ne rapporte pas un centime à ce gouvernement de traitres pour détruire notre pays,
2. les plantes sont déjà acclimatées, donc on est sûr d’avoir une production l’année suivante, contrairement aux sachets de graines du commerce venues d’on ne sait où,
3. on sait déjà dès le départ l’effet qu’elles auront sur les animaux locaux, nuisibles ou utiles.
Pour récupérer des graines de fleurs locales, il n’y a rien de compliqué : un jour sans pluie vous pouvez directement récupérer des fleurs fanées, sèches. Les graines sont dessus.

Elles peuvent se conserver plusieurs années. Jusqu’à 100 ans pour les coquelicots.

Sac de graines de pasiflores

Certaines espèces ont quelques variations, mais c’est presque toujours le même principe de base. La graine ou les graines sont rassemblées en un seul endroit dans les fleurs ou les fruits.

Par exemple les très décoratives passiflores ont des gros sacs de graines humides. J’ai testé toutes les manières, tout pousse. Fraiches plantées immédiatement en sortant du fruit, ou trempées quelques jours dans de l’eau, ou trempées puis séchées et conservées plusieurs mois… tout pousse.

Récolte de graines de passiflores
La récolte est facile. Une dizaine de fruits de la passion donne largement plus de 500 graines qui pousseront presque toutes (si c’est des plantes locales donc adaptées à votre micro-climat, pas des graines du commerce venues d’on ne sait où).

Test dans deux terres différentes
Les graines n’aiment pas toutes le terreau à semis bien riche. Certaines n’y poussent quasiment pas mais sont magnifiques dans de la terre ordinaire.

Si c’est la première fois que vous plantez une variété, il peut être intéressant de semer directement dans deux terres ou terreaux différents.

N’oubliez pas d’étiqueter immédiatement tout ce que vous semez. Indiquez la variété et la date. Si rien n’a poussé deux mois plus tard, vous pourrez réutiliser la terre et les pots plutôt que de les laisser vides.

Ajout d'étiquettes sur

Ne pas planter immédiatement toutes les graines en une seule fois permet d’avoir un droit à l’erreur.
Si rien n’a poussé ou que les premiers plants ne sont pas satisfaisants, vous pouvez resemer un mois plus tard dans une autre qualité de terre avec un arrosage différent, pour augmenter considérablement vos chances d’avoir les plantes que vous vouliez.

Les graines, les noyaux, les noix ne sont pas le seul moyen de multiplier les plantes et devenir autonome.
Avec un petit bout de branche ou de racine on peut obtenir encore plus rapidement des plantes presque adultes.
Il suffit de donner le temps à la plante de fabriquer des racines, dans un environnement humide.

C’est le même principe que pour bouturer les gourmands de tomate.

Bouture de lianne grimpante

Là aussi il y a très peu de choses à savoir pour obtenir gratuitement des milliers de plantes.

Ca sera pour un prochain article…

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • fruit orange avec graines rouges (5)
  • comment faire germer les graines de tomate dans peu de jours (4)
  • semis sans serre (3)
  • fruit orange interieur rouge (3)
  • fruit orange graines rouges (3)
  • fleur boule orange graine rouge (2)
  • fruits orange coeur rouge (2)
  • fruit a graine rouge (2)
  • fruit orange avec boule rouge (2)
  • alimentation que peut-on cultiver en bac et arrière toute lannée (2)

Citation, Philip Sheridan, Un bon indien est un indien mort

«Un bon Indien est un Indien mort.»

Philip Sheridan était un général de l’armée américaine qui fit très efficacement ce qu’il fallait pour que les gentils indiens qu’il ne faut pas stigmatiser, cessent de tuer, violer, torturer, piller…

La phrase exacte est « Les seuls bons Indiens que j’ai jamais vus étaient morts. », en réponse au chef comanche Tosawi qui s’était présenté à lui en disant « Tosawi, bon Indien. »

Heureusement qu’il n’a jamais connu les musulmans, encore plus menteurs, racistes, nuisibles… parce qu’on n’ose imaginer ce qu’un homme comme lui aurait pu dire.
Peut être qu’il aurait pensé que même mort, un musulman reste mauvais.

Il y a deux jours, un musulman avec un couteau a essayé de tuer trois policiers en criant alllahou ackbar !
Hier, un musulman en voiture a écrasé volontairement 13 piétons au hasard en hurlant alah wouackbar !
Depuis presque 20 ans sans interruption nous sommes en alerte vigipirate à cause des actes des racistes assassins de la belle religion d’amour et de paix qui nous apporte tant de bonheur.

8 prisonniers sur 10 sont des criminels musulmans.

mohamerde merah, le courageux guerrier d’alah tueur de soldats désarmés et de petits dans une école est devenu « bon » et paisible depuis qu’il s’est fait cribler le corps d’une trentaine de balles.

Photo du corps du tueur au scooter

Les guerres indiennes ont entrainé la presque totale extinction des 11 millions de barbares avec qui il était impossible de vivre.
Les plus de 400 traités de paix ont tous été violés sans exception. La parlote et la bien pensance politicienne n’ont pas solutionné les problèmes.
Il a fallu des hommes comme Sheridan pour que les chrétiens soient en sécurité.

On a combien de musulmans ici ?

 

 

Recherches populaires vers cette page :

  • un bon indien est un indien mort (23)
  • un bon indien est un indien mort citation (5)
  • le seul bon indien (2)
  • un bon est un mort (2)
  • gerard hanouna (1)
  • Sherman un seul bon Indien est un indien mort (1)
  • un bon bon indien et un indien mort (1)

Citation, Lao-Tseu, Quand les gros maigrissent…

« Quand les gros maigrissent, les maigres meurent. »

Lao-Tseu.

 

Recherches populaires vers cette page :

  • citation travail chef (1)
  • quand les gros maigrissent les maigres meurent (1)

Les bonnes résolutions pour 2015

Vous avez déjà réfléchi aux vôtres ?
non ?…

Tenez, je vous fais profiter des miennes, si ça peut vous donner des idées.
Je ne vais pas essayer d’arrêter de fumer, puisque je ne fume pas,
Je ne vais pas essayer d’arrêter de me ronger les ongles des pieds, pour la même raison.
En fait, mes résolutions ne concernent pas que moi.

J’ai plutôt envie de faire cesser des abus. Ramener l’ordre.
Et pas qu’un peu.

Ca, par exemple, ça me gonfle au point de presque me donner envie de tuer :

Avis de recherche de la police nationaleAvis de recherche de la police nationale

On voit sur le site officiel du ministère de l’intérieur, que l’immigration massive des musulmans est un échec total, donc il va falloir desislamiser notre pays.

La « police » ne peut pas.
Maintenant elle sert à voler les honnêtes automobilistes français, les attaquer en bandes organisées, armées, pour les arrêter n’importe quand, même pendant le shopping de Noël, en cherchant tous les prétextes pour faire du chiffre.

bande de gendarmes armés pillants les automobilistes

Policers municipaux posant fierement devant leur machine à cash

Ils ont l’air de bien s’amuser…

Radar

Ils jouent à se cacher comme des voleurs, pour être plus efficaces.
Donc ils ne peuvent pas prétendre que c’est de l’éducation, de la dissuasion.

Razzia sur les français qui conduisent pour remplir les caisses de l'état

Un peu partout dans les articles d’actualité de cette fin d’année, les policiers pleurnichent qu’ils ne sont plus du tout respectés.
Pourtant, les pièges entre des barrières anti-émeutes de 4 mètres de haut, avec gazages d’enfants, matraquages de centaines de milliers de français opposés à une loi contre nature imposée de force par quelques pédés traitres europhiles,
les arrestations politiques illégales dans une totale impunité,
c’était il y a déjà un an. Ca commence à faire vieux.
Vous pourriez leur pardonner, non ?

Moi pas.

Je ne crois pas que le problème vienne de moi.

Quand presque la totalité de la population honnête n’a plus de plaisir ou de soulagement à voir ses policiers, mais se dit « et meeeeeerde ! qu’est-ce qu’ils vont encore me voler ?!!! »
ou voit tous les représentants de l’autorité de l’état comme des ennemis, c’est que le problème vient d’eux et des dirigeants.

Logo symbole danger radiation laser

Policiers faisant un controle radar laserDanger, laser radiation, ne pas regarder le faisceau

En 2015 je vais vous aider à faire efficacement sur tout notre territoire ce que les policiers ne font plus.

On va en finir avec ce sentiment d’insécurité…

 Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr