Archive for octobre 2012

Le pic pétrolier ou le Peak Oil, quelques explications

Peak Oil - pic petrolier

Connu est utilisé depuis l’antiquité, le pétrole appelé « Or noir » ou encore « Energies fossiles »  (riches en carbone dont le gaz, le charbon, la houille aussi) est une ressource indispensable de nos jours et sujet de nombreuses préoccupations.

A partir du milieu du 19ème siècle, le pétrole commence à être industrialisé pour devenir une matière première énergétique à la base de l’ère industrielle de notre société. De ressource naturelle, le pétrole prend la place de matière première géo-stratégique vitale à notre économie.

Ces applications avec ses produits dérivés sont vastes. C’est ce que nous verrons plus bas dans cet article.

Aujourd’hui dans une société occidentale de consommation, ou de surconsommation, il est habituel de considérer notre mode de vie comme acquis. Mais qu’en est-il vraiment ?

Quelle est la véritable dépendance de notre mode de vie face à la capacité à produire et de disposer de pétrole abondant bon marché?

Quelles seraient les conséquences de la fin du pétrole bon marché ?

Ne sommes -nous pas déjà en train d’en connaitre les effets ?

Le Pic pétrolier ou Peak Oil, qu’est-ce que c’est ?

De manière générale, on peut définir le pic pétrolier (Peak Oil) de la manière suivante : la date où la production mondiale de pétrole atteint son maximum, son sommet en terme de production.

Après cette période, la production commence à décliner, du fait de l’épuisement de ce qui reste de techniquement exploitable.

Cette définition peut s’appliquer par puits de pétrole, mais elle est communément employé de manière générale pour désigner la production mondiale de pétrole.

Où en sommes-nous aujourd’hui au niveau du pic pétrolier ?

Selon l’Agence Internationale pour l’Energie (IAE), avec la demande mondiale constante, voire croissance, le taux d’épuisement des gisements actifs serait de 6,7% par an. Un calcul qui en dit long. Dans une dizaine d’années, la production des gisements sera réduite…….de moitié !!!

Avec une démographie exponentielle, une demande mondiale soutenue, même en période de crise, il est facile de comprendre que ce phénomène n’est pas durable.

De plus avec la croissance des pays émergents (Asie, Inde), cela maintient très fortement cette demande en or noir.

Voici ce dessous un graphique qui modélise à quel moment nous nous situons par rapport à ce pic pétrolier :

graphique-peak-oil

Ce graphique provient d’une étude menée en 2007 par le World Energy Concil.

Comme l’illustre ce graphique, nous avons ou nous sommes tout juste en train de franchir ce pic pétrolier.

Si tout le monde s’accorde à penser qu’un jour, ce sera la fin d’un pétrole bon marché (c’est à dire facile à produire en terme de technique d’extraction, de coût et d’énergie de production), il est très difficile d’obtenir des nombreuses informations complètes et pertinentes quant à ce sujet.

Gouvernements et compagnies pétrolières, préfèrent opter pour la discrétion avec des informations erronées ou incomplètes.

Il me semble qu’il est inutile ici d’en expliquer les raisons.

Vous me direz, mais il existe des réserves et des stocks stratégiques, et la production est en fonction de la demande.

C’est exact, même les pays de l’OPEP travaillent avec des quotas déclarés de production, il n’est pas possible de vérifier leurs informations à partir d’experts et auditeurs indépendants.

Et les pays de L’OPEP représentent actuellement plus que 82 % des réserves prévisionnelles, et plus de la moitié de la production mondiale !

Même si de nouveaux gisements sont découverts, le différenciel de 10 à 13 millions de barils par jour sera à combler.

Car les gisements actuels s’épuisent (comme expliqué plus 6.7% par an), mais il est techniquement plus difficile avec notre technologie actuelle de forer plus profond.

Il sera donc plus difficile à extraire, demandant plus d’énergie et sera donc plus coûteux.

La fin du pétrole ?

Oui et non.

Car il en restera probablement beaucoup, plutôt la fin d’un pétrole bon marché.

Et là ça risque de sérieusement se compliquer.

Plus d’information avec le site de l’association internationale sur le pic pétrolier l’ASPO : http://www.peakoil.net/

Sommes-nous déjà témoin de ce phénomène de la fin d’un pétrole bon marché ?

Il est primordial de bien assimiler les applications du pétrole dans notre mode de vie actuel. Pas toujours évident de s’en rendre compte mais voici une liste de ses applications directes ou indirectes.

Liste des applications et utilisation du pétrole et ses produits dérivés

– Transport (Carburants)

– Pétrochimie, sidérurgie, lubrifiants

– Industries diverses : automobile, matières plastiques, alimentaire emballage, cosmétiques, pharmaceutiques…

– Habitat

– Vêtements, machines qui servent à fabriquer, matières synthétiques

– Agriculture, essence pour les machines, tracteurs agricoles.

La véritable question est à se poser : comment faire demain sans pétrole ?

La fin d’un pétrole bon marché commencera avec une augmentation progressive des prix. Et c’est aujourd’hui le cas.

Même si d’autres raisons peuvent porter à croire que l’inflation sur la majorité des autres produits ne vient pas forcément que du pétrole, force est de constater que nous sommes bel et bien dans un cycle inflationniste.

De profondes mutations et transformations économiques et sociales à venir

C’est déjà le cas avec l’envolée des prix depuis 2000.

Mais qu’en est-il du prix à la pompe et de l’évolution du cours du brut ?

evolution-prix-du-carburant

Ce graphique illustre donc l’évolution des prix de l’essence Gazole et Super 95 depuis l’an 2000, soit en douze ans.

Il provient de L’UFIP qui est l’Union Française des Industries pétrolières : http://www.ufip.fr/?rubrique=6&ss_rubrique=609 , avec de nombreuses informations actuelles sur le sujet.

Le prix du carburant a doublé en ce qui concerne le Gazole. Et c’est +60 % pour le super 95.

Qu’en est-il pour l’évolution du prix du baril, le WTI ?

prix-du-baril

La variation est simplement plus du triple en 10 ans : le baril est passé de 26 $ à 85 $ à ce jour ! Soit une variation de 240%

Les raisons peuvent être multiples pour expliquer cette envolée : offre, demande, démographie en hausse, psychologie du prix, changements climatiques, notamment le froid, conditions météorologiques affectant la production (ouragans, tempêtes).

Avec des variations beaucoup moins lissées que les prix à la pompe, on voit clairement qu’à long terme, la tendance de fond du prix du baril WTI est nettement orientée à la hausse depuis 2003

Comment expliquer l’écart entre la hausse des prix du baril et ceux de la pompe ?

C’est très simple, même si le baril a fortement augmenté, le prix payé à la pompe était déjà exorbitant à l’époque.

La Taxe mise en place par le gouvernement, la TIPP flottante, intégrait déjà de fortes taxes à l’époque.

Un classement du prix du carburant par pays, fourni par le site http://fr.ria.ru/infographie/20120505/194555331.html, vous aidera à comprendre cela, le voici :

classement-prix-de-l-essence-par-pays

Se preparer aux crises.fr vous proposera bientôt une solution globale pour prévenir de cette crise de fin de pétrole bon marché.

En attendant il devient évident de commencer à agir, non seulement pour l’environnement mais d’abord pour soi de manière durable et indépendante. Le réseau la Transition, vous aidera à rencontrer des gens qui se préparer à ce bouleversement.

Energies nouvelles telles que les panneaux solaires photovoltaîques, l’énergie éolienne ou encore les turbines hydrauliques sont des solutions alternatives qui fonctionnent efficacement de nos jours.

Nombreux sont ceux qui utilisent déjà ces techniques d’autonomie afin de se libérer et de devenir plus libre face à notre dépendance énergétique de manière générale.

Vous avez aimé cet article ?

Faites nous part de vos commentaires et partagez le !

A bientôt.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Eruption solaire de fin du monde

Eruptions solaires vues par LASCO C2

J’ai l’impression qu’on nous cache quelque chose de très grave avec le soleil.

Je surveille l’activité solaire plusieurs fois par jour depuis le début de l’année, donc je remarque immédiatement quand il se passe quelque chose d’anormal ou d’inhabituel.

Quand 28 millions de téléphones portables français sont tombés en panne d’un coup, un énorme, gigantesque, monstrueux, terrifiant champ magnétique pointait droit vers nous :

Monstreuses tâches d'activité magnétique sur le magnétogramme solaire

Le magnétogramme solaire montre une tâche gigantesque pointée droit vers la terre

Le 8 juillet, la calotte glacière du Groenland avait fondu à 40% et à 97% seulement 4 jours plus tard !

Son Nghiem, un expert de la Nasa disait : « C’est tellement sans précédent que je me suis d’abord interrogé sur le résultat : était-ce bien réel ou était-ce dû à une erreur de données ? « 

Quelques jours plus tard il faisait 42 degrés à l’ombre en France.
Le maïs américain mourrait sur pied, donnant de très faibles récoltes de très mauvaise qualité, faisant flamber les cours mondiaux de nourriture.

Eruptions solaires vues par LASCO C2

Des éruptions de plusieurs fois la taille du soleil (le rond au centre)

Le 26 octobre, une explosion gigantesque déchirait l’espace.
Puis pendant deux jours, plus de mises à jour sur l’application Soho, ni sur le site officiel.

Je ne surveille que depuis moins d’un an, mais c’était la première fois que ça arrivait.

Est-ce que le satellite était neutralisé par une impulsion hors norme ?

Ce que je constate, et que l’on a tous remarqué, c’est l’activité climatique exceptionnelle de ces derniers jours. On se croirait dans « 2012 », le film hollywoodien à grand spectacle… Sauf que les catastrophes ne sont pas des effets spéciaux. Tout est réel.

Une météo d’Apocalypse

Même les professionnels de la météo aux informations laissent échapper des commentaires comme : « exceptionnel! » , « effarant », « époustouflant », « étonnant », « inhabituel », « monstrueux! »…

L’équivalent d’un mois de pluie tombe en quelques minutes dans le Var, deux morts ;

Plus de 50 000 familles privées d’électricité rien que dans les Bouches du Rhône alors que la neige tombe deux mois et demi plus tôt que d’habitude.
17000 famillles sans chauffage ni électricité en Haute Savoie, 7000 en Isère, 5OOO en Savoie, 23000 dans la Drôme et l’Ardèche, etc etc…
Au fur et à mesure des réparations, le vent arrache des lignes ailleurs. Elles sont conçues pour résister à des vents déjà très puissants d’environ 80 km/h.

Mais depuis l’éruption solaire les vents font jusqu’à 150 kilomètres /heure dans les Bouches-du-Rhône.

et 162 km/h à Mont-Aigoual.

A Marseille, une ville flottante, un gigantesque ferry de 172 mètres de long a été balancé contre un quai comme une brindille. La coque est éventrée sur 30 mètres.

Un SDF est mort de froid hier sur Paris, déjà.
Nous sommes à peine encore en octobre. Les températures sont anormalement basses.

Même en dehors des éruptions solaires, ces catastrophes naturelles vont devenir plus fréquentes et plus violentes, à cause du réchauffement climatique.

Il faut vous y préparer.

 

Le chauffage

Ne dépendre que du réseau électrique pour le chauffage, la cuisine et l’eau chaude devient clairement une très grosse bêtise.

Avoir une cheminée permet d’utiliser un combustible qui coûte un peu moins cher que les autres, ou qu’on peut trouver facilement sans payer si on le coupe soi-même.
Un poêle est une encore meilleure idée. On peut aussi y faire la cuisine. On peut même laisser de l’eau à chauffer dessus en permanence.

 

Il existe des chauffages d’appoint, petits et facilement transportables ou sur roulettes, avec des bouteilles de gaz et d’autres au pétrole.

En posséder un « au cas où » est une bonne précaution.
Personnellement j’ai une cheminée, quelques radiateurs électriques, un chauffage d’appoint au gaz et un chauffage d’appoint au pétrole qui lui n’a plus servi depuis que ce combustible coûte un bras.

Je vais bientôt publier un article sur l’isolation qu’on peut rapidement faire soi-même à très très petit prix. Ne plus gaspiller de chaleur devient indispensable avec la crise économique qui s’aggrave.
Toutes les énergies deviennent trop chères.

En attendant, si on a froid chez soi, on peut porter deux pantalons quand la température chute subitement. Les longs peignoirs de papy sont aussi vraiment très appréciables pour rester quelques heures assis immobile à un bureau. J’en ai un, là. Je n’ai pas froid aux jambes.

 

Rester chez soi

Sortir quand la météo est mauvaise est souvent une mauvaise idée, mais on ne le réalise qu’après.

En plus d’être très inconfortable, vous risquez d’avoir un accident.
Par exemple, vous casser une patte sur une plaque de verglas. Vous pouvez aussi êtres frappés par la foudre, emportés par les eaux, blessés par des objets emporté par le vent…

En voiture non plus vous n’êtes pas en sécurité. Verglas, aquaplanning, bourrasque qui déporte votre véhicule et ceux qui arrivent en face,…

 

Le matériel

Si vous vivez dans un endroit très isolé, à la campagne, en forêt ou en montagne, il peut être intéressant pendant la mauvaise saison, de ne pas stocker sa tronçonneuse à essence dans le garage mais plutôt dans le coffre de la voiture.
S’il faut dégager un arbre tombé, au moins c’est fait sans attendre 10 heures les services publics.

Laissez dans votre voiture quelques vêtements chauds ou des couvertures.

Avoir toujours une bouteille d’eau sur soi, même au coeur de l’hiver est une bonne idée. Vous avez vu les vidéos de la tornade qui a détruit un centre commercial marseillais il y a moins de deux semaines ?
La tornade est apparu subitement, n’a duré que quelques minutes et personne à la météo n’avait prévu le risque.
Si vous restez bloqués longtemps, au moins vous aurez à boire.

 

Ne pas être dans le noir

Avoir au moins deux lampes dans la voiture aussi est une bonne idée. Un premier prix est largement suffisant. Le soleil les fait fondre même dans la boite à gant.
Celles avec dynamo n’ont jamais de problème de pile.

J’ai réalisé il y deux jours à peine à cause de cette éruption solaire, qu’en cas d’impulsion électromagnétique, les lampes à led ne fonctionneront plus.
Elles sont pleines de composants électroniques : régulateurs d’intensité, stroboscopes,…
Pareil pour celles avec dynamo, ainsi que celles à panneaux solaires.

Donc j’ai commencé a écrire un petit dossier sur tous les éclairages de dépannage : les vieilles lampes simples à ampoules, les bougies, les lampes à pétrole, à huile, à gaz, les torches de nos ancêtres…
Je le publierai dans quelques jours.

… avant, pour le finir il faut que je me documente sur les choses que je n’ai jamais utilisées : les bâtonnets fluo comme dans les films d’action.
Je crois que je vais simplement faire l’impasse sur ce détail. Les machins qui coûtent cher, pas écolos du tout, qui ne servent qu’une fois, et qui ne sont pas performants, c’est tellement pas mon truc. Je n’arrive pas à me décider à chercher de la documentation pour en dire du bien.

Un dernier mot pour les plus jeunes :

Pour finir, un conseil particulièrement pour les ados et les jeunes adultes :

Face à la météo, même les gens expérimentés perdent. D’un coup une cordée de 20 personnes avec des professionnels peut être emportée par une coulée de boue ou de neige, par exemple. Ce genre d’accident trop bête arrive un peu trop souvent.

Même si vous croyez être fort, la nature l’est énormément plus.
Quand la météo est pourrie, n’allez pas mettre vos vies et celles des secours en danger pour vous amuser.

Restez au chaud et au sec une journée.

Alexandre
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

Recherches populaires vers cette page :

  • éruption solaire (17)
  • ou en sont les éruptions solaires (15)

La crise économique, définition et principes de base

crise economique

Cet article fait partie des Connaissances de Base sur notre site et vous apportera l’essentiel pour assimiler et appréhender l’avenir dans les meilleures conditions.

La crise économique est un concept ancien qui tire son origine bien avant l’ère industrielle du 20ème siècle que nous connaissons aujourd’hui.

A l’époque d’une économie fondée sur la production agricole, le terme crise économique avait souvent pour synonyme crise agricole ou crise de subsistance. Concept étroitement lié aux conditions météorologiques favorables ou non aux récoltes.

De ce fait, il est possible d’observer que toute pénurie ou manque de produits, service ou d’humains est corrélée avec une augmentation soutenue des prix.

Cette relation entre rareté et croissance de prix, voire inflation, entraîne des conséquences économiques, financières et sociales.

Ce constat ce traduit par une confrontation permanente de l’offre et de la demande confondue et tout déséquilibre entraîne une augmentation ou baisse des prix plus ou moins rapide.

crise economique globalePlus généralement, une crise économique est une détérioration de la situation économique et sociale de manière généralisée sur les ménages et les entreprises, tant d’un point de vue financier que social.

On peut parler de crise économique globale ou de récession lorsqu’elle est généralisée dans la majorité des secteurs et bien entendu, avec une ampleur au niveau international.

Un exemple pour le travail :

– L’excédent de demande de travail (demandeurs d’emploi) face à une pénurie d’offre de travail (Employeurs) amène systématiquement à une baisse des salaires dans les secteurs concernés, ou une stagnation de leur croissance.

Cela ajoutée à une politique sociale contraignante, les coûts de rémunération du travail impactent la compétitivité et donc les rémunérations moyennes d’un pays par rapport à un autre. Des arbitrages se font et cela a des conséquences directes sur les rémunérations en fonction de l’offre et de la demande en matière de coûts salariaux globaux.

Le contraire, la rareté de compétences spécifiques, entrainerait inévitablement une hausse des salaires et rémunérations.

Les causes de cette pénurie d’offre sont multiples :

  1. Progrès technique et informatique
  2. Externalisation des tâches
  3. Délocalisation dans des pays à faibles coûts de main-d’oeuvre
  4. Auto-entretien de crise économique ; plus de chômeurs signifie moins de dépenses, donc moins de chiffre d’affaires et de croissance. Donc licenciement et de nouveau baisse de la consommation…
  5. L’augmentation de la création de masse monétaire, (notamment avec les dettes) avec sa vitesse de circulation qui entraîne de manière systématique de l’inflation.
  6. Des positions abusivement dominantes sur un marché, permettent de garder le contrôle de l’offre et de l’imposer à la demande. L’exemple des grandes et moyennes surfaces, ou autres sociétés pratiquant des prix « entendus ».
  7. Spéculation sur les matières premières, loi de l’offre et la demande, avec des pratiques d’entente, non déclarées, évidemment.

L’économiste Keynes,  prôna dans ses théories donc l’intervention de l’Etat dans ces périodes difficiles, afin de jouer un rôle de régulateur.

De nombreux économistes ont tenté de modéliser des théories sur les caractères cycliques de l’économie

Cycles courts  :Le cycle Kitchin (3 à 4 ans) et le cycle Juglar (8 à 10 ans)

Cycles longs  : Kuznets (15 à 25 ans) et le Kondratieff (40 à 60 ans)

Plus d’information ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cycle_%C3%A9conomique

Chômage, précarité et augmentation des prix

Trois facteurs essentiels pour comprendre la croissance :

  • la consommation
  • l’épargne
  • l’investissement.

En période de crise, lorsque les consommateurs ont des moyens réduits de consommation, celle-ci tend généralement à baisser. Et de ce fait, les revenus des entreprises baissent eux aussi, ce qui entraîne des licenciements et dans le pire des cas des dépôts de bilan et faillites.

Avec l’augmentation des prix, les consommateurs portent donc leur attention sur l’essentiel, ce qui impacte de manière générale le système économique.

Par conséquent, le déséquilibre actuel observé entre demandes et offres d’emplois, se traduit par un chômage élevé et croissant. Cela maintient en général, des salaires faibles pour la majorité des classes pauvres et moyennes.

Au niveau des investissements, les capitaux risqueurs deviennent frileux en période de crise, et restent prudents.

Pour ce qui est de l’épargne, de plus en plus de ménages se dirigent vers une épargne négative, c’est à dire avec de l’endettement.

L’explosion des prix des loyers ou du coût d’acquisition des biens immobiliers renforce la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs.  Ces derniers ont recours au crédit et à l’endettement pour financer leurs dépenses quotidiennes, leur salaire ou indemnité chômage ne suffisant plus.

Progrès technique et mondialisation

La modernisation et l’évolution de l’informatique ont permis de détruire de nombreux emplois dans les secteurs primaires (agriculture) et secondaire (industrie).

Le secteur tertiaire (services) a bénéficié jusqu’à 2008, avant la crise financière de ce regain d’emplois. Un phénomène aujourd’hui qui a bel et bien trouvé ses limites.

D’autres part, avec la mondialisation rapide depuis ces quinze dernières années, de nombreux arbitrages ont eu lieu au profit de production délocalisée en Asie, en Inde ou dans d’autres pays de Tiers Monde avec des coûts de main-d’oeuvre beaucoup moins élevés.

Aujourd’hui une crise financière globale, monétaire et immobilière.

sub primesDepuis 2008, la crise des Subprimes (secteur des prêts hypothécaire) avec celle des dettes souveraines (Etats), des CDS ont d’abord commencé à faire plonger les bourses mondiales avec les banques.

Et cela, bien avant que les consommateurs puissent en sentir les véritables effets d’aujourd’hui : chômage, salaire maintenus en baisse, précarité et hausse des prix.

Maintenant, ces dettes souveraines extérieures colossales font peur, voici le palmarès des dettes des états :

USA : 16 035 165 000 000 $ (2012) / 100 % du PIB

Union Européenne : 13 720 000 000 000 $ (2010)

Royaume – Uni : 8 981 000 000 000 $(2010) / 80 % du PIB

France : 4 698 000 000 000 $ (2010) / 87 % du PIB

Allemagne : 4 713 000 000 000 $ (2010)  / 83 % du PIB

Espagne : 2 409 000 000 000 $ (2011) / 80 % du PIB

Italie : 2 223 000 000 000 $ (2010) / 120 % du PIB

Grèce : 532 900 000 000 $ (2011) / 150 % PIB

Il est important de relativiser ces chiffres rapporté au Produit Intérieur Brut : le PIB

Une crise qui s’étend dans l’Europe toute entière

Aujourd’hui le cas de la Grèce avec son taux de chômage record, est pointée du doigt par les médias.

Avec les nombreuses mesures financières qui ont été mises en place par le gouvernement, on ne peut que constater les dégâts sur une population entière. Ces mesures d’autérités, ne se déroulent pas en général dans le calme, les citoyens à bout, pris de paniques et en otages par les mesures gouvernementales.

A quoi devons-nous nous attendre ?

Le cas Grec est aussi inquiétant que riche en enseignement.

Mesures d’austérité sur mesures d’austérités, afin de ralentir la croissance de cette dette souveraine déjà  abyssale, auront le même impact sur les citoyens des pays voisins, dont la classe moyenne est actuellement le coeur de cible.

Il ne faut pas se leurrer.

Ces changements risquent fort probablement de s’effectuer à court terme et tôt ou tard et de la manière la plus difficile à vivre.

Car cette crise, fera prendre conscience aux gens qui ne sont pas encore préparés, qu’apprendre à véritablement devenir autonome, connaître les règles essentielles en survivalisme relatent uniquement du bon sens et de l’observation.

L’exemple de la Grèce avec le retour à la terre et à une simplicité volontaire, est une illustration concrète de la nécessité d’acquérir des compétences, des savoir-faire obligatoires (comme la permaculture) et vitaux pour ceux qui s’en sortent le mieux en période de crise économique majeure.

Bruno
Se-Preparer-Aux-Crises.fr

 




 

Recherches populaires vers cette page :

  • crise économique définition (341)
  • définition crise économique (161)
  • définition de la crise économique (160)
  • crise economique (80)
  • la crise définition (28)
  • crise économique def (21)
  • la definition de la crise economique (19)
  • definition d\une crise économique (17)
  • crise définition économique (17)
  • définition la crise économique (16)

Citation, Winston Churchill, Tout le monde savait que c’était impossible…

« Tout le monde savait que c’était impossible à faire. Puis un jour quelqu’un est arrivé qui ne le savait pas, et il l’a fait. »

Winston Churchill.

 

Recherches populaires vers cette page :

  • citation churchill sur limpossible (1)
  • impossible churchi (1)
  • winston churchill tout le monde savait (1)